Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Romy Sauvayre, Le journaliste, le...

Romy Sauvayre, Le journaliste, le scientifique et le citoyen. Sociologie de la diffusion de la défiance vaccinale

Justine Lalande
Le journaliste, le scientifique et le citoyen
Romy Sauvayre, Le journaliste, le scientifique et le citoyen. Sociologie de la diffusion de la défiance vaccinale, Paris, Hermann, coll. « Sociétés et pensées », 2023, 192 p., ISBN : 979-10-370-2903-4.
Haut de page

Texte intégral

1La défiance vaccinale, c’est-à-dire le manque de confiance qu’entretient une frange de la population envers les vaccins, est une tendance préoccupante qui a un impact significatif sur la santé publique. Pour enquêter sur ce phénomène, Romy Sauvayre analyse ici l’une des controverses vaccinales les plus marquantes de l’histoire récente : celle qui a suivi la publication par Andrew Wakefield d’une étude suggérant un lien entre l’autisme et le vaccin ROR (contre la rougeole, les oreillons et la rubéole). Bénéficiant d’une couverture médiatique importante, cette étude publiée en 1998 au Royaume-Uni donne en effet lieu à une hausse significative de la défiance vaccinale chez les citoyens. Dans son ouvrage, Romy Sauvayre privilégie alors une approche historique pour nous permettre de saisir la complexité des enjeux et le rôle de chacun des acteurs du triptyque de cette controverse vaccinale : le scientifique, le journaliste et le citoyen. De sa naissance à sa résolution, l’auteure nous propose de suivre le parcours de la controverse en cinq chapitres. Ce faisant, le premier chapitre nous restitue le contexte des touts débuts de cette controverse. Dans les trois chapitres suivants, Romy Sauvayre analyse ensuite la controverse en mettant l’accent sur les différents acteurs du triptyque. Puis le dernier chapitre nous raconte « l’histoire au présent » et effectue des parallèles entre cette controverse vaccinale et une plus récente : celle dont nous avons été témoins avec la Covid-19.

2Dans le premier chapitre, l’auteure brosse un portrait d’Andrew Wakefield, ce chercheur britannique dont l’article scientifique est à l’origine de la controverse. Wakefield est un gastroentérologue réputé, il a reçu de nombreux prix et on lui attribue plusieurs avancées médicales. En 1998, il publie dans la prestigieuse revue médicale The Lancet une hypothèse de travail dévastatrice si elle s’avérait exacte : il pourrait exister un lien entre le vaccin ROR et l’autisme chez les enfants. Pour arriver à ces conclusions, Wakefield et ses collègues ont conduit une étude auprès de 12 enfants atteints d’autisme dès 1996. Nous sommes donc, comme le rappelle l’auteure, en présence d’un chercheur réputé, et qui publie ses résultats dans une revue prestigieuse. De ce fait, à la lecture de ce chapitre, le lecteur comprend que nul ne pouvait initialement douter des compétences ou de la bonne foi de ce chercheur.

3Dans le deuxième chapitre, Romy Sauvayre présente ensuite cette controverse du point de vue des scientifiques. Après la publication de « l’hypothèse Wakefield », d’autres chercheurs se penchent sur la question et conduisent de nouvelles études visant à valider ou invalider cette hypothèse. Ce faisant, des failles méthodologiques sont identifiées, et un consensus se dessine rapidement dans la communauté scientifique, car l’hypothèse est largement réfutée par de nombreuses études rigoureusement menées dans le monde entier. En 2004, l’Institute of Medicine déclare alors que la littérature scientifique a su démontrer de manière convaincante l’absence de lien causal entre le vaccin ROR et l’autisme. Mais comment expliquer que cette controverse ait occupé tant d’espace dans la sphère publique malgré le consensus scientifique ? Une partie de la réponse, nous dit l’auteure, se trouve dans l’importante médiatisation de cette hypothèse de travail.

4Le troisième chapitre propose par conséquent un deuxième angle d’observation : celui des journalistes. Deux jours avant la publication de son article dans The Lancet en 1998, Wakefield convie les médias à une conférence de presse pour diffuser au public ses conclusions, que les journalistes médiatiseront largement dans les années suivantes. Si le rôle des journalistes est de présenter des informations impartiales et équilibrées aux citoyens, lorsqu’il s’agit de sujets scientifiques et complexes, cette quête d’équilibre peut alors avoir des conséquences indésirables. Dans le cas de « l’hypothèse Wakefield », les journalistes ont ainsi, dans les années qui suivirent la publication de l’étude, cherché à présenter les deux côtés de la controverse, même lorsque la communauté scientifique s’était accordée sur une position dominante. Cette pratique journalistique visant à donner une voix égale à chacun des points de vue a donc eu pour effet de surexposer médiatiquement « l’hypothèse Wakefield ». En donnant l’impression que le débat scientifique était toujours en cours, les journalistes ont involontairement contribué à renforcer des croyances erronées et à semer la confusion dans l’esprit des citoyens.

5Un troisième angle d’observation est alors proposé par Romy Sauvayre dans le quatrième chapitre : celui des citoyens. L’auteure y démontre de façon convaincante, chiffres à l’appui, les liens entre la forte couverture médiatique de la controverse et la baisse de la couverture vaccinale en Grande-Bretagne. Elle passe en revue plusieurs raisons expliquant la défiance vaccinale, notamment la perception du risque, la faible littératie scientifique, et la perte de confiance envers la science et les décideurs. En effet, la perception du risque joue un rôle clé dans la défiance vaccinale. Or les médias couvrent généralement de manière intensive les rares mais graves complications ou possibles complications liées aux vaccins, ce qui amplifie la perception du risque chez les citoyens et suscite des craintes et des inquiétudes injustifiées. Ainsi, se faire vacciner peut être perçu comme plus risqué que de contracter la maladie, et une baisse de la couverture vaccinale s’ensuit. De plus, la littératie scientifique, c’est-à-dire la compréhension des concepts scientifiques et du fonctionnement de la recherche, joue un rôle important dans le choix de se faire vacciner. Lorsque les citoyens ne disposent pas des compétences nécessaires pour évaluer les preuves scientifiques de manière critique, ils sont susceptibles de se fier à des sources d’information moins fiables ou à des anecdotes personnelles plutôt qu’à des données probantes. Et à cela s’ajoute enfin que la perte de confiance envers la science et les décideurs politiques est également un facteur clé de la défiance vaccinale. Les controverses antérieures et les erreurs du passé peuvent ébranler la confiance des citoyens envers les gouvernements et les institutions scientifiques. Ce faisant, les citoyens sont plus susceptibles de remettre en question les recommandations vaccinales et d’adopter une attitude de méfiance envers les experts et les décideurs politiques, ce qui les amène à rejeter les vaccins.

6In fine, le cinquième et dernier chapitre du livre propose de revisiter l’histoire au présent. L’auteure y effectue des parallèles évocateurs entre « l’hypothèse Wakefield » et le « protocole Raoult ». Ce protocole, proposé en 2020 par le professeur Raoult, soutient qu’une utilisation de l’hydroxychloroquine serait bénéfique dans le traitement de la Covid-19. Publiée dans la prestigieuse revue The Lancet, l’étude du professeur Raoult attire alors rapidement l’attention des médias. Les journalistes présentent ce protocole comme une percée prometteuse dans le traitement de la Covid-19, ce qui suscite des espoirs et des attentes élevées chez les citoyens. Cependant, peu de temps après la publication de l’étude, d’autres chercheurs conduisent de nouvelles études indépendantes et rigoureuses, et les résultats du professeur Raoult ne peuvent être reproduits de manière fiable. Les conclusions du « protocole Raoult » sont donc réfutées, et des préoccupations quant à la qualité méthodologique de l’étude originale sont soulevées, comme ce fut le cas avec « l’hypothèse Wakefield ». Ainsi, la surmédiatisation de l’étude de Didier Raoult a eu des conséquences similaires à celles observées lors de la controverse du vaccin ROR. Elle a semé la confusion chez les citoyens et alimenté une défiance à l’égard des recommandations scientifiques et gouvernementales, quand bien même elles étaient basées quant à elles sur des évaluations plus rigoureuses.

7En conclusion, l’auteure nous laisse alors sur d’intéressantes réflexions quant à l’articulation des rôles et responsabilités des trois figures de son triptyque (le journaliste, le scientifique et le citoyen) vis-à-vis de la communication scientifique. Les scientifiques sont responsables de la rigueur méthodologique de leurs études, ils doivent suivre des normes éthiques strictes, mais aussi communiquer clairement les limites et les incertitudes associées à leurs résultats. Les journalistes ont pour rôle de présenter des perspectives plurielles et de fournir des informations équilibrées sur des sujets d’intérêt public, mais lorsque la prépondérance des preuves scientifiques est claire, nul ne peut justifier la présentation de différents points de vue de manière équilibrée. Les citoyens, quant à eux, sont en position de s’informer et de poser des questions, mais ils doivent aborder les informations avec un esprit critique et en se référant à des sources fiables. Par sa focale, cet ouvrage constitue donc non seulement un appel à la prudence, mais aussi et surtout une invitation à réfléchir à une meilleure collaboration entre les scientifiques, les journalistes et les citoyens, ceci pour promouvoir une diffusion plus responsable de l’information scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Lalande, « Romy Sauvayre, Le journaliste, le scientifique et le citoyen. Sociologie de la diffusion de la défiance vaccinale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 juillet 2023, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/61827 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.61827

Haut de page

Rédacteur

Justine Lalande

Candidate au doctorat en communication sociale et publique à l’Université du Québec à Montréal.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search