Navigation – Plan du site

Séverine Louvel, Des Patrons aux Managers. Les laboratoires de la recherche publique depuis les années 1970

Pierre Bataille
Des patrons aux managers
Séverine Louvel, Des patrons aux managers. Les laboratoires de la recherche publique depuis les années 1970, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2011, 163 p., ISBN : 9782753514058.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Delavault, Hughette, Boukhobza, Noria, Hermann, Claudine et Konrad, Corinne. 2002. Les enseignante (...)
  • 2  Marry, Catherine et Jonas, Irène. 2010. "Une féminisation irrégulière et inaboutie du monde académ (...)
  • 3  Faure, Sylvia, Soullié, Charles et Millet, Mathieu. 2005. "Enquête Exploratoire sur le Travail des (...)

1La montée en puissance au tournant des années 2000 des pratiques de « ranking » inter systèmes d’enseignement supérieur, la mise en place à l’échelle nationale de nouvelles institutions visant l’évaluation de la recherche (AERES) ou encore les mouvements sociaux de printemps 2009 ont largement contribué à accroître l’attention portée par les médias et le grand public aux métamorphoses profondes qui touchent le système français d’enseignement supérieur et de recherche depuis les années 1990. Parallèlement à ces évènements, une série de travaux sociologiques ont aussi amélioré la connaissance des acteurs de cet espace social particulier, des enseignants chercheurs1 aux chercheurs des instituts publics2, et à mieux apprécier l’incidence de ces métamorphoses structurelles sur leurs pratiques d’enseignement et de recherche3. Le livre de Séverine Louvel offre un développement particulièrement intéressant à cet ensemble de travaux en se focalisant sur un type d’institution au carrefour des bouleversements ayant touché l’enseignement supérieur et la recherche : les laboratoires de la recherche publique. En choisissant cet objet atypique, l’auteur se situe d’emblée au croisement de différentes perspectives d’analyse sociologique (sociologie des professions, sociologie des organisations, étude sociale des sciences) (p.15) et se donne ainsi les moyens de saisir très finement l’incidence concrète de ces métamorphoses structurelles qu’ont connus l’enseignement supérieur et la recherche depuis une trentaine d’années.

2L’analyse se base sur une recherche menée auprès de trois laboratoires de sciences de la vie. Les données (essentiellement qualitatives) sont tirées d’un travail d’archive, d’un travail d’observation participante et d’une campagne d’entretiens menée auprès des personnels appartenant ou ayant appartenu à l’un des trois laboratoires en question. L’ouvrage, écrit dans un langage sociologique précis et limpide, est remarquablement bien structuré autour de cinq parties (traitant respectivement des stratégies scientifiques et projets de développement, de la gestion des carrières académiques, du financement des recherches, des dispositifs d’évaluation et enfin de la gestion des doctorats), éclairant toutes une dimension particulière du processus de changement qui touche les laboratoires. Les cinq parties se concluent chacune sur une mise en perspective des mécanismes sociaux étudiés au prisme des réformes intervenues depuis 2005, notamment la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (dite « d’autonomie des universités ») et la création des agences de l’AERES et de l’ANR. Bien qu’elles soient interconnectées entre elles, chacune peut être lue indépendamment, tant elles sont respectivement solidement structurées autour d’un appareil conceptuel et analytique très clairement explicité dans les paragraphes introductifs respectifs de ces cinq parties.

3Étudiant les métamorphoses qui ont touché les laboratoires sur un temps relativement long (des années 1970 à aujourd’hui), l’ouvrage balaye un présupposé: les bouleversements du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur généralement soulevé dans les médias ne datent pas des années 2000 mais peuvent être analysés comme un processus qui s’étend des années 1980 à aujourd’hui. Auparavant, dans les années 1960-70, l’action des directeurs de laboratoire était généralement fondée sur leur forte légitimité scientifique et leur maîtrise globale du projet scientifique porté par le laboratoire, entraînant de la part des autres membres un sentiment d’adhésion au groupe, un sens de la filiation intellectuelle relativement fort et une forme de régulation interne qualifiée de « communautaire » par l’auteure. La place grandissante occupée par la recherche de contrat et de sources de financement (part.3) et les fluctuations de l’emploi scientifique au cours des années 1980-2000 (part.2) aurait entraîné l’apparition d’un nouveau type de directeur, davantage « manager » que mandarin, dont la légitimité se fonderait dorénavant sur sa qualité de stratège et sa capacité à trouver des financements, à frayer avec les institutions de financement et à assurer des débouchés aux chercheurs formés au sein du laboratoire. Ces nouvelles injonctions auraient alors entraîné la mise en place dans les laboratoires étudiés d’une « régulation conjointe » entre les laboratoires et leurs tutelles. Dans ce deuxième cas, c'est moins la qualité scientifique reconnue du directeur qui fonde son autorité que ses qualités relationnelles et sa capacité à mobiliser son capital social et celui du laboratoire pour assurer les meilleures conditions de fonctionnement aux équipes qu'il dirige.

4Dans l’analyse effectuée, l’une des (nombreuses) qualités de cet ouvrage est de donner à voir comment les deux formes de régulation viennent se superposer et s’agencer différemment suivant les contextes locaux. On n’assiste en aucun cas à la disparition d’une forme « ancienne » de régulation (la régulation communautaire) au profit d’une forme « nouvelle » (la régulation conjointe). Ainsi l’un des labos étudiés (« Athéna », du nom de la Déesse grecque), dont la mise en place dans les années 1960 est soutenue par un besoin industriel, embrasse-t-il plus directement cette nouvelle forme de régulation. En revanche, l’un des autres laboratoires étudiés (« Minerve »), dont la fondation est liée à la personnalité humaine et scientifique forte d’une petite équipe dirigeante, s’accommodera difficilement de cette nouvelle régulation et conservera longtemps quelques traits du mode « communautaire » de régulation, concernant la gestion de l’argent récolté par le biais des contrats de recherche notamment (part.3). Actant cette pluralité des accommodations des injonctions des tutelles, l’auteure dresse par la suite (part.4) un répertoire des différentes stratégies mises en places par les laboratoires et leurs directeurs face à ces nouvelles exigences (concernant l’évaluation notamment), de l’obéissance symbolique (où la façade maquille la survivance d’éléments de régulation communautaire), à la manipulation proactive de ces nouveaux cadres (en faisant pression sur les tutelles qui les édictent), en passant par l’obéissance et la conformation au plus près des injonctions formulées par les tutelles.

  • 4  Lapeyre, Nathalie. 2006. Les Professions face aux enjeux de la féminisation. Toulouse, Octarès.

5La richesse des analyses effectuées par l’auteure n’absout néanmoins pas l’ouvrage de deux légères critiques. Premièrement, le choix de la discipline (les sciences de la vie) n’est que trop peu discuté. Or il nous semble que dans l’éventail disciplinaire de la recherche scientifique actuelle, c’est peut être celui qui se prête le mieux à cette analyse des modulations des « patrons » en « managers ». En effet, nécessitant d’importants investissements financiers pour ses infrastructures, son matériel et son fonctionnement, c’est aussi le secteur de la recherche le plus directement exposé à l’application directe de ses résultats à l’industrie. Qu’en est-il alors des changements repérés par l’auteur en mathématiques abstraites ou en sciences humaines en général ? Observe-t-on la mise en place de semblables logiques de régulation ? Il manque ainsi à notre sens une dimension disciplinaire comparative à l’ouvrage de S. Louvet, ou en tout cas, une explication plus développée quant au choix de se focaliser sur les sciences du vivant en particulier et quant aux implications de ce choix sur les analyses effectuées et les résultats obtenus. Deuxièmement, la perspective de genre est complètement absente de l’analyse alors qu’il nous semble qu’elle aurait pu être utilisée à profit. Informé par le nom des directeurs et directrices successifs des laboratoires étudiés, le lecteur peut se rendre compte que l’apparition du mode de la régulation conjointe semble correspondre à une certaine féminisation (quantitative et pas nécessairement qualitative) de la fonction, tandis que le laboratoire conservant quelques traits du mode communautaire de régulation conserve un homme à sa tête plus longtemps. Au delà des différences disciplinaires en termes de féminisation (le laboratoire en question étant un laboratoire de physique), il nous aurait semblé intéressant d’introduire ce prisme de réflexion dans l’analyse, tant les recherches récentes ont montré que la féminisation des professions supérieures pouvait être un outil d’analyse intéressant pour étudier les changements de pratiques et d’ethos professionnel4.

Haut de page

Notes

1  Delavault, Hughette, Boukhobza, Noria, Hermann, Claudine et Konrad, Corinne. 2002. Les enseignantes chercheuses à l'université; demain la parité. Paris: L'Harmattan ; Musselin, Christine. 2002. Le marché des universitaires: France, Allemagne, Etats-Unis. Paris: Presses de Sciences-Po.

2  Marry, Catherine et Jonas, Irène. 2010. "Une féminisation irrégulière et inaboutie du monde académique. Le cas de la recherche en biologie." Pp. 402-12 in Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, dir. Demazière, Didier et Gadea, Charles. Paris: La Découverte.

3  Faure, Sylvia, Soullié, Charles et Millet, Mathieu. 2005. "Enquête Exploratoire sur le Travail des Enseignants-chercheurs, Vers un bouleversement de la « table des valeurs académiques » ?", rapport d’enquête, en ligne: http://www.afsp.msh-paris.fr/observatoire/etudes/travailenscherch.pdf.

4  Lapeyre, Nathalie. 2006. Les Professions face aux enjeux de la féminisation. Toulouse, Octarès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bataille, « Séverine Louvel, Des Patrons aux Managers. Les laboratoires de la recherche publique depuis les années 1970 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 25 août 2011, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6176

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page