Navigation – Plan du site

Frédéric Lavignette, Histoires d’une vengeance. L’affaire Liabeuf

Laurent López
L'affaire Liabeuf
Frédéric Lavignette, L'affaire Liabeuf. Histoires d'une vengeance, Fage Editions, 2011, ISBN : 9782849752050.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  FrédéricLavignette, La bande à Bonnot à travers la presse de l'époque, Lyon, Fage éditions, 2008, (...)

1Frédéric Lavignette replonge les lecteurs de son premier ouvrage consacré à l’affaire de la « bande à Bonnot »1 dans l’univers du crime et l’atmosphère agitée d’une Belle époque finissante. Mais contrairement à Jules Bonnot, Jacques Liabeuf agit seul et les motifs des crimes qui le condamnèrent à la guillotine furent tout autres que ceux des « bandits tragiques » (les membres de la « bande à Bonnot » furent ainsi surnommés durant l’entre-deux-guerres par Victor Méric, figure marquante du libertarisme, qui se retrouve également parmi les protagonistes de plume de l’affaire Liabeuf).

2Frédéric Lavignette et les éditions lyonnaises Fage présentent un volume de belle facture, tant sur le plan de la présentation typographique que de la richesse iconographique, aussi abondante que diversifiée. Dans le sillage de son premier opus, Frédéric Lavignette ne prétend pas signer une étude d’historien mais un livre d’histoires – comme l’indique par ailleurs le titre –, toutes ces histoires que produisit directement ou indirectement cette affaire criminelle appréhendée par les archives de la presse quotidienne.

3à l’aune de leur retentissement médiatique, de leurs implications judiciaires et de leurs effets politiques, le meurtre commis par Jacques Liabeuf et le procès qui suivit résonnèrent avec force dans la société française. Quels furent précisément ces crimes ? Le 8 janvier 1910, l’ouvrier cordonnier s’attaque avec une volonté délibérément homicide à des gardiens de la paix parisiens. Plusieurs sont gravement blessés et l’un d’eux décède rapidement des suites de blessures multiples. En effet, Liabeuf s’est acharné à faire périr les policiers, en tirant sur eux toutes les balles de son revolver et en leur assénant plusieurs coups d’un long poignard. Outre la violence préméditée de l’assassin et la qualité de ses victimes, l’émotion populaire est immédiatement exacerbée par les instruments de mort que s’est minutieusement confectionnés Liabeuf, un plastron ainsi que des brassards et des bracelets de cuir, hérissés de centaines de clous métalliques aussi longs qu’acérés. La fureur du meurtrier exprime une obsession d’amère vengeance depuis que Jacques Liabeuf a été arrêté en compagnie d’une prostituée et condamné pour « vagabondage spécial » (proxénétisme), ce dont il s’est toujours défendu avec la dernière énergie, vouant ainsi une terrible rancune contre les agents de la police des mœurs qui l’accusèrent, à tort selon lui.

4Dans un contexte de vives tensions sociales – ce dont témoignent les milliers de grèves troublant tous les corps de métiers, y compris celui des agents de police tant en province qu’à Paris, l’affaire Liabeuf devient pour certains représentants de l’anarchie et de la gauche ultra un symbole, à divers titres. C’est d’abord celui de l’injustice généralisée faite au peuple par les gouvernants, de la misère sociale entretenue par le capitalisme, des brutalités policières et des abus de la police des mœurs, de la barbarie de la peine de mort. Immédiatement, un propagandiste se singularise par la véhémence de son appui à Liabeuf – non l’homme, mais l’incarnation de toutes les oppressions – et la virulence de ses attaques par voie de presse dans La Guerre sociale ; il s’agit de l’anarcho-socialiste Gustave Hervé. Ce dernier publie le 12 janvier 1910 un article sans nuance – intitulé « L’exemple de l’apache », comme à son habitude, légitimant et même excusant le crime de Liabeuf, le jour même des funérailles de l’agent tué, organisées en grands pompes par la Préfecture de police. Cette coïncidence ne fut sans doute pas pour rien dans la lourde condamnation pénale – quatre ans de prison – qui frappe Gustave Hervé dans les semaines qui suivent sa diatribe, hésitant entre pamphlet contre la police et plaidoyer pour sa victime. à la suite du texte d’Hervé et encore plus après sa condamnation, les articles se succèdent dans la presse, à charge ou à décharge du polémiste politique.

5La présentation ordonnée et raisonnée d’une somme considérable d’archives permet à Frédéric Lavignette d’évoquer les divers sujets qui ressurgirent à l’occasion de ces débats : la délinquance juvénile des bandes d’« apaches » qui serait aussi irrésistible que sanguinaire ; le rôle moral néfaste d’une école laïcisée qui ne jouerait plus son rôle passé d’éducation ; une répression judiciaire qui serait trop indulgente et des prisons qui seraient trop confortables – comme la nouvelle prison modèle de Fresnes ; une police qui serait insuffisamment armée et trop peu nombreuse. Autant de thèmes résonnant étrangement avec l’époque présente et montrant autant la courte vue passée que la démagogie présente de « bonnes âmes » prétendant exprimer l’opinion publique ou la représenter lorsque le fait divers et la question sécuritaire envahissent le débat public... Autre sujet en arrière-plan, celui du rôle des intellectuels lorsque les affaires judiciaires deviennent question sociale. L’un des mérites de l’ouvrage est précisément de suggérer des réflexions pour notre époque à partir de cette luxuriance d’extraits d’articles de presse. Ainsi, Frédéric Lavignette juxtapose ces sources en les organisant dans des chapitres thématiques qui leur donnent sens. Il met ainsi à disposition des historiens un volumineux corpus archivistique, bien que sa première ambition soit probablement de toucher un plus large public. Il est ainsi difficile de classer cet ouvrage dans un genre éditorial spécifique puisqu’il n’est pas à proprement parler une étude historique, bien qu’il en emprunte la démarche initiale. Peut-on oser le néologisme de genre « médialogico-historique » pour désigner ce type de présentation de sources fournies par la presse ?

  • 2  Jean-Marc Berlière & René Lévy, Histoire des polices en France. De l’Ancien régime à nos jours, Pa (...)
  • 3  Jean-Marc Berlière, La police des mœurs sous la Troisième République, Paris, éd. du Seuil, 1992, 2 (...)
  • 4  Dominique Kalifa, Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2005, 331 p.
  • 5  Jean-Marc Berlière, 1907. Le crime de Soleilland. Les journalistes et l’assassin, Paris, Tallandie (...)

6En dépit de ces indéniables qualités, il est dommage que l’auteur n’ait pas indiqué dans sa bibliographie les livres importants se rapportant directement, par exemple, à l’histoire de la police en général2, à l’histoire de la police des mœurs en particulier3, à ceux du crime et du fait divers4 ou aux débats relatifs à la peine de mort5, bien que l’auteur en évoque les sujets et connaisse, de toute évidence, ces études. La digression sur les inondations de l’hiver 1910 est également difficile à comprendre dans le cadre du sujet traité et de l’intitulé de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1  FrédéricLavignette, La bande à Bonnot à travers la presse de l'époque, Lyon, Fage éditions, 2008, 628 p.

2  Jean-Marc Berlière & René Lévy, Histoire des polices en France. De l’Ancien régime à nos jours, Paris, Nouveau Monde éd., 2011, 767 p.

3  Jean-Marc Berlière, La police des mœurs sous la Troisième République, Paris, éd. du Seuil, 1992, 264 p.

4  Dominique Kalifa, Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2005, 331 p.

5  Jean-Marc Berlière, 1907. Le crime de Soleilland. Les journalistes et l’assassin, Paris, Tallandier, 2003, 240 p. Dans cet ouvrage, l’auteur retranscrit les riches débats concernant la peine de mort en 1907 après avoir relaté l’enquête policière suscitée par un infanticide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent López, « Frédéric Lavignette, Histoires d’une vengeance. L’affaire Liabeuf », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 18 août 2011, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6110

Haut de page

Rédacteur

Laurent López

Doctorant en histoire contemporaine (université Paris-Sorbonne), membre du Centre de recherches en histoire du XIXe s. (CRH 19e s.) et du Centre sociologique sur le Droit et les institutions pénales (Cesdip)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page