Navigation – Plan du site

Marie-Pierre Chopin, Le temps de l’enseignement. L’avancée du savoir et la gestion des hétérogénéités dans la classe

Didier Bastide
Le temps de l'enseignement
Marie-Pierre Chopin, Le temps de l'enseignement. L'avancée du savoir et la gestion des hétérogénéités dans la classe, Presses universitaires de Rennes, coll. « Paideia », 2011, 185 p., EAN : 9782753512726.
Haut de page

Texte intégral

1Marie-Pierre Chopin se propose d’analyser dans cet ouvrage les conséquences de l’usage du temps dans l’enseignement, notamment sur « l’avancée des savoirs des élèves et la gestion des hétérogénéités dans la classe », pour reprendre l’intitulé du sous-titre. À travers ce prisme, à la fois « objet et instrument », l’auteure, maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université Bordeaux 2, questionne l’efficacité des pratiques d’enseignement à l’école élémentaire dans la diffusion des connaissances auprès des élèves.

  • 1  B. Suchaud, « L’organisation et l’utilisation du temps scolaire à l’école primaire. Enjeux et effe (...)
  • 2  J.-M. Berthelot, Le piège scolaire, Paris, PUF, 1983 ; D. Vincent éd., L’éducation prisonnière de (...)
  • 3  B. Suchaud, « La gestion du temps à l’école maternelle et primaire. Diversité des pratiques et eff (...)

2Si la recherche en histoire et en sociologie s’est emparée du temps de l’école, schématiquement, d’un point de vue quantitatif – autrement dit en étudiant, d’une part, « le volume de temps offert aux élèves et sa répartition au cours de l’année, de la semaine et de la journée »1, d’autre part l’allongement de la scolarité, indissociable de la « forme scolaire », (ou « piège scolaire » selon Jean-Michel Berthelot2) –, la démarche, ici, est de nature qualitative, « anthropo-didactique ». L’analyse porte sur les relations entre les contenus de l’activité d’enseignement et les apprentissages des élèves. Cette perspective peut être rapprochée dans ses objectifs de l’étude de Bruno Suchaut (1996), qui consistait à décrire les pratiques des enseignants en matière d’utilisation du temps. À partir de grilles budget-temps, l’auteur répertoriait les arbitrages effectués entre les différentes disciplines scolaires afin de mettre au jour l’impact pédagogique des différences d’allocation de temps, ceci au CP et en grande section de maternelle3.

  • 4  Pour un recueil plus complet, voir la note de synthèse proposée par l’auteure : M.-P. Chopin, « Le (...)
  • 5  W. J. Smyth, « Time and school learning », International Encyclopedia of Education, T. Husèn éd., (...)

3Dans une première partie, Marie-Pierre Chopin pose quelques jalons en matière de politiques publiques concernant « l’aménagement du temps scolaire », « les rythmes scolaires » et la façon dont ces thématiques régulièrement médiatisées ont été appréhendées par la recherche, grâce notamment à l’émergence de nouveaux champs disciplinaires, la chronobiologie et, plus récemment, la chronopsychologie. Ainsi, l’auteure en vient à un état des lieux succinct de la recherche qui fait la part belle aux travaux nord-américains, précurseurs des études menées en France4. Dans ce cadre, elle expose le modèle d’analyse de Smyth5 (1985) qui cible différents niveaux d’appréhension du temps, depuis une approche globale, institutionnelle, jusqu’au « temps d’apprentissage académique », autrement dit jusqu’à un point de vue focalisé sur les comportements des élèves, impliqués dans une tâche d’apprentissage. Enfin est présenté le « terrain » de l’étude proprement dite, composé d’une série d’observations puis d’une analyse de séquences d’arithmétique menées auprès de huit classes de CM2. Pour la réalisation d’un même projet, la moitié des professeurs de ces classes disposent de deux heures, l’autre moitié de quatre heures. Sans entrer dans les détails, l’auteure mesure alors les progressions des élèves et montre que « l’augmentation du temps légal n’est associée ni à un gain d’efficacité ni à une plus grande équité » (p. 44) – bref, que « l’horloge n’enseigne pas » (p. 49).

4Dans une deuxième partie, l’analyse porte le regard sur « ce que les professeurs ont réellement fait du temps dont ils disposaient ». Un relevé, comme chez Bruno Suchaut, est opéré à l’aide de grilles budget-temps, ici à partir de l’enregistrement vidéo de séquences menées en classe et découpées en « phases » et « actions ». Les informations obtenues constituent sans doute la partie de l’ouvrage la plus intéressante pour le lecteur, tant les résultats abondent, aussi denses que nuancés, quant à l’impact du temps sur l’organisation des leçons. En effet, certaines phases « résistent » au temps, d’autres sont « protégées » ou « épargnées ». Une première conclusion partielle émerge : lors d’une leçon, l’activité des élèves et la place du professeur fluctuent en fonction du temps disponible. Ce dernier influence donc le style d’enseignement.

5Si l’explication précédente éclaire les postures adoptées par les enseignants lors des déroulements de séquences, elle informe peu sur les conditions didactiques stricto sensu. Ceci justifie l’adoption, dans une dernière partie, d’une nouvelle perspective, d’un coup d’œil anthropologique, afin de se pencher sur le « temps didactique » saisi non plus comme un temps « donné », mais d’un point de vue dynamique et pratique, comme produit par et dans l’enseignement. Ce regard permet à l’auteure de décrire l’évolution des séquences d’enseignement dans les huit classes observées et d’en tirer une synthèse des profils de situation, une typologie des modes de création « d’hétérogénéité didactique ».

6Le cheminement théorique, en dernière partie, mobilise un grand nombre de travaux, puise dans des références variées. Aussi la conclusion, dans un souci didactique manifeste, permet-elle de retrouver les diverses étapes de l’ensemble du parcours de recherche. Cette contribution réussie à l’étude du temps de l’enseignement affronte une particularité souvent peu prise en compte dans les discours sur l’école, comme le souligne Marie-Pierre Chopin : « […] le temps didactique, temps spécifique de la diffusion des savoirs, [n’est] pas isomorphe au temps de l’horloge : il n’avance pas sous les mêmes ressorts ni les mêmes logiques » (p. 158).

Haut de page

Notes

1  B. Suchaud, « L’organisation et l’utilisation du temps scolaire à l’école primaire. Enjeux et effets sur les élèves », Dijon, IREDU-CNRS, Université de Bourgogne, mai 2009, en ligne [http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00395539/fr/], consulté le 18 juillet 2011.

2  J.-M. Berthelot, Le piège scolaire, Paris, PUF, 1983 ; D. Vincent éd., L’éducation prisonnière de la forme scolaire, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1993 ; M.-M. Compère éd., Histoire du temps scolaire en Europe, Paris, INRP/Economica, 1997.

3  B. Suchaud, « La gestion du temps à l’école maternelle et primaire. Diversité des pratiques et effets sur les acquisitions des élèves », L’Année de la recherche en sciences de l’éducation, Paris, PUF, 1996.

4  Pour un recueil plus complet, voir la note de synthèse proposée par l’auteure : M.-P. Chopin, « Les usages du temps dans les recherches en éducation », Revue française de pédagogie, n° 170, 2010.

5  W. J. Smyth, « Time and school learning », International Encyclopedia of Education, T. Husèn éd., Oxford, Pergamon Press, 1985, p. 5265-5272.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Bastide, « Marie-Pierre Chopin, Le temps de l’enseignement. L’avancée du savoir et la gestion des hétérogénéités dans la classe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6055

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page