Navigation – Plan du site

Arnaud Frauenfelder, Les paradoxes de la naturalisation. Enquête auprès des jeunes issus de l'immigration

Frédérique Giraud
Les paradoxes de la naturalisation
Arnaud Frauenfelder, Les paradoxes de la naturalisation. Enquête auprès des jeunes issus de l'immigration, L'Harmattan, coll. « Questions sociologiques », 2007, 390 p., EAN : 9782296036741.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Naturels et naturalisés », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1993, n° 1, pp. 26-35.

1Considérant la nationalité comme un capital spécifique, notamment juridique, Arnaud Frauenfelder part de la prémisse selon laquelle la nationalité discrimine. « Instrument de clôture sociale », statut à accès restreint, il existe des règles strictes d'accès à la nationalité. L'ouvrage Les paradoxes de la naturalisation. Enquête auprès des jeunes issus de l'immigration ouvre la boite noire de la nationalité, en mettant à jour les processus concrets d'un mode atypique d'accès à la nationalité : la naturalisation. Arnaud Frauenfelder s'intéresse à une cohorte d'enfants immigrés, nés et scolarisés en Suisse à partir de la fin des années 70, cohorte qui s'est engagée dans un processus de naturalisation au cours des années 90. Il s'agit « d'appréhender la nationalité « par le bas », c'est-à-dire à partir des logiques ordinaires d'acquisition ou d'abstention de certains de ses usagers potentiels » (p. 17), en objectivant des « trajectoires de naturalisation ». La démarche vers la naturalisation des enfants d'immigrés en Suisse est perçue comme un analyseur des logiques institutionnelles. La naturalisation offre un exemple extra-ordinaire, au sens plein du terme, du rapport à la nationalité : parce qu'elle met en jeu un rapport volontaire à la nationalité, la naturalisation met en évidence, combien la nationalité est habituellement vécue sur le mode de la non-conscience. Pour le citoyen d'origine, la nationalité est fondée sur une présomption d'appartenance, elle va de soi. Tout autre est la relation à la nationalité telle qu'elle est vécue au cours d'une procédure de naturalisation, celle-ci produisant une « forme d'objectivation institutionnelle concrète » (p. 19). Abdelmalek Sayad1 définit la naturalisation comme « opération de magie politico-sociale », ayant « pour fonction de transformer en naturels d'un pays, d'une société, d'une nation des individus qui ne le sont pas et qui demanderaient à l'être ».

2La naturalisation en tant qu'elle est un mouvement d'intégration à un territoire, un processus d'inclusion dans une communauté nationale doit être théorisée de façon diachronique, et là se situe toute la fécondité de l'approche d'Arnaud Frauenfelder. Il décompose le processus de naturalisation, qu'il définit comme « l'ensemble des mécanismes et des processus de sélection et d'élection à travers lesquels certains candidats potentiels « deviennent membres» du groupe national » (p. 54), en trois moments chronologiques, qui constituent trois niveaux d'analyse : les conditions du « choix» de la naturalisation, l'épreuve de la décision et des procédures, et, enfin, les conséquences de la naturalisation. L'auteur reconstruit les logiques du passage à l'acte : le premier niveau d'analyse consiste à interroger le rapport des personnes à la naturalisation par le biais des conditions sociales qui rendent possible la formulation de la demande. Il ne s'agit pas de recomposer selon un raisonnement probabiliste les propensions à la naturalisation, mais de donner à voir la diversité des parcours, des projets de naturalisation. Se désaxant par rapport au discours institutionnel volontariste, Arnaud Frauenfelder est vigilant aux logiques complexes de l'acte, et propose à ce titre des modalités typiques de démarches. Il existe trois grandes voies d'acquisition et d'abstention de la nationalité : une logique d'acquisition-marchepied qui revêt un caractère anticipatoire et s'inscrit dans un objectif d'ascension scolaire et sociale intergénérationnelle relativement forte. La décision de naturalisation est un moyen de prolonger et d'entretenir des dispositions anticipatrices à l'égard de l'avenir. La deuxième logique d'acquisition-pragmatique représente une logique « intermédiaire ». La demande ne peut s'appuyer sur une trajectoire scolaire solide, de sorte que l'avenir professionnel et scolaire est plus incertain. Après l'expérience de situations de difficultés d'orientation, de relégation dans des filières dépréciées, d'incertitude relative quant à la vision de l'avenir migratoire, les personnes sont amenées à envisager la naturalisation comme souhaitable. La troisième logique d'acquisition, dite acquisition-sécurité relève d'une situation d'urgence qui fait de la demande une nécessité. Face à ces logiques d'acquisition existent trois logiques symétriques d'abstention : l'une traditionnelle se caractérise d'un côté par la présence d'un modèle migratoire parental où l'idée du retour fait l'objet d'un consensus, la deuxième dite silencieuse, se nourrit d'un certain désinvestissement scolaire et de l'absence d'urgence, enfin une abstention paradoxale de refus-subjetiviste, caractérisée d'un côté par un engagement de l'agent familial dans la publicisation de la question, un modèle migratoire parental où l'idée d'installation est « assumée» en tant que telle, où les attitudes scolaires semblent marquées par des ambitions scolaires plutôt « importantes ».

3Le second niveau d'analyse est attentif aux significations subjectives attachées au fait de devenir membre. De façon particulièrement féconde, Arnaud Frauenfelder, appréhende l'expérience de la naturalisation comme une carrière, qui engage les représentations que les individus ont d'eux-mêmes et les modalités de leur présentation à autrui. Quelles sont les conséquences pratiques et subjectives, évaluées à l'échelle des individus de ce mode spécifique d'accès à la nationalité où l'individu est invité à « choisir» ou non une nouvelle nationalité ? Les candidats à la naturalisation sont résolument mis à l'épreuve et soumis à un « examen » : exposé des motivations et leur preuve, dépenses monétaires et prestation de serment. Chacune des exigences - narratives (énoncer ses motivations), relationnelles (trouver des parrains), administratives (réunir divers papiers), monétaires (s'acquitter des frais) - imposées au « prétendant » à la naturalisation représentent autant de contraintes symboliques et matérielles auxquelles il doit répondre. L'auteur étudie les stratégies discursives de présentation de soi des prétendants dans les récits des motifs de leur demande. La compréhension de l'accès à la nationalité vise à rendre compte de ce que la naturalisation « fait» aux candidats, lorsque ceux-ci sont situés sur le terrain même de l'institution (p. 221)

4Le troisième niveau d'analyse porte sur la phase « terminale » du processus du « devenir membre ». Quels sont les usages et les pratiques dont la naturalisation peut être l'objet ? A travers les récits d'expériences postérieures à l'obtention de nationalité, Arnaud Frauenfelder démontre que les usages de la nationalité peuvent être fort divers : ils peuvent prendre des formes « défensives », comme offrir la possibilité de « démentir» certaines attitudes de rejet auxquelles les naturalisés ont pu être confrontés. Le titre national donne la possibilité de répliquer et de se défendre des accusations. Les usages peuvent être davantage « positifs», lorsque la nationalité nouvellement acquise est perçue comme un atout offrant un passeport vers de nouvelles expériences sociales, notamment sur le marché de l'emploi. Le titre national autorise des « stratégies de conversion économique » (p. 328). Mais reste que lorsqu'on interroge les personnes explicitement sur les « conséquences de leur naturalisation », la majorité tend à nier spontanément toute forme de transformation (p. 309). Le discours de dénégation que met à jour l'auteur représente pour lui une des dimensions de l'expérience morale des jeunes naturalisés. Minimisée et décrite comme une « simple affaire de papier » (p. 310), la naturalisation doit d'abord ne pas leur faire perdre leur identité d'origine. La fidélité à soi importe beaucoup et participe du travail de neutralisation du « coût symbolique de la naturalisation ». Elle peut également servir de remède aux espoirs trop grands logés dans l'acquisition du titre national : nier le changement, c'est aussi se prémunir contre l'illusion du « tout nouveau », et notamment de l'évolution positive du regard des autres.

5Au final, Arnaud Frauenfelder nous offre avec Les paradoxes de la naturalisation un livre incontestablement riche, d'une densité conceptuelle forte. Une réussite.

Haut de page

Notes

1 « Naturels et naturalisés », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1993, n° 1, pp. 26-35.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Arnaud Frauenfelder, Les paradoxes de la naturalisation. Enquête auprès des jeunes issus de l'immigration », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 15 juin 2008, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/618

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page