Navigation – Plan du site

Agrikoliansky E., Heurtaux J., Le Grignou B., Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens

Maud Navarre
Paris en campagne
Eric Agrikoliansky, Jérôme Heurtaux, Brigitte Le Grignou (dir.), Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Editions du Croquant, coll. « Champ social », 2011, 335 p., ISBN : 9782914968911.
Haut de page

Texte intégral

1S’il est des pratiques politiques particulièrement observées, ce sont bien les campagnes électorales – même si elles font l’objet d’un intérêt plus ou moins important selon leurs enjeux. Cette tendance n’échappe pas aux chercheurs qui s’y intéressent depuis longtemps. Que peut donc apporter cette nouvelle enquête menée dans deux arrondissements parisiens (le 10e et le 16e) lors des élections municipales de 2008 ?

2L’ouvrage se donne pour objectif de renouveler l’angle d’analyse des campagnes électorales par l’approche tant théorique que méthodologique développée. Du point de vue théorique, il propose d’aborder cette période en se détachant d’une perception « fonctionnaliste », réduisant cette période politique à l’acquisition de postes de pouvoir grâce aux suffrages des électeurs. L’objectif des auteurs n’est pas d’identifier des pratiques de campagne plus convaincantes que d’autres ou des moyens de mobilisation permettant de conquérir des voix, bref, de trouver une recette miracle pour gagner des élections. L’ouvrage invite plutôt à appréhender les campagnes électorales pour ce qu’elles sont et non pas pour ce qu’elles font. Révélateurs de la structuration des pratiques politiques ordinaires, les pratiques électorales donnent à voir un ensemble de règles et d’institutions difficilement intelligibles en situation habituelle. Les campagnes sont, en quelque sorte, un miroir grossissant du jeu politique ordinaire et constituent ainsi un « fait politique total ». Leur hyper-ritualisation permet l’expression de représentations des rôles politiques et des normes qui les encadrent. Mais elles n’en demeurent pas moins des moments exceptionnels au cours desquels les rôles, les pratiques et les règles politiques routinières sont remises en question : les leaders se retrouvent dans des situations de vulnérabilité et les divisions intrapartisanes doivent être gommées au profit de l’union. Au niveau méthodologique, des approches contextualisées et localisées sont privilégiées. Chaque contribution veille à articuler les déterminants politiques nationaux, régionaux et locaux (l’arrondissement) pour expliquer les pratiques de campagne. L’approche contextualisée est complétée d’une démarche comparative portant sur deux arrondissement parisiens, qui ne sont pas représentatifs, ni au niveau politique, ni au niveau social mais présentent toutefois de forts contrastes : le 10e arrondissement suit la tendance globale de la capitale à la « gentrification » et est de gauche depuis plusieurs années tandis que le 16e arrondissement, fief de la bourgeoisie parisienne, vote à droite depuis plus d’un demi siècle. Le premier chapitre de l’ouvrage, qui en comporte neuf, est d’ailleurs l’occasion de revenir sur les caractéristiques sociales et politiques de ces deux arrondissements et sur l’articulation de ces deux dimensions qui produisent auprès de chacune des populations un rapport spécifique à la politique.

3L’ouvrage débute par une première partie relative aux (non) publics de la politique à Paris (électeurs et militants). Deux chapitres déconstruisent les représentations stéréotypées de l’abstention (qui toucherait des catégories sociales spécifiques et de manière récurrente) et l’image du militant convaincu de l’impact de ses pratiques pour montrer le caractère contingent et contextualisé de l’abstention et la dynamique du militantisme partisan résidant moins dans les conséquences des pratiques électorales sur les électeurs que dans les effets qu’elles produisent sur les militants et les candidats.

4La deuxième partie de l’ouvrage inverse les questionnements classiques en proposant d’aborder, non pas les contraintes partisanes et leurs conséquences sur les pratiques de campagne, mais plutôt les effets de la campagne sur les partis politiques. Un premier chapitre interroge la dissidence comme pratique routinière, en particulier du côté des partis de droite. C’est ensuite la question de l’héritage politique qui est abordée. Loin d’être un phénomène qui va de soi, Thierry Barboni montre comment l’héritier au maire du 10e arrondissement a dû construire et légitimer sa capacité à se voir transmettre le capital politique de son prédécesseur face à la concurrence. Le dernier chapitre de la partie propose une analyse des pratiques militantes en milieu hostile (la liste PS dans le 16e arrondissement bourgeois). Il s’agit alors de comprendre les motivations et les stratégies déployées par les militants alors que l’élection est perdue d’avance. Si l’hostilité est plus souvent étudiée pour les partis et mouvement radicaux, à l’instar du Front national, Sylvain Crépon et Sébastien Mosbah-Natanson renouvellent l’approche en s’intéressant à des mouvements politiques aux opinions plus modérées.

5La troisième et dernière partie aborde spécifiquement le thème des identités en campagne à travers les ressources collectives et personnelles qui permettent l’accession à la candidature. Les trajectoires des candidat-e-s et les stratégies déployées par les partis politiques sont interrogées au prisme des contraintes paritaires. Un bilan statistique des femmes candidates et élues dans les conseils municipaux au niveau national permet de faire ressortir, dans le premier chapitre, la spécificité du contexte parisien. Catherine Achin et Sandrine Lévêque y analysent la place des « capitaux corporels identitaires » lors de la campagne et, notamment, la dévalorisation des identités genrées au profit du registre promouvant de la diversité. Parachevant la contextualisation de la campagne municipale de 2008 au prisme du genre, un deuxième chapitre aborde la construction de la féminité dans le 10e et le 16e arrondissement. Il soulève alors la question de l’intersectionnalité entre genre et classe en faisant apparaître la modulation des identités féminines selon les appartenances sociales dominantes dans les deux arrondissements et de la configuration politique locale. L’ouvrage s’achève par un ultime chapitre réactualisant les analyses des pratiques de campagne selon le genre. Femmes novices et femmes plus expérimentées se révèlent inégalement capables de retourner le stigmate constitué par leur féminité. La mobilisation du genre s’avère être une stratégique inégalement efficace selon les autres ressources – en particulier celles politiques et militantes - détenues par les candidates.

6En somme, loin de la « course aux petits chevaux », le livre présente une approche renouvelée, contextualisée et localisée des campagnes électorales qui permet de remettre en question une pluralité de lieux communs sur les pratiques électorales et leurs publics. Il donnera envie à tout-e chercheur-e s’intéressant de près ou de loin aux campagnes électorales de prolonger l’analyse sur des terrains moins élitistes que le 10e et le 16e arrondissement parisien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Navarre, « Agrikoliansky E., Heurtaux J., Le Grignou B., Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 25 août 2011, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6169

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page