Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023« L’agriculture à l’heure des cho...

« L’agriculture à l’heure des choix », Cahiers français, n° 431, 2023

Hélène Marquès
L'agriculture à l'heure des choix
« L'agriculture à l'heure des choix », Cahiers français, n° 431, 2023, 120 p., Paris, La Documentation française, EAN : 3303330404317.
Haut de page

Texte intégral

1Le secteur agricole est confronté à trois défis majeurs qui sont d’ordre sanitaire, environnemental et économique. Ces problématiques ne sont pas nouvelles mais se posent aujourd’hui avec une acuité nouvelle dans la situation critique que nous traversons : crise sanitaire avec la pandémie de Covid-19, crise écologique avec les sécheresses à répétitions, entrecoupées d’intempéries violentes, crise géopolitique avec la guerre en Ukraine, qui entraîne des crises économiques en cascade. Ce numéro de Cahier français propose un état des lieux des mondes agricoles, et analyse les différentes façons dont les acteurs s’adaptent pour faire face à ces défis.

2Monique Poulot, dans le premier article, dresse un portrait des évolutions récentes du secteur agricole : la taille des exploitations ne cesse d’augmenter (passant d’une moyenne de 19 hectares en 1956 à 56 hectares en 2010, pour atteindre 69 hectares en 2020), tandis que leur nombre décroît, le non-renouvellement des agriculteurs étant une réalité observable d’année en année. La part de l’agriculture française dans le PIB est en baisse constante (2 % en 2020), tandis que l’exportation et l’excédent commercial diminuent. Parallèlement, les importations agricoles augmentent, pour représenter 20 % de l’alimentation nationale, ce qui vient questionner la capacité française à la souveraineté alimentaire. Cette notion de souveraineté alimentaire est centrale dans la contribution de Cécile Détang-Dessendre et Philippe . Elle est apparue en 1996 à l’initiative de la Via Campesina, qui affirme la nécessité de donner la priorité à l’alimentation par rapport au marché capitaliste, et l’importance de ne pas la considérer comme un bien marchand comme les autres. L’agriculture dans ce cadre doit être durable, dans les trois aspects de l’acception : social, environnemental et économique. C’est dans ce courant de pensée que s’inscrit originellement la Politique Agricole Commune (PAC) de l’Union européenne, mise en place en 1962 pour sécuriser l’alimentation des européens ; elle a pris un « tournant vert » en 2021 (mise en place en 2023 en raison des retards institutionnels dans la préparation des textes). La transition vers une agriculture moins intensive est cependant, car cette dernière fait augmenter les prix et parallèlement diminuer les rendements. La guerre en Ukraine vient de plus bouleverser les équilibres, étant un pays exportateur de matières premières (blé, tournesol), tandis que la perturbation touche aussi l’importation depuis la Russie des énergies et des engrais. De tels événements ravivent la tension entre la nécessité de productivité et les enjeux environnementaux. La PAC est encore au cœur de l’étude de Sophie Thoyer et Pauline Lécole. Il s’agit d’une politique de premier plan économiquement parlant, puisqu’elle représente 33 % du budget de l’Union Européenne, avec un principe de solidarité financière entre les États membres (chacun participe et reçoit selon ses moyens/besoins). La PAC a est organisée en deux piliers. Le premier est l’aide au revenu des agriculteurs : il représente 70 % du budget et est calculé en fonction de la surface exploitée depuis 1992, lorsqu’il a remplacé la garantie des prix. Ce système de calcul pose des problèmes d’équité mais aussi d’agrandissement et de spécialisation des structures. Ces aides sont capitales pour les agriculteurs ; elles représentent en France 74 % de leurs revenus (2019). Le second pilier est l’aide au développement rural, co-financé et décidé avec les régions et les États. La PAC 2023-2027 conditionne l’accès aux aides à de bonnes pratiques environnementales, mais les ONG de protection de l’environnement soulignent leur insuffisance et affirment que cette politique ne favorise en définitive pas l’agroécologie. Finalement, une politique si interventionniste pour l’agriculture se justifie par la nature risquée de cette activité, ainsi que par sa nécessité sociale dans un contexte d’incertitudes généralisées.

3Sylvie Brunel aborde la transformation rapide de la préoccupation principale de l’agriculture : la menace de la faim a encouragé un système agricole productiviste, mais ce péril n’est plus aussi pressant aujourd’hui. Il faut certes continuer de produire, mais en tenant compte des externalités négatives d’un tel fonctionnement, qui dégrade les écosystèmes. Le changement climatique aggrave les aléas météorologiques et la pression parasitaire ; l’utilisation d’engrais et de pesticides nécessaires pour faire face à ces difficultés n’est pas neutre écologiquement. Dans ce cadre-là, l’agriculture biologique est une alternative qui semble efficace mais qui pose aussi certains problèmes : ses coûts de production se répercutent sur les consommateurs, ses rendements sont moindres et elle nécessite davantage de main-d’œuvre. En tenant compte de l’augmentation de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire en France, on comprend combien l’équilibre entre l’impératif de souveraineté alimentaire et celui de respect des exigences environnementales est délicat. Sylvie Brunel affirme que cet équilibre est atteignable à trois conditions : accepter les innovations (notamment les OGM), améliorer l’irrigation et accorder davantage de respect au monde agricole et aux agriculteurs (elle parle de « racisme de classe » envers ces derniers). À cet égard, Aurélien Clavel, agriculteur et investi dans la formation agricole, insiste sur les problèmes d’« agribashing » et de violence (cyberharcèlement, menaces, intrusions), issus selon lui d’une méconnaissance globale de ce secteur. Les difficultés économiques et la précarité viennent contrarier l’exercice de la profession. Il présente l’agriculture comme une diversité de pratiques, de cultures, de statuts et de travailleurs, ce qui est certes une richesse, mais peut également poser des difficultés lorsqu’il s’agit des réglementations, qui se trouvent ainsi souvent inadaptées. Cela s’observe également dans certaines incohérences des politiques publiques, qui entrent parfois en contradiction les unes avec les autres (en fonction par exemple du niveau de la décision : Union européenne, État, région…).

4François Pureigle et Cécile Gazo abordent avec une perspective sociologique la population des agriculteurs en France, qui représentent aujourd’hui 1,4 % de la population active. L’une des évolutions remarquables est le vieillissement de cette population, surtout dans les petites exploitations, qui tendent à disparaître progressivement. L’augmentation du salariat agricole en est une autre : il concerne toutes les filières de production. De multiples statuts d’emploi renvoient à des conditions d’existence très diverses mais globalement précaires : pluriactivité, temps partiel, saisonnalité… Enfin, le modèle familial est en déclin, au profit de celui du chef d’exploitation seul, à la tête d’une structure dont la taille augmente. Les reconversions professionnelles prennent le pas sur les reprises familiales pour les nouvelles installations. Pour mieux comprendre cette situation, l’article de Catherine Regnault-Roger propose un regard rétrospectif sur les révolutions agricoles. La première d’entre elles, étalée du XVIe siècle (Italie) au XVIIIe siècle (Angleterre) a vu apparaître de nouvelles pratiques de rotations culturales, et l’apparition des enclosures, donnant naissance à l’exploitation privative des terres et mettant fin aux communs médiévaux. La seconde révolution aux XIXe et XXe siècles est celle de l’explosion des rendements, par la sélection des variétés, l’irrigation, la fertilisation, la mécanisation. C’était l’heure des coopératives agricoles. Enfin, à la fin du XXe siècle, la troisième révolution est celle de l’optimisation, par la génomique et le numérique. L’agriculture rentre pleinement dans le système capitaliste marchand ; les exploitations et le travail sont réorganisés en ce sens. Les situations sont très hétérogènes (en termes de surfaces, de de filières, etc.) mais des problématiques communes émergent : le parasitisme, les plantes adventices, la gestion de l’eau et l’irrigation en tête. C’est là que les nouvelles technologies numériques, la robotique connectée, et les nouvelles techniques génomiques, utiles en végétal comme en élevage, peuvent être des réponses aux défis émergents.

5La contribution qui suit s’intéresse particulièrement à l’agriculture biologique, qui représente en France 10,3 % de la Surface Agricole Utile (2021), ce qui la place au premier rang européen. La filière bio emploie en France 30 % de main-d’œuvre en plus que l’agriculture conventionnelle. Elle a connu une croissance régulière entre 2015 et 2019, mais tend à diminuer depuis. Bien que les rendements de l’agriculture conventionnelle soient très supérieurs à ceux du bio, les revenus des agriculteurs sont comparables (en agriculture biologique on a moins d’intrants qui coûtent très cher, et plus d’aides de la PAC). Globalement, le bio présente des bénéfices majeurs, aussi bien au niveau environnemental que sanitaire ou économique, mais les politiques nationales et européennes peinent à être à la hauteur pour la transition : les soutiens publics au bio représentent, sur la période 2013-2019, 1 % du concours public à l’agriculture. Enfin, pour clôturer ce dossier, Isabelle Marinone propose d’analyser la représentation du monde agricole dans le cinéma, en soulignant l’image plutôt péjorative qui en a été proposée jusqu’au XXIè siècle, avec une présentation des agriculteurs comme une population arriérée, et un marquage du clivage urbain/rural. Cela reflète le manque général de considération sociale. Une nouvelle orientation va plutôt insister sur les conditions de travail difficiles, avec une forme d’idéalisation de la condition agricole et du « retour à la terre ». Les femmes commencent à apparaître dans les fictions, qui mettent en avant l’importance de leur rôle ; elles sont globalement représentées sous un jour plus favorable que leurs homologues masculins. Finalement, les fictions et documentaires récents proposent une réflexion sur l’agriculture intensive, la motorisation, les pesticides, la disparition de l’agriculture paysanne.

6Ainsi, ce dossier des Cahiers français offre une perspective globale sur le secteur agricole et les défis auxquels il fait face. Il est très diversifié disciplinairement et donne également la parole à des professionnels du domaine, ce qui permet de dresser un large panorama de la situation par une multiplicité des points de vue. Finalement, la problématique de nourrir l’humanité sans compromettre ses possibilités de survie (réchauffement climatique, accès à l’eau, conditions sociales d’existence, pandémies, etc.) reste entière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Marquès, « « L’agriculture à l’heure des choix », Cahiers français, n° 431, 2023 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 25 avril 2023, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60919 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.60919

Haut de page

Rédacteur

Hélène Marquès

Doctorante en science politique (Université Lumière Lyon 2, laboratoire Triangle), ses recherches portent sur l’action publique dans la filière équestre.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search