Navigation – Plan du site

Frederick Douglass, Mémoires d’un esclave

Patrick Cotelette
Mémoires d'un esclave
Frederick Douglass, Mémoires d'un esclave. Seconde édition revue et corrigée, Montréal, Lux, 2007, 204 p., ISBN : 9782895960454.
Haut de page

Texte intégral

1En 1852, Frederick Douglass affirmait dans un discours resté célèbre : « Nulle part au monde il n’y a une nation qui soit coupable de crimes aussi sanglants et aussi ignobles que ceux que commettent en ce jour et à cette heure les citoyens des Etats-Unis » (Ce que votre 4 juillet signifie pour un esclave). Comment expliquer l’agressivité d’une telle affirmation ? On doit d’une part s’en remettre à l’histoire des Etats-Unis, et se rappeler que l’esclavage fut aboli en 1865, c'est-à-dire à la fin de la Guerre de Sécession, par le vote du XIIIème amendement. On doit d’autre part revenir sur la personnalité de l’orateur, Frederick Douglass, né Frederick Augustus Washington Bailey, esclave.

2C’est grâce à la traduction de Normand Baillargeon et Chantal Santerre que le premier témoignage de Frederick Douglass sur sa condition d’esclave peut être intégralement accessible au lecteur francophone. Paru en 1845, le Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave. Written by Himself a été rédigé 8 années après l’évasion et 4 années après l’introduction de Frederick Douglass dans le cercle des abolitionnistes de l’American Anti-Slavery Society. Il constitue un des textes classiques sur la condition des esclaves racontée par eux-mêmes, avec le Twelve Years a Slavede Solomon Northup (1853) ou les textes cités par Benjamin Drew dans A North-Side View of Slavery (1856).

3Ce statut de classique se comprend aisément à la lecture des Mémoires. Tout en racontant son histoire personnelle faite des vicissitudes de la vie d’esclave, Frederick Douglass émaille son texte d’anecdotes permettant de dépeindre par petites touches le système esclavagiste, ainsi que de réflexions plus ou moins métaphoriques et poétiques permettant de donner des clés d’analyse du système esclavagiste. Les chapitres 5, 6 et 10 constituent à eux trois le cœur de l’analyse. Frederick Douglass y met fortement en exergue le rôle primordial – et ce à double titre – de l’éducation pour permettre l’esclavagisme : tandis que les esclaves doivent rester dans l’ignorance – comme en attestent les Codes Noirs interdisant notamment aux Noirs l’apprentissage de la lecture et de l’écriture – jusqu’à en être dégoûté de la liberté, les maîtres, « pour parvenir à traiter [l’esclave] comme une bête, doivent s’habituer à exercer ce pouvoir qui n’a jamais de comptes à rendre ».

4Afin de rendre accessible au plus grand nombre de lecteurs ces Mémoires, Normand Baillargeon et Chantal Santerre ont introduit leur traduction par une inscription de l’œuvre dans l’histoire de l’esclavage et de l’abolitionnisme aux Etats-Unis ainsi que dans l’histoire personnelle de Frederick Douglass. Une chronologie et une bibliographie commentée accompagnent également le texte. Ainsi tout lecteur intéressé pourra-t-il aborder la question de l’esclavage de manière claire, utilisant le prisme historique des Etats-Unis pour comprendre même les situations contemporaines, et retenir de Douglass sa principale leçon : « si l’esclavage et la liberté sont multiples, tous les chemins de la liberté passent par l’éducation en général et par la lecture en particulier ». Alors, lisons…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Frederick Douglass, Mémoires d’un esclave », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 22 août 2011, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6123

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page