Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Aude Mairey, La fabrique de l’ang...

Aude Mairey, La fabrique de l’anglais. Genèse socio-culturelle d’une langue à la fin du Moyen Âge.

Raphaël Carbonne
La fabrique de l'anglais
Aude Mairey, La fabrique de l'anglais. Genèse socio-culturelle d'une langue à la fin du Moyen Âge, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire ancienne et médiévale », 2023, 343 p., ISBN : 979-10-351-0857-1.
Haut de page

Texte intégral

1En Angleterre, les derniers siècles du Moyen Âge sont marqués par d’importantes évolutions linguistiques sur un territoire alors soumis à un contexte pour le moins tumultueux, entre guerres à l’extérieur avec le royaume de France, et luttes intérieures pour la détention du pouvoir. La question de l’émergence de la langue anglaise, abondamment étudiée par les chercheurs anglo-saxons et surtout depuis deux décennies, trouve avec cet ouvrage un prolongement original, en dehors des sentiers battus et des débats centraux, en venant questionner les liens entre langue et société.

2Le travail d’Aude Mairey s’est fixé plusieurs objectifs. Le premier d’entre eux est de démontrer l’impossibilité d’étudier la langue en cloisonnant les textes en genres littéraires, tant ceux-ci sont entremêlés. Le second et principal but est de permettre de comprendre comment la littérature s’avère un élément constitutif d’une communauté politique, la société anglaise, tout en gardant suffisamment de finesse pour identifier les particularismes entre ses différentes strates. L’autrice reconnait que si la borne chronologique initiale, 1350, fait sens par la croissance importante que connait alors la production textuelle en anglais, la borne finale de 1480, soit l’introduction de l’imprimerie et de l’humanisme en Angleterre, nécessiterait d’être revue a posteriori, l’étude pouvant se prolonger jusqu’aux années 1540 pour y intégrer les répercussions de ces évolutions majeures.

  • 1 L’ensemble des documents est accessible sur le site de l’autrice : www.audemairey.com

3À partir d’une approche majoritairement textométrique, le propos se construit par l’analyse d’un corpus de prologues et d’épilogues tirés d’un ensemble de textes comme les œuvres de Geoffrey Chaucer, des textes liés à la religion tels que la Bible wycclifite, ainsi que de la poésie1. Afin de contextualiser l’ensemble, un chapitre introductif est dédié à la présentation des auteurs mais surtout à la catégorisation des textes pour en définir trois sous-ensembles principaux (textes « informatifs », poèmes et traités poétiques, textes dévotionnels et théologiques) et en identifier les particularités afin de déterminer les éléments transversaux.

4Dans une première partie, Aude Mairey analyse comment les auteurs prépondérants de la période – les auctoritates – s’approprient les conventions dominantes. D’une part, l’autrice note que le choix de l’anonymat, hérité de l’humilité cléricale, tend à disparaître au cours de la période. Si le « je » est employé par les auctoritates, ce choix s’inscrit davantage dans un mouvement de construction de la fiction, impliquant une déformation du réel pour faire correspondre l’œuvre à une certaine vision de la société conçue par l’auteur et son environnement social. D’autre part, l’analyse montre que le mouvement de translatio des textes du français vers l’anglais demeure important, impulsé par les classes sociales supérieures. Il faut attendre le règne d’Henri V pour qu’une éphémère volonté politique se manifeste en la matière et affirme une forme de supériorité culturelle du peuple anglais par rapport à leurs voisins outre-Manche, supériorité dont découle la nécessité d’écrire en langue anglaise. Cet effort de production en langue anglaise se fonde sur une grande culture lettrée, qui transparait dans ces écrits par la maitrise des auteurs anciens comme contemporains, influençant les usages rhétoriques et stylistiques et donc la sophistication progressive de la langue. Dans ce processus, vers et prose coexistent, montrant bien qu’aucun élitisme n’est associé à la forme choisie par l’auteur, avec toutefois des prédominances stylistiques marquées selon les corpus.

5Par la suite, Aude Mairey montre comment évolue le choix de l’usage de la langue vernaculaire en lien avec l’autorité énonciatrice, qu’elle soit divine, humaine ou fictive, dans une société où les hérétiques wycliffites, qui remettent en cause l’autorité papale, et les guerres dynastiques provoquées par l’arrivée au pouvoir de la famille de Lancastre engendrent un contexte explosif dans lequel chacun doit prendre parti. La déférence, qu’elle soit tournée vers une forme divine, un mécène, les poètes antiques ou toute autre figure d’autorité, permet de légitimer autant la translatio que la création, et donc de diffuser l’œuvre à un public nouveau tout en renforçant le propos par une mécanique de partage de l’auctoritas. Dès lors, l’auteur n’est plus isolé, mais s’inscrit de lui-même dans une filiation canonique, créant de façon plus ou moins volontaire une structure communautaire.

6Dans une seconde partie, l’autrice pose la question de la réception des œuvres. La circulation des textes est favorisée par accroissement global de la production littéraire, aboutissant au début du XVsiècle à une professionnalisation et une structuration du milieu de l’édition, à Londres comme ailleurs. L’analyse, bien que rendue difficile par la faible proportion de manuscrits en anglais par rapport à ceux en français ou en latin, est permise par la large diffusion, parfois internationale, d’œuvres comme la Bible wycliffite et le Prick, soit des textes dévotionnels mais aussi, dans une moindre mesure, poétiques et scientifiques. Chaque œuvre du corpus semble avoir connu une trajectoire éditoriale qui lui est propre, créant un bilan contrasté de l’ensemble. Pour ce qui est du lectorat, l’analyse des œuvres les plus largement diffusées met en avant l’existence d’un groupe à la fois vaste et mixte. À l’inverse, les œuvres dont nous conservons le moins de manuscrits disposent de marques de possession et tendent donc vers des publics plus restreints socialement, avec une opposition clercs contre laïcs, mais toujours une forte mixité homme-femme.

  • 2 Selon Stock, une communauté textuelle définit un groupe d’individus se rassemblant autour d’une cer (...)

7La réception des œuvres est ensuite analysée à partir des signes de lecture qui figurent dans les manuscrits. Ceux-ci montrent une réelle volonté de mémorisation de l’œuvre, par le biais d’annotations marginales, atteignant dans de rares cas le stade de la réflexion. Leur analyse croisée met en avant l’existence de communautés textuelles, notamment religieuses et urbaines, qui, si elles ne correspondent pas parfaitement à la définition de Brian Stock2, témoignent de la constitution d’une communauté intellectuelle à la fois anglophone et anglaise. Quant à l’analyse du lectorat, elle met en évidence la lucidité des auteurs quant à l’adéquation entre les lectorats réels et projetés, mais aussi la confiance qu’ils accordent au niveau culturel de leurs lecteurs. Même si le lectorat est vaste et mixte, c’est en effet un lectorat érudit qui est visé avant tout, et non pas le tout­-venant.

8La dernière partie de l’ouvrage s’attache à démontrer comment les pratiques discursives ont pu évoluer en lien avec le contexte sociétal anglais. L’analyse du champ lexical de la connaissance vient approfondir certains résultats des chapitres précédents, insistant avant tout sur le choix de la langue anglaise et sur l’assimilation de nouvelles connaissances, dans une perspective téléologique chrétienne et/ou d’amélioration de la société. Ce processus évolutif passe par une mise en valeur des vertus chrétiennes, mais aussi par la création d’un espace intellectuel centré sur la culture livresque. Dès lors, le goût de la lecture devient un outil rhétorique qui enjoint le lectorat à étendre son spectre des savoirs pour mieux comprendre l’œuvre en elle-même en misant sur la filiation textuelle entre les œuvres.

9L’ultime chapitre porte sur l’analyse du champ lexical de la sagesse. Il y est démontré comment s’articule la notion de sagesse (wisdom, wise...) avec celles associées par les chrétiens à des vertus comme la prudence, l’amour et la vérité. L’étude du rapport à Dieu, introduite par un long rappel historiographique tant le sujet est complexe, montre l’importance dans les différents genres littéraires du jeu de miroir entre l’individu et le divin, mettant en lumière la porosité des formes textuelles. Cette transversalité, une fois analysée plus en profondeur, montre l’ambivalence des genres littéraires, notamment dans le cadre des savoirs dits politiques. Les limites entre les genres, résultats de la codification des historiens, se retrouvent ainsi brouillées.

10La force du travail d’Aude Mairey se trouve dans sa maitrise d’une abondante historiographie et d’une méthodologie efficace, qui lui permet de naviguer aisément dans un vaste corpus de sources rendu indispensable à toute personne s’intéressant aux questions liées à la société anglaise des XIVe et XVsiècles. Cependant, cela fait aussi sa faiblesse, l’ouvrage restant très difficile d’accès aux non-initiés à la culture littéraire anglaise médiévale. Il l’est d’autant plus pour les non-anglophones, car les extraits d’études en anglais moderne n’ont pas été traduits, alors que les textes anciens sont proposés dans leur version originale en relation directe avec leur traduction française.

Haut de page

Notes

1 L’ensemble des documents est accessible sur le site de l’autrice : www.audemairey.com

2 Selon Stock, une communauté textuelle définit un groupe d’individus se rassemblant autour d’une certaine interprétation des Écritures ; voir Brian Stock, The Implications of literacy. Written language and models of interpretation in the eleventh and twelfth centuries, Princeton, Princeton University Press, 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Carbonne, « Aude Mairey, La fabrique de l’anglais. Genèse socio-culturelle d’une langue à la fin du Moyen Âge.  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 juin 2023, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/61480

Haut de page

Rédacteur

Raphaël Carbonne

Doctorant en histoire médiévale à CY Cergy-Paris Université, UMR 9022 Héritages.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search