Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Caroline Dufy, Florence Weber, La...

Caroline Dufy, Florence Weber, La nouvelle anthropologie économique

Mathieu Sadourny
La nouvelle anthropologie économique
Caroline Dufy, Florence Weber, La nouvelle anthropologie économique, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2023, 128 p., ISBN : 978-2-348-07857-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dufy Caroline et Weber Florence, L’ethnographie économique, Paris, La Découverte, 2007 ; compte ren (...)

1En avril 2007 paraissait aux éditions La Découverte L’ethnographie économique de Caroline Dufy et Florence Weber1. La nouvelle anthropologie économique « fait suite » (p. 2) à ce précédent « Repères » en en proposant une version actualisée et ponctuellement remaniée. En effet, si le plan de l’ouvrage est identique au précédent, certaines sous-parties ont été modifiées, d’où une bibliographie finale mise à jour et augmentée (18 pages contre 13 pages initialement).

  • 2 Mauss Marcel, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, Paris, P (...)

2Les deux autrices prennent soin de préciser que l’anthropologie économique et l’ethnographie économique ne sont pas des synonymes. L’ethnographie économique réfère à « une approche descriptive des faits [économiques et] sociaux qui tient compte de leurs significations indigènes » (p. 13), et ce en reposant sur « deux fondements complémentaires » : « le comparatisme implicite du regard éloigné, la description armée par des concepts universels » (p. 6). L’anthropologie économique, pour sa part, réfère à « un champ de recherches » (p. 9) qui s’est développé dans le sillage des travaux d’auteurs comme Franz Boas, Bronislaw Malinowski ou Marcel Mauss2. La nouvelle anthropologie économique renvoie alors à « un ensemble de travaux empiriques qui analysent les interactions sociales en s’intéressant à la fois à leur dimension économique, à leurs significations et à leur inscription dans les institutions » (quatrième de couverture).

  • 3 Voir par exemple en français, Zelizer Viviana, « Repenser le marché. La construction sociale du “ma (...)

3Un premier temps (chapitres I et II) est alors consacré à une brève présentation de l’histoire de l’anthropologie économique ainsi qu’à la mise en évidence de plusieurs « concepts classiques de l’anthropologie économique » (p. 6). L’histoire esquissée permet de revenir succinctement sur quelques-uns des travaux fondateurs en anthropologie économique (Malinowski, Sahlins, Polanyi, Bourdieu…) et de rappeler que, jusqu’aux années 1970-1980, les travaux conduits avaient tendance à se limiter aux sociétés non occidentales et à délaisser la sphère économique (ce que les deux autrices évoquent en page 17 sous les termes de « deux Grands Partages emboîtés »). Cette limite sera remise en question par la suite, notamment dans les travaux de Viviana Zelizer3. Plusieurs pages sont ensuite consacrées à présenter l’approche ethnographique (p. 17-24), notamment « l’observation ethnographique des transactions, qui constitue le cœur méthodologique de l’ethnographie économique contemporaine » (p. 21). Les autrices se penchent alors sur les échanges hors marchés, soit des transactions qui relient des personnes entre elles, des choses et des personnes, des choses entre elles. Les travaux évoqués permettent alors de distinguer plusieurs types de dons (potlatch, kula, maussian gift, don pur) et, ce faisant, de critiquer l’opposition binaire entre un don qui relèverait systématiquement d’un univers désintéressé (où le calcul n’a pas sa place), et le marché, temple des eaux glaciales du calcul égoïste, pour paraphraser un propos de Friedrich Engels et Karl Marx.

4Les chapitres suivants sont dès lors consacrés à fournir un aperçu des recherches menées par la nouvelle anthropologie économique, tout en les faisant dialoguer avec les travaux conduits en histoire économique, (micro)économie, sciences de gestion ou sociologie économique. Fournir un aperçu exhaustif des travaux menés étant hors de portée de l’ouvrage, Caroline Dufy et Florence Weber vont alors organiser leur propos autour de quelques grands thèmes qui ont attiré l’attention des anthropologues contemporains.

5Il sera ainsi question des marchés et des monnaies, non pour les analyser comme des entités données a priori, déjà là, mais comme des entités concrètes. Par exemple, il s’agit ainsi moins de s’intéresser au marché en général qu’aux transactions marchandes (et à ce qu’elles mettent en jeu) lors des controverses autour de la gestation pour autrui ou de la marchandisation de la nature via l’essor des marchés des droits environnementaux, à l’instar du Système d’échange de quotas d’émission de l’Union européenne4.

  • 5 Galluzzo Anthony, Le mythe de l'entrepreneur. Défaire l'imaginaire de la Silicon Valley, Paris, Zon (...)
  • 6 Zalio Pierre-Paul, Grandes familles de Marseille au XXe siècle. Enquête sur l'identité économique d (...)

6Les marchés mettant parfois en contact (plus ou moins direct et lointain) consommateurs et entrepreneurs, ces deux catégories font l’objet d’un chapitre centré lui aussi sur certains points clés relevés par les travaux anthropologiques. Par exemple, les entrepreneurs ne sont pas des individus isolés, mus par une idée géniale et qui renversent le jeu établi de ce fait, comme pourraient le laisser croire certains mythes à leur propos5. Les travaux mentionnés par Caroline Dufy et Florence Weber soulignent au contraire l’inscription des entrepreneurs au sein de réseaux de relations, de territoires, ou encore l’importance des relations de confiance afin qu’une activité, une entreprise, puisse se développer… autant d’éléments que l’on peut retrouver, par exemple, dans l’étude des trois principales dynasties industrielles marseillaises réalisée par Pierre-Paul Zalio6.

  • 7 Denis Jérôme et Pontille David, Le soin des choses. Politiques de la maintenance, Paris, La Découve (...)

7Le cinquième chapitre est consacré aux questions du travail rémunéré et du travail invisible. Sont évoquées, tout d’abord, les études ethnographiques qui se sont penchées sur le travail de production des biens et services (droits de propriété, salariat, partage des rémunérations…). Viennent ensuite les études consacrées au travail de reproduction de la force de travail de l’autre (économies domestique et informelle, care…). Cette séparation entre deux types de travail ne va pourtant pas de soi. Comme C. Dufy et F. Weber le notent, la séparation entre travail de production et de reproduction est « vouée à voler en éclats, dès lors que les spécialistes du monde matériel découvrent l’importance de la maintenance comme reproduction des choses [Denis et Pontille, 2022]7 » (p. 71).

  • 8 Cette sous-partie se termine par une section sur « Les Printemps arabes » (p. 91-92) dont le lien a (...)

8Le dernier chapitre sert, en quelque sorte, de synthèse : il mobilise les concepts et méthodes évoqués précédemment afin de comprendre « les trois grandes évolutions qui ont affecté les sociétés depuis la fin de la guerre froide » (p 85). La première évolution renvoie à l’implantation de l’économie de marché dans les pays socialistes8 à partir des années 1990 (ouverture commerciale, monnaie convertible, redéfinition du rôle de l’État…) et aux bouleversements économiques et sociaux qui en ont résulté. La seconde concerne les épisodes de modernisation et les stratégies de développement menés dans les pays « du Sud » (Afrique, Asie…) avec l’échec de certains modèles de développement et l’essor de voies alternatives (ouvrant la voie à un « horizon postdéveloppement » évoqué en pages 95-96), l’ensemble allant de pair avec la mise en lumière de nouveaux concepts (empowerment, capabilities…). La troisième évolution a trait aux résistances et mobilisations face à « la circulation des biens, services, capitaux et des consommateurs » (p. 99) à l’instar des marches pour le climat, des mouvements de lutte contre les inégalités (économiques, sociales…), de l’écoféminisme…

9Si la synthèse proposée permet d’avoir une vision plus claire du dialogue qui peut s’instaurer avec d’autres disciplines, on se permettra de terminer ce compte rendu par trois remarques critiques.

10Tout d’abord, il est dommage de voir apparaître à plusieurs reprises des termes tels que « théorie économique néoclassique » (p. 7-8) ou « économie néoclassique » (p. 77), au sujet de l’œuvre de Gary Becker. Pour une approche qui se veut attentive aux concepts, il serait pertinent d’interroger ce terme de « néoclassique » pour mieux préciser ce qu’il recouvre, quelles sont les manières de faire de cette économie et en quoi elle s’oppose à d’autres plutôt que de le reprendre tel quel, sans autre précision ni référence.

  • 9 Banerjee Abhijit V. et Duflo Esther, Repenser la pauvreté, Paris, Seuil, 2012 ; compte rendu de Cam (...)
  • 10 Banerjee Abhijit V. et Duflo Esther, « L'approche expérimentale en économie du développement », Rev (...)

11Ensuite, il nous semble utile de préciser un point évoqué en page 98, à propos des essais contrôlés randomisés qui ont notamment été remis au goût du jour par Abhijit V. Banerjee et Esther Duflo9 en économie du développement. C. Dufy et F. Weber notent que cette méthode permet d’évaluer « l’efficacité des programmes de développement, et leur rapport coût-avantage, pour les généraliser en cas de succès » (p. 98). La généralisation ne doit pourtant pas être immédiate, même en cas de succès. En effet, qu’un programme fonctionne à un instant t dans un pays donné n’assure pas qu’il produira les mêmes effets en t + 4 dans un autre pays ou région. A. V. Banerjee et E. Duflo notent en effet à ce sujet : « La seule façon de s’assurer de la généralité d’un résultat est de mener des expérimentations supplémentaires dans des lieux différents, avec des équipes différentes. Si la théorie nous aide à prévoir quels types d’effets sont attendus dans tels types de milieux, il est judicieux de conduire des expériences dans ces différents milieux »10.

12Enfin, comme nous l’avons évoqué plus haut dans ce compte rendu, les autrices ont pris soin de distinguer anthropologie économique et ethnographie économique. Cette distinction tend parfois à se brouiller au fil des pages si bien que l’on a, ici ou là, l’impression de traiter plus d’ethnographie économique (une méthode) que de la nouvelle anthropologie économique (un domaine de recherches). En somme, on comprend mal le glissement opéré entre L’ethnographie économique et La nouvelle anthropologie économique. Peut-être cela vient-il du fait que nous ne sommes pas « engagé[s] dans des études d’anthropologie » (p. 4) et que certains éléments nous ont échappé au fil de notre lecture.

13Ces remarques n’enlèvent toutefois rien au fait que la synthèse proposée remplit les objectifs annoncés en introduction et permet de prendre connaissance de nombreux travaux pour mieux approcher et comprendre les faits économiques et sociaux.

Haut de page

Notes

1 Dufy Caroline et Weber Florence, L’ethnographie économique, Paris, La Découverte, 2007 ; compte rendu de Benoît Ladouceur pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/420

2 Mauss Marcel, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, Paris, PUF (2007, 2012) et Flammarion (2021) ; comptes rendus de Nicolas Olivier, Patrick Cotelette et Krystof Beaucaire pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/520 ; https://journals.openedition.org/lectures/9657 ; https://journals.openedition.org/lectures/53557.

3 Voir par exemple en français, Zelizer Viviana, « Repenser le marché. La construction sociale du “marché aux enfants” aux États-Unis », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 94, 1992, p. 3-26.

4 Voir https://climate.ec.europa.eu/eu-action/eu-emissions-trading-system-eu-ets_fr.

5 Galluzzo Anthony, Le mythe de l'entrepreneur. Défaire l'imaginaire de la Silicon Valley, Paris, Zones, 2023 ; compte rendu de Stéphane Le Lay pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/60441.

6 Zalio Pierre-Paul, Grandes familles de Marseille au XXe siècle. Enquête sur l'identité économique d'un territoire populaire, Paris, Belin, 1999.

7 Denis Jérôme et Pontille David, Le soin des choses. Politiques de la maintenance, Paris, La Découverte, 2022 ; compte rendu de Sylvain Besençon pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/58828.

8 Cette sous-partie se termine par une section sur « Les Printemps arabes » (p. 91-92) dont le lien avec les propos qui précèdent n’est pas immédiat. Idem, le titre du chapitre (« La mondialisation et ses conséquences ») paraît un peu trop général par rapport à son contenu (la transition des économies de l’Est est-elle une simple conséquence de la mondialisation ?).

9 Banerjee Abhijit V. et Duflo Esther, Repenser la pauvreté, Paris, Seuil, 2012 ; compte rendu de Camille Sutter pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/8284.

10 Banerjee Abhijit V. et Duflo Esther, « L'approche expérimentale en économie du développement », Revue d'économie politique, vol. 119, n° 5, 2009, p. 703.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Sadourny, « Caroline Dufy, Florence Weber, La nouvelle anthropologie économique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 avril 2023, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60840

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Sadourny

Professeur de sciences économiques et sociales en classes préparatoires. Doctorant en sociologie (LESCORES et Cresppa-CSU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search