Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Jürgen Habermas, Espace public et...

Jürgen Habermas, Espace public et démocratie délibérative : un tournant

Benoît Peuch
Espace public et démocratie délibérative : un tournant
Jürgen Habermas, Espace public et démocratie délibérative : un tournant, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2023, 144 p., ISBN : 978-2-07-301228-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple, Gérald Bronner, Apocalypse cognitive, Paris, PUF, 2021.

1La question de l’impact des réseaux sociaux sur la vie sociale et politique est une préoccupation contemporaine très importante. La pandémie du Covid 19 a révélé comment les réseaux sociaux peuvent se transformer en vecteurs de diffusion de fausses informations. Une façon courante d’envisager la question consiste à affirmer que la mauvaise qualité des informations sur les réseaux sociaux favorise l’émergence de citoyens qui pensent mal1. Dans cet ouvrage, Jürgen Habermas propose de réfléchir autrement à l’impact de ces « nouveaux médias » sur la vie politique en considérant qu’ils transforment non seulement les façons de s’informer, mais aussi les manières de communiquer. Revenant sur les thèses initiales de son premier livre de 1962, L’espace public, pour leur donner une dimension plus actuelle, Habermas soutient que les transformations de l’espace public provoquées par les réseaux sociaux mettent en danger le développement d’une démocratie délibérative fondée sur la rationalisation progressive et mutuelle des opinons politiques.

2La démocratie moderne est représentative parce qu’elle se veut inclusive : parce que c’est une démocratie de tous, elle doit prendre une forme indirecte. Cette forme de démocratie implique une tension entre les individus et les gouvernants tenus de les représenter. Le gouvernement doit assurer l’égalité des droits privés individuels, mais il doit le faire de façon à ce que les individus puissent sentir qu’ils y contribuent. Sans cela, dit Habermas, la démocratie se retourne immanquablement en paternalisme où le gouvernement décide du droit privé pour le peuple, sans le consulter. Pour assurer la bonne articulation entre le gouvernement et le citoyen, Habermas montre que les démocraties modernes se sont construites autour d’un espace intermédiaire qu’il appelle espace public et qui est entretenu par les médias. C’était une thèse fondamentale de L’espace public : les démocraties libérales qui se développent en Europe à partir de la fin du XVIIIe siècle dépendent largement du développement de la presse qui, par son pouvoir de diffusion, va permettre au plus grand nombre de se forger une opinion politique éclairée, et influencer la façon dont ils vont tenter d’orienter activement le devenir de la politique publique (en votant ceci plutôt que cela, en faisant grève, en manifestant, etc.).

3Pour Habermas l’espace public est avant tout un espace de controverse : la démocratie moderne n’est pas seulement représentative, c’est aussi une démocratie délibérative. Dans cette forme de gouvernement, la discussion doit avoir la priorité sur la négociation. La négociation implique un compromis relatif, c’est un accord qui permet d’assurer l’entre-deux d’intérêts individuels concurrents. Ramener la démocratie à la négociation et au consensus, c’est prendre le risque de réduire l’engagement politique individuel à l’expression sourde et égoïste des intérêts. La discussion implique un effort de confrontation avec des opinions divergentes. Quand ils discutent, les individus ne se contentent pas d’exprimer leurs opinions, ils explicitent encore les raisons qui, à leurs yeux, les justifient. Certaines raisons étant plus convaincantes que d’autres, la discussion est une pratique sociale qui permet aux acteurs de modifier leurs opinions pour des motifs rationnels. Dans une discussion, le souci du consensus importe peu : ce qui compte, c’est que cet échange accentue la consistance rationnelle des engagements qui se confrontent. Dans ce cadre, le rôle des médias est de contribuer à la propagation de cet échange de raison en favorisant la médiatisation publique d’opinions concurrentes.

4Jusqu’à une période récente, l’espace public était sous la responsabilité d’un système médiatique principalement constitué de journalistes. Pour Habermas, le rôle des médias ne se limite pas à la transmission passive des opinions exprimées dans la société. Leur fonction, leur responsabilité, consiste à sélectionner les opinions les plus pertinentes, c’est-à-dire celles qui permettent au plus grand nombre de découvrir l’existence d’un problème présent dans la société. La fonction des médias est une fonction réflexive, leur responsabilité est de présenter à leur public les meilleures raisons qui peuvent s’échanger pour leur permettre de mieux rationaliser leurs engagements.

5La période contemporaine est caractérisée par des avancées technologiques majeures :  le développement des outils informatiques, d’internet et des réseaux sociaux. Bien qu’Habermas reconnaisse que ces innovations représentent un progrès pour nombreuses dimensions de la vie sociale, il estime que leur impact sur le développement de l’espace public justifie quelques inquiétudes. Le fonctionnement « en plateforme » des réseaux sociaux rompt radicalement avec le fonctionnement de l’espace public médiatique traditionnel. En autorisant tous les utilisateurs potentiels à devenir des auteurs autonomes, il leur donne un statut égal à celui de journaliste professionnel. La particularité de ces nouveaux médias que sont les réseaux sociaux, c’est qu’ils se dispensent du principe de sélectivité qui conférait à la presse d’antan sa légitimité démocratique. Les plateformes comme Facebook, YouTube, Instagram ou Twitter ne sont pas non plus des espaces d’expression neutres : les interventions sur les réseaux sont plus ou moins mises en valeur en fonction de leurs taux d’audience, de réaction ou de partage. Sur les réseaux sociaux, les opinions sont traitées comme des marchandises, leur valeur publicitaire prime sur la pertinence de leur contenu. Du côté des utilisateurs, le fonctionnement algorithmique des plateformes favorise la « production spontanée d’univers fermés », entretenant les individus dans leurs opinions plutôt que de le confronter à des avis différents. Cette marchandisation des informations, couplée à la mise sous cloche des utilisateurs dans leur bulle de filtre, favorise la possibilité d’instrumentaliser les réseaux sociaux à des fins populistes. La propagation de fake news, redoublée d’une dévaluation excessive de la qualité des informations de la presse traditionnelle, souvent qualifiée sur les réseaux de « presse à mensonge », affaiblit considérablement la « qualité délibérative » des échanges dans un espace public où il devient de plus en plus difficile de distinguer les bonnes raisons des mauvaises.

6Bien qu’Habermas dépeigne la situation actuelle de façon très négative, son approche n’est pas pour autant défaitiste. Selon lui, la dérégulation capitaliste qui va avec la marchandisation progressive des dimensions les plus politiques de la vie sociale met en péril la stabilité de la démocratie. Dans ce contexte, il appelle à la régulation institutionnelle des réseaux sociaux à l’échelle de l’Union européenne. Il souligne que la responsabilisation des réseaux sociaux, même si elle s’oppose au droits de la concurrence, n’est pas un simple choix politique : c’est une nécessité constitutionnelle si nous souhaitons préserver la démocratie. L’entretien de la « qualité délibérative » de l’espace public doit donc passer avant les lois du marché.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, Gérald Bronner, Apocalypse cognitive, Paris, PUF, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Peuch, « Jürgen Habermas, Espace public et démocratie délibérative : un tournant », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 mars 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60435 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.60435

Haut de page

Rédacteur

Benoît Peuch

Professeur des écoles et doctorant en philosophie et sciences sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search