Navigation – Plan du site

Frédéric Lordon, L'intérêt souverain. Essai d'anthropologie économique spinoziste

Philippe Gillig
L'intérêt souverain
Frédéric Lordon, L'intérêt souverain. Essai d'anthropologie économique spinoziste, Paris, La Découverte, coll. « Poche/Sciences humaines et sociales », 2011, 248 p., 1ère éd. 2006, ISBN : 9782707169167.
Haut de page

Texte intégral

1Frédéric Lordon nous offre ici une réédition de son ouvrage paru pour la première fois en 2006. Dans cette nouvelle version, le texte original n’a pas été amendé d’un iota, si ce n’est qu’une « préface inédite de l’auteur » y a été adjointe.

2Cette dernière vise à mettre l’accent sur les trois idées essentielles du livre : le rôle central du conatus spinozien, témoignant par là de l’omniprésence de l’intérêt derrière toute action, aussi désintéressée qu’elle puisse pourtant paraître ou être ressentie par l’acteur ; ensuite, eu égard au fait que tout groupe social veut maintenir sa cohésion mais qu’il doit de facto composer avec cette puissance égocentrique et prédatrice, le don peut être vu comme un des moyens mis en œuvre historiquement pour détourner les conatus vers des intérêts de substitution (en l’occurrence des intérêts symboliques d’honneur, de prestige…) ; enfin, le don a comme condition de possibilité le maquillage des intérêts véritables qui l’animent, dans la mesure où la grandeur morale du don s’en trouverait ipso facto annihilée, destruction qui emporterait avec elle le don et donc aussi la paix que cette fiction sociale est censée générer.

3On voit derrière ces idées forces que l’apport de Lordon est de proposer, à partir d’une anthropologie du don, un ouvrage de philosophie politique. C’est la fameuse question : « comment la société est-elle possible ? » qui y est en jeu et à laquelle il répond en mobilisant de façon tout à fait originale la philosophie de Spinoza, l’anthropologie (de Mauss ou de Sahlins), et la sociologie de Bourdieu, pour l’essentiel.

4De sorte que le sous-titre de l’ouvrage est problématique : « Essai d’anthropologie économique spinoziste ». Car c’est bien plus d’une anthropologie politique dont il semble être question. Il faut dire que le terme d’ « économie » fait l’objet dans ce livre d’une utilisation abusive, d’autant plus paradoxale que l’auteur est par ailleurs économiste, spécialiste en particulier de questions financières. En effet, critique du MAUSS (Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales), il n’en adopte pas moins la terminologie pourtant critiquable de l’« intérêt économique », aussi nommé « intérêt utilitariste », et désignant l’intérêt égoïste individuel d’un agent maximisateur. Or, la théorie microéconomique a depuis longtemps abandonné comme postulat de travail l’idée d’un tel homo oeconomicus ; quant à la macroéconomie de type keynésienne, elle ne repose aucunement sur cette figure.

5Concernant en particulier l’expression « intérêt utilitariste », le premier grand auteur à avoir explicitement fait reposer l’économie politique sur l’hypothèse d’un economic man – à savoir John Stuart Mill – est certes un des fondateurs de l’utilitarisme (avec Bentham), sauf que sa morale utilitariste consiste précisément à montrer en quoi les intérêts individuels égoïstes sont seconds par rapport au groupe (au « plus grand nombre ») – de sorte que dire que Mill fonderait son économie politique sur une morale utilitariste relèverait du plus grossier contresens. Notons enfin que l’idée d’« intérêt économique » est parfois également associée dans le texte à celle d’intérêt « matériel », qualificatif encore davantage condamnable (comme si les services n’étaient pas désirés par les agents économiques…).

6Si l’on revient à la préface, il faut souligner qu’elle constitue d’une certaine manière une synthèse de l’ouvrage qui prend tout son sens véritable seulement après avoir parcouru l’ensemble du livre. Car son caractère ramassé exige du lecteur d’avoir déjà saisi un certain nombre de concepts philosophiques clés ainsi que le point de vue d’ensemble pour le moins iconoclaste de Lordon.

7Mais l’intérêt de cet addendum pour les lecteurs qui auraient déjà parcouru la première édition – mais cela vaut également pour ceux qui n’ont pas encore eu le livre entre les mains – réside principalement dans la discussion du « don des parents aux enfants ». Présenté comme la preuve kat’exochen pour les apologistes du désintéressement (le MAUSS notamment) de la possibilité d’un don purement dénué de tout intérêt, l’auteur n’en démonte pas moins la logique sous-jacente toute intéressée. « On n’en finirait pas de recenser les causes intéressantes susceptibles de déterminer un désir d’enfant… » ; et d’évoquer la volonté de contredire un deuil familial, le sentiment de puissance liée à l’éducation, ou encore les normes sociales de la vie familiales, enfin et surtout, l’amour reçu comme paiement à la fois symbolique et psychique. Pour illustrer cette critique du don parental comme oubli de soi, on appréciera en particulier l’analyse que l’auteur propose d’un tableau de William-Adolphe Bouguereau intitulé La Charité, judicieusement reproduit en couverture.

8La préface ne saurait pour autant épuiser toute la profondeur des analyses qui parcourent l’ouvrage et qu’on ne peut que recommander de lire. On peut in fine regretter que la réédition « à l’identique » de l’ouvrage n’ait pas conduit à une actualisation de certaines références de bas de page, indiquées « à paraître » alors que depuis 2006 elles ont été publiées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Gillig, « Frédéric Lordon, L'intérêt souverain. Essai d'anthropologie économique spinoziste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6051

Haut de page

Rédacteur

Philippe Gillig

PRAG à l'UFR de Sciences Sociales et doctorant en philosophie de l'économie, BETA, Université de Strasbourg.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page