Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Cédric Leterme (dir.), « Panser l...

Cédric Leterme (dir.), « Panser la santé mondiale. Points de vue du Sud », Alternatives Sud, vol.° 29, n° 3, 2022

Isabelle Gobatto
Panser la santé mondiale
Cédric Leterme (dir.), « Panser la santé mondiale. Points de vue du Sud », Alternatives Sud, vol. 29, n° 3, 2022, 180 p., Louvain-la Neuve, Paris, Centre Tricontinental, Éditions Syllepse, ISBN : 979-10-399-0042-3.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro d’Alternatives Sud propose une réflexion sur les dynamiques et les effets de la santé mondiale. Un éditorial suivi de onze articles déploient un ensemble de points de vue portés par des chercheurs et acteurs du développement qui, depuis les Suds, discutent l’accès universel à la santé en tant que réalité encore en devenir malgré des volontés politiques et des initiatives internationales et nationales. Le numéro est introduit par Cédric Leterme, docteur en sciences politiques et sociales, qui pose le cadre de la réflexion : malgré une évolution positive des indicateurs de l’état de santé des populations à l’échelle mondiale ces dernières décennies, les inégalités que vivent les catégories de population les plus pauvres et les plus marginalisées de la planète restent criantes, tant en termes d’exposition aux risques que d’accès aux soins de santé.

2Une première section intitulée « Points de vue du Sud » est structurée autour de trois registres d’analyse. Celui tout d’abord des mécanismes croisés et multi-scalaires qui façonnent ces inégalités sanitaires mondiales, que rappelle Mauricio Lima Barreto, chercheur à la Fundação Oswaldo Cruz à Salvador au Brésil. Si les positions occupées par les États dans le système capitaliste mondial impactent leurs capacités à accéder à des ressources essentielles, par exemple aux vaccins en contexte de pandémie, ou à limiter les effets des cures d’austérité et des plans d’ajustement structurel imposés aux nations jugées économiquement fragiles, la répartition des richesses à l’intérieur même des pays constitue un autre espace central de fabrique des inégalités. Sur le plan idéel, on observe aussi des variations dans la manière dont les sociétés perçoivent ces inégalités, les traduisent (ou pas) en injustice puis les interprètent, par exemple s’agissant du poids respectif des responsabilités nationales et des dynamiques structurelles plus globales, dont on peut repérer les effets à l’échelle une gouvernance mondiale (in)capable de sens critique. Un second registre d’analyse renvoie précisément au rôle de la gouvernance mondiale en matière d’équité Nord-Sud. Il est porté par la contribution de Germán Velásquez et Nirmalya Syam qui, depuis leur position de conseiller et d’administrateur au sein du South Centre, discutent les faibles capacités de l’OMS à défendre l’intérêt des pays du Sud face à ceux de l’industrie sanitaire corrélée aux institutions des pays riches, ce qu’a douloureusement confirmé la pandémie de Covid 19. Celle-ci a également montré la nécessité de cette échelle de la gouvernance mondiale pour réguler les migrations de travail, comme le développe ensuite Geneviève Gencianos, coordinatrice de programmes. En effet la gestion du recrutement du personnel sanitaire en contexte de pandémie est aussi un lieu de fabrique autant que d’expression des disparités entre les pays d’immigration, qui peuvent solliciter du personnel qualifié pour répondre à leurs besoins, et les pays d’émigration, qui voient leurs difficultés s’aggraver avec la perte de professionnels de santé. Le troisième registre d’analyse est proposé par Tamman Aloudat, Dena Arjan et Meg Davis, respectivement directeur général, chercheuse et directrice de projet du Global Health Centre au sein du Graduate Institute of International and Development Studies de Genève, lorsqu’ils rappellent l’ancrage des asymétries de pouvoir entre le Nord et le Sud dans des épistémologies coloniales incapables de prendre en compte les voix des pays les moins visibles et pourtant les plus touchés par les inégalités ici en question.

3Les contributions sont ensuite classées par régions du monde. L’échelle des politiques nationales de protection sociale est retenue pour rendre compte de la variété des situations d’inégalités de santé qui traversent l’Amérique latine, l’une des régions les plus inégalitaires de la planète. Si Evangelina Martich, docteure en politique sociale, expose les fortes inégalités qui marquent le Brésil compte tenu de ses choix, ce qu’elle développe en particulier dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive, Celeste O’Higgins et Jeremias Marty, journalistes et étudiant·es en sociologie, portent à l’inverse un regard positif sur le rôle que peuvent jouer ces politiques en termes d’accès égalitaire à la santé depuis le modèle cubain et son système de santé nationalisé, basé sur une stratégie préventive qui fait office d’exemple pour discuter d’une souveraineté sanitaire efficace. Cuba affiche, selon ces auteurs, des indicateurs sanitaires parmi les meilleurs au monde : que pourrait donner la généralisation d’un tel système ?

4Le tour d’horizon des dynamiques et des déterminants des inégalités de santé se poursuit avec la région Asie, mise en discussion au prisme des innovations et de leurs effets sur ces inégalités. Rajuv K. Mishra, chercheur en sciences politiques, rappelle le rôle essentiel de la technologie et du numérique dans le développement de l’accès à des services de santé mais en souligne aussi, depuis la situation indienne, le rôle parfois ambivalent. Dans ce pays en effet, l’accès à la couverture de santé universelle pour les plus pauvres est soumis à une obligation d’identification biométrique des patients, qui remplace l’identification par carte à puce. Les patients doivent dès lors « se prouver par corps », un processus qui risque de renforcer la stigmatisations des classes sociales les plus pauvres lorsqu’elles cherchent à accéder à des services de santé. Cette stigmatisation est également soulignée par Shalmali Guttal, activiste indienne, rappelant le rôle du néolibéralisme dans la production de décennies de négligence dans les politiques et services publics de santé en Asie. La pandémie de Covid 19 a exacerbé cette situation en déstructurant nombre de vies, dont celles des plus fragiles (producteur·trices de denrées alimentaires, populations rurales sans terre, vendeuses de rue, salarié·es journalier·es) pour lesquels le confinement imposé a détruit les activités de subsistance. Les nombreuses innovations micro-locales qui ont permis de faire face à cette situation révèlent des capacités importantes de réaction des sociétés du Sud mais dont les effets restent limités dans un système mondial toujours structuré en défaveur des intérêts de ces régions du monde. Le dernier article, écrit au nom de l’ONG Grain, clôture la réflexion sur cette région Asie en rappelant les asymétries de pouvoir entre pays du Nord et du Sud à travers le rôle de l’élevage industriel, porté par les multinationales de l’industrie de la viande, dans l’occurrence de pandémies et d’épidémies qui non seulement détruisent les petites exploitations de races locales plus résistantes mais constituent aussi des aubaines pour consolider la domination des multinationales sur les petits producteurs, présentés comme les principaux vecteurs de ces épidémies.

5Cette réflexion sur la santé mondiale se termine avec la section Afrique, continent le moins bien doté en personnel de santé et en infrastructures, confronté de manière aiguë au fardeau des maladies transmissibles qui perdurent (dont la tuberculose, le sida, le paludisme sont les figures centrales), auxquelles se rajoutent les pathologies non transmissibles telles que le diabète ou les maladies cardiovasculaires. La première contribution, proposée par Yousuf Vawda, chercheur à l’Université du KwaZulu-Natal, fait écho à la problématique de la décolonisation des modèles de pensée. Celle-ci est évoquée sous l’angle juridique des propriétés intellectuelles et des droits commerciaux qui pourraient s’avérer plus favorables au développement d’actions de santé menées au bénéfice des pays africains si leurs instances de régulation et leurs dirigeants pouvaient s’extraire de modèles routiniers de pensée ancrés dans la permanence d’une domination des intérêts des pays du Nord sur ceux de l’Afrique. Le second article, issu du collectif d’auteur·trices de l’African Academy of Sciences, développe cette même ambition de souveraineté sanitaire de l’Afrique en soutenant la nécessité de collaborations africaines fortes en matière de recherche scientifique et technologique ainsi que d’innovation locale, pour tendre vers la fabrication de ressources (pharmaceutiques et médicales, aussi bien modernes que traditionnelles) gérées à l’échelle de la région.

6Ainsi, l’ensemble des contributions de ce numéro d’Alternatives Sud rappellent que naître et vivre dans une région ou un pays pauvre expose toujours à des risques sanitaires plus nombreux que dans les pays riches, compte tenu de conjonctures internationales et conjointement nationales qui font perdurer la dépendance multiforme du Sud vis-à-vis du Nord. Ce dossier en rappelle l’un des freins les plus pernicieux, qui résulte de l’inattention collective envers ces inégalités d’une part, et conjointement de l’absence de volonté politique de traiter la santé comme un « bien public mondial » et un droit humain fondamental, constitutif de la dignité humaine d’autre part. C’est là sans nul doute, l’un des intérêts de ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Gobatto, « Cédric Leterme (dir.), « Panser la santé mondiale. Points de vue du Sud », Alternatives Sud, vol.° 29, n° 3, 2022 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 mars 2023, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.60431

Haut de page

Rédacteur

Isabelle Gobatto

Isabelle Gobatto est professeur d’anthropologie à l’Université de Bordeaux, chercheure au sein du laboratoire Passages (UMR CNRS 5319). Ses objets de recherche concernent la santé abordée sous l’angle des savoirs et des pratiques professionnelles de soin, depuis des terrains ouest-africains. Isabelle.gobatto@u-bordeaux.fr.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search