Navigation – Plan du site

La fabrique des partis en Grande-Bretagne

Igor Martinache
La fabrique des partis en Grande-Bretagne
« La fabrique des partis en Grande-Bretagne », Politix, n° 81, 2008, De Boeck, EAN : 9782200924867.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Autrement dit la 21ème année - pour celles et ceux qui seraient fâchés avec les nombres !
  • 2 Respecivement professeur de sciences politiques à l'Université Lille 2 et maître de conférences en (...)
  • 3 The Making of the English Working Class d'E.P. Thompson, Victor Gollancz Ltd, 1963

1S'il fallait le résumer en une phrase, on pourrait dire que ce numéro de la revue Politix invite ses lecteurs à franchir les frontières. Frontières du temps d'abord, puisqu'il inaugure la troisième décennie d'existence de la « revue des sciences sociales du politique » 1. Frontières géographiques ensuite, en nous transportant au Royaume-Uni pour y étudier la socio-histoire et les formes d'organisation et de mobilisation des partis politiques. Disciplinaires enfin et surtout, car il permet de mesurer combien la distance académique est bien plus grande que sa consœur spatiale en matière d'histoire sociale du politique, comme le relèvent les coordinateurs du dossier, Frédéric Sawicki et Philippe Vervaecke 2, en introduction. Et si le dialogue entre historiens et politistes est désormais largement amorcé de ce côté-ci de la Manche, ce n'est pas encore le cas au Royaume-Uni, où la socio-histoire des organisations politiques reste encore l'apanage des historiens. Les départements de sciences politiques accordent leur priorité aux politiques publiques et aux relations internationales, et secondairement de sociologie électorale, comme si la formation et l'évolution des structures partisanes n'avaient pas un éclairage décisif à apporter sur ces sujets. Telle est pourtant l'un des enseignements qui ressort des articles qui constituent ce dossier dont l'intitulé n'est pas sans constituer un clin d'oeil à un classique de la sociologie politique 3.

  • 4 Respectivement maître de conférences en histoire politique britannique contemporaine à l'Université (...)

2La manière dont les historiens britanniques se sont appropriés les outils de la sociologie des comportements politiques fait ainsi l'objet du premier article, signé par Jon Taylor et Mike Lawrence 4. Les deux auteurs décrivent l'influence décisive du développement parallèle de la sociologie électorale aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne durant les années 1940, sous la houlette respectivement de Paul Lazarsfeld et David Butler. Dans un cas comme dans l'autre le résultat principal consista à relativiser largement l'influence des campagnes électorales dans la détermination du vote, invitant à rechercher des facteurs plus structurels du vote. Ce qui fut cependant entrepris beaucoup plus rapidement aux Etats-Unis qu'en Grande-Bretagne. Ce sont ensuite des influences aussi institutionnelles que méthodologiques qui ont amené les historiens britanniques à « absorber » les outils et objets de cette analyse des comportements électoraux, ce qui les a amené à repérer une rupture intervenant dans les années 1880 à partir desquelles la classe sociale aurait remplacé le statut comme principal déterminant des comportements politiques. Après avoir décrit en détail l'évolution de cette historiographie, les auteurs pointent finalement certains de ses manques, à commencer par une insuffisante prise en compte de la différence sexuelle.

3La transformation du jeu politique intervenue à partir des années 1880 est aussi au cœur de la contribution de Kathryn Rix, maître de conférences en histoire à l'Université de Cambridge. Celle-ci la relie cependant à une autre transformation plus spécifique et souvent négligée : la professionnalisation des agents de circonscription. Elle retrace ainsi comment ces rôles de relais des partis conservateurs et libéraux, initialement assumés de manière accessoire par des hommes de loi ont été, du fait d'évolutions législatives dans les années 1883-1884, transmis à une plus large catégorie d'agents sociaux, qui ont rapidement revendiqué leur statut de professionnels, en créant notamment leurs propres « attributs professionnels » : organisations professionnelles, examens, organes de presse, mais aussi fonds de secours. Cette constitution d'une identité socio-professionnelle est ainsi allée étroitement de pair avec des revendications en termes de statut, rémunération et conditions de travail, qui, si elles n'ont alors pas été entièrement satisfaites, n'en ont pas pour autant entravé un considérable essor de la profession avant la Première guerre mondiale. Un essor qui a joué un rôle décisif dans le maintien d'un lien entre les politiciens du centre et les citoyens locaux, permettant de ce fait l'adaptation du système politique à l'élargissement progressif du corps électoral, comme l'auteure le montre dans la dernière partie de son article.

4Un petit saut dans le temps et sur l'échiquier électoral permet de passer à l'article de Clare Griffiths, lecturer en histoire à l'Université de Sheffield. Celle-ci s'intéresse en effet au Parti travailliste entre les années 1920 et 1940. Elle y analyse également la professionnalisation de cette organisation, mais sous un angle quelque peu différent de celui adopté par Kathryn Rix, puisqu'elle examine les tensions et ambigüités entre bénévoles et professionnels au sein du parti travailliste, alors que la figure de l'agent professionnel tend précisément à s'imposer comme « organisateur » de la vie des sections locales du parti. Un phénomène que l'auteure illustre autant qu'elle l'explique en décrivant la trajectoire de l'un de ces militants en voie de professionnalisation, Herbert Drinkwater, principal et -pratiquement exclusif- rédacteur de l'organe des agents : le Labour Organizer.

  • 5 La « ligue des primevères », en allusion à la fleur préférée de Raphael Disraeli
  • 6 Parmi lesquels Randolph Churchill, père de Winston

5Retour du côté conservateur avec l'article de Philippe Vervaecke qui s'intéresse de son côté à une organisation para-partisane : la Primrose League 5. Créée en 1883 par une poignée de députés conservateurs 6, cette association organisée en sections locales dites « habitations » constitua jusqu'à la Première guerre mondiale le premier mouvement politique du pays. Revendiquant son indépendance vis-à-vis du parti conservateur, la Primrose League a ainsi pu rassembler plusieurs de centaines de milliers de membres, au-delà des seuls rangs conservateurs, dans la participation à ses activités de sociabilité, festives et « éducatives » dont le caractère politique était minimisé sinon dénié. Elle n'en fut pas moins un outil efficace de production de la déférence à l'égard du parti Tory comme le montre l'auteur dans son analyse.

6Clarisse Berthezène, maître de conférences à l'Université Paris 7, s'intéresse dans sa contribution à une autre institution mise en place par le Parti conservateur durant l'entre-deux-guerres : l'Ashridge College. Destiné à la formation politique - et au-delà intellectuelle- des cadres du parti, le College se présentait surtout comme une contre-offensive à la domination intellectuelle exercée alors par les travaillistes sous l'impulsion des Fabiens notamment, qui créérent par exemple la fameuse London School of Economics and Political Science en 1895. Des « cercles Ashridge » furent également mis en place partout dans le pays et contribuèrent à l' « embourgeoisement » du parti et à l'émergence d'un « nouveau conservatisme », avec la montée des « cols blancs » au détriment de l'aristocratie foncière au sein de l'organisation partisane.

  • 7 Professeure en études européennes, science politique et sociologie et directrice associée du « Max (...)

7Un des articles les plus édifiants de ce numéro est sans doute celui de Florence Faucher-King, 7. Celle-ci analyse en effet la « modernisation » du parti travailliste intervenue depuis 1994, autrement dit l'importation du modèle entrepreunarial qui s'est effectuée, non sans heurts, au sein de l'organisation partisane. Loin de se limiter à un changement cosmétique de dénomination, le « New Labour » initié notamment par Tony Blair et son entourage a ainsi introduit de profondes transformations dans l'organisation et l'action du parti : offensive communicationnelle, professionnalisation, développement de pratiques néo-manageriales -avec notamment le recours systématique à des audits internes-, et individualisation des relations partisanes opérée par le biais apparemment paradoxal d'une « démocratisation » interne de l'organisation, via l'organisation de scrutins internes. Autant d'évolutions que l'auteure décrit en détail, de même que les résistances exercées de la part des militants les plus « à gauche »- et souvent les plus fidèles-, et que la nouvelle direction s'est attachée à délégitimer en stigmatisant leur supposé archaïsme via l'appellation d'« Old Labour ». Cet article permet ainsi de comprendre l'état actuel du parti, et peut contribuer à expliquer sa déconvenue lors des récentes élections municipales, mais n'est également pas sans faire écho aux débats qui traversent actuellement le parti socialiste de ce côté-ci de la Manche...

8Les résistances locales à cette transformation des pratiques militantes imposées par « en haut » fait également l'objet de l'article d'Emmanuelle Avril, spécialiste de civilisation britannique et maitre de conférences à l'Université Paris-3. Celle-ci décrit l'exemple de la section londonienne de Finchley dans laquelle elle s'est immergée plusieurs mois entre 1992 et 2005, soit justement la période de « modernisation » du parti présentée ci-dessous, tout en mettant l'accent sur la notion de « culture partisane » dont elle montre ainsi comment elle a pu être affectée par ce processus. Elle y décrit également les fortes tensions entre les niveaux local et national du parti, l'érosion des militants, invitant de ce fait à accorder une attention plus soutenue à ces différents phénomènes dans l'analyse actuelle des évolutions de l'engagement militant.

  • 8 Professeur de science politique à l'Ecole normale supérieure et chercheur associé au Centre de rech (...)

9Un article hors dossier signé Michel Offerlé 8 propose enfin un retour sur la notion de « répertoires de l'action collective » forgée par Charles Tilly, comme pour rendre hommage au grand chercheur britannique disparu en avril dernier. Tout en en constatant la profusion des « usages faibles », voire des « métaphores de la métaphore » empruntée au jazz par l'historien britannique, Michel Offerlé rappelle les « itinéraires » de la notion dans les écrits de Tilly lui-même, avant d'en présenter les critiques et alternatives proposées par d'autres chercheurs. Il pose ensuite la question de la transformation du second répertoire - national et autonome- et des « angles morts » que celle-ci peut contribuer à dissimuler, pour finalement en appeler à un usage plus rigoureux de ce concept (par exemple en évitant les transpositions historiques ou spatiales abusives). Deux exigences se présentent enfin aux analystes de l'action collective selon lui : déseuropéaniser l'approche générale des « répertoires » d'une part, et élargir la palette des actions prises en compte, en repérant notamment un continuum entre actions individuelles et collectives, qu'elles soient considérées comme contestataires ou non. Une conclusion finalement fort à-propos dans un numéro consacré à l'évolution des partis politiques et alors que la capacité à représenter les volontés des citoyens semble aujourd'hui clairement remise en question.

Haut de page

Notes

1 Autrement dit la 21ème année - pour celles et ceux qui seraient fâchés avec les nombres !

2 Respecivement professeur de sciences politiques à l'Université Lille 2 et maître de conférences en civilisation britannique à l'Université Lille 3

3 The Making of the English Working Class d'E.P. Thompson, Victor Gollancz Ltd, 1963

4 Respectivement maître de conférences en histoire politique britannique contemporaine à l'Université de Cambridge et professeur d'histoire moderne à celle de York

5 La « ligue des primevères », en allusion à la fleur préférée de Raphael Disraeli

6 Parmi lesquels Randolph Churchill, père de Winston

7 Professeure en études européennes, science politique et sociologie et directrice associée du « Max Kade Center for European and German Studies » de l'Université Vanderbilt aux Etats-Unis

8 Professeur de science politique à l'Ecole normale supérieure et chercheur associé au Centre de recherches poltiques (Université Paris 1/CNRS)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « La fabrique des partis en Grande-Bretagne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 30 juillet 2008, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/621

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page