Navigation – Plan du site

Jeanne Robineau, Discrimination(s), genre(s) et urbanité(s). La communauté gaie de Rennes

Marielle Marcé
Discrimination(s), genre(s) et urbanites(s)
Jeanne Robineau, Discrimination(s), genre(s) et urbanites(s). La communauté gaie de Rennes, L'Harmattan, coll. « Espaces discursifs », 2010, 190 p., EAN : 9782296135567.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  C. Camilleri, J. Kastersztein, E.D. Lipiansky, et alii, Stratégies identitaires, PUF, 1990.

1Existe-t-il un parler gai rennais ? La recherche de Jeanne Robineau se rattache à la sociolinguistique, discipline qui s’intéresse aux liens entre variations linguistiques et appartenances sociales et, plus précisément, à la sociolinguistique urbaine, attentive à l’inscription territoriale des groupes et donc des pratiques langagières. D’où sa double intention : mettre en évidence « une identité linguistique liée au sexe » d’une part, et une identité linguistique gaie spécifiquement rennaise ou bretonne d’autre part. L’auteur n’a pas procédé à une collecte in vivo des particularités langagières de la « communauté gaie rennaise », elle a préféré une méthode indirecte centrée sur les jugements épilinguistiques, c’est-à-dire sur les représentations que les personnes homosexuelles ont de leurs propres façons de parler. Quatre entretiens individuels auprès d’hommes homosexuels ont été menés. Ceux-ci reconnaissent l’existence d’un langage gai, mais dont ils ne se revendiquent pas locuteurs pour trois d’entre eux au moins. Afin d’éclairer ce paradoxe, J. Robineau a mobilisé différents outils conceptuels, en particulier la typologie des « stratégies identitaires » établie dans l’ouvrage éponyme par Carmel Camilleri et ses confrères1.

2Après une courte introduction intitulée « cadre pour une réflexion sociolangagière du genre » présentant la problématique de l’ouvrage, J. Robineau entame un premier chapitre « L’homosexualité et les pratiques discursives » sans se donner la peine d’expliciter son unité. Peut-être le fil directeur réside-t-il dans la légitimation de l’objet d’étude qu’est le parler gai. Après une brève analyse du « tabou » de l’homosexualité, on trouve un état des savoirs sur le langage homosexuel.

  • 2  Greg Jacobs, “Lesbian and Gay Male Language Use : A Critical Review of the Literature”, American S (...)
  • 3  Paul Baker, Fantabulosa : A Dictionary of Polari and Gay Slang, Continuum 2002.
  • 4  Joseph J. Hayes, “Gayspeak”, Quaterly Journal of Speech, volume 62, n° 3, 1976.

3Ce dernier s’appuie en particulier sur une revue de la littérature produite par Greg Jacobs2. Dans la partie « Les variations phonologiques », J. Robineau reprend la dénonciation formulée par ce dernier de la vision stéréotypée, apparaissant dans les travaux de Deborah Tannen ou Robin Lakoff relatifs aux pratiques langagières des femmes, selon laquelle les hommes homosexuels parleraient comme des femmes hétérosexuelles et les femmes lesbiennes comme des hommes hétérosexuels. Elle se réfère également à une étude récente présentée lors d’un colloque au Québec cherchant à mettre en évidence des caractéristiques articulatoires et acoustiques des voyelles différentes chez les locuteurs homosexuels. Les variations du langage relèvent aussi du vocabulaire. J. Robineau cite le dictionnaire de l’argot gai britannique du linguiste Paul Baker comptant plus de 1 700 entrées3. Le Polari était une des dénominations du lexique d’une centaine de termes utilisé pendant la première partie du XXsiècle, en Angleterre, et plus particulièrement à Londres, pour exprimer son homosexualité tout en la dissimulant. J. Robineau reprend les considérations de Joseph Hayes dans un article de 1976 sur ce qu’il a dénommé le Gayspeak4. Elle évoque le lavender language, défini comme la manière dont les membres de la communauté lesbienne, gaie, bi- et transgenre communiquent dans la vie quotidienne, puis le Queerspeak. Elle note que la fonction cryptique du parler gai s’est réduite au profit d’une fonction identitaire, c’est-à-dire d’affirmation culturelle, voire militante, qui permet aux homosexuels de récupérer les insultes homophobes telles que gay ou queer.

4Le premier chapitre se clôt sur le thème de la ville. Une des stratégies de résistance à la stigmatisation dont sont victimes les homosexuels est la migration dans un espace procurant à la fois un éloignement des cercles familiers susceptibles d’exercer un contrôle social, et, l’insertion dans un réseau gai propice à une redéfinition positive de soi, le territoire urbain pouvant inclure des lieux de sociabilité gaie (commerces, associations, quartiers résidentiels, etc.) J. Robineau expose alors l’attrait que représente Rennes de ce point de vue, mais de façon superficielle. On ne sait pas à quels endroits de la ville se situent les lieux étiquetés gais : pourquoi ne pas avoir produit de carte ? Aucun élément d’étude sociologique de ces établissements n’est réalisé : par quels publics sont-ils effectivement fréquentés ? Permettent-ils à une sous-culture gaie de s’épanouir ?

5Le deuxième chapitre, préalable théorique, est organisé autour de la définition de trois concepts : l’identité, le genre et les stratégies identitaires. Chacun est abordé de façon générale, puis en lien avec la thématique de l’ouvrage. J. Robineau s’intéresse à l’identité, aux stratégies identitaires des minorités et plus particulièrement celles de la minorité homosexuelle.

6L’introduction et les deux premiers chapitres sont approximatifs. Ils pêchent par leur argumentation. Par exemple, on ne sait pourquoi J. Robineau cite un anthropologue de Chicago, Don Kulick, qui « mentionne […] une sorte de discrimination sur les recherches sur la sexualité et le langage » pour montrer que la littérature scientifique de langue française sur l’homosexualité est pauvre en France comparée aux écrits nord-américains. Quelle est la cohérence de la partie intitulée : « Les variations dans le discours : de l’argot gai au Gayspeak » ? Il y a des imprécisions : les types d’éléments censés distinguer le parler féminin du parler masculin ne sont pas assez explicités. Les références dans lesquelles puise l’auteur s’emmêlent, elle ne les synthétise pas de façon satisfaisante.

7Le troisième chapitre : « L’enquête et sa méthodologie » montre la façon dont la recherche de terrain a été menée. Quatre hommes de 22 ans, ne cachant pas leur homosexualité, ont été interrogés via des questionnaires semi-directifs - dont la durée n’est pas indiquée. La présentation de A., J., R. et M. est sommaire : on ne sait que peu de chose de leur parcours de vie. Dans le dernier chapitre, enfin, l’auteur livre et interprète le contenu des entretiens. Ceux-ci sont dignes d’intérêt par leur caractère déroutant, les quatre locuteurs tenant des discours de mise à distance par rapport au « milieu » gai.

8À la question portant sur l’utilisation du terme « homosexuel » ou de celui de « gai » pour se désigner soi-même, tous estiment utiliser davantage ce dernier. Ils confèrent en effet une acception différente aux deux mots : « gai » a une connotation particularisante, en ne désignant que les homosexuels hommes, et moins péjorative. A., J., R. et M. reprennent les stéréotypes attribués aux homosexuels, notamment en cherchant à s’en démarquer. En ce qui concerne l’existence d’une façon de parler spécifiquement « gaie », ils reprennent l’image des hommes efféminés « qui parlent d’une façon maniérée », « avec une intonation féminine/et qui parlent d’eux au féminin » et des « butch », « filles qui ressemblent beaucoup à des hommes » au parler masculin. Mis à part R, les informateurs ne se reconnaissent pas dans ce parler gai. Si les quatre hommes admettent l’existence d’une identité gaie (perceptible à travers une plus grande expressivité des sentiments, des goûts musicaux, les choix vestimentaires) et d’un vocabulaire lié (dont ils ne seraient pas utilisateurs), ils affirment tous qu’il n’y a pas de quartier gai à Rennes et donc pas de ségrégation langagière ; il n’y aurait pas d’identité ni de parler gais rennais, ce qui renverrait à une « variété cryptoglossique », c’est-à-dire à un moyen de communication non perçu comme tel. J. Robineau évoque le concept bourdieusien de domination symbolique, et surtout utilise la notion de stratégies identitaires qu’elle croise avec des termes empruntés à Didier Eribon (« stigmaphile » et « stigmaphobe »). Elle retrouve par exemple la stratégie d’autodéfinition, qui consiste à « imposer au dominant ses propres catégories de pensée », en l’occurrence à utiliser le mot gai et non celui d’homosexuel, ou la stratégie d’assignation au majoritaire lorsque les enquêtés se désolidarisent des gais efféminés en jouant la carte de l’« intégrationnisme ». Au final, l’interprétation des données recueillies n’est pas assez étayée.

  • 5  Marianne Blidon, « Jalons pour une géographie des homosexualités », Espace géographique, n° 2, 200 (...)
  • 6  Éditions L’Harmattan, 2005.
  • 7  Marie-Louise Moreau (dir.), Sociolinguistique. Concepts de base, Margada, 1997.
  • 8  Cécile Bauvois, Ni d’Eve, ni d’Adam : étude sociolinguistique de douze variables du français, L’Ha (...)

9L’ouvrage de J. Robineau pêche par la faiblesse de ses analyses personnelles et son manque de rigueur. Le traitement direct du sujet, à savoir le parler homosexuel à Rennes, qui couvre moins du tiers de la publication, est trop rapide. L’auteur n’explique pas ce qui l’a conduit à sa recherche, qui est, en réalité, le fondement de son mémoire de Master 2, ce qu’elle ne précise pas. Il est paradoxal qu’une doctorante en sciences du langage s’interroge si peu sur les expressions qu’elle utilise telles que « stigmatisation », « communauté gaie », « breton ». De façon récurrente, les règles de la citation ne sont pas respectées. Il n’y a pas de référence bibliographique pour plus de la moitié des auteurs évoqués qui, par ailleurs, ne sont pas situés dans le champ de la recherche : pour Greg Jacobs, le lecteur doit se contenter d’un patronyme et d’une date, sans titres d’article et de revue ; idem avec Joseph Hayes ; pour Paul Baker, une date sans nom d’ouvrage. Des extraits sont recopiés (ou traduits de l’anglais) sans que cela soit signalé, par exemple des passages de « Jalons pour une géographie des homosexualités » de Marianne Blidon5, de l’ouvrage dirigé par Patricia Mercader : Le sexe, le genre et la psychologie6, d’un manuel de sociolinguistique7. L’auteur reconnaît elle-même « quelques scories » dans la publication. Certaines pourraient être des coquilles : Beauvois à la place de Bauvois pour désigner l’auteur de Ni d’Eve, ni d’Adam8 ; « démontrer » à la place de « démonter » les mythes de l’homosexualité ; 1995 à la place de 1955 pour évoquer l’utilisation du terme « genre » par John Money… D’autres ne peuvent l’être, comme l’inexactitude sur laquelle s’ouvre l’introduction : on y lit que la variation « a été considérée comme un élément marginal, secondaire par la linguistique de Labov, qui reposait sur une vision unifiante de la langue » alors que William Labov a été fondateur de la linguistique variationniste.

10Les thèmes de la discrimination, du genre, de l’urbanité sont certes présents dans l’ouvrage de J. Robineau. En revanche, il livre peu d’éléments sur la « communauté gaie de Rennes ». Le lecteur curieux du contenu précis du langage homosexuel sera déçu. On peut regretter la part réduite occupée par l’enquête de terrain. La réflexion théorique, et plus largement l’ensemble des propos tenus, restent abstrus et hétéroclites.

Haut de page

Notes

1  C. Camilleri, J. Kastersztein, E.D. Lipiansky, et alii, Stratégies identitaires, PUF, 1990.

2  Greg Jacobs, “Lesbian and Gay Male Language Use : A Critical Review of the Literature”, American Speech, volume 71, n° 1, 1996.

3  Paul Baker, Fantabulosa : A Dictionary of Polari and Gay Slang, Continuum 2002.

4  Joseph J. Hayes, “Gayspeak”, Quaterly Journal of Speech, volume 62, n° 3, 1976.

5  Marianne Blidon, « Jalons pour une géographie des homosexualités », Espace géographique, n° 2, 2008, tome 37.

6  Éditions L’Harmattan, 2005.

7  Marie-Louise Moreau (dir.), Sociolinguistique. Concepts de base, Margada, 1997.

8  Cécile Bauvois, Ni d’Eve, ni d’Adam : étude sociolinguistique de douze variables du français, L’Harmattan, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marielle Marcé, « Jeanne Robineau, Discrimination(s), genre(s) et urbanité(s). La communauté gaie de Rennes  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 31 août 2011, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6216

Haut de page

Rédacteur

Marielle Marcé

Professeur agrégé de sciences économiques et sociales au lycée Lavezzari de Berck sur mer (Académie de Lille)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page