Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Adam Izdebski et alii, « Histoire...

Adam Izdebski et alii, « Histoire environnementale (Antiquité-Moyen Âge) », Annales, vol. 77, n° 1, 2022

Jean-David Richaud-Mammeri
Histoire environnementale
« Histoire environnementale. (Antiquité-Moyen Âge) », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 77, n° 1, 2022, 229 p., Cambridge, Paris, Cambridge University Press, EHESS, ISSN : 0395-2649, ISBN : 978-2-7132-2939-8.
Haut de page

Texte intégral

1La question de l’environnement et du climat, avec ses multiples soubassements, occupe aujourd’hui largement l’actualité tant médiatique que scientifique. Il n’est donc pas étonnant que les historiens s’en soient emparés depuis quelques décennies et que la revue des Annales cherche à faire un bilan d’étapes en y consacrant l’intégralité d’un numéro. On y retrouve cinq articles : un premier fait un point méthodologique sur la manière de mener des recherches interdisciplinaires ; trois articles sont des notes critiques ; le dernier fait le point sur deux enquêtes archéologiques sur l’Antiquité romaine. À cela, il faut ajouter les comptes-rendus de lecture sur la thématique de l’histoire environnementale (32 ouvrages recensés).

2Le premier article traite des méthodes de travail qui permettent d’allier les spécialistes des sciences de l’Homme et ceux des sciences du vivant. Il est le fruit de la collaboration de douze scientifiques (six historiens et six biologistes) sous la houlette d’Adam Izdebski. Les auteurs commencent par rappeler que les historiens comme les biologistes doivent reconstituer des données paléoclimatiques à partir de nombreux indicateurs (proxies) et sont souvent confrontés à de multiples incertitudes – d’où la nécessité de croiser les deux disciplines. Après avoir présenté les principales méthodes scientifiques pour obtenir des données paléo-environnementales (carbone 14, étude des sols et analyse des pollens), les auteurs analysent deux exemples d’enquête de terrain. La première porte sur la Sicile durant le premier millénaire de notre ère et combine des données hydrométriques, palynologiques (l’étude des pollens), numismatiques et le nombre d’exploitations agricoles. Cet exemple permet de montrer la richesse et les difficultés de la combinaison d’informations aussi éparses. Si la nature des plantes cultivées est clairement dépendante de l’effet de l’hydrométrie (leur coïncidence est par ailleurs assurée par le fait que les deux données viennent des mêmes analyses des sols), il est plus complexe de mettre ces seuls facteurs en relation de cause à effet avec l’augmentation du nombre d’exploitations. À partir de l’étude du terrain irlandais au Moyen Âge, les auteurs montrent également qu’il est nécessaire de confronter les éléments environnementaux aux sources écrites, notamment aux chroniques qui permettent de saisir comment des phénomènes climatiques ont été perçus (même si ces sources présentent leurs propres biais). L’article conclut sur l’importance d’une démarche interdisciplinaire, où la méthode historique complète les sciences du vivant et inversement.

3Philippe Leveau consacre une note critique à l’ouvrage Comment l’Empire romain s’est effondré (The Fate of Rome) de Kyle Harper, paru en 2017 aux États-Unis et en 2019 dans sa traduction française. L’ouvrage de Kyle Harper entend montrer que l’Empire romain fut tributaire des évolutions climatiques tant pour sa croissance entre le IIe siècle av. J.-C. et le milieu du IIe siècle ap. J.-C. que pour sa chute à partir de 450. L’historien américain ajoute aux effets du climat les conséquences de trois épisodes de peste (peste antonine de 165, peste cyprienne vers 250 et peste justinienne du VIe siècle) dont la circulation a été facilitée par l’accroissement des mouvements dus au commerce dans l’empire. L’ouvrage, dont le propos est aussi radical que novateur, a suscité un important débat parmi les historiens. Philippe Leveau cherche moins à prendre parti dans la querelle qui oppose partisans et détracteurs du livre qu’à mettre en perspective The Fate of Rome. Il rappelle ainsi que les travaux historiques sur le climat et les épidémies remontent au moins aux années 1970, mais connaissent actuellement un renouvellement. L’ouvrage de Harper s’inscrit selon lui dans les préoccupations environnementales et le renouveau amené par les post-colonial studies aux États-Unis, qui posent un autre regard sur la nature. Par conséquent, l’histoire de Rome y apparaîtrait comme un processus dans lequel la société romaine n’a joué qu’un rôle secondaire et où cette dernière était entièrement dépendante des aléas climatiques et épidémiques. Cela n’empêche pas l’ouvrage, pour Philippe Leveau, d’être profondément novateur et de permettre une vision de l’histoire de Rome en résonance avec notre actualité. Il souligne également l’importance de la documentation réunie par Harper et l’habileté de ce dernier dans sa mobilisation.

4Les deux autres notes critiques soulignent l’originalité de l’ouvrage La Nature et le roi de Jean-Pierre Devroey. Ce livre est divisé en deux parties : dans la première, l’historien cherche à articuler les données paléoclimatiques avec les crises frumentaires, repérées dans les chroniques aux VIIIe et IXe siècles, en interrogeant les causes, la perception des évènements par les contemporains et les réactions engendrées. Dans la deuxième partie, l’ouvrage traite de l’économie morale et politique des Carolingiens. La première note, de Magali Watteaux s’intéresse à la manière dont Jean-Pierre Devroey fait dialoguer les sources écrites et les données paléoclimatiques. Elle insiste sur le refus de l’historien de faire une histoire déterministe du climat et sur le fait qu’il montre bien qu’une famine a tout autant une cause environnementale (une péjoration du climat) qu’une cause sociale (la manière dont la nourriture est distribuée). Magali Watteaux souligne également la prudence de l’auteur de La Nature et le roi dans l’utilisation des sources – qu’elles soient littéraires ou scientifiques. Geneviève Bührer-Thierry rédige la seconde note qui s’intéresse plus au travail de Jean-Pierre Devroey sur l’idéologie politique des Carolingiens. Héritière de plusieurs traditions idéologiques (chrétienne, romaine et franque), la cour carolingienne forma une idéologie où le corps du souverain représentait un lien entre le royaume et le cosmos. Il était chargé de l’harmonie du royaume et de la dispense des bienfaits pour le peuple.

5Le dernier article, écrit par Michel Reddé, est un compte-rendu de deux enquêtes archéologiques, l’une portant sur la Gaule du Nord-Ouest et l’autre s’intéressant à la Britannia romaine. Ces enquêtes ont tout d’abord montré que l’âge du Fer constituait la base sur laquelle se sont développées ces régions après la conquête romaine. Alors que les historiens ont souvent mis en relation le développement économique de ces espaces avec la multiplication des villae et la romanisation, ces enquêtes ont montré au contraire que la croissance de l’activité agricole remontait à la période de la Tène (IIIe siècle av. J.-C.) avec un pic dans la période allant de 150 à 100 av. J.-C. Le deuxième enseignement est le caractère très progressif des mutations de l’espace agricole après la conquête romaine, même si elles furent plus rapides du côté anglais de la Manche : les fermes restent le socle de la production agricole à côté de villae aux tailles très variables. Quant aux productions, elles évoluent beaucoup selon les régions ; la période impériale semble marquée par une intensification de l’élevage des ovins, qui représentaient jusqu’à 30 % du cheptel à côté des bovins et des porcs. Dans une seconde partie de son article, l’auteur s’intéresse aux différents aspects de la croissance économique : ses indices archéologiques, ses facteurs et son rythme. La mesure de la croissance est particulièrement complexe pour l’Antiquité. Michel Reddé montre ainsi que les indices traditionnellement mis en avant (le nombre de villae, les bâtiments de stockage des grains ou la taille des animaux) sont difficiles à utiliser, contestables et qu’ils ne permettent pas de quantifier une hypothétique croissance. Concernant les facteurs de cette dernière, l’auteur insiste sur les limites de ceux qui sont habituellement invoqués (augmentation de la taille des surfaces cultivées et croissance démographique) et met en avant des moteurs qui semblent plus certains, comme le progrès technique (tant des outils que de la sélection des plantes) et la formalisation d’un marché à l’échelle régionale, impliqué par la présence des garnisons frontalières. Quant au rythme de la croissance, les deux enquêtes montrent qu’elle est solide à partir du IIe siècle, mais sont plus circonspectes quant à la possibilité de placer la fin de cette période faste, qui pourrait se situer entre la fin du IIe siècle et le milieu du IIIe siècle.

6Ce numéro des Annales, qui n’est pas la première synthèse de la place du climat et de l’environnement dans les travaux des historiens, est particulièrement équilibré et intéressant. Son équilibre tient en ce que les chercheurs ont intégré la question environnementale dans leurs recherches depuis plusieurs années et parviennent aujourd’hui à une réflexion nuancée, comme beaucoup des sciences qui s’intéressent à ces questions. Aucun article n'annonce une ère nouvelle de la recherche historique, qui ne serait faite que des évolutions du climat. À plusieurs moments, les auteurs illustrent les limites des données paléo-environnementales dans leurs travaux, sans pour autant en déduire une parfaite inutilité. Ce faisant, ils montrent que l’intégration des données environnementales et climatiques apporte une vraie richesse sans pour autant invalider la prise en compte des mécanismes sociaux. Enfin, son caractère très didactique donne à l’ensemble une parfaite lisibilité, même pour des personnes peu au fait des méthodes scientifiques, sans pour autant renoncer à diffuser des informations complexes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-David Richaud-Mammeri, « Adam Izdebski et alii, « Histoire environnementale (Antiquité-Moyen Âge) », Annales, vol. 77, n° 1, 2022 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 mars 2023, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60685

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search