Navigation – Plan du site

Fabien Hein, Ma petite entreprise Punk. Sociologie du système D

Alexis Pêpe
Ma petite entreprise Punk
Fabien Hein, Ma petite entreprise Punk. Sociologie du système D, Toulouse, Kicking Books, 2011, 138 p., ISBN : 9782953405927.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  A. Zaytseva, «À la scène comme à la ville : engagements multiples des musiciens underground», Ethn (...)

1«À la scène comme à la ville : engagements multiples des musiciens underground»1 est un des articles qui ont pu inspirer l’ouvrage de sociologie dont il est question ici. En effet, son auteur y présentait une étude du milieu punk montrant l’imbrication entre implication pour la scène et dans le militantisme. Le Do It Yourself était évidemment présent.

2C’est que Fabien Hein s’inscrit dans le mouvement des Cultural Studies. Ma petite entreprise punk, sociologie du système D est une étude de cas portant sur la scène punk rock française, considérée au prisme du groupe Flying Donuts. Elle s’intéresse à la manière dont celui-ci parvient à créer, entreprendre, et s’inscrire dans l’économie d’une manière originale, via le Système D, utilisé ici comme cadre interprétatif de l’« entreprise punk rock ».

3De septembre 2007 à juin 2010, Fabien Hein s’est consacré au groupe de punk rock qu’il a interviewé, suivi en tournée, et aidé en tenant le stand de merchandising du groupe lors de concerts. Ces expériences et échanges, ainsi que l’ensemble des archives du groupe (cahiers de comptes, discographie, carnet d’adresses, photographies…) auxquelles il a eu accès, lui ont permis de retracer l’évolution du groupe. A ce titre, il se place donc comme un observateur à découvert.

4On découvre (ou redécouvre) le fonctionnement du système D, grâce à ce fil conducteur que constitue l’histoire du groupe. Les membres de Flying Donuts sont trois garçons, amis d’enfance, réunis par un leitmotiv commun : leur passion pour le punk rock. De la salle de répétition familiale d’Epinal où ils commencent à jouer à 14, 16 et 17 ans, aux concerts aux quatre coins du monde, les jeunes gens ont construit un collectif comparable à une entreprise à bien des égards, tout en se démarquant des fonctionnements de l’industrie du disque et ses majors. Leur parcours, marqué par la détermination et l’entraide, est représentatif du système D, à la base de la majorité des « entreprises punk » depuis 1977.

5Le premier chapitre de l’ouvrage s’attache à décrire la somme d’expériences qui est à la source du collectif. Les trois personnages font d’abord l’objet de portraits qui permettent de mettre en évidence leur rôle actuel dans le groupe au regard de leurs expériences individuelles. On apprend ensuite que les deux frères Jérémie et Benjamin (respectivement guitariste/chanteur et batteur) viennent d’une famille de musiciens qui les soutient et participe à leur éducation musicale, ainsi qu’à celle de leur ami et bassiste Emmanuel. La construction de l’activité collective naissante est également décrite : le démarrage du « projet » (terme volontairement emprunté à la littérature entrepreneuriale par l’auteur), et la stratégie initiale, dans laquelle « c’est l’expérience qui guide l’action ». Enfin, sont présentées les étapes de la construction du groupe, et son insertion dans la scène punk rock.

  • 2  P. Michaïloff, Dictionnaire raisonné du punk. Scali, 2007 - Article Do It Yourself, p.75

6Le deuxième chapitre présente le fonctionnement du système D, au travers des deux activités principales d’un groupe de rock : produire des disques et donner des concerts. Le système D, ou « do-it-yourself » (DIY) (« fais-le toi-même »), consiste à exercer une activité sur le mode de l’autogestion, en s’affranchissant des systèmes productifs dominants, où les intermédiaires sont légions. C’est ainsi qu’il est défini dans le Dictionnaire raisonné du Punk2 : « Le D.I.Y. est un principe de base du punk. Si cette major ne veut pas vous signer, créez votre maison de disques ; si ce luxueux magazine à couverture glacée ne veut pas de vos articles trempés dans la nitroglycérine, créez votre fanzine ; et si aucun de ces vieux groupes cocaïnés et scandaleusement riches n’est capable de vous fournir le shot de rock’n roll dont vous avez besoin… alors créez le vôtre et appelez ça The Jam ou The Clash ! ».

7Ce système permet à Flying Donuts d’assumer une activité créative qui serait incompatible avec l’industrie du disque. Le groupe a ainsi été amené à l’autoproduction, via la création de son propre label ; puis à la coproduction, qui lui permet de bénéficier d’un réseau (et de le faire vivre), et donc de partager les risques et les bénéfices (on notera d’ailleurs que le partage des risques et des bénéfices est constitutif du fondement juridique d’une société). On peut relever, parmi d’autres, deux composantes caractéristiques du DIY : Le « split », qui est un album partagé entre deux groupes, témoigne de la coopération qui peut exister au sein de l’univers punk rock : le support est partagé entre les deux groupes, de même que les frais de production et les « réseaux de distribution ». La distribution directe : la vente d’albums lors des concerts est tout aussi efficace et plus rentable que la distribution via un système classique avec ses intermédiaires et ses marges.

  • 3  A. O'Connor, Punk Record Labels and the Struggle for Autonomy. The Emergence of DIY. Lanham, MD : (...)

8On apprend également avec intérêt un fait moins souvent mis en avant par les punks prônant le DIY, à savoir que la coopération, permettant l’autonomie du groupe de punk, passe aussi par la solidarité intergénérationnelle : pour Flying Donuts, comme pour d’autres vraisemblablement d’après une étude d’Alan O’Connor3 citée dans le présent ouvrage, certains grands-parents s’engagent dans production discographique de leurs petits enfants. Le chapitre explique enfin comment l’entreprise culturelle participe aussi à faire vivre la scène punk rock, en se plaçant ainsi dans une boucle de rétroaction amplificatrice.

9Le troisième chapitre, intitulé « L’entreprise punk rock », s’intéresse aux similitudes entre un groupe de rock et une entreprise. Pour démontrer cette association, le business model du groupe est décortiqué autour de deux axes que l’on retrouve dans le vocabulaire entrepreneurial : l’organisation et la rentabilité. En effet, dans un groupe de punk rock comme dans une société commerciale, le travail est rationalisé, divisé, coordonné, de la répartition des instruments et des rôles sur le plan créatif, à celle des activités connexes à la production musicale. Ainsi, Benjamin assure le rôle de manager, tandis qu’Emmanuel est en charge des fonctions administratives, et Jérémie de la communication. Il est intéressant de noter que la répartition des tâches se fait naturellement, tout comme le partage du pouvoir : le mode de décision est démocratique.

10Ensuite, l’auteur présente les sources de revenus du groupe : on retient que la production de disques est déficitaire, tout comme le serait l’activité scénique si on rapportait au SMIC horaire le temps qui y est consacré par les artistes. Le merchandising en revanche est une source de revenus, qui permet de soutenir partiellement les concerts. Des revenus complémentaires sont apportés par les droits d’auteur, dont les différents systèmes sont décrits, et par l’endorsement, qui consiste pour une marque d’équipement musical à fournir des instruments aux artistes, qui s’engagent à les utiliser sur scène et/ou apposer le logo de la marque sur leurs supports.

11En conclusion, on se rappellera avec profit l’intervention de l’auteur au colloque « Droit et Rock », qui s’est tenu à l’université de Limoges en avril 2010. Lors de cette manifestation, Fabien Hein avait introduit son sujet en évoquant les paradoxes du rock et a fortiori du punk rock, à savoir la tension entre l’essence de ces musiques que constitue le système D et l’intégration forcée dans l’économie de marché.

Haut de page

Notes

1  A. Zaytseva, «À la scène comme à la ville : engagements multiples des musiciens underground», Ethnologie française, Vol. 38, 2008/1

2  P. Michaïloff, Dictionnaire raisonné du punk. Scali, 2007 - Article Do It Yourself, p.75

3  A. O'Connor, Punk Record Labels and the Struggle for Autonomy. The Emergence of DIY. Lanham, MD : Lexington Books, p.87

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Pêpe, « Fabien Hein, Ma petite entreprise Punk. Sociologie du système D », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6052

Haut de page

Rédacteur

Alexis Pêpe

Consultant en Organisation et Systèmes d'Information

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page