Navigation – Plan du site

Un « moment » de l’historiographie médiatique de la télévision

À propos de : Gilles Delavaud, Denis Maréchal (dir.), Télévision : le moment expérimental. De l'invention à l'institution (1935-1955), Éditions Apogée, coll. « medias nouvelles technologies », 2011.
Olivier Aïm
Télévision : le moment expérimental
Gilles Delavaud, Denis Maréchal (dir.), Télévision : le moment expérimental. De l'invention à l'institution (1935-1955), Editions Apogée, coll. « medias nouvelles technologies », 2011, 602 p., EAN : 9782843983771.
Haut de page

Texte intégral

1Pour modeste que son projet s’affiche, l’ouvrage que coordonnent Gilles Delavaud et Denis Maréchal, a tout, avec ses quarante-cinq articles, pour devenir un « moment » de l’historiographie médiatique de la télévision. En effet, bien que les auteurs s’en défendent, cet ouvrage offre sinon une « somme », du moins un panorama très complet sur une période relativement peu traitée de l’histoire de la télévision : la charnière des années 40-50. Est ici rassemblée pour la première fois avec une telle dimension comparatiste, une série d’études portant sur un objet de recherche qu’il conviendrait d’appeler la « télévision des premiers temps », de la même manière que l’histoire du cinéma a depuis quelques années maintenant identifié un « cinéma des premiers temps ». Dans les deux cas, la période étudiée correspond au moment décisif de l’institutionnalisation du média concerné. L’analogie est d’autant plus pertinente que la période que couvre (1935-1955) l’ouvrage, délimite un « moment » à la fois technologique et culturel où l’on considérait que la télévision avait les potentialités pour devenir une forme artistique à part entière, d’aucuns parlant même du « huitième art » pour la désigner.

2La grande force heuristique de l’ouvrage tient sans aucun doute dans une approche qui ne défend pas une visée diachronique, mais qui tend, sans prétendre à l’exhaustivité, à quadriller synchroniquement cette période étendue d’une vingtaine d’années d’évolution de la télévision. Car, s’il ne résout bien évidemment pas toutes les questions et n’adopte pas tous les regards sur ce « moment » historique, il donne à lire une série de points de vue doublement croisés : croisement des questionnements disciplinaires que l’on peut se poser sur un média, d’une part ; croisement des enjeux interculturels d’un média télévisuel qui se définit par sa nature d’emblée totalisante (y compris lorsque cette prétention n’était pas encore théorisée en termes de « globalisation » ou de « mondialisation »). De ces deux points de vue, l’intérêt de l’ouvrage est empirique et tient dans la parfaite application d’une démarche que l’on peut qualifier d’intermédiale. C’est même en vertu de ce parti pris, paradoxalement implicite, que l’ouvrage évite les écueils du collage d’articles tout en nouant d’invisibles liens qui en font la cohérence et qui permettent de l’envisager comme un tout. Mais reprenons ces deux orientations plus précisément.

3Premièrement donc, les textes composent une analyse mutlifocalisée d’une période médiatique précise qui marque, selon la théorie maintenant bien connue de la « double naissance des médias », le basculement de la phase technique du média télévision vers sa phase institutionnelle. Ce moment de bascule prend le qualificatif d’expérimental dans ce cas, dans la mesure où le premier temps d’expérimentation des dispositifs technologiques de la télévision fait place à une série d’explorations de ses enjeux culturels et sociaux : c’est le moment où ses genres se cherchent et commencent à se définir ; c’est le moment où ses publics se constituent, se précisent et se fixent ; c’est encore le moment où la publicité s’insinue dans ses modes de production et de fonctionnement économique. Les articles sont nombreux alors pour illustrer ces différents points à travers des éclairages disciplinaires variés. On retiendra des traitements relativement classiques portant sur la question des genres (« Logiques des genres de la télévision des débuts » de François Jost), sur celle des modes de réception des programmes ou sur celle de la construction d’une identité nationale à chaque fois rejouée, comme le montrent tour à tour le cas français, le cas italien (« Une nation en construction » de Milly Buonanno), le cas flamand (« La construction discursive de la télévision flamande comme média « national » d’Alexander Dhoest), le cas néerlandais (« A la recherche de l’identité de la télévision, de la technique aux pratiques culturelles » de Sonja de Leeuw) ou grec (« La télévision des « Hellènes chrétiens ». L’institutionnalisation d’un média en devenir » de Ioanna Vovou). D’un point de vue plus communicationnel, nous signalerons le texte de Gilles Delavaud (« Le dispositif télévision et la notion de téléspectateur ») sur l’énonciation d’un média télévisuel qui se construit par différenciation avec les autres médias, notamment grâce à l’avènement du dispositif en « face à face » et en caméra « subjective ». S’appuyant sur des critiques de l’époque, il montre combien l’enjeu est d’emblée de capter un spectateur chez lui en évitant les menaces – en termes de face comme aurait dit Goffman – d’une intrusion forcée. Comme le montrent alors d’autres textes, c’est toute la question de la quotidienneté de la télévision de la réalité (« On sauve un enfant : la télévision au seuil du réel » de Mark Williams) qui est déjà en creux et qui se trouve donc ainsi mise en perspective avec la télévision la plus contemporaine. C’est pourquoi on retiendra aussi, et de manière beaucoup moins attendue, une analyse des publicités pour les premières télécommandes (« « Orchestrez vous-mêmes votre soirée ». Les publicités pour télécommandes dans les années 1950 » de Laura Jacquelyn Simmons) qui montre que la question complexe de l’activité et de la passivité nourrit dès l’origine les imaginaires sociaux de ce média.

4L’histoire que propose cet ouvrage devient très riche alors à mettre en lien avec les imaginaires premiers d’un média considéré comme une « fenêtre » ouverte sur le monde et comme une « machine de vision » prête à rendre compte de l’ensemble des événements télé-visibles. Au fond, l’expérimentation sociale, économique, formelle de la télévision rejoint d’une manière réflexive les discours qui ont accompagné son élaboration technologique comme un « dispositif optique » (« L’histoire des débuts de la télévision et els théories modernes de la vision » de Doron Galili) d’emblée travaillée par la question de la totalité et de la pluralité : totalité des spectacles visibles et pluralité des regards (individuels et collectifs) qui peuvent se porter sur elle. En cela, les analyses plus connues mais bien étayées dans cet opus sur les modalités de réception du média sont là pour illustrer que l’une des spécificités de ses spectacles est d’avoir sans cesse hésité en les conjuguant entre l’attitude la plus individuelle (les publicités pour les télécommandes sont là pour nous le faire voir comme jamais) et l’attitude la plus collective : à distance dans l’effet de cérémonie bien connu maintenant de ce média, mais également au contact de publics de tailles diverses, que ce soit dans le cadre de la famille, du café ou de la salle de spectacle, comme le montre l’article sur les « télé-clubs » (« L’UNESCO, le mouvement des télé-clubs et les usages multilatéraux des médias dans les années 1950 » d’Ira Wagman), c’est-à-dire sur les « expériences télévisuelles collectives » menées en France dans le milieu des années 50 sur le modèle des « ciné-clubs ».

5Deuxièmement, cet ouvrage réussit à articuler une approche intermédiale avec une approche interculturelle. Loin de se contenter de convoquer pour la forme des chercheurs étrangers afin d’internationaliser le propos, l’ouvrage permet d’éprouver l’hypothèse nationale des analyses avec une mise en résonance tout à fait convaincante des autres histoires autochtones de la télévision. En évitant les recoupements fastidieux ou, pire encore, les redites inutiles, l’ouvrage parvient ainsi à être vraiment collectif et à asseoir l’une de ses hypothèses profondes, à savoir la médialité globalisante d’un média d’entrée de jeu aimanté par son panoptisme. Les analyses n’ont plus besoin dans ces conditions de se redoubler ni même de se citer les unes les autres ; leur propre empirie s’éclaire à la lecture de la totalité des approches et des champs d’inscription des textes. Tout spécifiques qu’elles paraissent être, les petites monographies proposées par chacun des spécialistes se cumulent comme autant d’avancées et d’illustrations d’une histoire médiatique exemplaire. C’est ainsi le cas paradigmatique de l’arrivée de la couverture en direct de l’information aux Etats-Unis (cf. l’article déjà cité de Mark Williams) ou de la prégnance du spectacle sportif en France (« Le spectacle sportif télévisé. Logiques d’innovation et de promotion » de Fabien Wille), qui montre que la « réalité » constitue la promesse constitutive de la télévision. Mais c’est également la naissance des séries américaines ou celle par hybridation du feuilleton italien (cf. l’article déjà cité de Milly Buonanno) qui participent à l’histoire locale et globale de « l’invention des programmes » fictionnels.

6Ce portrait en mosaïque d’une télévision mondiale en train de s’internationaliser est passionnante à lire à travers tous ces cas de figure, dans la mesure où, panoptique, la télévision des premiers temps fait penser déjà très fortement à notre télévision glocalisée, tout en rappelant aux plus oublieux de ses commentateurs contemporains combien les questions qui semblent s’agiter à l’actualité la plus brûlante de la « télé-réalité », de l’information en continu, du poids des acteurs économiques, étaient déjà au cœur de ses discours et de ses commentaires. Et là nous pensons à l’analyse fort bien vue de Jan Olson (« Alfred Hitchcock, théoricien de la télévision ») sur le cas tout à fait particulier des interventions d’Alfred Hitchcock au sein de son programme (Alfred Hitchcock presents) qui finissent par former un métadiscours interne au média soulignant, pour le dénoncer de manière néanmoins légère, le poids de la publicité et du sponsoring qui pèse de plus en plus sur son émission. En résonance, l’analyse que propose Chantal Duchet (« Le modèle économique télévisuel français des années 1950 »)  ne fait elle aussi qu’annoncer l’importance que les annonceurs vont prendre dans l’institutionnalisation des modèles économiques et des formes esthétiques de programmes télévisuels d’un service public prêt à s’ouvrir aux écrans de publicités.

7Comme le dit Jérôme Bourdon en conclusion de l’ensemble, le moment expérimental est construit de tous ces facteurs de « convergence » qui croisent à la fois des aventures nationales et des aventures de groupes d’hommes qui font circuler leurs expériences sous forme de « pèlerinage », de « mission » ou d’influences réciproques. L’histoire de la télévision des premiers temps est l’histoire des rencontres entre des groupes et des cultures.

8En ce sens, on ne peut que penser au cas français qui sera si riche dans le « moment expérimental » que l’ORTF connaîtra juste après la période ici étudiée avec la création de son « groupe de recherche » sur la télévision mené par Pierre Schaeffer, qui plaidera dans les années soixante pour une « télévision expérimentale » au sens propre. La suite de l’histoire est bien connue, puisque le « service de recherche de l’ORTF » donnera naissance au futur INA, qui est l’héritier de cette histoire de l’expérimentation audio-visuelle, aujourd’hui portée par les nouvelles « machines à communiquer », qui se mettent, pour la plupart, à exporter sous de nouvelles formes la télévision sur leurs réseaux numérisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Aïm, « Un « moment » de l’historiographie médiatique de la télévision », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2011, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6069

Haut de page

Rédacteur

Olivier Aïm

Maître de Conférences, Gripic Celsa Paris-Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page