Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2023Paul Rocher, Que fait la police ?...

Paul Rocher, Que fait la police ? et comment s’en passer

Alexis Pignol
Que fait la police ?
Paul Rocher, Que fait la police ? Et comment s'en passer, Paris, La Fabrique, 2022, 260 p., ISBN : 978-2-35872-239-1.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Rocher Paul, Gazer, mutiler, soumettre. Politique de l’arme non létale, Paris, La Fabrique, 2020.

1Les morts de Rémi Fraisse, Zineb Redouane, Steve Maia Caniço, la répression des Gilets jaunes, des luttes écologistes et tout récemment de la mobilisation contre la réforme des retraites en France ; l’affaire George Floyd et le mouvement Black Lives Matter aux États-Unis : voilà plusieurs années que les violences policières secouent l’actualité. En 2020, Paul Rocher avait engagé une analyse de l’escalade sans précédent des violences dans les opérations de maintien de l’ordre, liée à ses yeux au recours toujours plus massif aux armes dites non-létales1 (gaz lacrymogène, grenades de désencerclement, « lanceurs de balles de défense » dit LBD). Dans son nouvel essai, il généralise sa réflexion pour proposer une interrogation philosophique et politique sur les véritables fonctions de la police et sur la nature de cette institution.

  • 2 Concernant le « mythe policier », Paul Rocher s’appuie en particulier sur les analyses de David H. (...)

2Contre le mythe d’une police protectrice2, Paul Rocher démontre que son rôle premier est de défendre, parfois contre une partie de la population, un ordre politico-économique précis, le capitalisme moderne, dont elle est le produit : « née avec le capitalisme, la police n’a rien d’un phénomène transhistorique accompagnant les sociétés humaines depuis la nuit des temps, pas plus qu’elle n’a été créée pour assurer la sûreté de toute la population. Sa tâche est bien plus circonscrite : maintenir l’ordre établi. À ce titre, elle cible avant tout la vaste classe sociale des perdants systématiques de cet ordre » (p. 129-130). Son argumentation se construit en trois moments : le constat d’une « emprise policière » (p. 19) toujours plus grande sur notre société, une généalogie historique de l’institution qui a partie liée avec les bouleversements politiques et économiques de la révolution industrielle, l’illustration, enfin, à partir de deux exemples précis, qu’un « ordre sans police » (p. 223) reste pensable et possible.

3Le livre de Paul Rocher s’ouvre sur une radiographie très documentée de la police en France qui renverse au passage quelques idées reçues. Au discours largement répandu sur un supposé manque de moyens, le chercheur oppose un constat sans appel : les capacités d’intervention de la police ne cessent de croître et entraînent une démultiplication des violences. Les statistiques nationales soulignent que le budget de l’État dévolu à la police a connu une hausse supérieure à celle des dépenses publiques globales ces trente dernières années, alors que dans le même temps la part consacrée à l’éducation diminuait. Ce financement du domaine sécuritaire se traduit par une augmentation des effectifs – de l’ordre de 30 % sur la période –, par le déploiement d’un arsenal répressif toujours plus important, dont témoigne la « course à l’armement non létal » (p. 35) engagée depuis les années 1990, et par une « tentation technopolicière » (p. 40), qui favorise la surveillance des citoyens. Paul Rocher pointe tour à tour les limites de chacun de ces investissements, et souligne leurs effets pervers ou délétères. À ces capacités policières accrues répond le développement du domaine de la sécurité privée, et même la mise à contribution d’une frange volontariste de la société incitée par les pouvoirs publics, à l’image des appels à la vigilance sur les signaux faibles de radicalisation. En un mot : la police n’a jamais eu autant de relais ni autant de moyens.

4Mais tout cela ne formerait que « la réponse à une situation objective en matière de criminalité qui se dégrade d’année en année » (p. 59). Là aussi, Paul Rocher dément. Les chiffres avancés par la police pour alerter sur un soi-disant « ensauvagement » de la France témoignent en fait de l’activité croissante des forces de l’ordre, marquée par des interventions toujours plus fréquentes, et non de la réalité des faits de délinquance, qui restent stables depuis trente ans. Ils révèlent donc bien plutôt une criminalisation des classes populaires, tout en « sous-estimant les crimes des riches » (p. 65), face auxquels la police se montre bien plus tolérante, fraude fiscale en tête. Pire, l’action des pouvoirs publics français repose sur l’équation « plus de police, moins de délinquance » (p. 66) dont la critique, appuyée sur de nombreuses études, s’est par exemple diffusée dans le débat public américain à la suite du mouvement Black Lives Matter. Le panorama s’achève par l’analyse du rôle effectif de l’institution policière : si elle ne protège pas la population, elle perpétue plutôt une série de discriminations institutionnelles – le racisme, dans les quartiers populaires, par le biais, entre autres, des contrôles d’identité ; le sexisme, dont le refus d’enregistrement de plainte reste le symbole –, et assure une répression brutale des mouvements sociaux. Cette double fonction explique l’explosion des violences policières, et Paul Rocher de conclure : « maintenir l’ordre social, tel est le cœur du métier » (p. 93).

  • 3 Noiriel Gérard, Une histoire populaire de la France, Marseille, Agone, 2018, p. 129, cité p. 119.

5À l’issue de cet état des lieux très précis et documenté sur l’état de la police contemporaine, Paul Rocher ancre sa réflexion dans le temps long : seule une généalogie historique, politique et économique de l’institution permet d’expliquer ses mécanismes contemporains. Le chercheur lie ainsi étroitement l’industrialisation qui bouleverse l’Europe du XIXe siècle, son expression politique – l’État bourgeois hérité de la Révolution française – et la formation de la police moderne, pour démontrer qu’il s’agit d’une « institution fondamentalement capitaliste » (p. 96). Si le mot « police » était employé sous l’Ancien Régime, il ne désignait pas ce « métier à part » (p. 107), institution homogène et centralisée, qui apparaît en France avec la libéralisation économique, sous le Second Empire, comme réponse au « processus d’ouvriérisation3 » et aux mutations qui lui sont propres. À partir des années 1870, « policier » devient une véritable carrière : examens et écoles se développent ; l’accent est mis sur l’esprit de corps et la fidélité à l’institution ; les agents se spécialisent en fonction des compétences requises par les nouvelles pratiques. Les recrues ont l’occasion de faire leurs armes en réprimant durement les mouvements ouvriers alors en plein essor. C’est à cette période que se construit « la fiction policière » (p. 124), toujours d’actualité : une police violente, poursuivie par sa réputation, mais que « l’imaginaire positif du bon gendarme » (p. 125) viendrait légitimer, à grand renfort de communication officielle.

  • 4 Voir notamment Benjamin Walter, « Critique de la violence », dans Œuvres I, Paris, Folio, 2000.
  • 5 Paul Rocher s’oppose notamment à l’article d’Éric Hazan « La police avec nous ! », dans l’ouvrage c (...)

6Cette historicisation de l’institution policière débouche sur une philosophie de l’État moderne, que Paul Rocher envisage comme « la forme politique particulière de l’organisation sociale capitaliste » (p. 142), et dont la police constitue « le rouage ultime en cas de contestation » (p. 151). Cela ne signifie pas pour autant une équivalence absolue entre État et institution policière. Vouée à une loyauté absolue, cette dernière n’en conserve pas moins une certaine autonomie, politique d’une part, marquée par son ancrage à l’extrême-droite, juridique de l’autre, par sa capacité à être, en pratique, fondatrice de droit en bénéficiant d’une large liberté d’action à chaque intervention4. Deux constats s’imposent alors face à l’équation que le chercheur établit entre capitalisme, État et police : toute réforme même volontariste de la police se révèlera toujours marginale et inefficace, dans la mesure où la police n’est que l’expression d’un ordre politique et économique donné ; le rêve que la police prenne le parti du peuple, contre l’État, est quant à lui condamné au vœu pieux5.

  • 6 Lordon Frédéric, Vivre sans ? Institutions, police, travail, argent…, Paris, La Fabrique, 2019.

7Si la police a pour fonction première de perpétuer l’ordre capitaliste, il reste à s’interroger sur « d’autres façons d’organiser l’ordre en société » (p. 177). Paul Rocher s’appuie sur l’étude circonstanciée de deux expériences qui ont « contourn[é] activement et durablement la police pour élaborer un ordre collectif à visée égalitaire » (p. 180), en Afrique du Sud avec les « comités de rue » des townships durant l’apartheid, et en Irlande du Nord contre le colonialisme britannique depuis les années 1970. Il analyse avec précision et sans angélisme les succès, la richesse de ces deux tentatives, comme leurs limites respectives – la mutation des comités de rue en police de proximité à la fin de l’apartheid ; la violence des opérations de maintien de l’ordre de l’Armée républicaine irlandaise (IRA) – pour poser quelques jalons d’un « ordre sans police » (p. 207). À la suite de Frédéric Lordon6, il souligne toutefois « qu’une société sans police n’est pas sans régulation institutionnalisée de l’ordre public » (p. 221). À l’inverse de la police moderne, cet ordre populaire serait l’émanation et l’expression de la population, géré et contrôlé par elle ; pour être conséquent, il ne pourrait voir le jour que dans le cadre d’un bouleversement du système politico-économique et d’une mutation générale de nos rapports sociaux.

8Mêlant philosophie politique, sociologie de la police, approche économique, généalogie historique et études de cas, le travail de Paul Rocher se révèle aussi précis que stimulant. Le lecteur y croise tour à tour des spécialistes contemporains de la police comme Fabien Jobard, Mathieu Rigouste, Sébastian Roché ou David H. Bailey, des philosophes – allant de Karl Marx à Raymond Aron, en passant par Walter Benjamin et Michel Foucault –, tout comme des historiens, à l’image de Gérard Noiriel, Emmanuel Blanchard et Quentin Deluermoz. Par le dialogue permanent entre une réflexion structurelle d’inspiration marxiste et l’actualité la plus vive, cet ouvrage met en perspective le fait policier contemporain pour jeter une lumière crue sur les logiques politiques et répressives qui sous-tendent l’institution. Il élabore le cadre théorique d’une critique radicale de la police, que vient nourrir la documentation des violences policières, à l’image du travail de David Dufresne dans son documentaire Un pays qui se tient sage (2020).

Inicio de página

Notas

1 Rocher Paul, Gazer, mutiler, soumettre. Politique de l’arme non létale, Paris, La Fabrique, 2020.

2 Concernant le « mythe policier », Paul Rocher s’appuie en particulier sur les analyses de David H. Bailey, dans Police for the Future, New York, Oxford University Press, 1996.

3 Noiriel Gérard, Une histoire populaire de la France, Marseille, Agone, 2018, p. 129, cité p. 119.

4 Voir notamment Benjamin Walter, « Critique de la violence », dans Œuvres I, Paris, Folio, 2000.

5 Paul Rocher s’oppose notamment à l’article d’Éric Hazan « La police avec nous ! », dans l’ouvrage collectif Police, Paris, La Fabrique, 2020.

6 Lordon Frédéric, Vivre sans ? Institutions, police, travail, argent…, Paris, La Fabrique, 2019.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Alexis Pignol, « Paul Rocher, Que fait la police ? et comment s’en passer », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 04 mayo 2023, consultado el 22 julio 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/61084

Inicio de página

Redactor

Alexis Pignol

Agrégé de lettres classiques, doctorant en littérature contemporaine (UMR Litt&Arts, Université Grenoble Alpes).

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Salvo indicación contraria, el texto y otros elementos (ilustraciones, archivos adicionales importados) son "Todos los derechos reservados".

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search