Navigation – Plan du site

John Dewey, Démocratie et éducation. Suivi de Expérience et éducation

Thierry Dejean
Démocratie et éducation
John Dewey, Démocratie et éducation. Suivi de Expérience et éducation, Paris, Armand Colin, 2011, 516 p., ISBN : 9782200272654.
Haut de page

Texte intégral

1Lire les écrits de John Dewey (prononcer Doui) au XXIe siècle peut sembler inutile. D'une part ce philosophe américain spécialisé en psychologie appliquée et en pédagogie n'est pas des plus récents (1859-1952). La science a eu largement le temps de progresser. De plus, sa réputation d'auteur difficile à suivre n'incite pas à priori la lecture de ses œuvres. Pourtant l'éditeur Armand Colin vient de publier un livre contenant deux textes majeurs de Dewey : Démocratie et Education (1916) et Expérience et Education (1938).

2Ce livre de 518 pages commence par une introduction de Denis Meuret, professeur en sciences de l'éducation qui enseigne à l'université de Bourgogne. Celui-ci commence par démythifier John Dewey, dans le sens où en France, ce dernier est souvent classé parmi les pédagogues. Denis Meuret insiste sur l'intention avant tout philosophique de Dewey. Cette introduction très pertinente permet d'aborder cet auteur de manière constructive, mais pèche toutefois par le manque d'analyse comparative entre la pensée de John Dewey et la réalité du système scolaire français.

3Le livre se poursuit par une préface de Joëlle Zask, maître de conférences à l'université de Provence et spécialiste de la philosophie politique. Elle revient sur le sens du mot démocratie chez Dewey ainsi que celui d'expérience, deux notions essentielles chez lui. Le mot clef pour comprendre ces notions est celui d'interaction.

4La présentation de Gérard Deledalle, professeur de philosophie à l'université des sciences humaines de Perpignan, présente l'organisation du livre Démocratie et éducation, et explique son importance du point de vue pédagogique et sociétal. La notion de continuité, importante pour Dewey y est notamment abordée. Gérard Deledalle démontre l'actualité de cet auteur dans le système scolaire français en résumant ses principaux ouvrages traduits en français. Le style de Dewey et sa démarche n’étant pas toujours aisés à comprendre, ces introductions donnent des clefs très utiles permettant de se familiariser avec le vocabulaire deweyen et de cerner les lignes essentielles de cette pensée.

5Deux lectures du premier texte, Démocratie et Education, sont possibles : une lecture intégrale, permettant de comprendre toute la logique du raisonnement de l'auteur. La seconde possibilité est de se contenter de lire le résumé présent à chaque fin de chapitre. Une première lecture intégrale nous semble judicieuse, les résumés consistant un moyen fort pratique de trouver un extrait particulier lors d'une seconde lecture plus sélective ou rapide.

6Dès la lecture du premier chapitre, le lecteur comprend l'intérêt de lire John Dewey. Sa réflexion se base sur des faits datés mais qui correspondent aussi à notre réalité du XXIe siècle. Dewey part de l'idée que les sociétés deviennent de plus en plus complexes, nécessitant la mise en place d'un système éducatif de plus en plus important. Or les sociétés évoluant de plus en plus vite, il existe un risque de plus en plus important de voir se créer un écart entre les savoirs transmis par le système éducatif et la réalité d'une société en constante évolution. Dewey montre que l'ensemble de la société participe à l'éducation des jeunes grâce à l'ensemble des interactions sociales. Un jeune appendra d'autant mieux qu'il participera activement au fonctionnement de son environnement. Grace à des stimulis, la société en général et le système éducatif en particulier amènent les jeunes à une compréhension de leur environnement qui les amènera à progresser. Le rôle du système éducatif est de créer chez les jeunes un désir de progresser sans cesse et de fournir les moyens de cette progression.

7Autre idée importante, le Maître et l'élève doivent concentrer leurs efforts sur les besoins et possibilités du présent immédiat. En effet, la société étant changeante, il est illusoire et contre-productif d'essayer de former un élève à son activité sociale à venir. Cette idée de Dewey contredit l'essentiel de l'éducation contemporaine, même si elle semble a priori un peu simpliste et par là-même contestable. Prenons l'exemple d'un étudiant en médecine. Certes, entre sa première année de faculté de médecine et son diplôme de médecine, des progrès auront été réalisés. Toutefois, l'étendue des connaissances actuelles dans cette discipline rend indispensable son apprentissage progressif dans l'intention d'être opérationnel bien des années plus tard. Dewey permet cependant de relativiser l'importance de la transmission, étant donné que les individus comme la société évoluent.

8La répartition de la philosophie de l'éducation en trois grandes périodes nous semble par contre très intéressante. Il distingue d'abord la philosophie platonicienne de l'éducation. Pour Platon, il incombe à l'éducation de découvrir les aptitudes des individus et de les aider à les développer afin qu'ils soient utiles à la société. La place d'un individu dans la société ne doit pas dépendre de sa classe sociale mais de la nature de ses capacités. Or à l'époque de Platon, ces belles idées sont inapplicables dans sa société assez peu démocratique. Bien plus tard, les penseurs du siècle des Lumières aspiraient à un universalisme éducatif permettant le progrès individuel. Cette idée s'est heurtée au fait que la société de l'époque étant chargée de nombreux défauts pointés par les Lumières, ces derniers s'en remettent à la nature comme modèle et solution. Dewey trouve là aussi, cette philosophie éducative limitée car la nature ne peut pas modifier les défauts de la société. C'est pourquoi, Dewey pense que les philosophies individualistes institutionnelles du XIXe siècle ont remplacé la nature par l'Etat Nation en tant qu'agent d'amélioration de la société. L'inconvénient majeur de ces dernières philosophies est qu'elles subordonnent à nouveau l'individu à la société.

9Dewey se méfie des objectifs éducatifs qui figent le travail de l'élève et de l'enseignant. Ils sont forcément fixés dans un contexte social et historique et par la même voués à être dépassés rapidement. De plus, un bon objectif doit concilier le développement de la culture personnelle et celui de l'efficacité sociale. Observons que sur ces chapitres ardus, c'est bien le philosophe qui s'exprime et non le pédagogue. Dewey s'intéresse aussi à la méthode d'enseignement. Il rappelle que depuis l'antiquité grecque, les systèmes éducatifs ont préféré le raisonnement théorique à l'expérience pratique. Il précise que l'évolution des sciences montre au contraire l'importance de l'expérience au sein du processus d'acquisition de connaissances et invite à développer une pédagogie basée sur l'expérience pratique. Dewey est favorable à un enseignement basé sur une expérience liée à un problème réel afin de susciter l'intérêt de l'élève, il prône une pédagogie pragmatique : l'élève doit être actif et son travail lié à son activité sociale. Concernant la géographie et l'histoire, Dewey considère que ce sont les deux grands moyens dont dispose l'école afin d'élargir la portée d'une expérience personnelle directe. Il souhaite aussi l'abolition de la séparation existant entre les sciences humaines et les sciences de la nature.

10Concernant l'individualisme, Dewey considère que ce dernier est une valeur relativement récente. En effet, dans les sociétés traditionnelles, fondées sur la coutume, « les variations individuelles ne sont autorisées que dans la mesure où elles sont conformes à l'usage ». Au contraire, les sociétés démocratiques recherchant le progrès, l'individualisme est recherché car il permet l'apparition d'innovations. Le système éducatif démocratique doit donc favoriser la liberté intellectuelle et inciter à développer les dons individuels. L'éducation est morale si elle aide l'élève formé à s'acquitter de ses activités sociales.

11Démocratie et Education tient plus de l'essai philosophique que du manuel de pratique pédagogique. Incitant le lecteur à remettre en cause sa manière de concevoir l'éducation, avant d'ouvrir des pistes philosophiques d'éducation démocratique, il reste tout de même une étape importante, celle de trouver pour le lecteur, les solutions pédagogiques pratiques à mettre en œuvre.

12Le deuxième texte de ce livre est l'essai Expérience et éducation. Beaucoup plus court que le premier, il est aussi beaucoup plus récent (1938 contre 1916). L'auteur commence par y distinguer l'éducation traditionnelle de l'éducation progressiste. L'éducation traditionnelle consiste à imposer à l'élève le savoir, les méthodes et la morale des anciens, de manière contraignante et par conséquent non motivante. L'éducation progressiste créée en réaction à l'éducation traditionnelle s'en distingue donc tout particulièrement : elle vise à favoriser l'expérience personnelle des élèves, à l'exploration et l'amélioration des aptitudes individuelles sans chercher à imposer la contrainte d'éduquer en pensant aux futurs besoins sociétaux. Cependant, Dewey insiste sur le fait que l'éducation progressiste ne doit pas se contenter de se construire par la non application du système traditionnel. Pour lui, expérimenter ne veut pas dire rejeter les connaissances et méthodes des adultes. L'élève doit être confronté aux connaissances et méthodes anciennes afin qu'elles lui permettent d'apprécier le présent par l'expérience. Cette expérience doit respecter certaines règles : elle doit tout d'abord intéresser l'élève, elle doit ensuite s'inscrire dans une logique globale de formation, c'est-à-dire que cette expérience doit susciter l'intérêt de faire l'expérience suivante. Il s'agit de créer chez l'élève, un goût, une attitude par rapport à l'expérience, qui lui seront utiles au présent comme à l'avenir. Quant au maître, Dewey pense qu'il doit proposer un plan précis du déroulement de l'expérience, afin de tenir compte des diversités individuelles. Ce plan doit être amendé et adopté par la classe, car le maître n'est pas le chef des élèves mais celui qui dirige l'expérience. Par ailleurs, le philosophe insiste sur l'importance de l'existence de règles de politesses, quelles que soient leurs formes. L'expérimentation ne peut donc se faire qu'avec une certaine discipline, tant pour l'enseignant que les élèves. Si l'éducation progressiste offre une liberté à l'élève bien plus importante que l'éducation traditionnelle, il ne faut pas pour autant oublier que le but de l'éducation est toujours de créer chez l'élève un auto-contrôle. Un élève ne disposant pas d'un auto-contrôle et se contentant de vivre en passant d'un caprice à un autre est un échec éducatif.

13Ce deuxième essai est intéressant dans le sens où il précise la pédagogie que préconise Dewey. Le discours reste pour autant philosophique. Le lecteur potentiel doit bien avoir conscience qu'il s'agit d'entrevoir une réflexion sur la pédagogie et non d'un manuel pratique permettant à un enseignant débutant de gérer une classe. A la lecture de ses deux essais, nous devons conclure que John Dewey reste d'actualité sur le plan de la philosophie éducative. Bien des enseignants, préoccupés par leur quotidien perdent de vue la philosophie de leur enseignement. Se confronter à Dewey permet, sinon d'adhérer à son analyse en tout cas de poursuivre sa réflexion personnelle, ce qui représente un intérêt deweyen indiscutable, bien que non basé sur l'expérience.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Dejean, « John Dewey, Démocratie et éducation. Suivi de Expérience et éducation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 26 août 2011, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6178

Haut de page

Rédacteur

Thierry Dejean

Enseignant de sciences économiques et sociales au lycée Jules Garnier de Nouméa

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page