Skip to navigation – Site map

Pierre-Michel Menger, Les intermittents du spectacle. Sociologie du travail flexible

Lisa Marx
Les intermittents du spectacle
Pierre-Michel Menger, Les intermittents du spectacle. Sociologie du travail flexible, Paris, EHESS, series: « Cas de figure », 2011, 408 p., 1ère éd. 2005, ISBN : 9782713222887.
Top of page

Full text

1Dans cette version revue et augmentée d’un ouvrage paru pour la première fois en 2005, Pierre-Michel Menger passe au crible une particularité française : le régime des intermittents du spectacle. Ce dernier a été mis en place dans les années 1960 et associe une hyperflexibilité contractuelle de l’emploi à une couverture assurantielle du risque de chômage, permettant ainsi une forte expansion des secteurs du spectacle vivant, du cinéma et de l’audiovisuel. Ce fonctionnement est unique en Europe, mais aussi en France : en effet, aucun autre secteur du marché de travail français n’est géré de cette manière.

  • 1  Voir par exemple Le travail créateur. S’accomplir dans l‘incertain, Paris, Gallimard / Seuil (Haut (...)

2Ce livre s’insère donc dans la continuité des travaux riches et nombreux de l’auteur sur le travail artistique1. Dans sept chapitres et une longue postface, Menger dessine une analyse très fine et détaillée du fonctionnement et des différentes tentatives de réformes de ce système d’« emploi-chômage » ainsi que des usages qui en sont faits par les employeurs et les salariés. Il s’appuie pour cela sur une documentation – notamment statistique – très riche, qui est présentée en annexe. Ensuite, Menger propose lui-même un modèle de réforme, qui passerait par une responsabilisation des employeurs, et prend donc position sur son terrain de recherche.

3Comme d’autres secteurs, celui du spectacle connaît des conflits sociaux récurrents, surtout au moment des réformes successives. Différents éléments, que Menger identifie dans le chapitre 1, rendent ce conflit particulier. Dans ce secteur qui connaît une forte croissance, il ne s’agit pas de lutter contre la flexibilité, mais au contraire de défendre ce « système d’emploi absolument flexible » (p. 19) et de l’étendre à d’autres secteurs. Par ailleurs, les artistes et leurs employeurs ne s’opposent pas les uns aux autres, mais ce sont les travailleurs et les employeurs du secteur artistique entier qui sont en conflit avec les employeurs des autres secteurs, car ce sont ces derniers qui, par la solidarité interprofessionnelle à la base de l’assurance chômage, doivent supporter les déficits chroniques du régime des intermittents du spectacle.

4Le deuxième chapitre module ce constat de croissance du secteur. Ainsi, les effectifs des professions du spectacle ont été multipliés par 2,4, bien que le turnover y soit très élevé. L’offre de travail a donc fortement augmenté, bien plus que la demande de travail qui, elle, a été multipliée par 1,8 – le travail devient donc en quelque sorte rationné. Menger explique ce développement par l’organisation par projets qui s’est imposée dans les arts du spectacle, et qui demande une main-d’œuvre abondante et variée.

5Dans le chapitre suivant, Menger explique ce qu’il appelle le régime d’emploi-chômage intermittent. Au fil du temps, les formes prises par le salariat dans le secteur du spectacle ont changé ; on est passé à une majorité de contrats à durée déterminée (CDD). Les intermittents ont donc affaire à plusieurs employeurs et se trouvent dans une situation de plus grande autonomie, mais aussi d’insécurité. En même temps, la durée moyenne des contrats a considérablement diminué et leur nombre a explosé, ce qui amène une fragmentation croissante de l’emploi. Paradoxalement, alors que le secteur se trouve en pleine croissance, le nombre de jours chômés croit plus vite que celui des jours travaillés, creusant ainsi encore davantage les déficits du régime des intermittents. Ainsi, pour l’année 2001, il y avait chez ces derniers trois fois plus de jours chômés que de jours travaillés.

6Le quatrième chapitre analyse le risque de sous-emploi dans les arts du spectacle. Il y a de fortes inégalités entre les travailleurs au centre des réseaux artistiques, qui arrivent facilement à négocier des contrats bien rémunérés et à enchaîner les périodes travaillées, et ceux qui se trouvent plus à la marge et sont le plus fortement exposés au risque permanent de sous-emploi. Dans ce contexte, le régime des intermittents du spectacle, qui permet aux artistes et techniciens ayant travaillé un certain nombre d’heures dans une période donnée d’avoir accès à un revenu de remplacement en période d’inactivité, peut être vu comme une tentative de créer une base égalitaire pour amenuiser ces inégalités.

7Le régime des intermittents a fait l’objet de nombreuses réformes depuis ses débuts, réformes qui, pour l’essentiel, concernaient leurs conditions de qualification (par exemple, le nombre d’heures requises ou le type de travail pouvant être comptabilisé) ou, plus récemment, les règles de calcul des indemnités touchées. Or, comme l’explique Menger dans le chapitre 5, les règles de ce régime font l’objet d’un apprentissage collectif – à la fois les employeurs et les salariés s’adaptent aux nouvelles règles et développent des pratiques qui leur sont avantageuses, mais qui peuvent anéantir les effets escomptés des réformes.

8Dans le chapitre 6, Menger présente quatre scénarios de réforme et propose ensuite une cinquième option. Tout en maintenant une contribution de la solidarité interprofessionnelle, il faudrait que les employeurs soient responsabilisés et engagés plus fortement dans le financement du régime des intermittents, en fonction du risque qu’ils représentent. En même temps, Menger appelle à une implication plus grande de l’État et des collectivités locales, au nom du financement de la culture. Le septième chapitre décrit ensuite la professionnalité artistique comme « un système incomplet de relations sociales », justement à cause du manque de prise de responsabilité par les employeurs.

9La particularité de cette deuxième édition consiste en la postface d’une centaine de pages. Dans celle-ci, Menger se sert de données actualisées pour revenir notamment sur le portrait statistique des intermittents du spectacle, constatant notamment un vieillissement de cette population et une domination progressive de l’emploi technique. Ensuite, il se penche sur le cas de la musique, qui se trouve aux avant-postes des transformations du travail artistique par la concurrence interindividuelle. Enfin, l’auteur revient sur les effets de la dernière réforme (2003) du régime des intermittents. Ce faisant, il revient à la fois sur sa propre proposition de réforme, mais aussi sur le rôle joué par l’État dans l’organisation du secteur et du travail artistique.

Top of page

Notes

1  Voir par exemple Le travail créateur. S’accomplir dans l‘incertain, Paris, Gallimard / Seuil (Hautes Études), 2009, ou Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme, Paris, La République des Idées / Seuil, 2003, ainsi que les travaux de l’auteur sur les comédiens et les musiciens.

Top of page

References

Electronic reference

Lisa Marx, « Pierre-Michel Menger, Les intermittents du spectacle. Sociologie du travail flexible », Lectures [Online], Reviews, 2011, Online since 20 July 2011, connection on 14 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6067

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page