Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Michèle Riot-Sarcey, L’émancipati...

Michèle Riot-Sarcey, L’émancipation entravée

Benoît Peuch
L'émancipation entravée
Michèle Riot-Sarcey, L'émancipation entravée, Paris, La Découverte, 2023, 432 p., ISBN : 978-2-348-03769-6.
Haut de page

Texte intégral

1Une critique courante de l’idéologie libérale consiste à dénoncer sa façon de pervertir l’idée de liberté. Il suffit, en effet, d’observer la réalité sociale pour comprendre que l’idéal d’émancipation porté par les libéraux, celui d’une mobilité sociale s’appuyant sur le mérite individuel, n’est qu’un miroir aux alouettes. Dans L’émancipation entravée, Michèle Riot-Sarcey reformule la critique en déplaçant quelque peu la focale en montrant qu’elle peut être élargie aux idéologies en général. Qu’elle soit libérale, socialiste, soviétique ou structuraliste, l’idéologie prend toujours la forme d’un discours qui formule une théorie abstraite de la liberté tout en légitimant insidieusement certaines formes de domination réelle. S’inscrivant dans une perspective résolument anarchiste, Riot-Sarcey propose d’aborder l’histoire des idéologies politiques dans le monde occidental comme l’histoire de la mise en captivité d’une idée d’émancipation non idéologique, qui ne s’appuierait pas sur une théorie de la liberté, mais sur la recherche d’expériences émancipatrices pouvant émerger à même la réalité sociale, sous la forme par exemple de communautés autogérées ou de révoltes populaires.

2L’idée d’émancipation est au centre des projets utopiques du début du XIXe siècle. Pour Owen, Fourier ou Saint-Simon, l’utopie est une institution bien réelle. Se développant spontanément dans les brèches de l’ordre social, elle permet à ses membres, non de rêver, mais bien d’expérimenter une forme de vie autogérée, authentiquement démocratique. À partir de 1848, les projets utopiques tendent à s’effacer. Et pour cause : avec le Second Empire et, plus encore, la IIIe République, l’idéologie libérale entre en phase de maturité. Il faut prendre le terme au sens de Marx : l’idéologie, c’est un discours qui impose une représentation déformée du réel et court-circuite la lucidité critique des individus sur leur expérience réelle de l’ordre social. Si l’idéologie libérale est si puissante, c’est parce qu’elle s’appuie sur une conception dévoyée de la démocratie : celle d’une démocratie centralisée sur le pouvoir de l’État, prenant la forme d’un gouvernement représentatif qui masque de nouvelles hiérarchies. Car la liberté des « représentants », de ceux qui ont le pouvoir de décision politique, est surtout la liberté de conserver ses privilèges et d’imposer à la classe des « représentés », c’est-à-dire des travailleurs, une vie soumise aux lois économiques et sociales qu’ils ont décidé pour eux. Après l’idéologie libérale, le développement de l’idéologie socialiste porte le coup fatal à l’idée de démocratie réelle qui animait utopistes et révolutionnaires. L’ancrage positiviste de Marx ou même de Durkheim fait dépendre l’émancipation sociale de l’analyse scientifique de la société et du mouvement ouvrier. Selon Riot-Sarcey, l’orthodoxie marxiste, en particulier celle de la IIe Internationale, détourne les travailleurs de leur expérience réelle en l’enrobant dans un mille-feuille d’abstraction. Revenant sur des évènements historiques précis comme l’Affaire Dreyfus, les premiers congrès de la IIe Internationale ou même les émeutes de Chicago en 1886, l’autrice montre comment les idéologies, qu’elles soient libérales ou socialistes, se construisent largement sur le déni de certaines injustices sociales (antisémitisme, mépris du droit des femmes, racisme), sur la légitimation de la violence (impérialisme), et sur l’exclusion systématique, dans l’espace public, des options anarchistes.

  • 1 Sigmund Freud, Psychologie des masses et analyse du moi, Paris, Payot, 1924 [1920].

3Vers 1920, le développement des idéologies passe à un autre niveau. C’est l’époque où l’idéologie soviétique prend forme. S’appuyant d’abord sur un projet qui devait mettre les syndicats ouvriers au centre d’une démocratie réelle s’épanouissant au cœur de l’usine, l’idéologie soviétique se retourne bien vite en idéologie de parti faisant des syndicats des outils de propagande. Pour comprendre ce changement de cap, Riot-Sarcey rappelle que nous sommes à l’époque où le concept de masse commence à prendre le pas sur le concept de classe. La Grande Guerre, la guerre de masse, implique à son tour une industrie de masse qui anonymise l’ouvrier dans les rouages de la grande usine. La question des masses préoccupe aussi les psychologues1 qui la voient comme une entité immature qui court continuellement le risque de dégénérer dans l’hystérie collective. La masse doit être mise sous tutelle, elle a besoin d’un meneur, d’un guide capable de l’orienter. Dans l’idéologie soviétique, le parti est la tête du corps ouvrier. Pour maintenir l’ordre et la cohésion de la société, il utilise la répression, la surveillance, mais aussi et surtout la propagande : pour faire accepter sa légitimité, l’État soviétique fabrique des mythes. Il se glorifie dans des images spectaculaires qui monopolisent l’imagination ouvrière. Il rassemble les masses en focalisant la colère sur un ennemi commun : le bourgeois. Le film Le cuirassé Potemkine (1925) est un exemple de ce type de spectacle. La masse, le chef, le mythe, l’ennemi sont encore les outils d’une autre idéologie non moins aliénante : l’idéologie fasciste.

4La Seconde Guerre mondiale laisse place à un étourdissement généralisé lié notamment à la difficulté de faire face à l’atrocité des crimes nazis. Pour les intellectuels, le défi est de sortir d’un monde de confusion et d’élaborer une nouvelle théorie de la certitude. Cette théorie, ce sera le structuralisme. Modelé par Lévi-Strauss à partir des théories linguistiques de Saussure, le structuralisme est une méthode d’analyse formelle qui peut être transposée à une multitude d’objets : la civilisation, les textes littéraires, le psychisme humain, etc. Sous l’impulsion d’auteurs comme Althusser, l’œuvre de Marx fera l’objet d’une analyse structurale qui met l’emphase sur la question de la domination de l’État sur les ouvriers. Pour Riot-Sarcey, le marxisme structuraliste est une idéologie qui n’a rien à envier aux autres : elle détourne de l’analyse réelle des conflits sociaux en mettant en valeur une théorie abstraite qui considère les ouvriers comme des êtres subissant une domination structurelle sur laquelle ils n’ont aucune prise.

5L’émancipation entravée est une histoire croisée : c’est une histoire des idéologies occidentales, mais c’est aussi une histoire de l’anarchisme. À chaque étape de son exposé, l’autrice rend compte de l’émergence spontanée d’institutions autogérées, mais aussi de la façon dont celles-ci sont généralement très rapidement étouffées par le pouvoir en place – par exemple, la réappropriation populaire des villages ou des usines en Espagne au début du Frente popular sera, très rapidement, redressée par le Parti communiste espagnol qui entendait suivre les directives de Moscou. Cette histoire montre cependant que, dans les années 1960, l’espoir d’une liberté authentique réussit à mettre la tête hors de l’eau de façon un peu plus manifeste qu’auparavant. Ce sont d’abord des années qui sont marquées par la question de la décolonisation et de la critique de l’impérialisme. Dans les années 1968, la lutte contre la guerre du Vietnam favorise la radicalisation de ces revendications. Loin de réduire Mai 68 à un évènement isolé, l’autrice rappelle que, durant le printemps et l’été 1968, à Berkeley, à Londres comme à beaucoup d’autres endroits, la jeunesse manifeste contre le pouvoir de l’État impérialiste, du patronat et même, à Turin, « contre tout ». Comme toutes les autres poussées émancipatrices décrites dans le livre, les mouvements de 68 s’effaceront bientôt, au profit ici d’une idéologie maoïste qui s’appuie sur l’idéalisation fallacieuse de la Révolution culturelle.

  • 2 Voir en particulier Karl Mannheim, Idéologie et utopie, Paris, Éditions de la Maison des Sciences d (...)

6La liberté entravée décrite par Michèle Riot-Sarcey semble pulsionnelle. C’est une poussée spontanée vers l’émancipation qui motive les individus à se révolter, à s’organiser, à faire la révolution, à fonder une utopie, à prendre le pouvoir d’une entreprise, etc. Cette poussée, les idéologies de tout ordre peuvent bien la contenir, mais jamais l’anéantir. Des phalanstères aux Gilets jaunes (que l’autrice évoque en conclusion), l’espoir d’une démocratie réelle remonte régulièrement à la surface pour prendre une bouffée d’air. On peut cependant s’interroger : la démocratie, comme forme de vie fondée sur la liberté individuelle, n’exige-t-elle pas quelque chose de plus que la pulsion d’émancipation ? Si le livre insiste beaucoup sur l’expérience de la liberté, il passe sous silence la question de l’institution de cette liberté, de son organisation en forme de vie sociale. Au-delà de la pulsion, ne faut-il pas accorder une place à la réflexion et même, à des réflexions contradictoires sur l’ordre social que l’on veut instituer ? En ce sens, on voit mal comment l’institution d’une démocratie pourrait se faire sans idéologies, non pas au sens de Marx toutefois, mais de Mannheim2 : en tant que points de vue partiels sur le monde social qui se répondent en se confrontant les uns aux autres. Cela n’interdirait pas, d’ailleurs, de réfléchir sur les idéologies à la façon de Riot-Sarcey : en s’intéressant à l’articulation de ce qu’elles disent et de ce qu’elles occultent.

Haut de page

Notes

1 Sigmund Freud, Psychologie des masses et analyse du moi, Paris, Payot, 1924 [1920].

2 Voir en particulier Karl Mannheim, Idéologie et utopie, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2006 [1929].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Peuch, « Michèle Riot-Sarcey, L’émancipation entravée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 avril 2023, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/60945

Haut de page

Rédacteur

Benoît Peuch

Professeur des écoles et doctorant en philosophie et sciences sociales (LIER-FYT).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search