Navigation – Plan du site

Michel Cordillot, Révolutionnaires du Nouveau Monde. Une brève histoire du mouvement socialiste francophone aux Etats-Unis (1885-1922)

Jean Ferrette
Révolutionnaires du Nouveau Monde
Michel Cordillot, Révolutionnaires du Nouveau Monde. Une brève histoire du mouvement socialiste francophone aux Etats-Unis (1885-1922), Montréal, Lux, coll. « Mémoire des Amériques », 2010, 212 p., ISBN : 9782895960874.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Par exemple Henri Pelling, Le mouvement ouvrier aux États-Unis, Seghers, 1965; plus récemment, How (...)

1La personnalité d’Eugène Debs, dirigeant du parti socialiste américain plusieurs fois emprisonné et condamné à dix ans de prison pour son opposition à la première guerre mondiale, a été rendue publique en France par plusieurs ouvrages dont certains très récents1. Mais qui se souvient que ses parents étaient alsaciens ? Ce n’est toutefois pas ce native qui sert de fil conducteur à cet ouvrage, mais un immigré breton, ancien séminariste et mineur de son état, Louis Goaziou. Bilingue (Breton-Français) il lui faudra faire en plus l’apprentissage de l’anglais pour s’insérer dans son nouveau pays, ce qui n’est pas une mince affaire : car la toute petite communauté francophone (belge et française pour l’essentiel a (déjà !) des difficultés dans l’apprentissage de l’anglais, et ce sont les enfants qui doivent servir d’interprète. Quant aux canadiens français aux Etats-Unis, ils figurèrent longtemps à part et firent l’objet d’une très grande méfiance de la part des premiers à cause de leur conservatisme supposé. A contrario, la seconde génération devra parfois réapprendre le français pour lire le journal révolutionnaire, anarchiste, syndicaliste puis socialiste, que lisent les parents.

2En même temps que l’on suit l’évolution d’une communauté militante, essentiellement concentrée sur les professions de mineurs et de verriers et sur quelques États (la Pennsylvanie, mais sont cités aussi le Texas, l’Oklahoma, New York, l’Alabama, le Wyoming, le Kansas… au début, la Nouvelle Angleterre ensuite) c´est plus largement la question de l´intégration progressive d´une communauté allogène via la participation à la vie politique qui est posée. Le terme de « révolutionnaire » s’applique aux animateurs du mouvement anarchiste et syndical que l’on retrouve à la tête des mutuelles ouvrières, des coopératives d’achat, de production, jusqu’à la direction de la franc-maçonnerie ! Mais leur influence dans la communauté va bien au-delà des déclamations ou de l’organisation d’une grève générale. Nous suivons l’évolution de cette petite communauté « ethnique » à travers ses organisations et ses journaux, en premier lieu celui créé et animé jusqu’au bout par le susnommé  Goaziou : L’Union des travailleurs. Journal militant, d’information et de culture (il contient même une page publicitaire !) il aura surtout une fonction de lien social. Car sans doute le génie de Goaziou est là : loin de vouloir imposer une « ligne », il ouvrira son journal à des débats contradictoires et donnera la parole à ses lecteurs, puis à ses lectrices.

3La période suivie par cet ouvrage recouvre donc essentiellement la vie militante de Goaziou, de 1885 à 1922, depuis la volonté d’unifier les militants sur une base anarchiste, puis syndicale, et enfin socialiste, jusqu’à la constitution d’une Fédération française au sein du Parti socialiste américain, puis le retrait et la disparition de celle-ci durant la Première guerre mondiale.

4Celle-ci porta un coup fatal à ce mouvement. Mais sans doute celui-ci avait-il déjà fait son temps, les militants s’étant définitivement américanisés. Goaziou lui-même finira par rejoindre le parti démocrate. Car le paradoxe est que l’outil du maintien d’une culture allogène dans son environnement anglo-saxon fut en même temps le vecteur de l’intégration de ses militants. Soucieux de participer activement à la vie politique locale, ils demandèrent leur naturalisation, pour voter mais aussi pour être élus. Il leur fallut alors s’exprimer en Anglais pour s’adresser aux électeurs. Finalement, leur « rêve américain » ne fut pas sans justification, puisque plusieurs bénéficièrent, selon l’auteur, d’une mobilité sociale ascendante.

  • 2  Michel Cordillot, La sociale en Amérique. Dictionnaire du mouvement social francophone aux États-U (...)

5Soulignons que ce petit livre se veut, modestement, une « présentation générale destinée à guider les utilisateurs d’un autre ouvrage2. Nous ne lui ferons donc pas grief du survol rapide, mais suffisamment initiatique, de son objet. Tout au plus regretterons-nous l’absence de cartes qui nous auraient aidé à mieux suivre les flux migratoires de la population francophone aux Etats-Unis durant la période considérée, ainsi que l’implantation des mouvements socialistes. Nous n’aurons ainsi pour seule indication que « le nombre des Canadiens français travaillant aux Etats-Unis passera à 575000 en 1900, puis 8120000 en 1912 – contre 270000 Français à cette même date ». Mais il s’agit d’un livre de poche, d’une lecture fluide, agréable et instructive.

Haut de page

Notes

1  Par exemple Henri Pelling, Le mouvement ouvrier aux États-Unis, Seghers, 1965; plus récemment, Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis, Agone, 2002, et sa version dessinée par Mike Konopacki et Paul Buhle, Une histoire populaire de l’empire américain, publié chez Verige Graphic en 2009

2  Michel Cordillot, La sociale en Amérique. Dictionnaire du mouvement social francophone aux États-Unis, 1848-1922, Paris, Éditions de l’Atelier, 2002, 432 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Ferrette, « Michel Cordillot, Révolutionnaires du Nouveau Monde. Une brève histoire du mouvement socialiste francophone aux Etats-Unis (1885-1922) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 17 août 2011, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6107

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page