Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Jack Goody, Petit traité d'histoi...

Jack Goody, Petit traité d'histoire globale

Juan Javier Rivera Andía
Petit traité d'histoire globale
Jack Goody, Petit traité d'histoire globale, Malakoff, Armand Colin, coll. « Mnémosya », 2022, 224 p., Traduit de l'anglais par Pierre Verdrager, ISBN : 978-2-200-63221-2.
Haut de page

Texte intégral

1Le Petit traité d'histoire globale est un livre tardif du grand anthropologue britannique, Sir Jack Goody (1919–2015). Considéré par son auteur comme « un livre bref » (p. 7), il constitue surtout une critique de ce qu’il appelle « une division binaire entre Orient et Occident » (p. 12) ; une division fréquemment établie sur base d’oppositions entre évolué et primitif, moderne et traditionnel, industriel et préindustriel, entre autres dichotomies fréquentes.

  • 1 Goody discute aussi les thèses d’un autre collègue, qui enseigne comme lui à Cambridge, A. MacFarla (...)

2L’élément déclencheur de cette critique semble être la réponse de Goody à un autre livre, édité par Jean Baechler, John A. Hall et Michael Mann, Europe and the Rise of Capitalism, en 1988, aux discussions préliminaires duquel Goody avait participé1. L’attention de Goody est surtout attirée par l’utilisation que plusieurs auteurs de ce livre font des théories fondamentales de Karl Marx, Talcott Parsons, Karl Polanyi, Max Weber ou Thomas Malthus. Au sujet de ce dernier, par exemple, Goody affirme qu’il « présupposait un contraste spectaculaire » (p. 13) en tombant dans un « binarisme conceptuel et sémantique erroné » (p. 58). En ce qui concerne le domaine de l’anthropologie, la critique de Goody vise non seulement des auteurs fondateurs comme Lewis Henry Morgan, Émile Durkheim - que Goody accuse d’avoir un « point de vue particulièrement partial » (p. 13) - ou Marcel Mauss (qui, avec son oncle, Émile Durkheim, inclut la Chine dans leur analyse des formes primitives de classification), mais aussi des grands classiques comment Claude Lévi-Strauss ou Louis Dumont.

  • 2 D’autres notions également répandues sont visées par Goody, par exemple, quand il propose de se pas (...)

3Goody trouve, dans l’utilisation de ces théories par ses collègues contemporains, une « tendance... simpliste » (p. 19) empreinte d’arguments téléologiques - « ces universitaires scrutent le monde dans le but d’identifier des différences fondamentales » (p. 18) - qui leur font omettre de possibles convergences : « il y a à la fois le piège de la surestimation de la singularité et celui de la surestimation du miracle » (p. 17). En somme, leurs prémisses sont essentialistes et donc ethnocentriques. La critique de Goody concerne aussi l’omission des facteurs liés à l’intentionnalité et à l’action humaine qui « abandonne l’analyse de causalités à la "culture", aussi aveugle que dépourvue de pensée, une culture qui change les habitudes en lien avec d’autres "institutions" (analyse fonctionnelle) ou avec une formule sous-jacente (analyse structurelle) » (p. 119-120)2. Un exemple donné par Goody lui-même est celui de Platon, selon qui « le ‘géométrique’ doit être interprété comme un rejet délibéré des images, de la représentation figurative... cela n’est pas seulement une interprétation possible, mais nécessaire » (p. 119).

4Cette critique, basée sur « une approche sceptique de l’expérience européenne » (p. 21), est accompagnée d’une proposition. La thèse de Goody, exposée assidûment dans chaque chapitre du livre, est la relative unité des continents européen et asiatique. Par conséquent, ce qu’on appelle les fondements européens sont en fait eurasiens. En d’autres termes, « ledit " miracle européen " fait partie... d’un phénomène eurasien plus large, qui s’est déployé au XIXe siècle » (p. 8). En conséquence, il faudrait que les [récits de la situation du passé...] partent de l’idée d’un relatif parallélisme [...] une modélisation dans laquelle une civilisation prend l’avantage, avant de céder sa place à l’autre.  » (p. 141).

5Selon Jack Goody, il n’existe aucune transition unilinéaire (spécifique à l’Europe) de l’Antiquité au féodalisme puis au capitalisme, mais un mouvement d’alternance entre sociétés ou civilisations. La notion d’alternance est donc sa réponse à l’idée de l’exceptionnalisme, qu’il soit européen ou asiatique. Pour lui, une approche ces termes serait capable d’écarter l’essentialisme et l’idée d’un avantage permanent de l’Europe. Il donne plusieurs exemples en ce sens : « Lorsque les Européens sont arrivés (...) [l]e capitalisme marchand, l’économie monétaire, la production pour le marché, tout cela était bien développé [en Inde] » (p. 26). Ou encore : « L’" individualisme " économique et l’esprit d’entreprise sont des traits propres aux marchands où qu’ils soient et ne constituent en rien un héritage » (p. 47).

  • 3 Une comparaison possible, par exemple, pourrait être celui avec l’ouvrage de Serge Gruzinski, L'aig (...)

6Quand l’anthropologue signale l’obligation d'examiner les évolutions en Europe dans une perspective plus vaste, il mentionne les travaux de « chercheurs non européens » (p. 50) qui ont découvert dans leurs propres sociétés des exemples du capitalisme, de l’individualisme ou de l’esprit d’entreprise. Contrairement à ses comparaisons avec l’Afrique, l’Inde et surtout la Chine, les références à des études historiques comparables sur l’Asie et l’Amérique sont absentes.3 En outre, Goody semble suggérer que la sortie de l’exceptionnalisme ne pourrait être accomplie que par des chercheurs non européens : « un réexamen du problème... devra sans nul doute être accompli à la fin par un historien d’une culture non occidentale » (p. 22). Cependant, cette sorte de prééminence de chercheurs non-européens dans le démantèlement de l’exceptionnalisme européen n’est pas discutée en profondeur.

  • 4 Le livre contient aussi deux annexes avec des réflexions sur de thématiques collatérales plus spéci (...)

7Finalement, on peut souligner deux caractéristiques transversales de cet ouvrage de Goody. La première est son érudition dans divers domaines (tels que la démographie historique de la Chine, les régimes de propriété du nord du Ghana, la cuisine africaine, ou l’art islamique), qui pour beaucoup ont été traités séparément par l’auteur dans d’autres livres. Une deuxième caractéristique remarquable aujourd’hui est son utilisation de notions plutôt laissées de côté parmi les anthropologues sociaux ayant conduit un travail de terrain prolongé hors Europe telles que « humanité » (p. 136) ou « histoire de l’humanité » (p. 93). En conséquence, même si l’ouvrage se termine un peu abruptement (il n’y a pas vraiment de chapitre que clôture le livre en résumant ses arguments)4, un tel degré de généralisation est certainement heureux quand il est accompagné, comme c’est le cas de Petit traité d'histoire globale, par une érudition non seulement historique et géopolitique mais aussi ethnographique.

Haut de page

Notes

1 Goody discute aussi les thèses d’un autre collègue, qui enseigne comme lui à Cambridge, A. MacFarlane, dans son livre The origins of English individualism. Cf. MacFarlane Alan, The origins of English individualism, Oxford, Wiley-Blackwell, 1978.

2 D’autres notions également répandues sont visées par Goody, par exemple, quand il propose de se passer « d’utiliser le concept dix-neuvièmiste anglais de " capitalisme " » (p. 99).

3 Une comparaison possible, par exemple, pourrait être celui avec l’ouvrage de Serge Gruzinski, L'aigle et le dragon. Démesure et mondialisation au XVIe siècle, Paris, Fayard, 2011 (qui à son tour ne fait pas référence aux perspectives de Goody sur la Chine).

4 Le livre contient aussi deux annexes avec des réflexions sur de thématiques collatérales plus spécifiques (et peut-être moins élaborées).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Javier Rivera Andía, « Jack Goody, Petit traité d'histoire globale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 05 mai 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/61095 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.61095

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search