Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2023Manuel Cervera-Marzal, Portrait d...

Manuel Cervera-Marzal, Portrait du politiste en funambule

Jordan Gamaire
Portrait du politiste en funambule
Manuel Cervera-Marzal, Portrait du politiste en funambule, Lormont, Le Bord de l'eau, col. « L'Atelier du chercheur », 2022, 168 p., ISBN : 9782356878298.
Inicio de página

Texto completo

1La démarche de Manuel Cervera-Marzal avec ce livre est originale : il a souhaité nous partager – « sans déplacer la moindre virgule » (p. 7) – le contenu du mémoire de synthèse qu’il a rédigé en vue de l’obtention de son habilitation à diriger des recherches (HDR), soutenue en 2021. Se faisant, il inaugure la collection qu’il dirige aux éditions Le Bord de l’Eau, intitulée « L’Atelier du chercheur », et destinée à publier ce type d’écrits dans lequel les chercheurs font dialoguer leurs travaux et leurs trajectoires biographiques.

2L’auteur a organisé son ouvrage selon une progression chronologique correspondant aux trois périodes de sa carrière universitaire : sa thèse sur la désobéissance civile, ses travaux post-doctoraux sur les occupations de lieux, et enfin la préparation de son HDR sur les mouvements populistes de gauche. Il profite de l’introduction pour présenter sa démarche générale de chercheur et d’enseignant, que ce soit sa volonté de « donner à penser » (p. 9) à ses étudiants et ses lecteurs pour leur transmettre le goût de la science politique, ses efforts pour mettre en œuvre une « sociologie critique et pragmatique » (p. 19) qui repose sur un « va-et-vient incessant entre la théorie et l’empirie » (p. 30), sa passion pour l’écriture et son habitude de « puiser dans la littérature un souci de narration et une attention au style » (p. 34) ou encore son souhait de maintenir un fil rouge entre ses thématiques de recherche et les méthodes qu’il utilise pour les traiter. Cette introduction permet alors d’appréhender les chapitres suivants en ayant en tête les ambitions de l’auteur et la conception de la recherche en sciences sociales qu’il met en œuvre dans ses travaux.

  • 1 Manuel Cervera-Marzal, Post-vérité. Pourquoi il faut s'en réjouir, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. (...)

3Le premier chapitre est consacré au travail de thèse de Manuel Cervera-Marzal et revient sur deux points. Premièrement, il rend compte du cheminement qui a mené l’auteur à partir de la philosophie politique pour arriver au travail de terrain, deux manières de faire entre lesquelles il a équitablement partagé ses trois ans de doctorat. Par l’étude des penseurs de la désobéissance civile comme John Rawls ou Jürgen Habermas, il arrive à la conclusion que la philosophie libérale, d’une part, ignore les intentions des acteurs sociaux et, d’autre part, la décrit comme « possible théoriquement mais indésirable politiquement » (p. 44) : la désobéissance civile serait illégitime si on ne lui impose pas des contraintes qui, selon l’auteur, la vident de « toute portée pratique » (p. 43). Pour être cohérent avec les critiques adressées, le chercheur décrit comment il a voulu confronter ses théories au terrain, comment il a, pour ce faire, appris la sociologie à laquelle il n’a pourtant pas été formé. Il nous amène également sur le terrain de l’épistémologie des sciences sociales, en particulier en posant la question de la porosité entre savoirs ordinaires et savoirs scientifiques. Il y réitère une critique développée dans un précédent ouvrage1 : selon lui, nous ne vivons pas dans l’ère de la post-vérité, car nous sortons d’un XXe siècle marqué par « les totalitarismes et la propagande publicitaire » (p. 57) pour entrer dans un XXIe siècle dans lequel « les sociétés occidentales n’ont jamais été aussi informées, éduquées et connectées » (p. 57). Deuxièmement, ce chapitre est l’occasion de partager les interrogations auxquelles l’auteur s’est confronté. Il explique comment les remises en cause de nos démocraties par des auteurs comme Gandhi ou Martin Luther King l’ont mené à passer de la problématique libérale « pourquoi désobéir en démocratie ? » à la problématique libertaire « pour quoi désobéir ? ». De même, il remet en cause la théorie du militantisme impossible selon laquelle il ne serait pas possible de « faire exister des individus non-violents dans une société structurée par des rapports de violence » (p. 67). Pour appuyer son propos, il se propose de jouer le rôle de passeur en important en France des travaux étrangers sur des cas de succès d’actions non-violentes dans des régimes autoritaires.

4La période d’après thèse, décrite dans le deuxième chapitre, a été consacrée à l’étude de cas d’occupations comme Nuit Debout en France ou le mouvement des Indignés en Espagne. Ces mobilisations, bien qu’elles n’aient pas débouché sur les victoires attendues (le retrait de la « loi Travail » pour Nuit Debout et un renouveau démocratique dans un esprit de justice sociale pour les Indignés), témoignent d’une reconfiguration de long terme des imaginaires politiques. Si l’auteur insiste dans certaines parties du livre sur l’importance de la dimension empirique de ses recherches, il n’hésite pas ici à revenir à la philosophie en consacrant plusieurs sous-parties à la théorie politique, et évoque une « constellation » de penseurs de la démocratie radicale dont il a tenté de définir les contours à partir des affinités intellectuelles de ses membres (parmi lesquels Cornelius Castoriadis, Claude Lefort, Jacques Rancière, Miguel Abensour, Étienne Balibar et Chantal Mouffe). Ce chapitre est aussi l’occasion pour Manuel Cervera-Marzal de parler de la valorisation de la recherche, terme qu’il préfère à celui de « vulgarisation » qui « insinuerait une hiérarchie insidieuse entre le savant et l’ordinaire » (p. 96). Il évoque l’importance de ne pas s’enfermer entre chercheurs mais plutôt de s’ouvrir à d’autres publics, que ce soit en organisant des tables rondes avec des acteurs non-académiques pendant les colloques universitaires ou en acceptant les invitations des associations, syndicats ou librairies à parler de ses sujets d’étude. En décrivant également ses expériences en dehors de ses services d’enseignement et de recherche, que ce soit en tant que journaliste pour le média en ligne Hors-Série ou en tant que directeur de la Petite Encyclopédie Critique aux éditions Textuel, l’auteur donne également son avis quant au rôle, d’une part, des journalistes, qui doivent participer à la diffusion des sciences sociales et, d’autre part, des chercheurs qui doivent, quand ils ont la conviction que cela peut être utile, exposer des résultats validés par les pairs à un public plus large, même sur des sujets qui peuvent être vifs dans le débat public.

5Le troisième et dernier chapitre rompt en partie avec les deux précédents puisque l’auteur se focalise davantage sur le contenu de ses recherches d’HDR et nous présente les principales problématiques qu’il traite autour des mouvements populistes de gauche. Ce chapitre est construit en suivant la manière de faire chère à Manuel Cervera-Marzal : il évoque d’abord les penseurs sur lesquels il s’est penché – la dimension philosophique, théorique – puis en vient à la dimension plus empirique. C’est ainsi sur les travaux des philosophes Ernesto Laclau et Chantal Mouffe – qui ont tenté de préciser le concept flou de « populisme de gauche » – que le chercheur s’est d’abord focalisé, puis qu’il a tenté de compléter par l’étude empirique de Podemos et de la France Insoumise, en travaillant sur une définition « plus épaisse » (p. 132), car allant plus loin que la seule dimension discursive. Par l’étude de deux mouvements qu’il a jugé pertinent de classer comme appartenant au populisme de gauche – bien qu’il explique avoir un certain temps évité ce qualificatif avant d’en constater la pertinence pour qualifier ces forces politiques –, il propose une définition plus étoffée de cette notion, incluant des éléments tels que la direction par un leader charismatique, la conversion des revendications des mouvements sociaux en propositions de politiques publiques ou la réappropriation de « thèmes traditionnellement accaparés par la droite » (p. 135). Il évoque également son travail sur le « mouvementisme », un concept qu’il a élaboré pour proposer une hypothèse alternative à celle de la fin des partis, décrivant davantage une mutation des organisations politiques, concept dont il souhaite tester la validité empirique dans les années qui viennent. Une autre perspective de recherche concerne l’étude de la gestion des contradictions entre une volonté d’intégrer l’arène politique et une logique de critique de celle-ci chez Podemos, la France Insoumise ou encore le Parti du Travail de Belgique.

6Chacun des trois chapitres est ponctué par un interlude sur des problématiques davantage généralisables à l’ensemble des chercheurs en sciences sociales. Sont ainsi évoquées la difficulté à se défaire de son sujet de thèse, le paradoxe entre la précarité des années post-doctorat qui laisse néanmoins du temps disponible pour la recherche et les difficultés à trouver des plages horaires pour celle-ci après avoir été titularisé, la course au temps des universitaires mis sous pression par la concurrence et les évaluations perpétuelles ou encore l’importance et la satisfaction d’animer des projets de recherches collectifs malgré leurs rejets par les organismes financeurs.

7Cet ouvrage reprend ainsi un mémoire de synthèse forcément centré autour de l’auteur mais dont la publication en livre est justifiée par le fait que, en passant en revue les étapes de sa vie de chercheur, Manuel Cervera-Marzal donne bien à penser, comme il le revendique en introduction. Ce livre entremêle alors un récit autobiographique, un essai sur la recherche pluridisciplinaire en sciences sociales et une synthèse des travaux de l’auteur qui donne envie d’explorer ses publications et celles des penseurs qui l’ont inspiré. Il y décrit sa carrière de « politiste en funambule » cherchant au fil des années un équilibre entre théorie et travail de terrain, entre philosophie et sociologie, pour étudier au mieux les phénomènes politiques actuels. Le lecteur, qu’il soit étudiant, chercheur ou simplement intéressé par la sociologie, la science politique ou la philosophie, ressort de la lecture avec des perspectives très probablement nouvelles quant au dialogue entre ces disciplines. S’il est simplement curieux, intéressé par la politique, son fonctionnement et sa philosophie, il aura découvert au fil des chapitres quelques concepts, quelques auteurs, qui pourront participer à la construction de sa culture personnelle. Chacun peut dès lors retirer quelque chose de différent de ce livre, y compris peut-être une certaine frustration à l’idée que, bien que de plus en plus soient disponibles en ligne, seule une infime minorité des dizaines de mémoires d’HDR rendus chaque année aux jurys ne parvienne à publication.

Inicio de página

Notas

1 Manuel Cervera-Marzal, Post-vérité. Pourquoi il faut s'en réjouir, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Bibliothèque du Mauss », 2019, 122 p.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Jordan Gamaire, « Manuel Cervera-Marzal, Portrait du politiste en funambule », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 20 marzo 2023, consultado el 24 junio 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60575

Inicio de página

Redactor

Jordan Gamaire

Diplômé d’un master de sociologie à l’Université de Limoges et d’un master de science politique à l’Université Gustave Eiffel.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Salvo indicación contraria, el texto y otros elementos (ilustraciones, archivos adicionales importados) son "Todos los derechos reservados".

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search