Navigation – Plan du site

« "Le rebut humain" et "L'exemple des Roms, les Roms pour l'exemple" », Lignes, n°35, juin 2011, Nouvelles Editions Lignes

Jérôme Thomas
"Le rebut humain" et "L'exemple des Roms, les Roms pour l'exemple"
« "Le rebut humain" et "L'exemple des Roms, les Roms pour l'exemple" », Lignes, n°35, juin 2011, Éditions Lignes, ISBN : 9782355260797.
Haut de page

Texte intégral

1Le recueil d’articles sur le « rebut humain » proposé par cette livraison estivale de la revue Lignes est d’une lecture difficile, pour deux raisons au moins.

2La première raison est sans doute l’érudition du propos qui exige du lecteur une culture philosophique, littéraire et historique importante pour suivre le cheminement des auteurs. Au gré des articles qui se succèdent, la figure du rebut est analysée dans l’histoire de la culture occidentale ainsi que dans l’histoire de la pensée : on va de l’antiquité, avec une analyse du traitement politique de la figure du rebut par le dispositif de la tragédie antique (Mathilde Girard), jusqu’au vingtième siècle avec, dans plusieurs articles, des passages précis sur l’abord théâtral et littéraire de la question de l’abject et du déchet (par Bataille et Beckett notamment). Jacob Rogozinski nous arrête dans cette chronologie au Moyen-âge pour présenter les différentes, subtiles et ambivalentes modalités du rapport à la lèpre et aux lépreux à cette époque : s’en dégagent, selon lui; les matrices des processus d’exclusion modernes et contemporains (du grand renfermement de l’âge classique aux dispositifs de persécution et d’extermination des populations du 20e siècle). La minuscule introduction qui ouvre le recueil ne suffit pas à accompagner le lecteur dans ce dédale érudit de contributions qui auraient sans doute mérité d’être unifiées par une problématique plus claire que celle du thème, très large, dont se saisisse les auteurs à leur guise.

3La seconde raison qui rend la lecture de ce recueil d’articles difficile est l’irritation qu’il provoque chez le lecteur non accoutumé à l’énonciation dans le champ de la philosophie (discipline la plus fortement représentée dans cette livraison). En effet, quasiment aucun article ne se protège de l’usage d’une sorte de verbiage pompeux qui donne l’impression d’une compétition entre pairs philosophes qui cherchent à se distinguer par des jeux sémantiques pour former des concepts qui, au final, ont peu d’opérativité heuristique. On comprend cependant la démarche, propre à la philosophie, de tenter de faire resignifier des mots vulgaires ou du sens commun pour leur donner une dimension conceptuelle – démarche intéressante au demeurant ici quand il s’agit de traiter du rebut, du déchet, de la merde, qui pourraient apparaître comme des objets triviaux à complexifier. Mais, trop souvent, le verbiage l’emporte sur les effets de sens qui pourraient être produits au service d’une meilleure compréhension de la grande exclusion, de la précarité et de la discrimination raciale qu’évoque la question du « rebut humain » dans le contexte socioéconomique actuel. L’effet de ce verbiage est une désorientation du lecteur qui fait l’expérience d’une sorte de violence symbolique, le situant comme rebut, comme sujet n’ayant pas accès à la pensée des auteurs. C’est un peu paradoxal vu le thème de la livraison… Beaucoup des articles illustrent assez bien ce que Pierre Bourdieu décrit dans son article « Censure et mise en forme », publié dans Ce que parler veut dire. Même s’ils tentent de mettre en œuvre le « Bruissement de la langue » par des jeux sur les signifiants à la recherche d’effets de signifiés conceptuels, les auteurs n’atteignent pas le brio d’un Barthes ou d’un Lacan en la matière... On regrette aussi le peu de références bibliographiques (parsemées en notes de bas de page) qui auraient pu orienter un peu mieux la lecture. On s’étonne de l’absence de références à certains auteurs pourtant fondateurs dans la théorisation de la question du déchet mais qui semblent cependant inspirer certains textes : on pense aux travaux de Kristeva sur l’abject, de Laporte sur la merde ou encore de Declerck sur la grande désocialisation ou de Lhuilier et Cochin sur le déchet…

4Malgré ces critiques assez fortes, ce dossier présente un certain intérêt au moins pour la discussion théorique de la notion de rebut et des processus psychiques, moraux et sociaux de mise à l’écart de discours ou carrément de sujets considérés dans leur entière altérité. Un débat théorique structure ainsi le dossier et anime tous ses auteurs : c’est celui de savoir dans quelle mesure la mise au rebut de discours ou de sujets conditionne la constitution et le maintien d’une forme de lien social, de groupes, de communautés. La constitution d’une identité collective est-elle obligatoirement soumise à des formes d’exclusion, de constructions – toujours arbitraires – d’altérités radicales, de sujets inclassables, inassimilables, dont les paroles, comportements et modes de vie ne parviennent pas à se représenter dans les représentations sociales de tel ou tel groupe ? Le rebut, les processus de mise à l’écart et d’exclusion sont-ils une nécessité (même inconsciente) en vue de la constitution des identités collectives ou le rebut humain, de manière plus euphémisée, n’est-il que le reflet inversé de notre société, nous invitant à redéfinir sans cesse les limites de notre contrat social ? La mise au rebut est-elle un événement originaire ou bien une dynamique variable qui construit et reconfigure, en creux, le politique ? On voit combien la question est cruciale et d’actualité dans une société (française en tous cas) ou des discours politiques se fondent de plus en plus sur la haine de l’autre au sein d’obsessions sécuritaires aux allures qui frôlent le racisme (le second dossier du numéro porte sur les Roms et le traitement qu’ils ont récemment subi dans le discours politique et dans les effets de l’action publique).

5Dans son article sur les lépreux au Moyen-âge, J. Rogozinski montre bien l’arbitraire du rapport social et politique à une certaine catégorie d’individus. Les lépreux, avant d’être persécutés et exterminés au 13e siècle, jouissaient d’un statut ambivalent, entre l’abjection et le sacré. L’auteur analyse tout le jeu de cette ambivalence qui protégea longtemps les lépreux jusqu’à ce qu’ils ne soient plus considérés que comme des pécheurs portant les stigmates de leurs péchés qui justifiaient leur persécution. Avant le tournant du 13e siècle, les lépreux, du fait de leurs stigmates corporels, étaient considérés comme martyrs, portant leur croix comme Jésus. Ils possédaient aussi un caractère sacré puisque la lèpre, avant d’autres pathologies qui varièrent au cours des siècles, était l’objet du pouvoir thaumaturgique du souverain : soit la sacralité royale effaçait la lèpre, soit la souillure l’emportait sur le roi en le rendant illégitime : les lépreux et leur affection était un critère de la sacralité royale. Rogozinski, en mobilisant et en discutant les thèses de Foucault, nous rappelle combien certains sujets porteurs de telle ou telle pathologie, élues plus ou moins arbitrairement, servent le politique pour construire sa légitimité : cela renvoie évidemment aux rapports et aux discours  actuels concernant le Sida, le cancer, la maladie d’Alzheimer, la schizophrénie, etc., qui signent la manière dont le pouvoir discipline les corps mais aussi construit des frontières dans la social en instituant des inclus et des exclus.

6Dans une perspective aussi historique, Mathilde Girard montre comment, dans l’antiquité, le dispositif de la tragédie grecque, ainsi que son contenu discursif, fonctionne comme une modalité de traitement politique, collectif, de ce que la société exclut pour exister alors même que la démocratie, du fait de son axiome de l’égalité, ne peut l’assumer. Cette contradiction entre faire société et être dans la nécessité de rejeter pour définir les limites du social, et donc l’identifier, est au cœur de beaucoup d’articles. La littérature ou l’histoire littéraire est souvent sollicitée car elle montre comment les productions artistiques ont un rôle soit cathartique (comme dans le cas de la tragédie) soit de monstration (l’abject que met en scène Bataille, Sade ou Beckett).

7L’article de Crowley, verbeux à souhait, s’attaque précisément à la manière dont la littérature traite de ce qu’il nomme « l’exclusion constitutive de toute pensée ». L’article est difficile à suivre car il s’inscrit dans une sorte d’exercice poétique qui dessert la réflexion théorique et n’est pas très heuristique pour attaquer de front des problématiques politiques et sociales de mise au rebut – mais sans doute n’est-ce pas là l’intention de l’auteur.

8L’article de J. Lèbre est en revanche plus politique et, de manière très intéressante, analyse les effets non présagés de mise au rebut dans deux situations humanitaires : celle de Lampedusa et de L’Aquila. L’auteur développe toute une réflexion sur le rôle d’un Etat face à deux mesures dont il se retrouve en charge à travers l’action de sa police et de sa justice : l’expulsion et la rétention. On voit comment l’Etat peut (ou doit) faire dans cet exercice qui s’approche d’une activité excrémentielle (retenir puis lâcher) suivant qu’il est considéré dans son aspect souverain, légitime ou démocratique.

9L’article de M. Nichanian souligne les contradictions de la pensée humaniste du 18e siècle qui, en cherchant une définition de l’humain et surtout de la notion de « peuple », à travers la positivité de la science philologique, est amenée au paradoxe de distinguer des groupes humains qui méritent le nom de « Peuple » et d’autres pas. On retombe sur un thème qui traverse tous les articles, à savoir celui de la nécessité de la désignation de la marge pour construire le cœur et les critères d’une identité collective : « pour définir l’humain de l’humanisme, affirme Nichanian, il faut bien qu’il y ait de l’inhumain, une marge incertaine de l’humanité ». L’auteur nous sensibilise au fait problématique que cette marge puisse se constituer à partir d’arguments scientifiques, soit à partir d’une science toute puissante et hyper positiviste, qui ne peut qu’avoir le nom de scientisme. C’est en tous cas un article intéressant qui fait prendre conscience des accointances dangereuses entre sciences humaines et sociale, d’une part, et vie politique, d’autre part.

10L’article de D. Sardinha complète ce dossier par une réflexion sur la tradition de pensée des Cyniques en philosophie qui a longtemps été mise au rebut de la pensée philosophique. L’analyse des raisons qui ont fait des Cyniques les « chiens de la philosophie », comme dit l’auteur s’appuyant et jouant sur l’origine étymologique du mot « cynique », est enseignant, selon lui, sur les processus plus généraux d’exclusion dans notre monde contemporain. Sardinha relève plusieurs éléments caractéristiques des Cyniques qui ont fait qu’ils ont été exclus dans l’antiquité : leur courage de « dire-vrai », leurs aspects repoussant et leur train de vie auprès de la plèbe. Le lecteur accoutumé des travaux sur les SDF, notamment ceux de Declerck, ne manqueront pas de repérer combien cette figure du cynique se retrouve dans celle du clochard aujourd’hui : l’être repoussant qui dit une vérité trop criante sur notre société qui exclut. On apprécie aussi toute la réflexion de l’auteur sur l’assomption et le retournement de l’injure par les cyniques, qui fait cette fois penser aux travaux de Butler, dans le Pouvoir des mots, sur la resignification de l’insulte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Thomas, « « "Le rebut humain" et "L'exemple des Roms, les Roms pour l'exemple" », Lignes, n°35, juin 2011, Nouvelles Editions Lignes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6050

Haut de page

Rédacteur

Jérôme Thomas

Post-Doctorant en sciences de l'information et de la communication, UMR 5206 "Triangle" (Université Lyon 2, ENS de Lyon, CNRS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page