Navigation – Plan du site

Politiques impérialistes. Genèses et structures de l'Etat colonial

Igor Martinache
Politiques impérialistes
« Politiques impérialistes. Genèses et structures de l'Etat colonial », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 171-172, 2008, Seuil, EAN : 9782020973694.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf l'ouvrage de Romain Bertrand, Mémoires d'empire. La controverse autour du fait colonial, édition (...)
  • 2 Harvard University Press, 2000, trad.fr. Exils, 2000

1Alors que les politiques impérialistes et le « fait colonial » semblaient avoir disparu du débat public pendant les années 1990, elles y sont revenues avec fracas au cours des dernières années. L'invasion de l'Afghanistan et de l'Irak ne sont sans doute pas étrangères à ce regain d'intérêt, de même que la loi du 23 février 2005 dans le contexte français 1. Dans la sphère intellectuelle, c'est ainsi l'ouvrage de Michael Hardt et Toni Negri, Empire 2, qui a introduit le débat autour de cette notion. Pour ces deux auteurs, comme le rappelle George Steinmetz dans son introduction à ce numéro, l'« Empire » aurait en effet totalement rompu avec sa traditionnelle définition en termes d'Etat-nation et de conquêtes militaires. Il adopterait désormais la forme d'un système capitaliste global en réseau dénué de centre. Hardt et Negri radicalisent de ce fait le concept d'impérialisme tel qu'il avait été développé au début du XXème siècle par Lénine et Rosa Luxembourg. Reste que l'affrontement reste vif aux Etats-Unis entre les partisans de cette vision d'un « impérialisme du libre-échange », et ceux qui défendent au contraire une occupation militaire de long-terme de type colonial. L'autre terrain de polémique est constitué par l'irruption partout -ou presque- et pas seulement en France, du passé colonial dans l'élaboration des politiques publiques. Le gouvernement allemand a ainsi présenté des excuses officielles aux descendants des Herreros en Namibie, victime d'une campagne d'extermination particulièrement brutale entre 1904 et 1907, tandis que Gordon Brown insistait l'année suivante sur la fin du temps de repentance. Quant au cas français, il suffit d'évoquer les réactions suscitées par le discours prononcé à Dakar le 26 juillet 2007 par Nicolas Sarkozy... Ces deux évolutions invitent donc à repenser les notions d'impérialisme et de colonialisme, ce que les contributions du présent numéro des Actes de la Recherche en Sciences Sociales s'attachent à effectuer, chacune à leur manière.

  • 3 Mais dont les recettes n'ont pas été suivies par les pays riches eux-mêmes comme le remarque Michae (...)
  • 4 Cf notamment Three Trillion Dollar War: The True Cost of the Iraq Conflict, de Jospeh Stiglitz et L (...)

2Michael Mann propose tout d'abord une typologie des formes de domination des centres sur les périphéries, dont les idéaux-types sont rangés par degré de contrainte décroissant. Il distingue ainsi l'empire direct, où a eu lieu une annexion politique des territoires périphériques par l'Etat central, l'empire indirect, où les Etats périphériques conservent une marge d'autonomie et de négociation, l'empire informel - qui peut être instauré par une intervention militaire directe ou « par procuration » (c'est-à-dire par l'intermédiaire d'un tyran local contrôlé par le centre), l'impérialisme économique, dans lequel la coercition n'est pas militaire mais économique (comme celle que la Grande-Bretagne a pu exercer sur l'Argentine à la fin du XIXème siècle), et enfin l'hégémonie, au sens d'Antonio Gramsci d'un pouvoir routinisé, ne nécessitant que peu de contrainte et étant ainsi le seul à ne pas être réellement impérialiste. Une fois cette typologie détaillée, Michael Mann s'intéresse au cas de la domination étasunienne depuis la fin de la Seconde guerre mondiale pour montrer comment celle-ci a pu revêtir une grande variabilité de formes selon le temps et l'espace, de la « diplomatie du dollar » hégémonique des décennies 1950-1960 à un « empire informel instauré par domination militaire » aujourd'hui, en passant par un nouvel impérialisme économique déployé entre 1970 et 1995 dont les programmes d'ajustement structurel imposés aux pays en voie de développement par le FMI et la Banque Mondiale 3 ont constitué l'instrument exemplaire. Impulsés respectivement par les deux tendances dominantes mais concurrentes du parti Républicain, les deux impérialismes -militaire et économique- ne se sont cependant pas renforcées l'une l'autre observe finalement l'auteur. Tandis que le second exprimerait un « opportunisme rusé et intéressé », le premier serait au contraire « le reflet d'une folie idéologique et autodestructrice ». Et le coût de cette « irrationalité », à force de gonfler la dette économique des Etats-Unis devrait finir par désarmer la « diplomatie du dollar » 4.

3Dans leur contribution, Yves Dezalay et Bryant Garth adoptent une échelle plus fine pour analyser le droit colonial. Ils s'intéressent ainsi aux stratégies de « double-jeu » que déploient les agents du champ juridique, défini comme une « bourse symbolique où s'échangent et s'amalgament les différentes espèces de capitaux - d'origine familiale, scolaire ou politique- sur lesquels reposent l'autorité du droit et la crédibilité de ses agents comme intermédiaires dans les conflits d'intérêt sciaux ou natinaux ». A travers l'exemple des Philippines et de l'Indonésie, les deux auteurs retracent ainsi la trajectoire de quelques-uns des plus représentatifs des membres de la « petite oligarchie professionnelle » des juristes nationaux dans ces deux pays pour montrer comment ceux-ci ont pu contribuer à renforcer un « impérialisme moral » exercé par les anciens colonisateurs, en prenant notamment le visage paradoxal de « croisages morales » contre les régimes autoritaires qui ont suivi l'indépendance.

4Daniel P.S. Goh défend également à sa manière la nécessité d'adopter une perspective plus fine dans l'analyse des politiques impérialistes. Dans son article, il vient ainsi remettre en cause le schématisme de l'approche néo-weberienne développée notamment par Atul Kohli, qui s'apparente à un modèle du choix rationnel à l'échelle de l'Etat colonisateur. Celle-ci néglige non seulement la dimension culturelle des politiques coloniales, ainsi que la résistance indigène, définie comme « les stratégies générales et les tactiques quotidiennes développées par les communautés autochtones pour s'opposer, défier et résister à l'intrusion coloniale dans leur vie politique, économique et culturelle ». Un facteur essentiel à prendre en compte selon Daniel Goh, dans la mesure où il amène à considérer les interactions entre ces pratiques et la formation de l'Etat colonial. Seul celui-ci permet ainsi de comprendre pourquoi cette dernière a pu emprunter des trajectoires inversées en Malaisie « britannique » et aux Philippines « américaines » à partir respectivement des années 1895 et 1898 - évoluant d'un protectionnisme « patrimonial » vers une administration directe et centralisée dans le premier cas, et d'une administration directe vers un Commonwealth « néo-patrimonial » où le pouvoir est exercé par des élites « métisses » dans le second.

5Le dossier comprend ensuite un article de W.E.B. Du Bois intitulé « Les origines africaines de la guerre » publié initialement dans The Atlantic Monthly en mai 1915 dont le contenu présente une actualité surprenante. Le sociologue américain y explique en effet comment, selon lui, l'exploitation coloniale est l'envers obligé du processus de démocratisation à l'oeuvre dans les pays industrialisés. Faute de pouvoir continuer à exploiter les « travailleurs blancs », il fallait en effet trouver une nouvelle main-d'oeuvre à partir de laquelle extraire une plus-value pourrait-on résumer. Dans les mots de Du Bois, cela donne « on a exigé de l'homme blanc qu'il partage les bénéfices résultants de l'exploitation des « chinetoques et des nègres » ». Parmi les résonances très actuelles de ce texte, on peut ainsi lire des passages comme celui-ci : « les jalousies et les ressentiments haineux ne cessent de se cristalliser autour de la barrière de couleur. Nous devons lutter contre contre les Chinois, disent les ouvriers, ou bien les Chinois nous prendront nos moyens de subsistance. Nous devons faire en sorte que les Nègres restent à leur place, ou bien ils nous prendront notre travail ». A la nuance près que de tels discours sont largement médiatisés par certains politiciens...

6Roland Lardinois dans sa contribution étudie l'émergence de l'Etat colonial en Inde - pays dont il est spécialiste- entre 1760 et 1810. Il montre ainsi comment les enjeux de pouvoir se cristallisent autour de l'East India Company, bien qu'ils doivent être analysés à partir des différents groupes d'intérêt en présence. Loin de constituer une courroie d'exercice monolithique de domination de la couronne britannique, la compagnie doit ainsi être envisagée comme un champ de lutte entre les pôles civil et militaire en son sein. Les nombreux scandales entâchant la gestion des dirigeants de la compagnie ont ainsi affaibli leur autonomie vis-à-vis du pouvoir politique de la métropole dès la décennie 1760, ce qui s'est traduit notamment par le Regulating Act de 1773 instituant un gouverneur général de l'Inde ainsi qu'une Cour Suprème à Calcutta dont les membres sont nommés par la métropole, puis par l'India Act de 1784 par lequel l'Etat impose la création d'un Board of Control qu'il peut contrôler au sein de la compagnie. Cet affaiblissement progressif de l'East India Company va finalement ouvrir la voie à un triomphe du libre-échange, défendu par certains hommes politiques et surtout par le groupe des marchands, et la compagnie sera dissolue en 1858, l'année où est proclamé l'Empire des Indes. Roland Lardinois insiste également sur le rôle essentiel joué par l'essor du mouvement missionaire protestant dans cette « victoire » du libéralisme économique.

7La nécessité d'adopter une échelle fine - celle de la « situation de contact »-, ainsi que le point de vue des colonisés, est également défendue par Romain Bertrand dans sa contribution. Celui-ci développe ainsi, dans le cas de la « rencontre impériale » entre les marchands néerlandais et les aristocrates javanais (les pryiayi) au XVIIème siècle, comment ces derniers ont reporté sur les premiers la « guerre morale » qu'ils menaient contre les marchands de leur propre sultanat (les suddagar), commanditant notamment aux poètes de cour (pujangga) des textes dévalorisant le commerce. Ainsi, les représentants de la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales (VOC) ne se sont-ils pas nécessairement rendu compte à quel point le langage du négoce et du profit qu'ils employaient vis-à-vis de leurs interlocuteurs les faisaient apparaître à leurs yeux comme des gens « inconvenants », autrement dit incultes et grossiers. Un renversement de perspective qui, outre son caractère ironique, rappelle également à travers cet article que « l'Etat n'est pas arrivé en Asie du Sud-Est dans les malles du colonisateur : à l'aube de la rencontre impériale, la puissance et la splendeur étaient du côté des sultanats malais d'Aceh, de Johore et de Malacca, du royaume de Mataram, ou de l'empire birman de Bagan, et non de celui des réseaux de comptoir faiblement militarisés des Européens ».

8George Steinmetz conclut enfin ce dossier en proposant le concept de « champ de l'Etat colonial », en partant des situations très contrastées des colonies allemandes en Afrique du Sud-Ouest, au Qingdao et au Samoa. La puissance colonisatrice s'est en effet comporté de manières très contrastées dans ces trois territoires - génocide des Ovaherero et des Witbooi dans le premier cas, reconnaissance des indigènes dans le deuxième et promotion de l'échange interculturel après une période d'apartheid dans le troisième-, ce que les théories marxistes ou postcoloniales ne peuvent suffire à expliquer. Il s'agit alors selon l'auteur de considérer l'Etat colonial comme un « champ semi-autonome disposant de ses propres enjeux spécifiques, de ses propres formes de capital symbolique, gardiens (gatekeepers),histoire locale et illusio ou idéologie collective encourageant l'adhésion au jeu ». C'est ainsi un « capital ethnographique » qui constitue la principale ressource de ce champ où domine de ce fait la « bourgeoisie cultivée » sur les deux autres composantes de l'Etat colonial - noblesse et bourgeoisie capitaliste, l'espace socail de la colonie ne réfractant ainsi que partiellement le champ du pouvoir métropolitain. George Steinmetz montre ainsi dans chacune des trois colonies comment l'évolution des modes de domination coloniale dépend des rapports de force et des visions ethnologiques mis en oeuvre par les gouverneurs coloniaux par rapport à leurs adversaires dans leur champs respectifs (notamment le général Von Trotha, instigateur génocide en Afrique du sud-ouest, le gouverneur Solf à Samoa, et un groupe de traducteurs, savants et proto-sinologues à Qingdao). Au-delà d'une énième application spécifique de la théorie des champs bourdieusienne, cette proposition théorique de George Steinmetz permet de remarquer que chaque puissance coloniale européenne a poursuivi des politiques très différentes selon le moment et le lieu, en fonction d'enjeux locaux, mais aussi que ces colonisateurs ont ainsi pu mettre en oeuvre des politiques similaires dans les mêmes régions.

  • 5 Tel Aviv, Editions Mapa, coll. "Polis", 2005
  • 6 Comme le remarque Gisèle Sapiro, le bilan à propos de la société palestienne serait évidemment enco (...)

9Une recension par Gisèle Sapiro du Prix de l'orgueil 5, un essai de Shlomo Swirski malheureusement non traduit de l'hébreu en français, vient opportunément compléter ce dossier. L'auteur y analyse (apparemment) finement les conséquences socio-économiques de la politique israélienne dans les territoires occupés sur la société israélienne 6 pour montrer si l'occupation pouvait apparaître rationnelle d'un point de vue économique entre 1967 et 1987- favorisant notamment l'industrie et les exportations de l'Etat héreu-, elle est devenue nettement plus lourde à supporter à partir du déclenchement de la première Intifada, avec un coût politique, militaire, humain et économique qui aurait du apparaître dissuasif aux dirigeants. Ce numéro ouvre finalement plusieurs voies théoriques, elles-mêmes étayées par des études de cas approfondies, qui devraient contribuer à renouveler l'analyse des politiques impérialistes. Et en tous cas rompre avec un certain sens commun, qui consiste notamment à ne prendre en compte que l'action des seuls colonisateurs dans la trajectoire des états colonisés, et non les interactions complexes de ces derniers avec les membres des peuples colonisés. Bref, une sorte d'"impérialisme" scientifique qui nécessitait bien d'être remis en cause. C'est bien le moins que pouvait accomplir un tel numéro...

Haut de page

Notes

1 Cf l'ouvrage de Romain Bertrand, Mémoires d'empire. La controverse autour du fait colonial, éditions du Croquant, 2006

2 Harvard University Press, 2000, trad.fr. Exils, 2000

3 Mais dont les recettes n'ont pas été suivies par les pays riches eux-mêmes comme le remarque Michael Mann

4 Cf notamment Three Trillion Dollar War: The True Cost of the Iraq Conflict, de Jospeh Stiglitz et Linda Bilmes, W.W. Norton &Company, 2008, tr.fra. : Une guerre à 3000 milliards de dollars, Fayard, 2008

5 Tel Aviv, Editions Mapa, coll. "Polis", 2005

6 Comme le remarque Gisèle Sapiro, le bilan à propos de la société palestienne serait évidemment encore bien plus catastrophique

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Politiques impérialistes. Genèses et structures de l'Etat colonial », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 18 juin 2008, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/619

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page