Navigation – Plan du site

« What's New in Social Networks / Quoi de neuf en réseaux sociaux ? », Bulletin of Sociological Methodology / Bulletin de Méthodologie Sociologique, n° 110, avril 2011

Andrea Pandolfo Damiani
What's New in Social Networks / Quoi de neuf en réseaux sociaux ?
« What's New in Social Networks / Quoi de neuf en réseaux sociaux ? », Bulletin of Sociological Methodology / Bulletin de Méthodologie Sociologique, n° 110, avril 2011, 118 pages p., Sage.
Haut de page

Texte intégral

1Faisant suite aux journées d’études « Quoi de neuf dans les réseaux sociaux ? / What’s New in Social Networks »,  organisées à Toulouse en mai 2010 par le Réseau Thématique 26 de l’AFS, ce numéro thématique du Bulletin de Méthodologie Sociologique se propose à la fois comme témoignage « de la vitalité de l’analyse de réseaux sociaux en France » et comme point de départ pour une réflexion tant méthodologique que théorique, qui puisse mener à un « renouvellement de l’analyse des réseaux sociaux ».

2Une nécessité de renouvellement qui naît, selon Ainhoa de Federico de la Rua et Catherine Comet, éditeurs du numéro, de la critique « du centrage de l’étude des réseaux sociaux sur les analyses très mathématisées des structures réticulaires ». Dans leur article, après avoir passer en revue l’histoire de la création du RT 26 de l’AFS sur l’analyse des réseaux, elles proposent les « pistes » de réflexion qui seront développées dans la revue.

3L’enjeu est, selon elles, triple : théorique, dans la mesure où il s’agirait d’insérer les méthodes, les notions et les théories de l’analyse des réseaux sociaux « dans des théories plus générales » qui touchent davantage aux problématiques des sciences sociales ; empirique, car l’analyse des réseaux sociaux fait face à des nouveaux objets complexes, en premier lieu les réseaux du Web ; méthodologique, enfin : lorsque des nouveaux approches et des nouveaux modèles sont développés (principalement par des statisticiens et des mathématiciens). Le défi posé au sociologue est celui de s’approprier ces nouveaux outils, les combiner et intégrer un savoir propre aux sciences sociales, et finalement contribuer au développement de nouvelles approches. C’est ce triple enjeu qui, selon ses éditeurs, structurerait ce numéro de BMS, dédié plus précisément à l’approche en réseaux personnels.

  • 1  Dans la mesure où l’intérêt est posé sur les processus et la dimension historique, cf. Abbott, A. (...)
  • 2  p. 13, traduction du rédacteur.

4Dans le sillage de cette réflexion méthodologique, l’article de Michel Grossetti, Jean-François Barthe et Nathalie Chauvac propose l’étude des chaînes relationnelles qui seraient mobilisées par ego « dans les processus d’accès à des ressources ou de mise en relation des personnes » Cette dimension dynamique échappe aux représentations en réseaux complets, aussi bien qu’aux représentations « statiques » des réseaux égocentrés. L’étude « narratif »1 des chaines relationnelles se pose ainsi comme une méthode idéale pour saisir les phénomènes d’encastrement, c’est-à-dire le fait que « certaines transactions économiques soient menées sur la base du réseau des relations interpersonnelles »2. La méthode proposée consiste dans l’analyse d’un corpus narratif, constitué à partir d’entretiens croisés et traités à l’aide d’outils informatiques pour l’indexing, le codage et l’élaboration statistique des données. L’article présente en coclusion deux enquêtes réalisées selon cette méthode : une première étude sur la collaboration entre recherche et entreprise et une deuxième sur l’accès aux ressources dans la création d’une entreprise.

5Certaines des limites de cette méthode sont enfin prises en considération : ainsi, la majeure approximation de l’enquête par entretien par rapport à l’observation est prise en compte ; le concept de situational likehood est introduit pour faire face à des situations ambiguës où on trouve un recours à des ressources différentes, à la fois relationnelles et institutionnelles. Ensuite, l’opportunité de grouper les séquences où un même intermédiaire est utilisé pour atteindre plusieurs ressources est débattue ; enfin, on introduit l’opportunité de prendre en compte les échecs dans le processus d’obtention des ressources.

  • 3  A la fois qualitative et quantitative, cf. Coviello, Nicole E. « Integrating qualitative and quant (...)

6L’article suivant, écrit par Jean-Philippe Berrou et Claire Gondard-Delcroix, peut être en partie considéré comme une application de la méthode proposée par Grossetti, Barthe et Chauvac à un cas spécifique, « la transformation des réseaux et relations sociales d’accès aux ressources au cours de la trajectoire professionnelle de micro-entrepreneurs au sein de l’économie informelle de Bobo-Dioulasso » au Burkina Faso. Basée sur des « histoires de cas », entretiens fondées sur une trame biographique, cette enquête a en effet été réalisée suivant une « approche bifocale »3 pour l’analyse. De ce fait,  elle intègre une démarche qualitative et quantitative, unissant une analyse statistique des séquences d’accès aux ressources, qui ont préalablement fait objet d’un codage, à la construction de diagrammes de réseau (à l’instar d’un « instantané » du réseau personnel à des moments-clé de la trajectoire entrepreneuriale), à visée illustrative et exploratoire, et à « une analyse compréhensive et comparative des entretiens ». Après avoir présenté la littérature « africaniste » existant sur les analyses de la dynamique des réseaux sociaux et les spécificités du terrain burkinabé, les chercheurs exposent les apports des différents phases de la recherche (codage du corpus, traitement statistique, dessin des diagrammes) et du le retour réflexif permis par l’analyse qualitative des entretiens. Cela permet de comprendre certains processus, notamment le découplage des relations, « la professionnalisation et l’institutionnalisation progressive du réseau social de l’entrepreneur » et l’autonomisation par rapport au réseau familial au fur et à mesure que l’activité économique se développe, qui serait une forme de sécurisation de l’accès aux ressources.

7Les réseaux personnels sont également au centre de l’article de Catherine Comet, qui, analysant un cas d’escroquerie impliquant principalement l’armée (l’« affaire Santa »), décèle le rôle que les réseaux sociaux jouent dans la construction d’un rapport de confiance. Dans tout échange économique, la confiance ferait service de garant de la qualité des biens échangés, et serait transitive : dans le cas en examen, les escrocs gagnent la confiance des victimes par le recours à un tiers (faisant partie du réseau de la victime) qui agit comme médiateur ou « levier ». L’enquête a analysé les triades ainsi formée, prenant en compte le type de relation entre la victime et le « levier », leur statut respectif (militaire du rang, officier ou civil), et, le cas échéant, leur rang dans la hiérarchie militaire. Les résultats mettent en évidence une relative homogénéité de rang et équivalence structurale entre la victime et le levier ; on observe aussi bien le fait que la force des liens entre le « levier » et la victime est proportionnelle à la distance sociale à la distance social entre l’escroc et la victime.

8C’est aussi d’une approche en réseaux personnels que part Claude Julie Bourque dans son article. L’analyse des réseaux est ici appliquée à une problématique de la sociologie de la production scientifique : la supposée mise en place d’un nouveau mode de production du savoir, qui serait caractérisé, entre autres, par une hétérogénéité accrue des réseaux sociaux impliqués. Plus spécifiquement, l’article se structure autour de la question de la différence dans les dynamiques sociales caractérisant les pratiques de recherché des chercheurs en sciences de la vie et, notamment, en biotechnologies (secteurs marquées par une forte multidisciplinarité et pour un statut liminaire, entre recherche fondamentale, appliquée et industrielle, qui en font un terrain propice pour observer le développement de nouvelles dynamiques) par rapport aux autres chercheurs. Pour répondre à cette question, l’auteure développe un outil, le « Générateur de liens sociaux par contexte » (GLSC), qui permet de déterminer la constitution des réseaux sociaux des chercheurs et le « poids spécifique » des différents instances. Prenant comme unités de base « des institutions et des groupes d’agents collaborateurs » (p. 61), le GLSC permettrait d’obtenir des données comparables dans divers contextes de la pratique. Le GLSC a été intégré à un questionnaire en ligne, qui a été administré par internet en 2009 à un échantillon de 2 276 chercheurs en sciences de la vie au Québec. Les résultats ainsi obtenus infirment l’hypothèse de départ : le mode de production en biotechnologie, tout comme dans le reste des sciences de la vie, reste assez traditionnel. La collaboration avec des agents extra-universitaires est limitée au financement de la recherche, alors que la communauté scientifique reste largement prépondérante dans l’orientation des pratiques de recherche et dans diffusion et la validation des résultats.

9L’article de Stefania Vergati qui clôture ce numéro thématique se propose comme une réflexion sur les outils méthodologiques d’analyse des réseaux sociaux. Une comparaison est faite entre deux procédures de génération de noms, le FNG (free name generator, générateur libre de noms) et le GNG (guided name generator, générateur guidé de noms), partant de l’hypothèse que le FNG soit plus indiqué pour la collecte des contacts « émotionnels » et le GNG pour celle des contacts « instrumentaux ». La recherche s’appuie sur les résultats d’une enquête exploratoire réalisée sur un échantillon de 37 étudiants, où les deux dispositifs sont utilisées dans un même questionnaire. Le but est d’isoler les spécificités propres à chaque démarche. Le cadre qui ressortirait de l’enquête exploratoire serait celui de deux méthodes complémentaires, ce qui permettrait d’envisager la possibilité de les intégrer dans un protocole de recherche unique.

10Lecture adressée aux spécialistes mais accessible aussi aux non experts, ce numéro du BMS se présente dans son ensemble comme un panorama partiel de l’activité de la recherche sur les réseaux et comme un témoignage de l’activité des chercheurs dans ce domaine. Partiel d’abord et surtout en raison de sa focalisation sur les réseaux personnels. Mais partiel aussi parce que, malgré l’unité souhaitée par les éditeurs dans leur article, le matériau qui en résulte reste trop fragmenté pour dépasser la valeur du témoignage et se constituer en discours unique : l’impression a été de se trouver devant des études des cas et des expériences qui, tout en gardant leur intérêt et leur potentiel innovateur, rendent compte d’un champ de recherche encore en devenir.

Haut de page

Notes

1  Dans la mesure où l’intérêt est posé sur les processus et la dimension historique, cf. Abbott, A. « From causes to events ». Sociological Methods & Research 20, no. 4 (1992): 428.

2  p. 13, traduction du rédacteur.

3  A la fois qualitative et quantitative, cf. Coviello, Nicole E. « Integrating qualitative and quantitative techniques in network analysis ». Qualitative Market Research: An International Journal 8, no. 1 (2005): 39-60.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Pandolfo Damiani, « « What's New in Social Networks / Quoi de neuf en réseaux sociaux ? », Bulletin of Sociological Methodology / Bulletin de Méthodologie Sociologique, n° 110, avril 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 23 août 2011, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6135

Haut de page

Rédacteur

Andrea Pandolfo Damiani

Etudiant en M1 Sociologie à Paris Descartes

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page