Navigation – Plan du site

Geoffroy de Lagasnerie, Sur la science des oeuvres. Questions à Pierre Bourdieu (et à quelques autres)

Eddy Bellegueule
Sur la science des oeuvres
Geoffroy De Lagasnerie, Sur la science des oeuvres. Questions à Pierre Bourdieu (et à quelques autres), Cartouche, coll. « Cartouche idées », 2011, 126 p., EAN : 9782915842739.
Haut de page

Texte intégral

1La volonté de rompre avec le mythe de « créateur incréé », du « génie solitaire » et de l’intellectuel « sans attaches ni racines » constitue sans doute l’une des intentions les plus partagées chez les sociologues et les historiens. Les sciences sociales affirment, contre la tradition littéraire et la posture philosophique, la nécessité de replacer les œuvres dans leur contexte. Mais comme le montre Geoffroy de Lagasnerie, déclarer qu'il est nécessaire de réinscrire les productions dans leur espace d'apparition ne règle pas tous les problèmes : cela laisse au contraire indéterminée la question de savoir ce que l'on appelle, justement, le « contexte » des œuvres : qu'est-ce que contextualiser ? Comment circonscrire cet extérieur des œuvres par rapport auquel on veut les éclairer ?

2Ce livre exigeant mais suggestif, qui ouvre de nombreuses pistes méthodologiques et épistémologiques, porte sur les fondements et les principaux concepts de la science des œuvres. Dans ce cadre, il se consacre notamment à la théorie des champs de Pierre Bourdieu.

  • 1  Geoffroy de Lagasnerie, Sur la science des œuvres. Questions à Pierre Bourdieu (et à quelques autr (...)

3Le livre s’ouvre par une présentation rigoureuse de la formation et de l’architecture de la sociologie des champs. Lagasnerie reconstitue les principales étapes de la fabrication de cette théorie. Il présente la mise en question par Bourdieu de la philosophie et de la doxa littéraire, et analyse ensuite sa critique de la sociologie marxiste et de l’approche sartrienne et biographique. Il affirme ainsi que « la construction du concept de champ répond, chez Bourdieu, à une triple exigence : d’une part, abolir l’opposition entre analyse externe et analyse interne que ratifient ces adversaires complices que sont la doxa littéraire et le paradigme marxiste ; d’autre part, interdire de rapporter les œuvres à leur contexte économique et social sans prendre en compte les microcosmes spécifiques à l’intérieur desquelles elles s’élaborent ; enfin, montrer que l’on ne peut comprendre les auteurs isolément et indépendamment des relations objectives qu’ils entretiennent avec leurs concurrents. »1

4Les chapitres suivants sont consacrés à une réflexion critique sur la théorie des champs. Lagasnerie y discute la plupart des œuvres de Bourdieu ainsi que les travaux des principaux disciples de l’auteur des Règles de l’art (Anna Boschetti, Gisèle Sapiro, Frédéric Lebaron, Pascale Casanova, etc.).

  • 2  Geoffroy de Lagasnerie, Logique de la création. Sur l’Université, la vie intellectuelle et les con (...)

5Le jeune sociologue se concentre principalement sur trois questions. Il se penche dans un premier temps sur la question de la création et part d’un paradoxe : alors que la sociologie des champs se présentait, d’abord, comme une sociologie de la création (Pierre Bourdieu a mis sa théorie à l’épreuve de quelques-unes des grandes figures de la philosophie, de la littérature ou de la peinture : Heidegger, Flaubert, Manet) les créateurs paraissent plutôt poser problème aux sociologues et aux historiens. Ceux-ci ont du mal à les comprendre, à les classer, à les faire entrer dans leur cadre. En s’appuyant sur de nombreux exemples, Lagasnerie montre que l’insatisfaction que l’on peut ressentir à la lecture de tels travaux s’enracine dans le fait que les analyses en termes de champ engagent souvent une vision normative et normalisatrice de l’espace intellectuel ou culturel qui empêche d’appréhender adéquatement les processus de création, les trajectoires des novateurs et la circulation de leurs œuvres. Il appelle dès lors à renouveler la sociologie de l’innovation et de la réception à partir d’une interrogation radicale sur les catégories sociologiques et le point de vue du sociologue. Pour lui, la logique de la création est avant tout une logique de production d’espace (il renvoie sur ce point à son livre publié simultanément, Logique de la création)2. Il est par conséquent nécessaire de renoncer à la démarche qui consiste à réinscrire les créateurs dans un champ déterminé d’avance et qui s’imposerait à eux. Sans retomber dans le mythe de l’autodétermination, il faut plutôt essayer de comprendre les champs qu’ils inventent, les contextes qu’ils se donnent à eux-mêmes et qu’ils produisent tout en en étant le produit.

6Le chapitre suivant est consacré au principe méthodologique essentiel de la théorie des champs, à savoir qu’il existe une autonomie relative des espaces de production. Lagasnerie se demande si ce principe d’interprétation ne tend pas à exclure un certain nombre d’éléments importants hors de l’analyse. Selon lui, la sociologie des champs propose une vision désincarnée des produits cultuels. La notion de champ instaure une coupure entre le « dedans » et le « dehors », entre un pôle interne et un pôle externe. Elle amène dès lors souvent les sociologues à occulter les modes d’implications biographiques des auteurs dans ce qu’ils écrivent et à négliger la signification politique des prises de position symbolique. S’appuyant sur des textes de Quentin Skinner, Didier Eribon, ou Bernard Lahire, l'auteur appelle à la construction de modes de lectures moins dépolitisants, plus attentifs aux enjeux existentiels et polémiques des produits culturels. Lire, affirme-t-il en somme, c’est politiser.

  • 3  Pierre Bourdieu « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de l (...)
  • 4  Geoffroy de Lagasnerie, Sur la science des œuvres, op., cit., p 119.

7Il convient de souligner, en dernier lieu, l'originalité de la conclusion de Lagasnerie. Il y déconstruit l’un des présupposés fondamentaux de la science des œuvres, que Bourdieu a mis au centre de son article sur « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées »3, et qui consiste à affirmer que lire adéquatement un livre nécessiterait de le rapporter à son contexte de production, en sorte que toute lecture décontextualisée (et notamment la lecture étrangère) serait exposée au contresens et au malentendu. Selon Lagasnerie, « le postulat selon lequel il faut connaître le champ de production d’une œuvre pour en appréhender le sens revient à affirmer que la bonne lecture, la vraie lecture, c’est la lecture savante, et que, par conséquent, seul le savant sait lire, ou du moins sait lire sans déformer et sans faire de contresens, c’est-à-dire peut percevoir ce que disent vraiment les textes »4. On assisterait donc ici à un processus typique d’illusion scolastique et d’impérialisme disciplinaire. À partir de là, Lagasnerie propose une réflexion critique sur la notion de contexte, sur l’opposition entre lecture « contextualisée » et lecture « décontextualisée », ainsi que sur le rapport de la sociologie aux autres disciplines.

Haut de page

Notes

1  Geoffroy de Lagasnerie, Sur la science des œuvres. Questions à Pierre Bourdieu (et à quelques autres), Paris, Editions Cartouche, coll. Idées, 2011, p 33.

2  Geoffroy de Lagasnerie, Logique de la création. Sur l’Université, la vie intellectuelle et les conditions de l’innovation, Paris, Fayard, 2011.

3  Pierre Bourdieu « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, 2002, no 145, p. 3-8

4  Geoffroy de Lagasnerie, Sur la science des œuvres, op., cit., p 119.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eddy Bellegueule, « Geoffroy de Lagasnerie, Sur la science des oeuvres. Questions à Pierre Bourdieu (et à quelques autres) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6222

Haut de page

Rédacteur

Eddy Bellegueule

Étudiant en licence de sociologie

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page