Navigation – Plan du site

Kristian Feigelson, La fabrique filmique. Métiers et professions

Jean Ferrette
La fabrique filmique
Kristian Feigelson, La fabrique filmique. Métiers et professions, Armand Colin, coll. « Cinéma/Arts visuels », 2011, 254 p., ISBN : 9782200249113.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Le programme annoncé est alléchant : à la croisée de la sociologie des professions et de celle des organisations, l’auteur propose d’analyser sociologiquement la production des films (qu’il nomme curieusement « fabrication filmique »), en particulier grâce à des entretiens conduits sur des plateaux de tournage de plusieurs pays. De ces entretiens, dont il n’est rendu compte qu’à partir de la page 140, ne restent que des impressions subjectives. Faute de protocole, le sociologue se fait à son insu le véhicule des idéologies professionnelles. Par exemple, il reprend le lieu commun qui présente chaque film comme un « prototype ». Or c’était cela qu’il convenait de discuter, en le confrontant à une division du travail poussée, à des qualifications certifiées, à une organisation du travail, et surtout à leur reproduction en série.

2L’ouvrage est composé pour sa plus grande partie de phrases aux termes récurrents sur l’intérêt desquelles on peut s’interroger, telle que celle-ci : « Le processus de production se construit déjà par le biais de négociations multiples, d’interactions, variées au travers desquelles vont rivaliser un certain nombre de groupes (…) concernés » ou encore : « Les logiques de parcours sont complexes, non linéaires et gouvernées par l’incertitude ».

3Il n’en va pas différemment des documents statistiques produits : issus d’organismes privés de collectes des cotisations sociales ou publiques de recensement, ils sont reproduits tels quels, sans traitement, sélection des données… et pire encore sans justification. Tout juste est-il précisé qu’il est difficile d’obtenir des chiffres exacts (où est-il possible d’en obtenir ? Pour en faire quoi ? L’exactitude et l’exhaustivité sont-ils des gages de vérité ?). On est troublé lorsqu’on s’aperçoit, page 110, que l’auteur confond médiane et moyenne et qu’il nous invite (pages 205-206) à calculer une moyenne à sa place. Avoir suivi une formation de base littéraire n’est pas un défaut en soi et ne doit pas être un obstacle pour se lancer dans la sociologie, mais celle-ci ne devrait-elle pas présupposer la possession d’un « smic statistique » ? Lorsque le texte fait apparaître quelques données intéressantes, il ne s’agit que de la mise bout à bout de pourcentages prélevés, par exemple, dans le bilan du concours d’entrée dans une école de cinéma (la Fémis) ; pourtant, ce document, ainsi que d’autres, sont susceptibles de faire l’objet d’analyses secondaires intéressantes. Le copié-collé semble ici avoir bien fonctionné puisqu’on trouve même une phrase échappée de wikipedia (page 123).

4La différence entre métiers et professions qui figure en sous-titre de l’ouvrage n’est explicitée qu’à partir de la page 95, mais de manière tellement confuse qu’on s’interroge jusqu’à la fin de l’ouvrage. On a vaguement l’impression que le métier désigne un état primaire des professions, et que celles-ci constituent à la fois un approfondissement de la division du travail, une reconnaissance par les qualifications et les conventions collectives, ce qui n’a rien d’original… mais cette impression est démentie par l’insistance mise sur l’expérience, l’épreuve du bénévolat, la loyauté et le rôle des réseaux (mot auquel l’auteur semble aussi très attaché car les occurrences sont très nombreuses, mais sans la moindre référence à la sociologie des réseaux). Puisqu’il s’agit d’un livre de sociologie, la référence à Weber et à la profession comme vocation aurait été utile, mais celle-ci n’apparaît que sous la forme d’une note de bas de page, en conclusion, page 229. Quant aux professions, l’auteur semble subjugué par celle de directeur de production, mais ce qu’on apprend à son sujet ne prend pas plus d’une page.

5On se prend de temps en temps à penser que des occasions de traiter de sujets importants ont été ratées. Deux exemples : la division sexuée du travail apparaît ici et là (pages 153 et 154, 161 et 209). Pourquoi ne pas l’avoir traité à fond dans un chapitre spécifique en soulignant la logique symbolique de la distribution des rôles professionnels ? De même, la question de la précarité, qui semble hanter l’ouvrage. C’est bien de rappeler, dès la page… 148, qu’il existe un lien de subordination dans les relations de travail, mais il ne faut pas confondre (page 214) exploitation du travail gratuit et « économie solidaire ». À qui fera-t-on croire que tous les bénévoles le sont réellement ? Pour certains, il s’agit de stages, et on sait quels abus ont conduit le législateur a encadrer a minima les stages ; pour les autres, il s’agit purement et simplement de travail dissimulé. Tout se passe comme si, prisonnier de ses interlocuteurs, l’auteur ne pouvait exprimer à leur place l’indicible. Bref, on referme ce livre frustré.

6Pourtant, nous aurions tort d’en rester là, parce que le fait du livre lui-même est l’occasion de réflexions sociologiques. Tout d’abord, parce que son auteur est bien installé institutionnellement : professeur d’université à la Sorbonne Nouvelle, il a accès à une maison d’édition prestigieuse. Ensuite, parce qu’un tel « ton » – suggérer que l’on en dit beaucoup à partir d’un matériau factuel mince – procède d’une idéologie sous-jacente que l’on retrouve parfois dans d’autres ouvrages. L’usage réitéré de certains thèmes évoquant le flou, le fluide et l’aléatoire suggère fortement que s’agissant du social, rien de solide ne peut être établi, que tout y est fluctuant, indistinct, incertain, que tout nous échappe et que rien ne peut être saisi. Bref, c’est la négation de la sociologie elle-même. Cette idéologie de l’indétermination, qui tourne le dos non seulement au « positivisme » et à la science, mais à la possibilité même de toute connaissance, se veut très certainement « libre » sur le fond, ne professant jamais rien de définitif et ne fermant aucune porte. Reste à savoir quel bénéfice le lecteur pourrait en tirer, si ce n’est celui d’une adhésion (éventuelle) et d’une communion avec une telle représentation du monde. Pour les autres, s’ils souhaitent connaître véritablement les métiers de ceux qui produisent un film, ils peuvent encore se tourner vers deux ouvrages, l’un ancien (il date de 1949) Le cinéma par ceux qui le font, textes réunis par Denis Marion et publié chez Arthème Fayard (d’ailleurs cité par l’auteur à propos des directeurs de production) ; et plus récemment, en 1990, le numéro hors série de Cinémaction intitulé Les métiers du cinéma, de la télévision et de l’audiovisuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Ferrette, « Kristian Feigelson, La fabrique filmique. Métiers et professions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 16 août 2011, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6097

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page