Navegación – Mapa del sitio

« À quoi pensent les philosophes ? », Sciences Humaines, hors série n°13, 2011

Vincent Carlino
A quoi pensent les philosophes ?
« A quoi pensent les philosophes ? », 2011, Sciences Humaines Editions.
Inicio de página

Texto completo

  • 1  Archives INA citées par France Culture dans l’émission Une vie, une œuvre, « Gilles Deleuze (1925- (...)

1« À quoi pensent les philosophes ? » La question de ce hors-série du magasine Sciences Humaines a beau paraître triviale et un brin provocatrice, elle ne laisse pas indifférent. À l’heure où les sciences humaines – à l’instar de la sociologie, de la psychologie ou encore de l’histoire – ont pour vocation assumée d’apporter un éclairage sur le monde, la philosophie semble rester pour beaucoup en marge de ce mouvement. Paradoxalement, cette discipline est d’autant plus méconnue qu’elle est couramment l’objet de conversations ordinaires, comme le rappelait Gilles Deleuze dans l’un de ses Cours : « La philosophie, c’est la matière où tout le monde à une opinion, […] on n’a pas peur de dire de bêtises »1. Rétablir une pensée dans sa globalité, renforcer le lien entre le philosophe et son public, telles sont les grandes lignes qui orientent les articles de ce numéro consacré à la philosophie et à quelques grands penseurs de notre temps. Ce vaste recueil d’entretiens consiste à montrer à quel(s) niveau(x) le philosophe intervient dans la société, et de quelle manière ses théories en apparence abstraites se lient aux autres champs disciplinaires et s’illustrent dans notre environnement quotidien.

2Dans son article introductif, Nicolas Journet s’interroge sur l’action de philosopher de nos jours. Sa définition cherche à identifier ce qu’apporte concrètement la philosophie aux sciences humaines. Le questionnement philosophique reviendrait à une tentative de compréhension du monde. Le philosophe du xxie siècle, loin d’être sourd à la société, s’en imprègne et l’intègre dans ses réflexions. Mais cette interrogation a des conséquences sur les réponses qu’apporte le philosophe : isolement des individus aux yeux de certains, déclin des religions pour d’autres, etc.

3Un entretien avec Edgar Morin inaugure le dossier, ainsi qu’une série d’articles portant sur les individus en relation avec leur environnement social. Dans son dernier ouvrage, La Voie, le philosophe et sociologue propose une « réforme de vie » pour faire face à la crise de l’humanité. Il propose ainsi des solutions individuelles à des problèmes collectifs. Parmi elles, les individus doivent se « libérer du temps » pour profiter de choses simples. Ils doivent s’autocensurer en développant des « contrôles réflexifs » pour maîtriser leurs pulsions et empêcher le chaos. La politique serait alors le moyen d’accomplir cette philosophie de vie et de jeter un pont entre les préoccupations individuelles et collectives.

4Une autre grande figure, Marcel Gauchet, s’interroge également sur la place de l’individualisme dans le lien social, en identifiant trois phases de l’individualisme contemporain. Le philosophe constate à la fois une fragilisation superficielle et un renforcement du lien social, qui est, dans le fond, « plus solide que jamais ». Sa réflexion contraste par ailleurs avec celle du philosophe Zygmunt Bauman, qui qualifie les liens sociaux actuels de « liquides », en ce sens que les habitudes sociales des individus, autrefois « solides », changent constamment de forme aujourd’hui. D’où l’importance de la « reconnaissance » – thème cher à Axel Honneth – comme principe ordonnant, orientant et conditionnant la place des individus dans la société et leurs manières de se percevoir.

5Dans ce même mouvement, Jacques Rancière explique qu’il ait pris le contre-pied de la sociologie bourdieusienne en ne liant pas systématiquement les modes de vie et de pensée des individus à leurs déterminismes sociaux, économiques ou culturels. Il définit par ailleurs le rôle du philosophe dans la société comme celui qui discute et déconstruit les principes établis.

6Une seconde série d’entretiens est consacrée à la compréhension du monde et de l’ordre social à travers les cultes et la culture. René Girard s’interroge sur les liens entre christianisme et sciences humaines. À partir de son œuvre sur l’anthropologie du sacrifice, il va à l’encontre d’une représentation purement sacrée de la religion. Le sacrifice du Christ aurait alors valeur d’universalité auprès des croyants qui voudraient le venger et voir leurs péchés pardonnés. En ce sens, le christianisme pourrait être une science humaine puisqu’il canalise, à travers cet unique sacrifice, les pulsions et les désirs de chacun au sein d’un groupe social. Sur ce même thème, Jean-Pierre Dupuy s’intéresse à la nature des accords des hommes dans un monde « débarrassé de toute transcendance ». Le religieux est, d’après lui, un moyen de (pré)voir les catastrophes dans un monde où s’est installé un « mal systémique ». Plus pragmatique, Nancy Fraser interroge la notion de justice sociale alors que le philosophe Michael Waltzer tente de réfléchir sur la notion de conflit comme un construit culturel, et non comme une notion universellement partagée.

  • 2  P. Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1980, p. 22.

7Enfin, et dans l’objectif pluridisciplinaire du dossier, les sciences du vivant ne sont pas absentes de ce numéro et mènent, elles aussi, à une réflexion sur le rôle et la place du philosophe dans la société. À travers son expérience de physicienne, Evelyn Fox Keller démontre que les sciences « dures » ou « exactes » sont construites. À l’aide d’anecdotes agréables à lire, elle montre comment l’étude d’un objet en physique peut être incomprise par un biologiste. Ainsi, les objets d’étude sont loin d’avoir une légitimité universelle, comme l’avait évoqué Bourdieu en parlant d’« impensable de facto2 ». Dans le même domaine, François Dagognet affirme vouloir privilégier l’étude de la nature dans le détail plutôt que de tenter d’établir un système moral universel. En opposition à la philosophie platonicienne, le philosophe s’intéresse au matériel (les objets, les corps, etc.). Il façonne ainsi le portrait du philosophe du xxie siècle qui se soucie du questionnement des résultats et non simplement de leur compréhension. En complément d’une philosophie érudite s’attachant à l’étude des auteurs fondamentaux et de leurs textes, il érige une philosophie moderne qui interroge la nature en ajoutant une dimension anthropologique aux choix humains, sur des thèmes de bioéthique tels que l’IVG ou l’insémination artificielle.

8L’ensemble de ces témoignages constitue une bonne introduction à la philosophie contemporaine. Les principaux enjeux de la discipline sont expliqués à travers des notions qui parlent à chacun, telles que l’individualisation, la précarisation du lien social, la religion ou encore le style de vie. Chaque entretien est riche en informations complémentaires fournies dans des encarts qui livrent une brève présentation du chercheur interrogé, précisent des notions clés, ou encore donnent des conseils de lecture pour approfondir le sujet. À l’heure où la philosophie est parfois perçue comme austère et dépassée, ce hors-série est un moyen judicieux de désamorcer les a priori sur la discipline et de rappeler au lecteur que le philosophe n’est ni aveugle, ni sourd, et encore moins dépassé par les sciences humaines.

Inicio de página

Notas

1  Archives INA citées par France Culture dans l’émission Une vie, une œuvre, « Gilles Deleuze (1925-1995) », en ligne [http://www.franceculture.com/emission-une-vie-une-oeuvre-gilles-deleuze-1925-1995-2011-05-01.html] (18 juillet 2011).

2  P. Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1980, p. 22.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Vincent Carlino, « « À quoi pensent les philosophes ? », Sciences Humaines, hors série n°13, 2011 », Lectures [En línea], Reseñas, 2011, Publicado el 21 julio 2011, consultado el 21 julio 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6072

Inicio de página

Redactor

Vincent Carlino

Étudiant en L3 information communication, Université Paul Verlaine-Metz

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página