Navigation – Plan du site

Christèle Fraïssé (dir.), L'homophobie. Et les expressions de l'ordre hétérosexiste

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller
L'homophobie
Christèle Fraïssé (dir.), L'homophobie. Et les expressions de l'ordre hétérosexiste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Psychologies », 2011, 170 p., ISBN : 9782753514041.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. Christèle Fraïssé dans l’Introduction p.12

1L’homophobie est un terme qui a évolué au cours de son histoire. Créé par deux psychologues Weinberg et Smith au début des années 70, il désignait la « peur » de l’homosexualité. Ensuite il s’est transformé au gré des combats politiques qu’il a engendrés et des idéologies qui en ont découlées. L’homophobie est une discrimination et ses arguments sont, souvent, plus complexes et plus larges qu’ils paraissent l’être. Désignant à l’origine un problème psychologique, le terme « homophobie » tend à s’effacer au profit d’autres vocables plus axés sur une réflexion autour de la construction des rôles sociaux de sexe et de l’identité sexuelle « hétérosexisme », « hétérocentrisme », « homoaversion », « héténormativité ». Ainsi cet ouvrage, découpé en trois parties, qui entre dans les activités de recherche liées aux journées d’Etudes en psychologie sociale qui ont lieu tous les ans depuis 2001, traite plus généralement des enjeux politiques et idéologiques des questions sexuelles1. A la lumière de la psychologie sociale, l’homophobie apparaît comme une interaction entre l’individu et la société qui nécessite un regard pluridisciplinaire, ce qui est une composante intégrante de la psychologie sociale.

  • 2  Regroupements différents s’appuyant sur la théorie poststructuraliste française et sur le déconstr (...)
  • 3  Angela Coutinho, p. 47

2Les auteurs-es de la première partie intitulée « L’homophobie, un terme en discussion, un terme pour questionner » se sont attachés à resituer historiquement le terme « homophobie ». Pour cela ils ont élargi ou prolongé des réflexions autour de la psychanalyse freudienne et dans le champ de la psychologie sociale. Ces réflexions, autour du concept d’homophobie, sont menées à travers quelques questionnements tels que : le concept d’homophobie est-il le plus pertinent pour rendre compte du rejet de l’homosexualité ? Pourquoi le terme homophobie s’est-il diffusé aussi rapidement et massivement ? Comment problématiser l’opposition hétérosexuel-homosexuel qui est au centre des catégories organisant les pratiques sociales ? Ces questions ne peuvent être traitées qu’à la lumière des luttes politiques et idéologiques qu’entraîne cette opposition. Les interrogations, les problématisations et la contestation des formes de connaissance et d’identité ont même fait l’objet d’une conceptualisation nouvelle de la part des théoriciens Queer2. Cette méthode critique, littéraire et sociale, des théoriciens Queer, amène à interroger certaines politiques identitaires homosexuel-le-s qu’ils considèrent complices d’un système contre lequel ils se révoltent. Ainsi ils échappent à une logique dualiste qui subordonne des positions identitaires. Ils proposent le questionnement et la dénaturalisation « comme stratégies fertiles et créatives pour penser toute création de l’existence »3.

3Cette réflexion nous conduit à revoir l’ordre hétérosexiste dominant et à repenser et déconstruire la notion d’identité sexuelle. La deuxième partie « Homophobie, identité sexuelle et ordre hétérosexiste » y est consacrée. Les auteurs-es s’interrogent sur la construction des rôles sociaux de sexe et sur les processus de légitimation de l’ordre social hétérosexiste. Rommel Mendès-Leite analyse les difficultés rencontrées par des jeunes (15-19 ans, 20-29 ans) à accepter leur homosexualité dans un modèle hétérosexuel dominant et restrictif. C’est ainsi que les pratiques sexuelles sont normées et comportent quelques interdits comme l’homosexualité. Ces jeunes qui découvrent, refoulent ou assument leur homosexualité mettent en place un certain nombre de stratégies (refus, acceptation de sa sexualité, réajustement au modèle dominant etc.). Dans un deuxième temps Gabrielle Poeschl appréhende les positions adoptées par les opposants de l’homosexualité, et étudie également les rôles de genre. Elle analyse nos sociétés modernes comme percevant la dichotomie des sexes comme un donné qui est fondé en Nature ou en religion. L’enquête réalisée en 2007 sur un échantillon de citoyens de 47 pays (Pew Research Center) montre que l'importance de la foi est corrélée avec le rejet de l’homosexualité. Il en est de même pour le degré de religiosité des nations et la situation des femmes. Le résultat global de l’étude souligne que les sociétés modernes comportent de nombreux « mythes légitimateurs des inégalités sociales ». Ces statistiques se confirment pour les sujets tunisiens interrogés dans le cadre d’une étude portant sur la représentation sociale des homosexuels. Effectuée en 2007 sur 153 étudiants de l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis, elle a été entreprise sur des items tels que « contre la religion », « contre nature », « dégoûtant », « vulgaire », « malade » etc. Pour une grande partie des interviewés « être homosexuel-le » c’est être « contre la religion », « contre nature » et « dégoûtant ». L’image sociale des homosexuels se révèle stigmatisante et 72,1 % des interrogés ont une position relativement intolérante.

  • 4  Maire de Bègles

4Enfin l’analyse des correspondances (troisième partie, Un mariage homosexuel à Bègles : Un cas d’homophobie) reçues par Noël Mamère4 suite à la célébration du premier mariage homosexuel masculin en France en 2004, fait apparaître une homophobie ancrée profondément dans des injonctions à l’ordre religieux et socialement hétérosexiste. Ce premier mariage homosexuel masculin a suscité de nombreuses réactions. L’analyse des correspondances permet de s’apercevoir que les préjugés homophobes sont encore bien présents et se maquillent derrière des stratégies souvent individuelles. Même si certains homophobes se rassemblent pour former un collectif, ce sont très souvent les actes individuels qui sont les plus hostiles. En revanche les références à des systèmes idéologiques sont récurrentes ; la famille, la religion ou encore l’ordre hétérosexuel dominant. Si on ne s’en tenait qu’aux sondages d’opinion, la tolérance envers les homosexuels connaîtrait une avancée significative.

5Dès que l’on passe à des actes symboliques forts, l’opinion publique revient à des formes d’idéologie plus anciennes. La visibilité de l’homosexualité fait alors resurgir des sentiments homophobes très forts. Cela permet d’attester de l’ubiquité de la catégorie de sexe comme dimension organisant les institutions sociales et suscitant une morale collective liée à différentes variables. Les travaux des psychologues sociaux, à travers cet ouvrage, ont ainsi expliqué que les sociétés modernes comportent de nombreux mythes qui justifient les discriminations comme l’homophobie.

Haut de page

Notes

1  Cf. Christèle Fraïssé dans l’Introduction p.12

2  Regroupements différents s’appuyant sur la théorie poststructuraliste française et sur le déconstructivisme

3  Angela Coutinho, p. 47

4  Maire de Bègles

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller, « Christèle Fraïssé (dir.), L'homophobie. Et les expressions de l'ordre hétérosexiste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 18 août 2011, consulté le 21 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6111

Haut de page

Rédacteur

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller

Chargé de recherche CRES, titulaire d’un Master Professionnel anthropologie appliquée au développement, à la santé et à l'interculturel

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page