Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Quentin Feuillet-Mauchamp, Anaïs ...

Quentin Feuillet-Mauchamp, Anaïs Garnier (dir.), La dimension spatiale des rapports sociaux

Manoel Auffray
La dimension spatiale des rapports sociaux
Quentin Feuillet-Mauchamp, Anaïs Garnier (dir.), La dimension spatiale des rapports sociaux, Neuilly, Atlande, coll. « Clefs concours », 2023, 239 p., ISBN : 978-2-35030-845-6.
Haut de page

Texte intégral

1Co-écrit par sept auteurs et autrices, ce livre est consacré au nouveau sujet de sociologie pour la session 2023 de l’Agrégation externe de sciences économiques et sociales. Reprenant dans son titre l’intitulé du sujet, il offre un panorama sur la littérature en sociologie consacrée aux rapports entre espace et inégalités sociales. Le livre reprend la trame habituelle de la collection « clefs concours ». Après une courte introduction qui présente l’ouvrage, les auteurs et autrices consacrent trois courts chapitres de « Repères » aux grands enjeux conceptuels et à leurs évolutions historiques. Une deuxième partie qui occupe la plus grande partie de l’ouvrage, « Thèmes », est divisé en quatre sections :

2Les deux premières parties s’inscrivent dans la description des « effets de lieux » à travers le clivage classique entre rural et urbain. La première partie, « Ségrégation urbaine » détaille les formes de répartition des populations dans les espaces urbains et se penche notamment sur la figure du ghetto. Présente l’enjeu de la structuration des villes entre France et aux États-Unis pour aboutir à une présentation des débats des années 2000 sur la pertinence du terme de ghetto pour décrire le contexte des quartiers populaires périphériques des grandes métropoles françaises. Si des sociologues mobilisent la figure du ghetto pour exprimer la superposition de problématiques sociales et économiques, certains auteurs, dont Loïc Wacquant, contestent cet usage et restreignent l’utilisation du concept à des formes urbaines associant grande pauvreté, « homogénéisation ethno-raciale » et organisation du quartier comme entité autonome.

3La seconde partie, « Mondes ruraux et rapports sociaux », décrit les spécificités associées aux zones rurales françaises. Malgré leur diversité, celles-ci présentent une surreprésentation statistique des classes populaires, expliquée notamment par un marché du travail dominé par les « emplois subalternes de l’industrie et des services ». Elles se caractérisent également par une moindre dotation en capital culturel, du fait d’un éloignement géographique de l’offre culturelle légitime. Cet éloignement se cumule avec les difficultés d’accès aux commerces et services publics qui peuvent redoubler les rapports sociaux. Cette partie s’appuie principalement sur les travaux d’ethnographie des classes populaires rurales conduites au CESAER de Dijon. Les notions « d’espace social localisé » et de « capital d’autochtonie » montre cet ancrage et illustre le retour du local dans la sociologie rurale après le déclin des monographies villageoises.

4Les deux parties suivantes suivent deux logiques différentes. « Rapport à l’espace, rapports sociaux » est construit sur une progression d’échelles qui part de l’espace de la chambre vers l’espace mondial en exposant comment les inégalités sociales structurent ces représentations et (non) usages des lieux. « Politique de la ville » prend une orientation différente en entrant par l’action publique et par les tentatives de remédier au « malaise » puis au « problème » des quartiers. Cette partie est structurée de manière chronologique autour des principaux outils mobilisés par l’État et les différents acteurs investis dans la gouvernance des quartiers populaires. Ainsi, depuis les années 1970, les politiques ont élargi leurs échelles (du quartier à l’agglomération), leurs champs d’action (rénovation, politique sociale, culturelle, éducative…) ainsi que le nombre d’acteurs impliqués dans leur élaboration, la participation des habitants devenant ainsi progressivement un mot d’ordre généralisé. La mobilisation de références communes avec la première section de thème permet de réaffirmer des éléments centraux du sujet, par exemple le cas de Montreuil comme incarnation privilégiée du phénomène de gentrification et des expériences différentiées qui s’y rattachent. Le processus venant servir, cette fois, d’exemple d’un effet pervers des politiques publiques se réclamant de la « mixité sociale ».

5En fin d’ouvrage, une section outils offre un glossaire utile pour mettre en exergue les termes importants liés au sujet ainsi qu’une bibliographie. Il est cependant décevant que celle-ci présente de nombreuses erreurs concernant les références communes à celle de la bibliographie de l’Agrégation. Cet ouvrage est marqué par une double contrainte, celle de l’édition qui conditionne la forme et celle de la bibliographie de l’agrégation qui a orienté le contenu. Cette dernière limite très fortement l’interprétation du sujet, qui aurait pu accorder une place plus importante à la spatialisation des lieux de travail, aux appropriations genrées de l’espace urbain ou aux inégalités environnementales. L’ouvrage évoque en introduction l’intersectionnalité, comme manière d’articuler les différentes dimensions des inégalités. Le traitement se focalise néanmoins sur les logiques de classes, bien que soient mentionnés également les enjeux raciaux et de genre (principalement dans la partie sur les campagnes françaises).

6Comme indiqué en introduction, la dimension spatiale des rapports sociaux ne semble pas au cœur de la discipline sociologique. En effet, la géographie sociale s’est construite notamment à partir de la question des liens entre structures sociales et production de l’espace. Si les enjeux conceptuels sont traités succinctement, le livre réussit à en dire suffisamment pour que les candidats évitent les contre-sens. Le sujet du concours laissait entendre un fort ancrage dans la sociologie critique. Le texte ne surprend pas à cet égard, en témoigne le nombre important de références aux Actes de la Recherche en Sciences Sociales, de loin la revue la plus citée. On pourrait déplorer le prisme franco-centré des références, mais ce parti-pris apparaît clairement dans la bibliographie du concours.

7 L’ouvrage propose un panorama relativement large des enjeux en concentrant tout de même la plus grande partie de son propos sur l’incarnation des inégalités sociales liées à l’habitat en milieu urbain. Ainsi, les repères font référence directement à l’articulation entre inégalités sociales et habitats à travers l’ancrage dans la sociologie américaine. Cette direction se poursuit dans les premiers et derniers thèmes qui se répondent en insistant d’une part sur les dynamiques de l’autre sur les formes d’action publique. On notera avec intérêt les clivages entre les formes d’accession au logement, entre l’accès à la propriété pavillonnaire et les « carrières » des « demandeurs de logements sociaux ». Malgré le nombre important d’auteur·ices, l’ouvrage parvient à maintenir une cohérence globale. Des différences de style et de choix d’écriture apparaissent (usage d’encadré dans seulement deux des quatre « thèmes ») mais l’équilibre de l’ouvrage est maintenu et les parties sont traitées de manière succincte, mais efficace. Ce livre permettra aux candidat·es à l’Agrégation de structurer et d’accéder rapidement à une synthèse claire des enjeux spatiaux des rapports sociaux. Il pourra être également conseillé plus généralement aux étudiant·es en sciences sociales qui souhaiteraient comprendre comment la sociologie explore ces questions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manoel Auffray, « Quentin Feuillet-Mauchamp, Anaïs Garnier (dir.), La dimension spatiale des rapports sociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 juin 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/61470 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.61470

Haut de page

Rédacteur

Manoel Auffray

Doctorant en géographie, UMR DYNAFOR, INRAE.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search