Navigation – Plan du site

Fanny Raoul, Opinion d'une femme sur les femmes

Camille Dorignon
Opinion d'une femme sur les femmes
Fanny Raoul, Opinion d'une femme sur les femmes, Le Pré saint Gervais, Le Passager clandestin, 2011, 69 p., ISBN : 9782916952499.
Haut de page

Texte intégral

1C’est aux féministes d’aujourd’hui que les textes des féministes d’hier doivent le plus souvent d’être sauvés de l’oubli. Présenté par Geneviève Fraisse, le texte de Fanny Raoul, Opinion d’une femme sur les femmes est proposé à la redécouverte comme l’ont été, en leur temps, Défense du droit des femmes de Mary Wollstonecraft par Flora Tristan ou Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, d’Olympe de Gouges par Benoîte Groult.

  • 1  J.-M. QUÉRARD, La France littéraire ou Dictionnaire bibliographique, T.7,1827-1839, p.452

2Il est difficile de tracer le parcours de Fanny Raoul : la date même de sa naissance n’est pas claire. En effet, selon la présentation de l’éditeur, elle avait trente ans au moment de la publication de l’ouvrage, en 1801. C’est également 1771 qui figure sur la notice de la Bibliothèque Nationale de France, mais dans la France littéraire, dictionnaire bibliographique1 contemporain de Fanny Raoul, elle est présentée comme née en 1779 à Saint-Pol…

3Seules nous sont parvenues ses publications, essentiellement des essais polémiques et quelques oeuvres de fiction («à thèse»). Le déroulement de sa vie nous est inconnu.

  • 2  voir par exemple : H. GRAPPIN, «Notes sur un féministe oublié: le cartésien Poullain de La Barre», (...)

4Son Opinion d’une femme sur les femmes réclame l’égalité des sexes : « milieu entre l’autorité souveraine et la nullité absolue ». Il est formellement divisé en trois parties : une dédicace, un avertissement, et l’Opinion elle-même. La dédicace « aux femmes » est un émouvant espoir de toucher jusqu’à celles qui ne « croient pas leur sort si malheureux ». L’avertissement prolonge ce préambule sous les auspices des récentes Lumières : si les hommes refusent d’admettre la conclusion à laquelle aboutissent ses « longues observations », son auteur n’aura cependant « point fait à la raison l’outrage d’adopter des préjugés qu’elle réprouve ». Ce cartésianisme rappelle évidemment celui de Poullain de la Barre dans ses écrits féministes, notamment De l’égalité des deux sexes, discours physique et moral (1673)2.

5Fanny Raoul réfute les traditionnels arguments ontologiques en faveur de l’inégalité des sexes, cette dernière étant sans rapport avec la nature : « c’est le malheur des temps, et non l’essence des choses ». L’esclavage des femmes, qui la fait se désigner elle-même d’« ilote » n’a rien de naturel. Au contraire, la nature a établi l’égalité en prévoyant une destination identique pour les deux sexes, la reproduction, qui est possible uniquement par la réunion, cette nécessité réciproque fondant l’égalité naturelle. Par conséquent, l’infériorité intellectuelle arguée par l’homme ne résulte que de la pauvreté de l’éducation des filles, qu’il faut réformer, jusqu’aux études des arts et des sciences qu’il faut ouvrir aux femmes. L’auteure combat également la dialectique maître-esclave intériorisée par les femmes (aucun des deux sexes n’y gagne, les deux en sont dévalorisés).

6À plusieurs reprises, Fanny Raoul fait le parallèle entre esclavage des femmes et esclavage des Noirs. C’est donc logiquement qu’elle les lie pour se moquer des hommes (car le texte ne manque pas d’humour) : « une chose extraordinaire (…) serait de voir les hommes, toujours en contradiction avec eux-mêmes, établir des règles générales qui cessent de l’être par les nombreuses exceptions qu’on y fait ; des lois auxquelles on déroge lorsqu’il s’agit de certains individus différant de certains autres par la forme ou par la couleur. »

7L’auteure développe une philosophie de l’égalité politique : la femme fait plus que contribuer à l’État, elle en est la condition puisqu’elle élève ses futurs citoyens, ses futurs défenseurs, et risque sa vie pour en doter l’État. La reconnaissance de son rôle donnerait donc du sens au mot de citoyenne, qui ne signifie rien puisque la femme est écartée des affaires. Elle a développé ses idées  républicaines dans un autre ouvrage : Idées d’une Française sur la constitution faite ou à faire, publié en 1814 afin de dénoncer la Charte de cette même année.

  • 3  citées in Baron M. de VILLIERS, Histoire des clubs de femmes et des légions d’amazones, 1703-1849- (...)

8Fanny Raoul est ainsi une des annonciatrices des plus radicales féministes, celles de 1848, celles qui ont dit « La femme est le crime de l’homme » (Jeanne Deroin, Almanach des Femmes), ou bien « En amour, la propriété c’est le viol » (Henriette Devance)3. Mais force est de le constater : la nécessité de la réédition, précédée d’une injonction à l’action commune de Geneviève Fraisse, et suivie par un article mordant de Marie Desplechin, ne laisse pas de doute. « L’importance de se défaire des préjugés », sous-titre de l’ouvrage sus-cité de Poullain de la Barre, est encore largement ignorée.

Haut de page

Notes

1  J.-M. QUÉRARD, La France littéraire ou Dictionnaire bibliographique, T.7,1827-1839, p.452

2  voir par exemple : H. GRAPPIN, «Notes sur un féministe oublié: le cartésien Poullain de La Barre», Revue d'Histoire littéraire de la France, 1913, No. 4 pp. 852-867

3  citées in Baron M. de VILLIERS, Histoire des clubs de femmes et des légions d’amazones, 1703-1849-1871, 2ème éd 1910, p. 358

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dorignon, « Fanny Raoul, Opinion d'une femme sur les femmes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 17 août 2011, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6109

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page