Navigation – Plan du site

Bernard Lamizet, Le langage politique. Discours, images, pratiques

Noumbissie M. Tchouaké
Le langage politique
Bernard Lamizet, Le langage politique. Discours, images, pratiques, Ellipses Marketing, 2011, 256 p., ISBN : 9782729862299.
Haut de page

Texte intégral

1En dix parties soigneusement présentées, l’auteur met à notre disposition, dans un langage simple et souvent fort expressif, les éléments de corrélation entre politique et communication.

  • 1  La communication politique, Paris, PUF, 1982.

2Il y a quelques années, Sophie Huet et Philippe Langenieux-Villard1, dans des propos de professionnels des médias, en s’appuyant sur les travers des élections présidentielles de 1981, dénonçaient le langage stéréotypé des hommes politiques. Ils constataient que le langage politique traversait une grave crise. Bernard Lamizet ne s’appesantit pas sur la permanence des difficultés inhérentes à la communication politique. Nous avons encore pu le constater, lors des dernières élections présidentielles de 2007. L’ouvrage de Bernard Lamizet met en relief, par le truchement des subtilités du langage politique, clé de l’identité des acteurs, les ressorts de la communication politique dans un environnement encombré par les moyens de communication de toutes natures.

3La vie politique et surtout le comportement des acteurs politiques sont le matériau de prédilection de Bernard Lamizet. Il souligne, que « Pour comprendre les formes et les représentations qui structurent l’espace symbolique de la médiation politique, il importe de comprendre comment se forme l’identité des acteurs qui s’y confrontent les uns aux autres ». De même, avant de placer au centre de la communication politique les acteurs politiques dans une sorte de « tripartition qui a le sens de la relation entre le réel, le symbolique et l’imaginaire », il fait une place de choix à la politique, notamment au fait politique. Il convoque Aristote et plusieurs philosophes politiques contemporains comme Hannah Arendt pour faire comprendre que le politique ne peut être à notre portée que par des processus de médiations.

4Comment interpréter le fait politique ? Telle semble être la question fondamentale de l’ouvrage de Bernard Lamizet. En empruntant ce cheminement, il ne reste pas enfermé dans les sentiers ardus de la sémiotique. Les sciences de l’information et l’analyse politique, qu’il convoque en permanence, permettent l’appropriation et la reconnaissance du fait politique. Avec le travail de Bernard Lamizet, la communication politique sort du registre de la pratique qui « fait de l’homme politique un acteur qui joue un rôle appris par cœur ».

5D’entrée de jeu, la dimension pédagogique de l’ouvrage de Bernard Lamizet s’impose. L’introduction intitulée « la signification du politique » est un enchainement de définitions. L’auteur, avant de nous autoriser à faire le grand bond dans les structures du discours, des images et des pratiques du politique, s’assure que nous avons pris connaissance des concepts fondamentaux. Ainsi, pour nous amener à comprendre le langage politique, le préalable de la maîtrise du « fait politique », de « la vie politique », de « l’élection » et de « la citoyenneté », apparaît nécessaire.

6Dans une deuxième partie, toujours dans le but d’asseoir nos capacités, les premiers développements tentent d’apporter la réponse à la question : Qu’est ce que la communication ? La réponse n’est pas unique, elle constitue dans une certaine mesure la trame du livre. L’auteur dissèque les formes et langages du politique, souligne les traits et moyens de la représentation du politique avec pour objectif établir le portrait sans tâches du produit de la communication politique. Car, loin de mettre en scène l’acteur politique, « La communication politique unifie les modes de représentation de la société, en les mettant en relation les unes avec les autres, et en rendant possibles les échanges et les circulations d’informations entre les acteurs qui les élaborent et les diffusent dans l’espace de la sociabilité ».

7Dans le chapitre intitulé « Les acteurs de la politique », l’auteur passe en revue les principales formations ou représentations politiques de l’Europe des lendemains de la Deuxième Guerre. Cette mise en relief, nullement exhaustif, a pour but de renforcer l’importance de l’identité politique. Elle met aussi en valeur la conception qui veut que la communication ne peut être ni mécanique, ni transposable. La communication politique, qui reste fortement attachée à l’identité de l’acteur, se manifeste par excellence dans la vie politique et institutionnelle, a savoir l’aire dans laquelle les acteurs politiques exercent leurs pouvoirs et l’étendue sur laquelle ils déploient les stratégies de communication et de visibilité.

8En quatre chapitres, l’ouvrage revient sur la communication au sein des entreprises, des organisations syndicales et des collectivités locales. Dans l’espace politique, que l’auteur considère comme étant « l’espace de circulation et d’échange des idées et des engagements, des projets et des utopies, des pouvoirs et des stratégies », la communication donne une dimension politique à chaque structure, surtout au sein des organisations des travailleurs. Dans la vie politique et institutionnelle, à travers l’analyse des binômes « décision et concertation » comme « délibération et débat public », l’auteur élabore la signification de l’intervention des différents acteurs politiques dans l’espace de la sociabilité. Il nous permet ainsi de comprendre « les modalités selon lesquelles se mettent en œuvre les différentes stratégies de communication qui leur assurent leur visibilité et leur donnent leur signification ».

9Comprendre la communication politique s’avère être le vrai titre de cet ouvrage. Evitant avec soin les tournures techniques et autres idiomes de la sémiotique, l’ouvrage de Bernard Lamizet nous tient par la main et nous conduit dans les dédales de la communication politique. Au-delà du langage politique, nous percevons  en arrière plan, se pointer l’objectif de l’idéal politique qui donne autant d’importance à l’émetteur qu’au récepteur du discours.

Haut de page

Notes

1  La communication politique, Paris, PUF, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noumbissie M. Tchouaké, « Bernard Lamizet, Le langage politique. Discours, images, pratiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 25 août 2011, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6173

Haut de page

Rédacteur

Noumbissie M. Tchouaké

Enseignant à la Faculté des Lettres de l'Université de Dschang (Cameroun), membre du Groupe de Recherche « Histoire et cultures politiques » (GRHCP)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page