Navigation – Plan du site

Maurizio Viroli, Républicanisme

Jean-Paul Fourmont
Républicanisme
Maurizio Viroli, Républicanisme, Le Bord de l'eau, coll. « Les voies du politique », 2011, 200 p., ISBN : 9782356871169.
Haut de page

Texte intégral

1Professeur à la fois et à l’Université de Princeton et à celle de Lugano, Maurizio Viroli est souvent présenté comme étant actuellement l’un des principaux théoriciens du républicanisme. Les éditions Le bord de l’eau viennent de publier la traduction française de son opus magnum Repubblicanesimo (1999), c’est-à-dire Républicanisme. La notion de républicanisme n’a eu de cesse de déchaîner les passions de ses partisans, mais également de ses détracteurs. Ce très court ouvrage du spécialiste de Machiavel témoigne de l’intérêt grandissant de la communauté scientifique à l’égard de la tradition républicaine. Républicanisme vise en effet à renouveler la théorie de la république, laquelle serait mise à mal par Silvio Berlusconi en Italie. La visée de l’auteur serait donc tant théorique que pratique et… politique.

2Si l’entreprise parait salutaire, les controverses quant à la signification du terme « république » sont nombreuses. Pour remédier à ces incertitudes aussi bien théoriques que sémantiques, Maurizio Viroli propose d’emblée sa définition : par république, il entend en effet la communauté politique de citoyens fondée sur le droit et le bien commun. Clarifiant plus avant cette lapidaire définition, celui qui s’est fait connaître en Italie par le biais de son combat contre le berlusconisme rappelle que Cicéron tenait la république pour la chose du peuple. Il ajoutait qu’un peuple n’est point un rassemblement quelconque de gens réunis n’importe comment, mais plutôt le rassemblement d’une multitude d’individus, qui se sont associés en vertu d’un accord sur le droit et d’une communauté d’intérêts. Plus tard, Rousseau appela république tout Etat dirigé par les lois, quelle que soit sa forme d’administration, puisqu’alors seulement l’intérêt public gouverne et la chose publique est quelque chose.

3Un autre principe fondamental du républicanisme consisterait à considérer la vraie liberté comme le fait de ne pas être dépendant de la volonté arbitraire d’un ou de plusieurs hommes. Le républicanisme exige au surplus le respect rigoureux du gouvernement de la loi ainsi que l’égalité des droits civiques et politiques. En effet, l’idéal de la res publica consiste notamment en la réalisation d’une communauté d’individus dans laquelle personne n’est contraint de servir et personne n’est autorisé à dominer. Cet idéal, conclut l’auteur sur ce point, constitue bel et bien le cœur de l’utopie républicaine. Dans cette perspective, le bien commun n’est pas le bien (ou l’intérêt) de tous ni un bien (ou un intérêt) qui transcende les intérêts particuliers, mais plutôt le bien des citoyens qui désirent vivre affranchis de la dépendance personnelle.

4Née en Italie, la tradition républicaine se distingue à la fois et du libéralisme et du communautarisme. Le libéralisme doit au républicanisme classique les principes les plus valides de sa doctrine, alors qu’il ne doit qu’à lui-même les principes qui se sont révélés à l’épreuve du temps moins solides. Finalement, le libéralisme est une sorte de républicanisme appauvri, ou incohérent, mais non une théorie alternative au républicanisme. Les philosophies communautariennes sont, d’après M. Viroli, encore plus éloignées du républicanisme que le libéralisme, car ces dernières entendent raviver la vertu civique des citoyens au moyen d’un renforcement de l’unité morale et culturelle de nos sociétés démocratiques.

5S’il défend la notion de patriotisme républicain, Maurizio Viroli ne considère pas que la patrie puisse entraver l’émergence d’un républicanisme européen. En effet, les cultures nationales et locales sont une ressource et non un obstacle à la citoyenneté européenne. Une fois apprise dans les contextes locaux, la citoyenneté peut être facilement transportée dans le contexte européen, sans qu’il soit nécessaire d’ajouter des principes abstraits universels. La citoyenneté européenne doit par contre être renforcée par une politique de la société civile promouvant un tissu riche et varié d’associations. Il est également nécessaire de favoriser le plus possible la participation des citoyens à l’autogouvernement dans le cadre d’un espace public qui ne soit ni radicalement individualiste, ni communautaire de façon oppressive.

6Si la réflexion de Maurizio Viroli sur la tradition républicaine est à bien des égards intéressante et pertinente, le lecteur en regrettera probablement l’extrême concision (i.e. quelques 112 pages) ainsi que ses jugements à l’emporte-pièce sur l’œuvre des penseurs majeurs comme Benjamin Constant et d’Isaiah Berlin, dont l’importance serait en définitive mineure (p. 41). Par ailleurs, sa disqualification du républicanisme issu de la Révolution française parait très hâtive (p. 31). Ce dernier mériterait une place bien plus conséquente dans son argumentation tant l’idéal républicain imprégnait les discours des plus éminents Révolutionnaires et tant leur influence sur le Vieux Continent fut historiquement majeure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Fourmont, « Maurizio Viroli, Républicanisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 25 août 2011, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6172

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page