Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Catherine Négroni, Marc Bessin (d...

Catherine Négroni, Marc Bessin (dir.), Parcours de vie. Logiques individuelles, collectives et institutionnelles

Estelle Filipe
Parcours de vie
Catherine Négroni, Marc Bessin (dir.), Parcours de vie. Logiques individuelles, collectives et institutionnelles, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Le regard sociologique », 2022, 284 p., ISBN : 978-2-7574-3772-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cain Léonard D., « Life course and social structure », in Robert E. L. Faris (dir.), Handbook of mo (...)
  • 2 Elder Glen H., Children of the great depression, Chicago, University of Chicago Press, 1999 [1974].
  • 3 Voir en particulier Weymann Ansgar et Heinz Walter R. (dir.), Society and biography : interrelation (...)

1L’ouvrage collectif dirigé par Marc Bessin et Catherine Négroni fait suite à un colloque organisé en 2017 par plusieurs réseaux thématiques de l’Association française de sociologie. Il vise à faire un panorama de l’usage de la notion polysémique de parcours de vie, comprise comme paradigme scientifique multidisciplinaire, comme outil méthodologique ou comme cadre analytique dans les travaux en sciences sociales et dans la sphère des politiques publiques. Apparue dès les années 1960 aux États-Unis en psychologie et en démographie, la notion est appropriée ensuite par les sociologues avec les ouvrages fondateurs de Léonard D. Cain1 et Glen Elder2. Si la sociologie des parcours de vie se développe alors dans les années 1980, c’est depuis une vingtaine d’années qu’elle connait un essor grandissant en France. Elle s’appuie notamment sur l’héritage de l’École de Brême, qui appréhende les parcours de vie à travers les structures sociales, en prenant en compte notamment le rôle de l’État3. Dans cette lignée, se développeront les notions déterminantes de bifurcation, qui fait entrer dans l’analyse les ruptures biographiques caractérisées par un changement brutal et imprévisible, et d’institutionnalisation, qui permet de comprendre la structuration des trajectoires individuelles en lien avec les institutions et leurs transformations. Cette approche féconde en sociologie permet de penser au-delà de la tension entre individualisation et institutionnalisation des parcours, d’analyser l’existence des individus de manière temporelle et processuelle et enfin d’articuler plusieurs niveaux d’analyses (macro-, méso-, et microsociologiques). À travers diverses contributions, cet ouvrage met en évidence différents moyens de mobiliser le parcours de vie en combinant approche théorique et travaux empiriques.

2La première partie de l’ouvrage met l’accent sur l’aspect théorique de la notion de parcours de vie en questionnant le rapport à la temporalité dans différentes sphères sociales et les tensions entre institutions et individus, thématique ancrée de longue date dans la sociologie. La contribution de Philippe Cardon apporte des éléments de compréhension quant aux tensions récurrentes entre effets macro- et microsociaux dans les parcours. Pour cela, il propose de penser les parcours de vie en lien avec les contextes sociaux par le biais des approches individualistes ou relationnalistes. Le modèle analytique individualiste repose sur la primauté de l’expérience individuelle et la manière dont elle est traversée par les différents mondes sociaux. Le modèle relationnaliste, moins utilisé dans la sociologie contemporaine, déplace la focale en utilisant le parcours de vie comme un outil qui participe à produire et institutionnaliser les mondes sociaux. À partir de l’outil méthodologique du récit de vie qui consiste pour les individus à reconstruire de manière réflexive leurs parcours, il explique que les deux approches analytiques peuvent être complémentaires même si elles ne construisent pas les objets de recherche de la même manière. Le chapitre écrit par Michel Grossetti nous invite à penser le parcours non plus par les échelles d’analyse, mais par les diverses sphères d’activité qu’un individu rencontre au fil du temps : celles du travail, de l’école, des relations amicales, de la santé, etc. Penser le parcours social à travers les sphères d’activités, les « champs » chez Pierre Bourdieu ou les « mondes » chez Howard Becker, permet alors de considérer l’individu dans un enchevêtrement de sphères. Un changement imprévisible dans le parcours pourrait ainsi avoir des effets sur la sphère en question ou en « contaminer » d’autres, ce qui permet d’évaluer l’importance de ce changement sur le plan des parcours de vie.

  • 4 L’« horloge sociale » correspond à la conformité d’un individu aux normes d’âge dominantes et aux t (...)
  • 5 L’analyse repose sur le traitement statistique du module sur le genre de l’enquête quantitative Int (...)

3La deuxième partie de l’ouvrage présente plusieurs travaux empiriques qui appliquent le cadre conceptuel du parcours de vie. Claire Bidart et Emmanuelle Santelli expliquent d’abord comment le parcours de vie est façonné par des enjeux structurels, locaux et individuels. Dans son « panel de Caen », une enquête qualitative longitudinale qui documente les débuts de carrière professionnelle de jeunes, Claire Bidart montre qu’entre le projet professionnel d’un individu et la réalisation du dit-projet s’exercent différentes contraintes, à plusieurs niveaux : à l’échelle macrosociale (selon l’apparition ou le changement dans la législation), à l’échelle mésosociale (selon l’évolution du marché du travail) et à l’échelle microsociale (selon par exemple la mutation du ou de la conjoint·e, l’accompagnement d’un parent vieillissant, etc.). Emmanuelle Santelli analyse quant à elle les parcours conjugaux des descendant·es d’immigré·es maghrébin·es à travers des logiques d’interdépendance qui sont à la fois contraignantes (par l’imposition des normes et valeurs de la famille et de la communauté) mais aussi vectrices d’agency (par la possibilité de choisir son ou sa conjoint·e, de s’écarter de certains modèles conjugaux). Les dynamiques temporelles sont également au cœur de l’analyse, en particulier l’effet de la dimension intergénérationnelle – pas abordée jusqu’ici – sur les parcours, celle-ci conditionnant les normes d’endogamie au sein des familles maghrébines. Le chapitre d’Hugo Bréant et d’Élise Lemercier porte sur l’effet des institutions et des ressources individuelles dans les parcours singuliers de deux jeunes femmes comoriennes et leurs difficultés d’accès à la scolarité. Cette contribution est particulièrement convaincante puisqu’elle expose deux éléments de compréhension du parcours : le premier repose sur les obstacles administratifs qui conduisent les enquêtées à ne pas pouvoir continuer leurs apprentissages, le deuxième sur la manière dont ces personnes ont développé des connaissances et compétences par le biais de l’école (coranique et publique) et de la famille qui leur permettent d’acquérir une certaine stabilité. On comprend ainsi leurs parcours et les inégalités produites par la manière dont les personnes « sont saisies et se saisissent des institutions » (p. 132). La vulnérabilité des parcours observables dans ce chapitre ou celle des Mompreneurs et de leurs déclassements professionnels étudiées par Julie Landour pourrait être mise en perspective avec le concept éclairant de « normes déroutantes » proposé par Eric D. Widmer et Dario Spini. Ces derniers montrent que les parcours sont dépendants d’attentes normatives (concernant l’entrée dans l’emploi, la mise en couple, etc.), qui pourraient s’apparenter à une « horloge sociale »4, et dont le respect impliquerait des conséquences négatives, notamment celles de vulnérabiliser les individus. Si pendant longtemps le décalage des individus par rapport à l’ordre des transitions de vie et aux normes d’âge était associé à une « influence négative des chances de vie » (p. 149), cette contribution montre que l’adéquation à ces normes peut avoir tendance à vulnérabiliser les parcours sur le temps long et à la suite d’un changement de situation. Le cas de la division genrée du travail domestique et professionnel en est un exemple : les normes de mise en couple hétérosexuel fonctionnent de manière « optimale » jusqu’à la séparation ou le divorce lors duquel les femmes perdent la majeure partie de leurs ressources5. Ce concept repose sur l’appréhension dans le temps des risques potentiels liés à la conformité des individus aux normes sociales.

4La dernière partie de l’ouvrage porte sur les effets des politiques publiques sur les trajectoires professionnelles et sur le mode d’appréhension (et d’instrumentalisation) de la notion de parcours par l’action publique. Les chapitres de Bénédicte Zimmermann et de Catherine Négroni mettent tous deux en évidence les tensions liées au changement de paradigme dans les politiques sociales de l’emploi. Bénédicte Zimmermann s’attarde particulièrement sur le glissement « de la sécurité de l’emploi vers la sécurisation des parcours » (p. 191) dans les politiques publiques, qui entraîne une responsabilisation accrue des individus au détriment d’une logique collective de mutualisation. De son côté, Catherine Négroni montre comment la « sécurisation des parcours » suppose l’autonomie des acteur·rices, cette dernière ayant des coûts personnels et sociaux forts pour les individus les moins dotés. Séverine Marguin propose finalement, dans une contribution originale, de faire dialoguer la théorie (déterministe) des champs de Pierre Bourdieu et l’approche (individualiste) par les capacités d’Amartya Sen. Elle montre comment les parcours professionnels d’artistes plasticien·nes en collectif se comprennent en combinant les niveaux d’analyse afin de « mieux répondre au problème de discontinuité entre individu et collectif, entre aspirations et opportunités individuelles » (p. 252). Si l’articulation en pratique des deux théories semble complexe, la théorie des champs permet à l’autrice de décrypter les « mécanismes d’incorporation […] et d’appropriation des règles de l’art » (p. 241) et celle des capacités rend explicables les choix, les bifurcations, les ressources qui façonnent les parcours des artistes, en prenant en compte ce qui fait sens pour eux et elles-mêmes.

5 En définitive, cet ouvrage positionne le parcours de vie comme un cadre conceptuel et analytique incontournable et heuristique pour la sociologie. La richesse de l’ouvrage est portée par les multiples regards des contributions qui apportent des bases théoriques solides et placent au cœur du propos l’aspect biographique et l’analyse multiniveau. L’ouvrage permettra aux personnes intéressées de mobiliser ce paradigme dans le cadre de leurs recherches, ou de rester critique quant à la mobilisation fréquente du « parcours » par les politiques publiques (en lien avec le concept ambigu d’« autonomie »). Ces réflexions pourront en particulier être enrichies par des questionnements plus spécifiques sur les méthodes (en particulier quantitatives) adaptées à l’analyse des parcours, dimension très peu abordée dans l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Cain Léonard D., « Life course and social structure », in Robert E. L. Faris (dir.), Handbook of modern sociology, Chicago, Rand McNally, 1964, p. 272-309.

2 Elder Glen H., Children of the great depression, Chicago, University of Chicago Press, 1999 [1974].

3 Voir en particulier Weymann Ansgar et Heinz Walter R. (dir.), Society and biography : interrelationships between social structure, institutions and the life course, Weinheim, Deutscher Studien Verlag, 1996. Heinz Walter R. et Marshall Victor (dir.), Social Dynamics of the Life Course : Transitions, Institutions, and Interrelations, New York, Aldine de Gruyter, 2003.

4 L’« horloge sociale » correspond à la conformité d’un individu aux normes d’âge dominantes et aux transitions de vie qu’elles impliquent.

5 L’analyse repose sur le traitement statistique du module sur le genre de l’enquête quantitative International Social Survey Programme de 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Filipe, « Catherine Négroni, Marc Bessin (dir.), Parcours de vie. Logiques individuelles, collectives et institutionnelles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 26 juillet 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/61847 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.61847

Haut de page

Rédacteur

Estelle Filipe

Doctorante en sociologie à l’EHESS, membre du Centre d’étude des mouvements sociaux (Cems).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search