Navigation – Plan du site

Luca Gabbiani, Pékin à l’ombre du Mandat Céleste. Vie quotidienne et gouvernement urbain sous la dynastie Qing (1644-1911)

Marie Opoczynski
Pékin à l’ombre du Mandat Céleste
Luca Gabbiani, Pékin à l’ombre du Mandat Céleste. Vie quotidienne et gouvernement urbain sous la dynastie Qing (1644-1911), EHESS, coll. « En temps & lieux », 2011, ISBN : 9782713222894.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est novateur à plus d’un titre. Le thème d’étude tout d’abord : l’histoire spécifique des villes chinoises est mal connue avant l’extrême fin du XIXème siècle, en raison de sources disponibles plus que lacunaires. Luca Gabbiana se penche ici sur l’histoire de Pékin de 1644 à 1911, période qui correspond à la décision du troisième empereur Qing, Yongle, de transférer de nouveau la capitale à Pékin (après une parenthèse où ce rôle fut dévolu à Nankin) jusqu’à la chute de l’empire. Outre le thème de l’étude, l’angle d’approche est résolument innovant. L’auteur va à l’encontre de deux idées communément admises selon lesquelles, d’une part, il n’y aurait pas eu de gouvernement urbain spécifique à Pékin sous l’empire et, d’autre part, la modernisation entreprise à l’extrême fin du XIXème serait à porter au crédit des élites provinciales et non Pékinoises. L’auteur démontre, au contraire, avec brio, que « la très haute sophistication du dispositif d’administration de la ville (…) a valu aux Pékinois des conditions de vie que leur auraient enviées les habitants de la plupart des métropoles du reste du monde » et que « le Pékin des années xinzheng (nouvelles politiques) peut être considéré comme le grand laboratoire des réformes municipales engagées alors à travers le pays » Gageons que cet ouvrage fera référence dans la poursuite des études historiques des villes Chinoises. D’autant que, fait rare qui mérite d’être souligné, sa lecture se révèle d’une grande aisance, en raison notamment d’une structuration plaisante et d’un vocabulaire riche.

2L’ouvrage comporte deux parties. Dans la première, on trouve un portrait du Pékin impérial. La ville a été gouvernée de façon fort efficace jusqu’au milieu du XIXème siècle. L’aisance financière des autorités locales devait beaucoup à la présence du souverain. « La prégnance du fait impérial sur la ville s’est manifestée (…) sur le plan de l’organisation de l’espace (…) mais aussi du point de vue du peuplement». Pékin était constitué de deux espaces murés, la ville intérieure au Nord et la ville extérieure au Sud et la superficie de l’ensemble s’élevait à environ 60 km². L’origine étrangère de la dynastie Qing, Mandchoue, explique une forte ségrégation spatiale dans la ville : la ville intérieure était peuplée essentiellement des conquérants Mandchous, les militaires Mongols s’installèrent dans la portion directement adjacente et les Chinois dans la partie restante. « Cette disposition concentrique révèle, de l’intérieur vers l’extérieur, le degré directement dégressif de considération accordé aux uns et aux autres par le système ». Quinze mille personnes vivaient dans la ville impériale en 1660, elles étaient 47.000 au début du XXème siècle. Le coup de force de l’empereur Yongle eut des répercussions énormes puisqu’il a occasionné un déplacement de plus de 400.000 personnes dans la ville. Aussi, ces fonctionnaires et militaires représentaient plus de la moitié de la population, directement soutenue par le régime. Quant aux 200.000 à 300.000 autres Pékinois, les principaux secteurs d’activité étaient la construction, les métiers de l’habillement, l’alimentation, l’artisanat, les transports. Le commerce était essentiellement dans la ville extérieure, où l’activité professionnelle était l’un des principaux critères de rassemblement. Pékin était au cœur d’un réseau d’échanges qui s’étendait au pays tout entier. Le Grand Canal était la pièce maîtresse du système d’approvisionnement en nourriture puisqu’il reliait la ville à la Chine du centre et du Sud, véritables greniers à riz du pays. Pékin disposait d’institutions spécifiquement urbaines (la gendarmerie, les censorats des cinq cantons et la préfecture métropolitaine), se distinguant des autres villes par la place qui tenait l’Etat. Répondant à l’impératif sécuritaire propre à toute minorité conquérante, la part des effectifs militaires était prépondérante en raison de l’imposante force de gendarmerie. Ce dispositif complexe où responsabilités et juridictions se chevauchaient faisait de cette ville l’une des métropoles les plus administrées de l’ère pré-moderne. Les souverains étaient soucieux de répartir les responsabilités pour éviter une concentration excessive et potentiellement dangereuse des pouvoirs. Les champs d’intervention étaient nombreux, avec notamment, la sécurité, l’entretien des infrastructures et l’assistance publique. Pékin possédait un réseau d’évacuation des eaux hautement sophistiqué. La pauvreté était un phénomène important : 12% d’indigents dans Pékin intramuros. Soupes populaires, distribution de vêtements et de médicaments, centres d’hébergement en hiver : l’assistance aux déshérités a été une préoccupation centrale des instances du gouvernement urbain de Pékin, au point de ne laisser qu’une place marginale à la philanthropie privée jusque 1850.

3Dans la deuxième partie, l’auteur retrace l’histoire du gouvernement de la ville et son évolution jusqu’à la chute du régime impérial. Les autorités pékinoises, entre le XVIIIème siècle et le milieu du XIXème siècle, sont passées par une succession de moments de mobilisation intense et d’épisodes de laisser-aller. Le décrochage financier brutal qui marqua les années 1850 prit une envergure inconnue jusqu’alors et signifia le début d’une crise dont le régime ne se releva pas. Le gouvernement urbain fut vite débordé, d’autant plus que survinrent des inondations catastrophiques. L’histoire des années 1850-1900 se confond avec l’attentisme des autorités impériales. La refonte du gouvernement de Pékin au cours de la première décennie du XXème s’est déroulée dans le cadre des « nouvelles politiques » (xinzheng) du gouvernement impérial, immense chantier de réformes lancées par l’impératrice Cixi en 1901. Cet effort sans précédent de modernisation a été interrompu par la disparition du régime en 1911-1912 mais ce sont ces réformes qui ont jeté les bases institutionnelles de la Chine du début du XXème siècle. Deux facteurs ont eu une influence décisive dans l’engagement des réformes : l’exemple nippon (et le succès de la révolution meiji) et surtout l’implication des Pékinois eux-mêmes. Le clivage entre les élites et le gouvernement se fit de plus en plus marqué. Les Pékinois organisèrent des milices privées en réaction à l’insécurité ambiante et plus de trente institutions charitables virent le jour entre 1860 et 1880. Certaines de ces initiatives furent progressivement institutionnalisées. Pékin fut conquis par une coalition de six pays (Occidentaux et Japonais) qui administra provisoirement chacun un secteur de la ville. « Le remodelage du gouvernement local et son unification sous le contrôle de la police, la nouvelle manière d’envisager l’espace urbain dont rend compte le rééquilibrage des interventions et des investissements entre les deux parties de la ville, la collaboration instaurée avec la population, sont autant de signes avant-coureurs de la  municipalisation  du gouvernement local ». « Sans ces fonctionnaires de l’ombre (…) et les organismes locaux, le grand œuvre pékinois du début du XXème siècle n’aurait pas eu le même résultat. (…) Ils réalisèrent de véritables prouesses en un temps limité et dans des conditions financières peu propices ». La réforme fut essentiellement urbaine. Les campagnes, délaissées, ont connu une augmentation sensible de la pression fiscale. De plus, la dimension locale a été prépondérante dans la modernisation chinoise jusque 1950 en raison de l’absence de relais efficace au niveau central. Les grandes villes de Chine se sont métamorphosées, mais essentiellement grâce à des initiatives locales.

4L’auteur conclut d’ailleurs l’ouvrage en ces termes « que les villes fassent à nouveau office, aujourd’hui, de laboratoires (…) de la Chine de demain n’est donc pas entièrement le fait du hasard. Il nous importe de souligner la profondeur historique du phénomène »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Opoczynski, « Luca Gabbiani, Pékin à l’ombre du Mandat Céleste. Vie quotidienne et gouvernement urbain sous la dynastie Qing (1644-1911) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 29 août 2011, consulté le 19 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6203

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page