Navigation – Plan du site

« Résister », Tête à tête. Entretiens, 1, 2011

Christophe Nicoud
Résister
« Résister », Tête à tête. Entretiens, 1, 2011, Le Bord de l'eau, ISBN : 9782356871190.
Haut de page

Texte intégral

1La revue semestrielle Tête-à-têtefaitsuite à La Voix du regard arrêtée en 2007, après 20 ans de parution. Ce premier numéro choisit le thème de la résistance. Huit entretiens vont apporter leurs contributions disciplinaires à cette thématique.

2En urbanisme, pour Max Rousseau et Gilles Paté, nos sociétés capitalistes requièrent la mobilité du travail, du consommateur, du citoyen. Cette obligation de mouvement influence l’urbanisme. L’espace public est dégradé, voire dégradant, pour favoriser les flux perpétuels et éliminer les corps immobiles… sans le montrer. Cette configuration permet d’éviter les résistances, les regroupements contestataires mais attise la peur d’autrui. Les populations ne peuvent plus se découvrir, s’apprivoiser en se rencontrant dans cet espace puisqu’elles ne peuvent plus s’y arrêter.

3Ce phénomène a généré des réactions, des obstructions à ces flux permanents au sein de l’espace urbain (collectif Reclaim ; mouvement des « villes lentes »). Reste à savoir si cela va trouver une issue sur le plan politique et modifier cet entrave à l’immobilisme urbain afin de retrouver un espace public partagé.

4Au théâtre, Jean-Marie Boëglin, Franc-Tireur et Partisan à l’âge de 14 ans, membre du Front de Libération National en Algérie, des Jeunesses communistes puis de la Fédération anarchiste en France, a toujours été « embarqué » plutôt qu’engagé dans ses actions. L’instinct, la passion, le rejet de l’injustice plutôt que l’idéologie l’ont conduit à résister. Avec Roger Planchon, J-M Boëglin a décentralisé le théâtre avec le Théâtre de la Cité de Villeurbanne (1956) : libérer le corps dans le jeu des acteurs, supprimer la censure sociale dans les œuvres montées. A l’encontre des institutions, le théâtre doit être une « manière d’exercer la vie ».

5Plus que résister, J-M Boëglin nous recommande de dire non à tout ce qui va mal et plus particulièrement à la spéculation artistique, aux programmations « bankables » et sans risques. Dans ce contexte, créer c’est résister.

6Au cinéma, René Vautier, membre des Forces Françaises de l’Intérieur pendant la seconde guerre mondiale, a cherché à mettre en évidence les injustices constatées à travers l’analyse de la vie des enfants des mineurs (La Grande Lutte des mineurs, 1948), des Africains (Afrique 50), des soldats en Algérie (Avoir 20 ans dans les Aurès, 1972). Ce cinéma engagé, en dehors des institutions, reste une référence dans la résistance : Sarkolonisation a été monté avec des séquences de Afrique 50.

7Dans le domaine de l’art et plus précisément de la performance artistique, Patrick Bernier, Olive Martin, Sébastien Canevet et Sylvia Preuss-Laussinotte nous proposent une forme de contestation originale alliant droit et art. L’œuvre jouée, Plaidoirie pour une jurisprudence, incite les juges à interpréter le droit des étrangers grâce à leur pouvoir créateur. Par cet acte de résistance de l’intérieur, les juges peuvent s’opposer à la volonté politique en s’appuyant sur la loi et les arguments juridiques des avocats. L’objectif est d’émettre l’idée qu’un étranger créant une œuvre ne peut pas être expulsé tant que celle-ci n’est pas achevée, contrairement aux lois françaises actuelles sur l’accompagnement à la frontière.

8Plus globalement, Serge Comte cherche à faire réagir le milieu dans lequel il est en le déstabilisant. Par son art, il veut troubler et rendre confuses les idées acquises. Sa présentation au Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique de Grenoble, sa participation aux résidences d’artistes fictives (Le Phare) suivent ce principe. Pour S. Comte, refuser le confort, l’argent, la reconnaissance, les collectionneurs forme une résistance dans le monde de l’art contemporain.

9En littérature, Alfons Cervera fait acte de résistance en gardant ses distances avec la ville, les éditeurs, la critique littéraire. Dans son village de 300 âmes, fidèle à sa première maison d’édition, A. Cervera peut et veut écrire en dehors des modes, des impératifs de marché, des consensus et engager le débat mémoriel sur l’époque de la Transition démocratique espagnole. L’écriture de Cervera équilibre désormais le « comment » et le « quoi », la forme et le fond, à l’encontre du standard actuel privilégiant la forme et sa complexification. A. Cervera veut écrire pour être lu, pour que sa résistance au discours officiel soit active, transforme le monde et bouscule les consciences.

10En philosophie, pour Noam Chomsky, l’absence de vérité absolue doit nous pousser à remettre en cause les vérités avancées par les institutions, notamment politiques (menace nucléaire au Moyen-Orient par exemple).Néanmoins cette démarche est difficile dès lors que les individus ont intériorisé ces vérités officielles et que les barrières à l’information ne sont pas démantelées. L’endormissement des masses, leur tranquillité, permet d’’asséner la vérité officielle et de laisser œuvre librement les hommes politiques.

11De son côté, Plinio Prado nous interpelle sur les raisons mêmes de la thématique choisie de la résistance. Le manque de sens, de justice et d’espérance inhérent à notre barbarie néo-technologique, néo-libérale, mass-médiatique, sécuritaire, concurrentielle et consensuelle, implique naturellement la résistance. Notre développement est injuste puisqu’il est fondé sur un principe technique d’optimisation des performances et non sur l’amélioration de la condition humaine. De surcroît, il est insensé car notre développement n’a pas de but pour le légitimer. Il ne s’adresse pas à ce qui est humain et plus que lui (l’autre). Tant qu’il y aura une oreille attentive à cet autre, il y aura résistance.

12Pour Prado, la résistance ne peut être efficace qui si elle provient d’un groupe intérieur à une structure contestée mais extérieur à celle-ci dans son fonctionnement (les Humanités au sein de l’Université), groupe aux frontières mouvantes.

13Cette revue permet d’aborder de manière pluridisciplinaire un thème choisi, à travers un prisme artistique et esthétique tout de même. La forme de l’entretien crée un dynamisme captivant, là où il y aurait pu avoir une lourdeur conceptuelle. Eclectique, distrayant et instructif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Nicoud, « « Résister », Tête à tête. Entretiens, 1, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 16 août 2011, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6100

Haut de page

Rédacteur

Christophe Nicoud

Professeur de Sciences Economiques et Sociales, chef d'établissement Lycée Saint Louis Saint Bruno (Lyon 1er)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page