Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Teva Meyer, Géopolitique du nuclé...

Teva Meyer, Géopolitique du nucléaire

Antoine Schiano di Lombo
Géopolitique du nucléaire
Teva Meyer, Géopolitique du nucléaire. Pouvoir et puissance d'une industrie duale, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. « Géopolitique », 2023, 184 p., ISBN : 979-10-318-0560-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il faut en moyenne 20 tonnes de combustible par an pour faire fonctionner une centrale nucléaire (s (...)

1Le livre de Teva Meyer propose une approche de l’énergie nucléaire à partir de ses spatialités. Son postulat est de sortir du paradigme du « nucléaire a-spatial » (p. 17) qui fait de l’atome une source d’énergie infinie et sans contrainte, ceci pour réinscrire au contraire le récit du nucléaire dans des espaces concrets. C’est par conséquent l’ensemble du cycle de la production qui est décrit, son fonctionnement et les conflits qui peuvent survenir au cours de celui-ci. En effet, bien que les quantités de combustibles nécessaires pour alimenter une centrale nucléaire soient dérisoires par rapport à d’autres sources d’énergie comme le charbon1, l’origine géographique du minerai n’est pas la même et pose des enjeux spécifiques.

2Ce faisant, la première partie commence par s’intéresser à la matière même qui rend l’énergie nucléaire possible, à savoir l’uranium. Sur 53 pays où des ressources nucléaires sont disponibles, 19 sont dans l’OCDE, ce qui assure a priori une sécurité d’approvisionnement. C’est ainsi que cette « heureuse géographie » (p. 25) propre aux gisements apparaît comme un premier élément justifiant l’idée que, par le nucléaire, on s’affranchit des contraintes d’approvisionnement. Cependant, les dynamiques du marché de l’uranium aboutissent à la concentration des gisements effectivement exploités. Disposer de gisements est un atout géopolitique majeur, car cela permet de tisser des liens diplomatiques assurant le commerce de l’uranium, mais disposer de ressources ne suffit pas, et les choix en matière de politique d’exportation sont aussi à prendre en considération. Dans ce registre, l’Australie fait de ses gisements d’uranium une stratégie de puissance, en choisissant de restreindre volontairement les pays vers lesquels la ressource est exportée. Ceci lui permet d’une part d’apparaître comme une « puissance responsable » (p. 29) face aux enjeux de prolifération nucléaire, d’autre part d’envoyer des signaux diplomatiques en refusant toute exportation vers la Russie à compter de l’annexion de la Crimée en 2014.

  • 2 L’enrichissement de l’uranium consiste à augmenter la part d’isotope fissile (uranium 235). À l’éta (...)
  • 3 Gabrielle Hecht, The Radiance of France. Nuclear Power and National Identity after World War II, Ca (...)

3Dans la suite du cycle de l’uranium, une fois le minerai détenu, encore faut-il le purifier, l’enrichir2 et enfin l’assembler pour le rendre utilisable. La Russie occupe, dans cette géographie, une place importante, disposant d’un avantage technologique (par la maîtrise de la technique de la centrifugation) et faisant preuve de volontarisme politique. Il existe donc une forte dépendance à la Russie, qui a conduit à certains scandales, comme la révélation qu’en pleine guerre en Ukraine, des avions russes étaient autorisés à entrer en Europe pour assurer l’approvisionnement en uranium enrichi. Depuis 2014, pour tenter de limiter la dépendance à un seul État, l’Union européenne a par conséquent établi une stratégie pour sécuriser son approvisionnement en uranium enrichi (European Energy Security Strategy), obligeant les États à dépendre d’au moins deux fournisseurs différents. Au-delà de l’importance de l’approvisionnement en uranium, la filière nucléaire nécessite aussi des matériaux spécifiques à son fonctionnement, et notamment des métaux capables de résister à la très forte chaleur produite, en particulier le zirconium. L’étude de l’approvisionnement des différentes ressources nécessaires au bon fonctionnement d’une filière nucléaire conduit alors Teva Meyer à revenir sur les discours politiques qui font de l’énergie nucléaire une source d’énergie indépendante et assurant la souveraineté énergétique d’un État. Sa description des enjeux d’approvisionnement montre bien que les termes d’« indépendance » et de « souveraineté » sont davantage des catégories mobilisées par les acteurs institutionnels pour promouvoir le nucléaire que des concepts pertinents pour décrire cette filière énergétique. Si cela s’explique en France par le lien intrinsèque qui unit énergie nucléaire et identité nationale3, dans des pays comme l’Allemagne ce lien est totalement inexistant. « L’association entre “nucléaire” et “indépendance” n’a donc rien de naturel. Elle se construit en fonction des contextes historiques et des représentations spatiales qui structurent les systèmes énergétiques dans chaque pays. La catégorisation des flux du nucléaire comme assurant l’indépendance ou non relève alors d’abord de stratégies d’acteurs dans les controverses sur l’élaboration des mix énergétiques » (p. 75).

4Une fois l’uranium enrichi, les centrales peuvent fonctionner. Mais la spatialité de ces centrales est aussi un vecteur de tensions. Comme l’écrit Teva Meyer, chacune apparaît comme une « petite ambassade à l’étranger » (p. 91). En effet, les partenariats que concluent les États pour la construction des centrales tissent des liens diplomatiques à long terme. Ainsi, la position des centrales est une question fondamentale. Elle peut être à l’origine d’alliances diplomatiques de circonstance, comme dans le cas de la centrale de Fessenheim, au carrefour de la France, de l’Allemagne et de la Suisse. Mais elle peut aussi faire l’objet de tensions, comme avec la centrale tchèque de Temelín située à 80 km de la frontière avec l’Autriche, État menant une politique fondamentalement anti-nucléaire. Plus récemment, la guerre en Ukraine a révélé que les centrales nucléaires pouvaient devenir un enjeu militaire, même si le droit international (article 56 de la Convention de Genève) interdit les attaques sur celles-ci, permettant de renouveler la question de la dissuasion au niveau des infrastructures civiles.

  • 4 Sur cette piste, qui a fait l’objet ces dernières années de travaux académiques remettant en cause (...)

5Dans un dernier chapitre, Teva Meyer s’intéresse plus spécifiquement à l’usage militaire de l’énergie nucléaire, en dressant un panorama des différentes pensées stratégiques associées à l’arme atomique. Depuis le Traité de non-prolifération des armes nucléaires signé en 1968, la question de la non-prolifération est au cœur de la diplomatie relative aux armes atomiques, et ce traité constitue le socle du droit international en la matière. Or de nouvelles limites à ce traité apparaissent dès les années 1990, avec l’intensification du processus de mondialisation, et notamment la mise en place de réseaux clandestins qui suivent la géographie du crime organisé, assurant une prolifération et permettant à la Corée du Nord et au Pakistan de développer des programmes nucléaires. Ce chapitre montre alors que « les projections pessimistes qui voyaient, comme John F. Kennedy en 1963, “15, 20, 25 puissances nucléaires” dans les années 1970, se sont fort heureusement prouvées fausses » (p. 139). Ceci étant, la réflexion n’y est pas poussée au point de questionner la pertinence de cette peur de la prolifération4.

6Géopolitique du nucléaire constitue une synthèse riche du fonctionnement de la filière nucléaire, permettant de parcourir de nombreux enjeux qui sont aujourd’hui au cœur du débat public, tant sur les questions d’approvisionnement énergétique que sur le changement climatique. Teva Meyer exploite judicieusement ces problématiques, et son livre fournit aux lecteurs de nombreuses clés de compréhension des débats contemporains.

Haut de page

Notes

1 Il faut en moyenne 20 tonnes de combustible par an pour faire fonctionner une centrale nucléaire (soit 200 tonnes d’uranium naturel, du fait des pertes lors du processus d’enrichissement) contre 3 millions de tonnes de houille pour produire la même quantité d’énergie avec une centrale à charbon.

2 L’enrichissement de l’uranium consiste à augmenter la part d’isotope fissile (uranium 235). À l’état naturel, il y a en moyenne 0,7% d’isotopes d’uranium 235, et cette proportion doit être augmentée à 5% pour que l’uranium puisse servir de combustible, et à 90% pour fabriquer une bombe atomique.

3 Gabrielle Hecht, The Radiance of France. Nuclear Power and National Identity after World War II, Cambridge, MIT Press, 1998.

4 Sur cette piste, qui a fait l’objet ces dernières années de travaux académiques remettant en cause la réalité effective du « paradigme de la prolifération », se référer à Benoît Pélopidas, Repenser les choix nucléaires. La séduction de l’impossible, Paris, Presses de Sciences Po, 2021 ; compte rendu de Ali Choukroun pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.55258.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Schiano di Lombo, « Teva Meyer, Géopolitique du nucléaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 août 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/61865 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.61865

Haut de page

Rédacteur

Antoine Schiano di Lombo

Étudiant en master de sociologie contemporaine à l’ENS Paris-Saclay.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search