Navigation – Plan du site

Catherine Mougenot, Lucienne Strivay, Le pire ami de l'homme. Du lapin de garenne aux guerres biologiques

Victor Royer
Le pire ami de l'homme
Catherine Mougenot, Lucienne Strivay, Le pire ami de l'homme. Du lapin de garenne aux guerres biologiques, Empêcheurs de penser en rond, 2011, 176 p., ISBN : 9782359250411.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour une synthèse de cette approche voir Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologi (...)

1L’ouvrage de Catherine Mougenot et Lucienne Strivay repose sur le questionnement initial suivant : que sait-on des lapins et en quoi peuvent-ils nous renseigner sur l’homme ? Les deux auteures entreprennent ainsi une anthropologie historique de ce petit mammifère en engageant une posture méthodologique précise : l’aiguillage de leur recherche dans le sillage des travaux d'une sociologie de l’acteur-réseau1 incite le lecteur à penser le lapin comme un acteur capable de faire faire des choses aux hommes et d’associer ces derniers entre eux. L’objectif de cette approche est d’appréhender au mieux le problème que pose la mise en ordre dans l’étude du lapin : connecter des temps et des espaces variés, en retraçant des trajectoires multiples et discontinues qui unissent le lapin et l’homme. L’image invoquée est celle d’un « échiquier de tricheurs : soit un échiquier d’espaces et de temps assemblés de façon incongrue. […] Soit des joueurs qui trichent, qui tentent d’imposer leurs propres règles du jeu… ». Reparti en treize chapitres, l’ouvrage illustre donc le déploiement progressif de la vie de l’homme dans celle du lapin et inversement. Cette intrication constante de l’homme et de l’animal au fil du temps se dessine dans le suivi des controverses « lapinesques » qui sont recomposées.

2La première partie du livre (chapitres 1, 2 et 3) nous ramène aux tous premiers témoignages des rencontres entre les deux êtres avec l’arrivée des Phéniciens sur la péninsule ibérique. Les Romains entreprirent par la suite la semi-domestication d’Oryctolagus cuniculus dans des leporaria ainsi que leur diffusion dans le bassin méditerranéen. A partir du Moyen-Age, le droit féodal autorise les nobles à établir des garennes. Ces parcelles de landes sont aménagées pour le développement des petits mammifères dans le but de les prélever. Le lapin, estimé pour sa chair, donne lieu à des pratiques de contrôle par l’homme : c’est un gibier facile à capturer mais dont le nombre est difficile à maîtriser. L’animal est introduit en Grande-Bretagne vers le XIIe siècle, époque à laquelle se développe le même type d’écosystèmes anthropisés. Les propriétés marquent alors une appartenance de haut rang. Le lapin, convoité pour sa viande et sa fourrure, devient l’objet d’une exploitation commerciale et engendre toute une gamme d’activités techniques et de métiers réunis sous le terme de « rabbiting ». Le petit animal prospère, à l’image de l’économie qui s’organise autour de lui.

3Les traces de lapins vivant à l’état strictement sauvage sont apparemment inexistantes. Tout du moins jusqu’à une certaine époque. A la fin du XVIIIe siècle, le lapin est une espèce que l’homme a disséminée en Europe avec un lot de connaissances et techniques utilisées à des fins de contrôle. Son succès est tel qu’on observe une explosion démographique de l’espèce reflétée par l’importante augmentation de ses fourrures mises à disposition sur le marché. Le petit mammifère pullule et s’échappe des espaces qui lui sont assignés pour coloniser les zones agraires et sylvestres. Il perd alors son statut d’animal bon à exploiter pour gagner celui de nuisible (assimilé aux pestes) : le mammifère devient incontrôlable (on indemnise les dégâts qu’il occasionne et l’obligation de le détruire dans les forêts est prescrite). L’accroissement démographique humain et l’arrivée de certaines innovations techniques conduisent à une reconfiguration du monde sauvage vers une plus grande maîtrise de l’environnement par l’homme : la nature est administrée. Les garennes sont abolies et le piégeage se répand. Le lapin n’est plus l’apanage des nobles et devient profitable à une population qui s’élargie. Les efforts pour endiguer l’expansion numérique du lapin échouent puisque celui-ci s’intègrera sur le long terme à la faune sauvage. Ainsi, caractéristiques zoologiques, statut moral de l’animal et situation socio-économique globale sont intimement liés.

4Dans la seconde partie du livre (chapitres 4, 5, 6), les deux auteures s’intéressent en premier instance à l’entrée du lapin dans le champ de la zootechnie. L’émergence de la «cuniculture » marque la transformation de l’élevage traditionnel en une activité technique et commerciale « rationalisée». L’élevage intensif standardisé absorbe le lapin comme en témoigne son apparition dans l’univers des études statistiques à partir des années 1960. Le monde du progrès amène à concevoir le lapin sous quatre angles : animal de compagnie – animal de laboratoire – lapin de fourrure et lapin de chair. Suivre alors le lapin dans notre époque globalisée invite à faire de la géographie pour mieux comprendre les réalités auxquelles ce petit être participe : il conquiert les continents et les cultures au gré des voyages et mouvements d’exils humains: des marins hollandais le débarquèrent au japon tandis que l’émigration de la communauté italienne fut responsable de sa présence outre-atlantique. Les pays accueillant nouvellement l’animal procèdent à la mise en place de règles à son égard : en Argentine il prospère tant et si bien que la chasse au renard est suspendue afin d’augmenter ses prédateurs. Progressivement, le lapin commun envahit, seules quelques enclaves lui résistent, à l’image du continent Antarctique. Mais la capacité de ce mammifère à accélérer son histoire est édifiante comme en témoigne sa venue en Australie où il passe de douze individus à plusieurs centaines de millions en quelques décennies. L’envahisseur est difficile à contenir et le gouvernement tente en vain d’endiguer sa conquête territoriale en érigeant une barrière longue de près de deux mille kilomètres.

5Les chapitres 7, 8 et 9 témoignent des rapports belliqueux qu’entretiennent l’homme et le petit animal. Si Pasteur est le premier à suggérer qu’il faut substituer les poisons et autres méthodes d’éradication par un procédé doué de contagion (il inoculera le cholera des poules aux lapins), c’est à la fin du XIXe siècle qu’un bactériologiste italien isolera le myxome de Saranelli, provoquant une mort inexorable chez Oryctolagus cuniculus. Observer les ravages de la myxomatose doit se faire en miroir des intentions de certains groupes sociaux y trouvant satisfaction. Agriculteurs et forestiers occidentaux favorisèrent amplement l’attitude scientifique prévalant au développement du virus : à leurs yeux celui-ci ne pouvait qu’engendrer une « bienfaisante épidémie ». Un éventail d’associations de défense et de protection animalière voit simultanément le jour, se joignant au mécontentement des acteurs impliqués dans le commerce de la chair et de la fourrure du mammifère. Le lapin renforce les clivages sociaux à mesure que s’intensifie son hécatombe. Derrière ces apparentes lignes de luttes se structure un débat éthique : est-il plus cruel de se débarrasser de l’animal en lui infligeant une maladie « naturelle » qu’au moyen de pièges blessants ? D’autres maladies comme le VHD (Vital Haemorrahagic Disease) croisent le chemin du lapin et cristallisent également sur celui-ci un ensemble de faisceaux humains. Les virus, convertis en outils, connectent sans relâche hommes et lapins avec une logique similaire à celle des prédateurs introduits : on éradique le vivant directement par le vivant.  

6La dernière partie du livre (chapitres 10, 11, 12 et 13) débute par le constat d’une répartition géographique très inégale des lapins communs, débouchant sur un paradoxe : menacé dans son habitat d’origine, le lapin est devenu exotique et destructeur là où il a été introduit. En tant que proie dans son berceau écologique, il contribue pourtant de façon essentielle aux cycles de régulation de ses prédateurs. A l’inverse, sa prolifération assistée par l’homme a considérablement bouleversé les écosystèmes qu’il a conquis. Les questions sont posées : pourquoi les animaux se réinstallent-ils si difficilement là où ils ont toujours été ? Quelles sont les consignes précises pour la réintroduction des lapins ? Le temps et l’action de l’homme sont les deux composantes déterminantes (favoriser des milieux riches en ressources alimentaires et ne pas le chasser!). L’alternative réside toujours dans l’élevage en clapier, qui améliorera son rendement grâce aux avancées de la zootechnie. Le lapin de clapier est avantageux pour l’homme: sevrage, engraissement, abattage. Les fervents défenseurs du petit animal et de son bien-être tirent la sonnette d’alarme : l’élevage industriel est dénoncé pour son emploi abusif d’antibiotiques ou encore pour son rythme de production intensif. Le lapin est convoité par l’homme pour ses diverses qualités qui s’étendent dans de multiples domaines: spécimen de laboratoire autant qu’animal domestique, il fait aussi le bonheur des petits élevages d’appoint des particuliers. L’animal n’en finit pas d’être là où il n’est pas attendu (entre les parois du rideau de fer) jusqu’à devenir lui-même objet un peu fantasque (hybridation génétique avec une méduse qui le pourvoie d’un pelage fluorescent).

7Dans cet ouvrage, le lapin est abordé comme un être vivant multi-purpose, c’est-à-dire en tant que cible de pratiques humaines de natures très variées. Pour les deux auteures, décrire le lapin c’est d’abord choisir d’entreprendre une histoire à entrées multiples afin de s’immiscer dans les différents contextes que sont les lieux et époques de sa cohabitation avec l’homme.

Haut de page

Notes

1  Pour une synthèse de cette approche voir Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Ed. La découverte, Paris, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Royer, « Catherine Mougenot, Lucienne Strivay, Le pire ami de l'homme. Du lapin de garenne aux guerres biologiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 24 août 2011, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6156

Haut de page

Rédacteur

Victor Royer

Doctorant IRIS-EHESS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page