Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Béatrice Damian-Gaillard, Florian...

Béatrice Damian-Gaillard, Florian Vörös (dir.), « La fabrique médiatique des sexualités », Réseaux, vol. 41, n° 237, janvier-février 2023

Tiago Joseph
La fabrique médiatique des sexualités
Béatrice Damian-Gaillard, Florian Vörös (dir.), « La fabrique médiatique des sexualités », Réseaux, vol. 41, n° 237, janvier-février 2023, 286 p., Paris, La Découverte, EAN : 9782348077708.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Plus précisément, « au croisement des études de genre et de sexualité, des cultural studies, des sc (...)
  • 2 Un dispositif est entendu au sens de « “principe historiquement situé de relations de pouvoir qui a (...)
  • 3 Stevi Jackson définit la sexualité comme « “tous les aspects ayant une signification érotique dans (...)
  • 4 Pour une discussion sur l’imbrication du genre et de la sexualité, voir Clair Isabelle, « Pourquoi (...)

1Ce numéro de la revue Réseaux sur la médiatisation des sexualités s’avère particulièrement cohérent et accessible. Ancré dans les queer media studies, il propose des réflexions complexes et passionnantes sur des sujets hyper contemporains. Après avoir situé le champ à l’intersection d’une multitude de disciplines1, l’excellente introduction de Béatrice Damian-Gaillard et de Florian Vörös décrit la dynamique actuelle dont bénéficient les queer media studies en France et la façon dont elles voient converger deux perspectives de recherche jusque-là disjointes : celle du discours et celle des dispositifs2, dont les autaires proposent un historique détaillé. Souscrivant à la définition de la sexualité de Stevi Jackson3, le numéro s’intéresse aux « politiques sexuelles qui traversent les technologies médiatiques » et donc aux processus de construction et de subversion de l’hétéronormativité, laquelle structure notre société conjointement aux autres rapports de pouvoir (genre, race, classe, etc.), imbrication plusieurs fois soulignée auparavant4.

2Les trois premiers articles du numéro s’axent autour des processus de construction de l’hétéronormativité. Issues d’un travail ethnographique et d’analyse du discours et des dispositifs, ces contributions décrivent des manières dont les technologies médiatiques peuvent participer à la reproduction, directe tant qu’indirecte, de la norme hétérosexuelle. Déborah Gay analyse la façon dont les rôles et les stéréotypes de genre structurant l’émission radiophonique Skyrock, inspirés d’une vision essentialiste et hiérarchisée des identités, instaurent une ligne éditoriale sexiste, transphobe et homophobe sanctionnant toute transgression des normes de genre et de sexualité et empêchant une parole de dénonciation des violences sexuelles. C’est ainsi que la seule femme cisgenre présente sur le plateau, l’animatrice Marie, se voit assigner à une posture de care et est constamment sexualisée par le reste des animateurs ; représentante unique d’une féminité essentialisée, sa parole est instrumentalisée par le dispositif pour légitimer les prises de position transphobes de l’émission.

3Aziliz Kondracki souligne pour sa part la normalisation que produit l’absence de questionnement et d’alternative au mariage hétérosexuel dans l’adaptation polonaise de l’émission de téléréalité Mariés au premier regard. Si cette dernière dépeint indirectement l’hétérosexualité comme « sexualité naturelle, légitime et surtout normale » (p. 88), il est intéressant de noter que l’émission possède un caractère relativement subversif dans le contexte politique ultraconservateur polonais, via la désacralisation de l’institution du mariage qu’elle opère. C’est là tout l’enjeu de l’adaptabilité des normes et des dominations qui se profile, question malheureusement sous-traitée au sein de la contribution.

4Le troisième article a pour terrain les applications de rencontre Fruitz et Tinder. Daria Sobocinska décrit comment leurs scripts d’usage permettent voire favorisent les « rencontres d’un soir » et la sexualité récréative. Mais, observant les usages effectifs qu’en fait la population hétérosexuelle étudiée, l’autaire remarque que cette sexualité à première vue transgressive rejoue partiellement l’hétéronormativité, les utilisataires distinguant en effet une bonne et une mauvaise sexualité sans lendemain à partir des idéaux de spontanéité et de singularité sexuelle : une bonne sexualité sans lendemain serait celle qui ne se réduit pas à la composante sexuelle mais valorise la composante relationnelle et se dissocie ainsi des « plan cul ». Ces usages mobilisent ainsi « les codes de la rencontre amoureuse » (p. 115) hétérosexuelle en associant sexualité et conjugalité.

  • 5 Féminin pluriel.

5L’article varia de Natacha Guay et Johann Chaulet mérite d’être recensé ici, puisqu’il s’inscrit dans la continuité de ces trois premiers articles, en interrogeant non plus l’hétérosexualité mais l’asexualité. Les autaires cherchent à comprendre les usages et le rapport au corps de la communauté du site Acitizen, « Réseau social français gratuit pour Asexuels, 1er site de rencontre Asexuel » (p. 191). À l’aide d’une observation participante minutieuse et d’entretiens, les autaires concluent que le site constitue une étape individuelle du développement identitaire asexuel, en servant de support communautaire. Néanmoins, cette communauté virtuelle est traversée de tensions issues de l’hétérogénéité des usages et des attentes, elle-même représentative de « l’ambiguïté qui semble traverser l’identification asexuelle » (p. 219). Autrement dit, cette hétérogénéité correspondrait à des publics et à des identités asexuelles diverses5 : du côté des usages, il existe un continuum allant des participant·es ponctuel·les et un noyau dur d’utilisataires ; du côté des attentes, on observe une tension entre des utilisataires pour lequels le site est un outil de rencontre amoureuse (application de rencontre) et d’autres pour lesquels il remplit une fonction d’espace communautaire (forum). En pratique, cette tension se résout au bénéfice des second·es, au regard de « normes [locales] tacites imposant le primat des relations amicales » (p. 219).

6Les deux derniers articles du dossier thématique problématisent quant à eux certaines contraintes auxquelles sont confrontés les groupes minorisés. Comparant l’évolution d’un corpus de tweets issus des « communautés sexuelles et de genre » et de leurs adversaires, Thibault Grison, Virginie Julliard, Félix Alié et Victor Ecrement proposent une réflexion méthodologique sur la manière d’appréhender la modération sur Twitter. Aidé·es des outils informatiques et des savoirs produits par les groupes minorisés, iels démontrent que la modération sur Twitter est non seulement inefficace (rappelant à ce propos la pertinence partielle d’une modération par mot-clé), mais également discriminante à l’encontre de la communauté LGBT et des travailleur·euses du sexe. Ces deux communautés sont effectivement victimes de modération abusive, notamment via la suppression injustifiée de contenus qu’elles produisent. L’article met également en évidence l’absence de corrélation entre un registre de langue (injurieux) et l’activité de modération, et émet l’hypothèse d’une modération peu algorithmique, à rebours des croyances qui circulent sur le net. Les autaires soulignent enfin la nécessité de prendre en compte l’implication des utilisataires dans les processus de modération, de l’automodération ou autocensure aux « raids » de « signalements » abusifs.

7Enfin, Heather Berg, traduite par Auriane Destrument et Florian Vörös, avance une analyse matérialiste de la « manière dont le statut de travailleuse indépendante transforme la production de contenus pornographiques et les rapports de classe qui la sous-tendent. » (p. 154). Informée par des entretiens avec des actrices pornographiques et des observations de tournages et de salons professionnels aux États-Unis, Heather Berg propose une démonstration engagée et puissante de la manière dont l’externalisation progressive des couts, à l’initiative des maisons de production pornographiques, a amené les actrices pornographiques à mettre en place de nouvelles stratégies professionnelles. Parmi ces stratégies, il faut souligner la place centrale qu’occupe le statut de travailleuse indépendante. Si l’indépendance les a obligées à diversifier leurs sources de revenus à l’aide d’activités dites « satellites » (webcam, danse érotique, escorting, salons, etc.) et n’est pas synonyme d’« alternative radicale au rapport salarial (et qu’elle peut parfois en renforcer certains aspects) », elle a cependant offert aux travailleuses « un contrôle substantiel sur leur vie professionnelle » (p. 193). Ces nouvelles conditions de travail ont permis aux travailleuses indépendantes de s’affranchir en partie des contraintes imposées par les maisons de production, et de retourner les tournages de scènes pornographiques à leur avantage : celles-ci deviennent un « outil marketing » servant à faire la promotion des travailleuses et, in fine, de leurs activités satellites. Plus encore, certaines travailleuses ont profité de cette indépendance pour se lancer dans l’autoproduction et parfois devenir manager-réalisatrice. Si certaines reproduisent des mécanismes d’exploitation – à partir de quoi l’autaire rappelle que les « positions dans les rapports de classe ne sont pas des identités fixes, mais des pratiques » (p. 176) – d’autres autoproductrices s’engagent et défendent activement les actrices et leurs conditions de travail.

8Face à « l’esprit d’initiative et la créativité » des travailleuses (p. 183) dont les stratégies d’adaptation constituent un pied-de-nez au capitalisme (en l’occurrence, aux détentaires des moyens de production pornographique), Heither Berg nous invite à faire de son étude de cas une source d’inspiration pour repenser le rapport au travail indépendant. Elle appelle à dépasser une vision idéaliste du travail salarial pour envisager pleinement la puissance subversive du travail indépendant… Tout en tenant compte des inégalités systémiques qui le contraignent actuellement, comme c’est le cas de la récente et progressive criminalisation du travail du sexe numérique aux USA. Pour conclure, si l’on peut déplorer l’absence de travaux intégrant une perspective raciale, il me semble cependant que ce numéro cumule les atouts d’un ouvrage important qui, s’il n’initie pas les queer media studies dans le monde académique francophone, en donne à voir une très solide illustration.

Haut de page

Notes

1 Plus précisément, « au croisement des études de genre et de sexualité, des cultural studies, des science and technology studies et de l’économie politique de la communication. » (p. 11).

2 Un dispositif est entendu au sens de « “principe historiquement situé de relations de pouvoir qui agencent des énoncés, des corps et des architectures” (Pailler et Vörös, 2017) » (p. 20), voir : Pailler Fred, Vörös Florian, « Des effets aux affects : médiations, pouvoir et navigation sexuelle en ligne », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 11, 2017, p. 1-14.

3 Stevi Jackson définit la sexualité comme « “tous les aspects ayant une signification érotique dans la vie sociale, tels que les désirs, les pratiques, les relations et les identités. Cette définition assume la fluidité, car ce qui est sexuel (érotique) n’est pas fixe mais dépend de ce qui est socialement défini comme tel, et ces définitions varient avec l’histoire et le contexte” (Jackson, 2015 [2006], p. 66). » (p. 12), voir : Jackson Stevi, « Genre, sexualité et hétérosexualité : la complexité (et les limites) de l’hétéronormativité », Nouvelles questions féministes, n° 2, 2015, p. 64-81. Traduit par Christine Delphy.

4 Pour une discussion sur l’imbrication du genre et de la sexualité, voir Clair Isabelle, « Pourquoi penser la sexualité pour penser le genre en sociologie ? Retour sur quarante ans de réticences », Cahiers du genre, n° 54, 2013, p. 93-120.

5 Féminin pluriel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tiago Joseph, « Béatrice Damian-Gaillard, Florian Vörös (dir.), « La fabrique médiatique des sexualités », Réseaux, vol. 41, n° 237, janvier-février 2023 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 25 mai 2023, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/61305

Haut de page

Rédacteur

Tiago Joseph

Doctorant·e en études de genre, communication et linguistique à l’Université de Gent. Ma thèse porte sur les cyberféminismes d’Instagram. Membre du laboratoire Multiples et du comité de rédaction de GLAD !

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search