Navigation – Plan du site

John Locke, Écrits monétaires

Pierre Gille
Écrits monétaires
John Locke, Écrits monétaires, Classiques Garnier, 2011, 463 p., ISBN : 9782812402722.
Haut de page

Texte intégral

1Rédigés en différentes étapes, d’abord publiés séparément (en 1692 et 1695) puis en recueil (en 1696), les « Écrits monétaires » de John Locke (philosophe et économiste anglais engagé dans les débats politiques de son époque, accessoirement médecin, né en 1632, mort en 1704) sont considérés aujourd’hui comme faisant partie des textes fondateurs de la pensée économique en Angleterre.

2Les Classiques Garnier offrent aujourd’hui – dans le cadre d’une nouvelle collection intitulée « Écrits économiques », que cette publication inaugure – la première traduction intégrale de ces textes en français, présentés en vis-à-vis des textes originaux.

3 Cette première traduction intégrale est utilement précédée de deux introductions – l’une rédigée par André Tiran, professeur de sciences économiques à l’université Lumière Lyon 2 et responsable scientifique de la publication, l’autre par Florence Briozzo, traductrice des textes présentés – qui permettront au lecteur, si besoin est, de resituer les écrits de Locke – et Locke lui-même – dans leur contexte économique et monétaire, mais aussi politique et culturel.

4Les « Écrits monétaires » de Locke datent en effet d’une période troublée de l’histoire de l’Angleterre. Pays en guerre aux finances publiques dévastées et à la production peu diversifiée, celle-ci connaît alors une situation économique difficile. Dans ce cadre, on assiste, tout au long de la seconde moitié du xviie siècle, à de très vives controverses sur la meilleure manière de sortir de cette situation et, plus précisément, de la « pénurie de monnaie » qui, selon les analyses de l’époque, en serait la cause – l’expression polysémique « pénurie de monnaie » désignant en particulier un certain manque d’argent, métal qui servait alors à fabriquer les pièces utilisées dans les transactions les plus quotidiennes.

5Ces « Écrits monétaires », au nombre de trois, rendent compte de ces controverses et des positions adoptées par Locke à cette occasion. Le premier, très développé, « Quelques considérations sur les conséquences qu’auraient une baisse de l’intérêt et un rehaussement de la valeur de la monnaie », a été publié anonymement en 1692, reprenant en partie des réflexions que Locke avaient menées plusieurs années auparavant. Le deuxième, assez court, s’intitule « Brèves observations sur un mémoire intitulé : “Des moyens d’encourager la frappe des monnaies d’argent en Angleterre, et ensuite de l’y garder” » ; écrit en 1693 et publié en 1695, c’est la réponse de Locke à un texte anonyme publié en 1693 et attribué à un haut responsable des autorités monétaires de l’époque, Thomas Neal, qui répondait lui-même aux écrits antérieurs de Locke. Le troisième, assez étoffé, a pour titre « Nouvelles considérations sur le rehaussement de la valeur de la monnaie (où l’on examine particulièrement les arguments développés par Mr Lowdes dans son récent Rapport contenant un Essai en faveur de l’amendement des monnaies d’argent ». Il s’agit d’une réfutation par Locke des arguments avancés par l’un de ses principaux adversaires dans la querelle du « rehaussement » : William Lowdes, alors secrétaire du Trésor (un glossaire situé en fin d’ouvrage permettra au lecteur intéressé d’en savoir un peu plus sur un certain nombre de personnages clés de l’époque, évoqués ou non par Locke dans ses textes).

6Deux grands problèmes centraux dans les débats de politique monétaire de la seconde moitié du xviie siècle en Angleterre sont abordés dans ces trois textes.

7Le premier concerne le niveau du taux d’intérêt légal maximum, ou taux d’usure. Divers projets – jamais appliqués – de réduction de ce taux, fixé à 6 % depuis 1651, seront discutés, d’abord dans les années 1660, puis dans les années 1680. Les arguments alors avancés en faveur d’une telle réduction reposent sur l’idée qu’elle ne pourrait être que favorable au développement de l’activité économique en Angleterre (l’exemple de la Hollande, pays au faible taux d’intérêt et au commerce florissant, était alors très souvent mis en avant par les défenseurs de la réduction).

8Locke est fermement opposé à une telle mesure. La baisse du taux d’intérêt légal maximum, dont l’existence, selon lui, est tout à fait justifiée pour éviter certains abus, ne peut à son avis découler que d’une baisse de la valeur naturelle du taux d’intérêt, laquelle dépend du rapport entre la quantité de monnaie en circulation et la quantité de monnaie nécessaire à l’activité commerciale. Le seul moyen de réduire « sainement » le niveau des taux d’intérêt dans un pays – et donc, par voie de conséquence, le niveau du taux d’intérêt légal maximum – est d’augmenter la quantité de monnaie en circulation dans ce pays, grâce, en particulier, à des excédents extérieurs permettant de récupérer, sous formes diverses, le métal précieux indispensable à la mise en circulation de nouvelles pièces. Toute réduction « artificielle » et « arbitraire » du taux d’intérêt maximum légal, c’est-à-dire ne tenant pas compte du niveau naturel de celui-ci, risque d’aboutir à une dégradation de la situation économique du pays, ce dont pâtiront au final les plus démunis. Un taux d’intérêt légal maximum trop bas, c’est-à-dire fixé en dessous de la valeur naturelle de l’intérêt, décourage en effet les prêteurs potentiels, encourage les phénomènes de thésaurisation de la monnaie et/ou la fuite des capitaux et réduit en fin de compte la circulation monétaire indispensable au développement de l’activité économique.

9Le second problème abordé dans ces textes est celui du « rehaussement », terme mystérieux pour le lecteur d’aujourd’hui. Il découle d’une pratique très courante à l’époque, mais qui n’a plus de sens actuellement : le « rognage » des monnaies. Cette pratique, rendue possible par la piètre qualité de fabrication de certaines pièces en circulation à l’époque, consistait à récupérer une partie du métal des pièces d’argent pour le refondre ou l’échanger à l’étranger contre de l’or à un taux plus intéressant qu’en Angleterre. Elle aboutissait à une fuite de métal précieux à l’étranger et à de très fortes perturbations dans les échanges intérieurs, d’où le retour du troc à certaines époques et dans certaines régions. Les pièces rognées, dont la valeur faciale était donc supérieure à leur pesant réel de métal précieux, circulaient en effet en même temps que les pièces non rognées et les premières avaient tendance au fil du temps – la « mauvaise monnaie » chassant la « bonne » – à évincer les secondes, qui étaient thésaurisées. « Rehausser » la monnaie signifiait donc, dans ce cadre, légaliser le fait que les pièces rognées soient utilisées dans les transactions à leur valeur faciale et non pas à leur valeur réelle.

10John Locke s’opposait là aussi vigoureusement à tout projet allant dans ce sens et préconisait de retirer progressivement de la circulation toutes les pièces rognées, ce qui sera finalement fait et aura, au moins à court terme, des conséquences économiques très négatives. En se basant sur une conception de la monnaie reposant sur l’existence d’une valeur « intrinsèque » de celle-ci, support de son pouvoir d’achat, liée à son contenu réel en or ou argent, il soutenait l’idée selon laquelle un tel « rehaussement », contraire à la définition « naturelle » de la valeur de la monnaie, serait tout à fait catastrophique – ruine des créanciers, payés en monnaie dévaluée, thésaurisation accrue des pièces non rognées, entraînant une réduction de l’activité commerciale – et totalement incapable de résoudre les problèmes de « pénurie de monnaie » connus à l’époque par l’Angleterre (ceux-ci ne pouvant être résolus là encore, selon lui, que par l’accumulation, grâce à des excédents extérieurs conséquents, de métaux précieux).

11La lecture de ces textes pourra sembler un peu fastidieuse à certains lecteurs. Ils sont construits en respectant les principes de la disputation (disputatio) scolastique médiévale, qui veulent que l’on réfute d’abord en bloc les arguments de ses adversaires avant de les réfuter point par point On les lira néanmoins, au prix d’un petit effort, avec intérêt et profit. « Datés » sans être pour autant totalement obsolètes, ils présentent un incontestable intérêt historique. Ils témoignent d’une science économique naissante mais aussi de la pensée (à la cohérence peut être pas toujours facile à établir) d’un auteur qui, ayant selon Keynes « un pied dans le monde mercantiliste et l’autre dans le monde classique », occupe une position charnière dans l’histoire de cette discipline.

12En cherchant à défendre ses positions et à réfuter les arguments de ses adversaires, et tout en restant influencé, dans certains aspects de sa pensée, par le courant mercantiliste, Locke est ainsi amené à aborder tout un ensemble de questions – auxquelles il fournit des réponses que l’on jugera plus ou moins convaincantes selon les cas – qui seront à la base des problématiques de bon nombre de travaux économiques ultérieurs, bien au-delà d’ailleurs de la seule période des « classiques ».

13Citons la question des liens entre taux d’intérêt et pratique de thésaurisation de la monnaie, où l’on verra que l’approche de Locke peut faire penser à ce que Keynes en dira bien plus tard, sans que l’on puisse pour autant faire de Locke un véritable keynésien avant la lettre (il nie ainsi qu’une baisse des taux d’intérêt puisse avoir un impact positif sur l’investissement et se déclare par ailleurs favorable à la frugalité en matière de consommation).

14Citons également la question des liens entre quantité de monnaie en circulation, activité économique et prix, où l’on verra que Locke, souvent considéré comme l’un des pères fondateurs de la « théorie quantitative de la monnaie », défendait l’idée d’une « monnaie active » pouvant avoir une influence non seulement sur les prix, compte tenu de sa vitesse de circulation, mais également sur l’économie réelle (les transactions).

15Citons enfin la question du fondement de la valeur de la monnaie, où l’on verra que Locke, tout en insistant sur le fait que le pouvoir d’achat de l’unité monétaire ne saurait être détaché de son contenu en métal précieux, introduit néanmoins un aspect conventionnel dans la définition de la valeur de la monnaie (et où l’on verra aussi, à travers la réfutation par Locke de certains arguments de ses adversaires, que s’amorcent, dès cette fin du xviie siècle, les prémisses des débats qui opposeront, plus d’un siècle et demi plus tard et toujours en Angleterre, les tenants de la Currency School aux tenants de la Banking School).

16Globalement bien conçu, offrant l’avantage non négligeable de permettre l’accès aux textes originaux de Locke dans leur anglais du xviie siècle, cet ouvrage devrait donc aisément trouver sa place dans la bibliothèque de lecteurs – étudiants, enseignants ou autres – intéressés par la science économique et son histoire.

17Quelques (petits) regrets toutefois. Le premier, d’ordre factuel : ni la première ni la seconde introduction ne permettent de comprendre exactement en quoi a consisté le plan de refonte des monnaies adopté en janvier 1696, et de juger exactement du rôle joué par les idées de Locke dans les conséquences négatives, à court et moyen terme, de ce plan. On évoque le fait que le plan effectivement appliqué est un compromis ne reprenant en fin de compte que partiellement les idées de Locke, pourtant intégralement acceptées dans un premier temps, sans pour autant dire en quoi a consisté ce compromis. Le second regret est d’ordre plus théorique : il serait peut-être utile, en introduction, de donner quelques indications sur la philosophie politique de Locke, car il n’est pas sûr que l’on puisse totalement déconnecter ses « Écrits monétaires » de cette philosophie. On peut en effet penser (et certains passages de ces écrits permettent d’appuyer cette idée) que si Locke s’est opposé à certaines mesures économiques envisagées par le gouvernement, c’est parce qu’il considérait que celles-ci n’allaient pas dans le sens du « bien commun » et que, ce faisant, le gouvernement tendait à remettre en cause le « pacte social » qui le liait au peuple et qui voulait qu’il tire sa légitimité d’une action systématique en faveur du « bien commun ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gille, « John Locke, Écrits monétaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 15 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6056

Haut de page

Rédacteur

Pierre Gille

Docteur ès Sciences économiques, enseignant en Sciences économiques et sociales en Lycée

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page