Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Ludovic Lestrelin, Sociologie des...

Ludovic Lestrelin, Sociologie des supporters

Jules Gourvennec
Sociologie des supporters
Ludovic Lestrelin, Sociologie des supporters, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2022, 128 p., ISBN : 978-2-348-05823-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple, la notion de footballisation désigne l’importance du football comme grille de lecture, (...)

1Au carrefour de différents sous-champs de la sociologie – sociologie du sport, de la jeunesse, des pratiques culturelles, de la stratification sociale, de l’action collective, de la ville pour les principaux –, Ludovic Lestrelin dresse un panorama de la littérature sur les supporters avec pour ambition de le « décloisonner » (p. 6) et d’ouvrir sur de nouvelles pistes de recherche. Loin de l’image d’Épinal portrayant le supporter en « chauvin, fanatique, grégaire et vulgaire, si ce n’est stupide, raciste, sexiste et violent » (p. 4), le présent ouvrage s’attache à rendre compte des pratiques sociales du supporter et des institutions dans lesquelles elles s’inscrivent, à l’aide de concepts classiques de la sociologie – l’intégration sociale, la carrière entre autres –, de notions propres à ce domaine1, et d’exemples précis et divers.

  • 2 Faure Jean-Michel, Suaud Charles, « Les footballeurs professionnels en France  : l'éclatement d'une (...)

2Dans un premier chapitre, l’auteur réalise une socio-histoire transnationale du supportérisme. Le sport se développant, les investissements financiers et l’intérêt de la presse convergent pour faire du match un spectacle. L’incertitude du résultat inhérente à la rencontre sportive, l’organisation spectaculaire ainsi que la défense de l’équipe locale participent à ameuter les foules. Les stades permettent alors de stabiliser les rôles et statuts de chacun : sur le terrain, les joueurs, et en tribunes, le public. Les premiers supporters, impliqués dans les clubs qu’ils supportent, sont issus de l’aristocratie anglaise tandis que les ouvriers, simples spectateurs, ne sont pas bienvenus dans les stades. Dans les années 1930, les supporters se rassemblent en groupes et organisent de petits événements locaux, qui fournissent aux clubs un soutien moral et financier et permettent de se distinguer des autres spectateurs par leur passion plus démonstrative, leurs connaissances et leurs initiatives. Au stade, « la pondération est la règle, l’exubérance condamnée » (p. 15), même si, en fin de compte « l’esprit partisan et l’impératif de la victoire l’emportent souvent sur l’éthique de comportement et la morale sportive » (p. 16). Dans le contexte culturel des années 1960 (p. 17), les chansons, les écharpes, les banderoles et parfois la pyrotechnie peuplent les enceintes sportives, généralement une tribune. Puis, les groupes de supporters gagnent en autonomie. Par exemple, en Italie, d’abord chapeautés par des prêtres dans les années 1950, les groupes de supporters rassemblent des « ultras » (p. 18), organisés, démonstratifs, radicaux et rebelles, qui font concurrence aux associations officielles, en (re)présentant un contre-modèle : contre les supporters plus âgés et plus calmes, et contre les clubs devenus sociétés commerciales. Aujourd’hui, le « succès du supportérisme ultra indique une perte progressive de pouvoir des clubs dans l’imposition et le contrôle des modes légitimes de soutien »2 (p. 22).

  • 3 Bromberger Christian, Le match de football. Ethnologie d'une passion partisane à Marseille, Naples (...)

3Le deuxième chapitre de l’ouvrage envisage la carrière du supporter, qui doit adhérer au groupe, s’y engager, « c’est-à-dire prendre parti, consacrer du temps et de l’argent, endosser un rôle » (p. 25), et rester membre. D’abord, la partisanerie3 renvoie au choix de l’équipe à supporter, marqué souvent par une transmission de père en fils, pour laquelle le sociologue ne doit pas oublier l’illusion biographique de la mise en récit, et qui vient renforcer l’intensité et l’intimité de l’affect pour le club. Ensuite, le sentiment de continuité s’éprouve dans la difficulté : endurer avec son équipe et s’exposer au jugement d’autrui sont deux composantes à la fois distinctives et génératrices de souffrance pour le supporter. Une question reste en suspens : qui supporte ? Dans l’ensemble, le public est jeune, masculin et issu des fractions stables des classes populaires ou des fractions basses des classes moyennes. Les groupes correspondent souvent à des foyers de sociabilité déjà existants.

  • 4 Aussi appelé capo en Italie, le speaker est le chef d’orchestre du groupe de supporters.

4Le stade et la télévision font l’objet des troisième et quatrième chapitres.. Le stade, les transports publics, les bars sont autant d’endroits de la ville dont l’organisation est influencée par les flux humains les jours de match, non sans réticence de la part des riverains. À l’intérieur du stade se côtoient des formes variées de supportérisme et l’intensité de la passion n’est pas proportionnelle à l’excitation reflétée lors du match. Les groupes de supporters, forts des speakers4, des tambours et des chants, attirent l’attention et contribuent à la réputation du stade, donc du club. Cela ne doit pas effacer les enjeux de lutte à l’intérieur de l’enceinte : les plus gros groupes obtiennent les meilleures places, en général juste derrière un but, et les leaders du groupe sont en bas pour organiser les chants et banderoles. Le chaos parfois affiché reste le fruit d’une organisation méthodique et ordonnée : les supporters façonnent le stade et dédoublent une compétition qui se joue aussi en tribunes. Les voyages pour aller investir le stade adverse sont des marques de fidélité pour le club, et de distinction par rapport à ceux restés à la maison ; ils créent aussi des sociabilités plus fortes entre les voyageurs.

  • 5 Lochard Guy, « Des publics (im)médiats aux publics médiatiques. Mise en scène de soi et dispositifs (...)
  • 6 Cf encadré n° 9 : « De l’anonymat des foules sportives à la visibilité personnelle. Le cas “Depé” à (...)

5Peu à peu, les stades ont été mis sous le feu des projecteurs. Si d’après Lochard et son étude des stades de rugby5, les supporters étaient indifférents face à la caméra, la multiplication de ces dispositifs a accentué l’excentricité de certains supporters et a permis la « sophistication croissante des performances de soutien » (p. 57). Le spectacle se dédoublant en tribunes, il n’est pas rare que des leaders de groupes « attirent particulièrement l’attention » (p. 57), celle des médias notamment6. Pour la sociologie, c’est un renouvellement du supportérisme qui se joue : vécu derrière sa télé, ; dans les fanzones, faisant émerger des masses de « supporters d’un soir » (p. 60) qui veulent participer à cette « puissante expérience de la simultanéité » (p. 60) et rompre le cours habituel de l’ordre social. Dans le même temps, les groupes de supporters ne se forment plus nécessairement dans la ville des clubs, l’objectif de ces derniers étant de maximiser leur popularité pour conquérir de nouveaux supporters « à distance » (p. 64).

  • 7 La typologie s’intitule FORCE pour Frustration, Outlawry disorder, Remonstrance, Confrontation, Exp (...)
  • 8 Hourcade Nicolas, « Supporters extrêmes en France : dépasser les stéréotypes », Les Cahiers de la s (...)
  • 9 Les « ouvreurs » sont ceux qui surveillent l’arrivée des forces de l’ordre. Les « témoins » immorta (...)
  • 10 Dunning Eric, Murphy Patrick, Waddington Ivan, Fighting Fans. Football Hooliganism as a World Pheno (...)
  • 11 Spaaij Ramon, Understanding Football Hooliganism. A Comparison of Six Western European Football Clu (...)

6L’auteur s’arrête dans un cinquième temps sur une composante transnationale et intemporelle du supportérisme : la violence. La typologie de Vamplew7 rend compte d’une violence réactive, endémique dans les années 1920, avec bagarres générales et poursuites d’arbitres. À partir des années 1970, les désordres se désolidarisent des circonstances du match ; apparaît ainsi la figure du hooligan anglais, mot fourre-tout sans définition juridique. Les hools sont des supporters extrêmes, traqués par la police, maîtrisant le combat et recherchant la soumission du supporter rival. Quant aux ultras, ils semblent avoir un rapport ambivalent à la violence : le soutien au club prime et les contacts avec les dirigeants ne sont pas rompus, mais ils ne doivent pas effacer la masculinité agressive, les combats et la radicalité. D’après Hourcade8, « [l]a violence est à la fois marginale et centrale » (p. 77). Dans la violence, les supporters (qu’ils soient « ouvreurs », « témoins », « suiveurs » ou des « mecs valables »9) recherchent l’adrénaline et l’excitation, même s’il s’agit d’une occasion au cours de la saison. L’intérêt des sociologues est alors de rendre compte des logiques de cette violence. Certains ont privilégié des approches par les classes sociales, entre lutte contre l’embourgeoisement du football ou habitus du hooligan, d’autres se sont inspiré des théories de la déviance. Aujourd’hui, la recherche se concentre sur l’étude d’autres déterminants, comme la concurrence sportive ou la répression policière, et sur les caractéristiques transnationales du hooliganisme : Dunning10 envisage des « lignes de fracture » (p. 87) propres à chaque pays, et Spaaij11évoque des « traits structurant la construction identitaire » (p. 88).

  • 12 Tsoukala Anastassia, « Dispositifs de sécurité contre le hooliganisme et droits des supporters en E (...)

7Lestrelin envisage ensuite le supporter depuis deux points de vue différents, mais pas forcément opposés : d’un côté, le délinquant en acte ou en puissance ; de l’autre, le client fidèle ou potentiel. L’auteur revient en particulier sur un ouvrage collectif dans lequel Tsoukala12 montre que l’évolution de la lutte contre les désordres dans les stades est conjointe à celle du modèle social de répression. De simples délinquants sans statut particulier, les hooligans font, à partir des années 1980, l’objet de lois spécifiques. Les techniques et technologies policières alimentent une logique préventive pour prendre en charge le risque lié à ces violences. Au même moment, les clubs deviennent des sociétés commerciales, avec des stratégies (sponsoring, merchandising, droits de télévision, transferts de joueurs, places VIP) créant de nouvelles identités supportéristes : des fans issus des classes plus aisées et sensibles aux politiques commerciales des clubs, là où les classes populaires n’ont plus les moyens de s’offrir les billets. Pour autant, « interpréter l’évolution de la composition du public exige beaucoup de précautions » (p. 100), car dans le même stade cohabitent des cibles variées avec des attentes et des intérêts divergents. Par exemple, le stade abrite des formes de contestation sociale : des supporters qui se mobilisent face aux mutations du football actuel, avec une vocation nationale ou continentale, mais aussi des supporters militants, considérant le football comme un tremplin vers des enjeux extra-sportifs.

8En bref, il faut souligner la capacité de l’auteur à éviter l’effet de catalogue et à rendre cohérente, en 110 pages, l’extrême diversité des approches sur le sujet. On regrettera cependant l’apparente absence des joueurs et joueuses tout au long du livre, car on aurait pu étudier les liens qu’ils entretiennent avec le supportérisme et leurs supporters. L’ouvrage n’en constitue pas moins un réel appel du pied pour investir ce champ de recherche, comme en témoigne la conclusion : « le supportérisme déborde le seul cadre du sport » (p. 111).

Haut de page

Notes

1 Par exemple, la notion de footballisation désigne l’importance du football comme grille de lecture, pour les membres d’une société, et comme moyen d’action, pour eux et pour l’État. La Grande-Bretagne est un contexte fréquemment avancé en un exemple. Cf. Mignon Patrick, « “Footballisation” de la politique  ? Culture du consensus et football en Grande-Bretagne », Politix, n° 50, 2000, p. 49-71.

2 Faure Jean-Michel, Suaud Charles, « Les footballeurs professionnels en France  : l'éclatement d'une corporation », Cahiers de l’INSEP, n° 25, 1999, p. 207-228.

3 Bromberger Christian, Le match de football. Ethnologie d'une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1995.

4 Aussi appelé capo en Italie, le speaker est le chef d’orchestre du groupe de supporters.

5 Lochard Guy, « Des publics (im)médiats aux publics médiatiques. Mise en scène de soi et dispositifs (télé)visuels dans les arènes rugbystiques », Recherches en communication, n° 30, 2008, p. 15-30.

6 Cf encadré n° 9 : « De l’anonymat des foules sportives à la visibilité personnelle. Le cas “Depé” à Marseille ».

7 La typologie s’intitule FORCE pour Frustration, Outlawry disorder, Remonstrance, Confrontation, Expressive. Vamplew Wray, « Sports crowd disorder in Britain, 1870-1914 : causes and control », Journal of sport history, n° 7, 1980, p. 5-20.

8 Hourcade Nicolas, « Supporters extrêmes en France : dépasser les stéréotypes », Les Cahiers de la sécurité, n° 11, 2010, p. 162-172.

9 Les « ouvreurs » sont ceux qui surveillent l’arrivée des forces de l’ordre. Les « témoins » immortalisent les combats pour les relayer sur les réseaux sociaux. Les « mecs valables » sont les combattants, adossés par les « suiveurs » qui observent l’évolution du combat cf. Guinhoux Bérangère, 2018, « Openers, witnesses, followers, and “good guys”. A sociological study of the different roles of female and male ultra fans in confrontational situations », Soccer in society, n° 26, p. 25-46.

10 Dunning Eric, Murphy Patrick, Waddington Ivan, Fighting Fans. Football Hooliganism as a World Phenomenon, Dublin, University College Dublin Press, 2002.

11 Spaaij Ramon, Understanding Football Hooliganism. A Comparison of Six Western European Football Clubs, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2006.

12 Tsoukala Anastassia, « Dispositifs de sécurité contre le hooliganisme et droits des supporters en Europe », in Thomas Busset, Christophe Jaccoud et Jean-Philippe Dubey (dir), Le Football à l’épreuve de la violence et de l’extrémisme, Lausanne, Antipodes, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jules Gourvennec, « Ludovic Lestrelin, Sociologie des supporters », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 mars 2023, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60660

Haut de page

Rédacteur

Jules Gourvennec

Étudiant au département de Sciences Humaines et Sociales de l’École Normale Supérieure Paris-Saclay, et en sociologie à Sorbonne Université.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search