Navigation – Plan du site

Nadine Roudil, Usages sociaux de la déviance. Habiter la Castellane sous le regard de l'institution

Olivier Cléach
Usages sociaux de la déviance
Nadine Roudil, Usages sociaux de la déviance. Habiter la Castellane sous le regard de l'institution, L'Harmattan, coll. « Habitat et sociétés », 2011, 211 p., EAN : 9782296127494.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur ce point cf. par exemple le texte d’A. Sayad (« Lien social, identité et citoyenneté par temps (...)
  • 2  Zinedine Zidane a grandi à la Castellane, le quartier qui est au cœur de la recherche de N. Roudil (...)

1Souvent, les cités dites « sensibles » charrient un lot de représentations sociales plus ou moins fantasmagoriques, de préjugés, de lieux communs, etc., mais sait-on vraiment ce qui s’y passe ? L’ouvrage de la sociologue Nadine Roudil permet de lever le voile sur une partie de ces aspects. L’auteure montre que la dévalorisation sociale d’une frange de la population vivant dans ces quartiers est le produit d’un processus de stigmatisation, de disqualification. À partir de ce constat, elle pose une première question : suffit-il d’habiter ces « quartiers » pour devenir un déviant ? En toute raison non, mais dans l’imaginaire collectif, il semble que oui, nous dit l’auteure : l’appartenance à un territoire donné agit comme un marqueur social1. Habiter dans un endroit ainsi stigmatisé, c’est être, au regard de l’opinion publique (relayée en cela par nombre d’organes de presse et de discours politiques), un présumé déviant, jusqu’à preuve du contraire (devenez un joueur de football très connu, notamment pour avoir marqué deux buts lors de la finale de la coupe du monde 19982, et vous perdrez alors cette étiquette qui, autrement, vous colle à la peau d’habitant, d’écolier, d’étudiant ou de travailleur).

  • 3  L'ouvrage rend compte de travaux universitaires (DEA et thèse) qui ont porté sur la cité de la Cas (...)
  • 4  Certains d'entre eux, parfois étonnamment, ne sont pas mobilisés par l'auteure : Carra C., Délinqu (...)
  • 5  La réputation d’insécurité du quartier n’est pas usurpée nous dit l’auteure (p.36). Mais elle n’es (...)

2Grâce à l’enquête socioethnographique3 que Nadine Roudil a menée, on pénètre au cœur d’un quartier marseillais emblématique de cette stigmatisation : la Castellane, un « village » dans la ville. Elle apporte ainsi une contribution significative à un ensemble de travaux déjà existants4 sur cette thématique. En peignant finement le portrait ethnographique du quartier (chapitre 3) et de ses habitants (à travers des figures types, chapitre 4), ses codes, les sociabilités, les rôles sociaux et les sentiments d’injustice qui s’y construisent au quotidien, les rapports de force (et de genre) qui s’y jouent, l’auteure nous montre qu’il est un univers plus complexe et plus organisé qu’on pourrait le penser de prime abord. On ne peut pas le résumer aux trafics qui s’y déroulent, aux dégradations, à la violence plus ou moins latente, à la paupérisation qui y règne, même si tout cela existe5. Ce sont des facettes parmi d’autres. Par exemple, pour rendre compte de cette diversité, l’auteure décrit les trois manières types de « vivre le quartier », d’agir et d’habiter : les « conquérants », les « établis » et les « négateurs » (chapitre 4). Nadine Roudil passe également en revue les différents dispositifs de la politique de la ville mis en œuvre au cours des années, montrant leur relatif insuccès.

3L’autre tâche à laquelle Nadine Roudil s’attache consiste à interroger le rapport dialogique entre la norme et sa transgression (la déviance) dans un territoire urbain donné. Ainsi, sa recherche « … a pour objet d’interroger les modalités de fabrication d’un statut de déviant permettant de qualifier la jeunesse des quartiers populaires ». Elle inscrit son questionnement (la grammaire des relations sociales dans un quartier socialement « stigmatisé »), sur fond de confrontation entre la « culture de rue » (déjà dépeinte par D. Lepoutre et d’autres) et les principes de fonctionnement d’institutions publiques de proximité (centre social et collège), entre deux univers normatifs plus ou moins compatibles.

  • 6  À ce propos, on aurait aimé une discussion plus poussée de la notion de déviance qui tient une pla (...)
  • 7 Chamborédon J-C., « La délinquance juvénile, essai de construction d’objet », Revue Française de So (...)

4Pour traiter du lien stigmate / déviance, Nadine Roudil se réfère au courant interactionniste américain (essentiellement Becker et la théorie de la désignation, Goffman et la question de la stigmatisation)6 et au texte de Chamboredon de 19717 : pour eux, comme pour l’auteure, la déviance est un construit social (donc relatif à un contexte et à des rapports sociaux donnés), un processus de fabrication d’une sous-culture qui prône des valeurs et des normes autres que celles qui dominent et qui sont collectivement valorisées par la « société ». Pour illustrer empiriquement sa démonstration, l’auteure s’intéresse aux relations entre les habitants du quartier et deux institutions de proximité (un centre social et un collège). Dans la perspective de Becker, Nadine Roudil cherche à montrer en quoi celles-ci sont, au final, des machines à créer de l’exclusion, de la déviance (effet pervers du système de relations). En s’intéressant à leurs pratiques quotidiennes, elle indique comment les acteurs institutionnels (travailleurs sociaux et personnels scolaires) se font « entrepreneurs de morale », agents de normalisation, à travers les différentes actions qu’ils mènent, dans leur champ de compétence respectif. Ils portent une double casquette : d’un côté ils ont pour rôle d’être les garants d’un ordre moral, de rappeler les prescriptions et les proscriptions de la société. De l’autre, ce sont également eux qui ont pour charge de maintenir le fil du lien social, la cohésion sociale, quitte à fermer les yeux sur certaines pratiques endogènes, fussent-elles déviantes (cf. l’exemple du vol du réservoir de scooter p.134).

  • 8  Même si nous ne la suivons pas totalement sur ce point, l’auteure indique que le recours à la noti (...)
  • 9  Par exemple, p.158, l’auteure indique que les dégradations du mobilier sont pour les uns des inciv (...)
  • 10  « Une partie du personnel, en brandissant la norme, valide l’existence de sa déviance [la déviance (...)
  • 11  Au point même qu’on peut se poser la question de savoir si le centre social ne travaille pas plus (...)
  • 12  Le niveau scolaire sert d’indicateur de déviance potentielle et permet au collège de composer des (...)

5La question de la déviance est abordée essentiellement à travers la notion d’incivilités8, avec en toile de fond celle du recul du contrôle social. L’auteure ne le fait pas, mais on pourrait parler à ce sujet de cercle vicieux. En définissant un univers de normes, de valeurs, de codes, … qui, pour certains, vont entrer en contradiction9 avec ceux qui sont en vigueur dans le quartier, les sociabilités, ces institutions participent à fabriquer de la déviance (effet pervers)10. Celle-ci serait ainsi le résultat d’un processus d’acculturation. De plus, la lutte contre les incivilités générées par la situation qui s’est construite au fil du temps, justifie11, au moins moralement, la mise en œuvre par les institutions publiques d’actions d’encadrement des populations du quartier, furent-elles stigmatisantes pour lesdites populations. Pour gérer la situation, les institutions mettent en œuvre des cadres contraignants qui engendrent des situations de résistance ou d’opposition (tout dépend du point de vue auquel on se place). Il ne reste plus pour elles qu’à mettre en place des dispositifs12 qui désignent la déviance ou la produisent, et la boucle est bouclée.

  • 13  Une forme parmi d’autres.

6De plus, même si l’auteure ne s’y réfère pas explicitement, la description qu’elle fait des relations entre les jeunes de ce quartier et les institutionnels auxquels ils sont confrontés, peut s’analyser d’abord en termes de relations de pouvoir13 (au sens de M. Crozier). L’appartenance à un groupe de pairs est alors une ressource indispensable pour exister dans l’ordre local, les stratégies (défensives et offensives) mises en œuvre reposent sur deux principaux registres : l’opposition (tester l’ordre établi, répondre collectivement aux tentatives de contrôle dont ils font l’objet, par exemple de la part de l’institution scolaire) ou la négociation (l’auteure parle alors, page 115, de relations de type don et contre don). Et ensuite, ce qu’on qualifie un peu rapidement de comportements incivils en termes de tactiques de résistance (au sens de J. Scott) : endosser symboliquement le stigmate, lancer des joutes oratoires, « afficher » les adultes, tester en permanence les règles et les codes institutionnels, le degré de permissivité en créant un désordre déstabilisant pour l’institution scolaire, s’éloigner du quartier pour les filles afin d’échapper à la surveillance dont elles font l’objet, etc. L’objectif consiste, de part et d’autre, à contrôler un espace social donné, à faire prévaloir son cadre de références culturelles, son identité sociale.

7Au final, l’ouvrage est plus dense que ne le laisse entrevoir ce compte rendu, ne serait-ce que parce qu’il aborde la rencontre de quatre champs spécifiques : celui de l’urbain, celui de la déviance, celui du travail social et celui de l’institution scolaire. Il est donc une nouvelle affirmation de l’importance de prendre en compte le contexte sociographique (approche systémique) pour comprendre une situation donnée, pour saisir la complexité de phénomènes sociaux comme la déviance, pour saisir également les rapports de domination et les luttes en termes de reconnaissance sociale, de considération qui s’y jouent.

Haut de page

Notes

1  Sur ce point cf. par exemple le texte d’A. Sayad (« Lien social, identité et citoyenneté par temps de crise », Sociétés et Représentations n°5, décembre 1997).

2  Zinedine Zidane a grandi à la Castellane, le quartier qui est au cœur de la recherche de N. Roudil ; un long paragraphe est consacré aux sociabilités qui se construisent autour de son nom et quand il revient, régulièrement, dans le quartier.

3  L'ouvrage rend compte de travaux universitaires (DEA et thèse) qui ont porté sur la cité de la Castellane dont l’auteure a suivi périodiquement la vie entre 1995 et 2000, en s’intéressant plus particulièrement à trois terrains, à trois espaces sociaux : la cité elle-même et ses différents cercles sociaux dont le centre d’action sociale et le collège du secteur. Les résultats présentés dans ce livre reposent sur une enquête qualitative fondée sur des observations directes et participantes (avec la tenue d’un journal de terrain), sur des entretiens semi-directifs (avec les habitants et les institutionnels afin de comprendre l’organisation des relations sociales dans la cité et le rapport entre les habitants et les institutions de proximité) et sur des analyses documentaires (dossiers scolaires, données statistiques, …).

4  Certains d'entre eux, parfois étonnamment, ne sont pas mobilisés par l'auteure : Carra C., Délinquance juvénile et quartiers “sensibles”, L’Harmattan, 2001, Foot White W., Street Corner, La Découverte, (1943) 1996, Jazouli A., Une saison en banlieue, Plon, 1995, Kokoreff M., La force des quartiers, Payot 2003 ou encore Villechaise-Dupont A., Amère banlieue, Grasset/Le Monde, 2000 ; et d'autres le sont, notamment Lepoutre D., Cœur de banlieue, Odile Jacob, 1997. L’auteure ne fait pas d’état des lieux de la littérature existante sur sa thématique, renvoyant peut-être cet exercice à son travail de thèse.

5  La réputation d’insécurité du quartier n’est pas usurpée nous dit l’auteure (p.36). Mais elle n’est qu’un aspect de la question.

6  À ce propos, on aurait aimé une discussion plus poussée de la notion de déviance qui tient une place importante dans l’ouvrage.

7 Chamborédon J-C., « La délinquance juvénile, essai de construction d’objet », Revue Française de Sociologie volume XII, 1971.

8  Même si nous ne la suivons pas totalement sur ce point, l’auteure indique que le recours à la notion d’incivilités pour traiter de comportements non conformes, renouvelle la figure du déviant (chapitre 2).

9  Par exemple, p.158, l’auteure indique que les dégradations du mobilier sont pour les uns des incivilités, pour les autres des rituels d’intégration, des signes d’appartenance à un groupe de pairs. On pourrait d’ailleurs parler de conflits de règles (règles de contrôle vs règles autonomes) et mobiliser les travaux de J-D. Reynaud à ce propos.

10  « Une partie du personnel, en brandissant la norme, valide l’existence de sa déviance [la déviance du collège] et contribue à la production du désordre. » (p.155).

11  Au point même qu’on peut se poser la question de savoir si le centre social ne travaille pas plus à sa propre reconnaissance (justifier son utilité) qu’à celle des populations auxquelles il s’adresse, débouchant sur des politiques de clientélisme.

12  Le niveau scolaire sert d’indicateur de déviance potentielle et permet au collège de composer des classes qui ressemblent à de véritables castes scolaires, attribuant de facto aux élèves appartenant aux castes inférieures un statut de déviants, avec tout ce que cela entraîne de préjugés liés à ce statut. D’autres dispositifs de maintien de l’ordre scolaire, détournés de leur vocation première, sont également producteurs de déviance (l’auteure cite, p.159 et suivantes, à ce propos le carnet de liaison, le contrat et le permis à points instaurés au collège : « Le permis à points a pour objet de contrôler les relations entre pairs en bannissant de façon systématique les trois attitudes que privilégient les adolescents et qui consistent à parler, à se déplacer et à se réunir. » (p.162).

13  Une forme parmi d’autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Nadine Roudil, Usages sociaux de la déviance. Habiter la Castellane sous le regard de l'institution », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 24 août 2011, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6159

Haut de page

Rédacteur

Olivier Cléach

Sociologue, Institut d’Éthique Appliquée de l’Université Laval (Québec), membre du Groupe de Recherche en Sciences Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page