Navigation – Plan du site

Christophe Brissonneau, Olivier Aubel, Fabien Ohl, L'épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel

Sébastien Fleuriel
L'épreuve du dopage
Christophe Brissonneau, Olivier Aubel, Fabien Ohl, L'épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel, PUF, coll. « le lien social », 2008, 302 p., EAN : 9782130569947.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Becker, Howard Saul, 1985, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris : Métailié

1L'épreuve du dopage se lit comme un roman policier. A la manière d'une intrigue, la trame du livre invite à chaque fin de page à tourner la suivante pour découvrir si le cycliste va basculer dans la pratique du dopage. De fait, il ne bascule jamais. Et c'est bien là l'intérêt de l'ouvrage qui, à l'encontre de la plupart des discours sur le sujet, montre que le dopage est une pratique processuelle qui rend rigoureusement impossible toute distinction binaire entre deux états : dopé ou non. Une fois achevée la lecture de l'ouvrage, il serait présomptueux pour un non spécialiste du cyclisme, un outsider selon les mots de Becker1, d'imaginer qu'il agirait différemment des cyclistes s'il se trouvait lui-même pris dans cet univers. De même qu'il serait tout aussi présomptueux de chercher à repérer à partir de quel moment précis les faits de dopages sont avérés, comme si les cyclistes étaient placés face à un choix les faisant résister ou « basculer » d'un coup dans l'univers de la triche. Les auteurs s'attachent à montrer en effet à montrer que les choses ne se passent pas du tout comme ça.

  • 2  Sallé, Loic, 2004, "Le gouvernement du dopage en France. Entre pouvoirs publics, acteurs sportifs (...)

2Elles ne se passent pas comme ça d'une part, parce que la notion-même de dopage ne renvoie à aucune définition stable et reste soumise à de fortes variations dans le temps et selon les groupes qui cherchent à la définir. Comme l'a en effet montré par ailleurs Loic Sallé2, la caractérisation du dopage résulte de rapports de force tripartites qui ont fait se confronter les institutions sportives, les pouvoirs publics et le corps médical. C'est sur ce dernier que les auteurs insistent plus particulièrement pour en montrer les dissensions internes et l'impossibilité à fixer une définition universelle du dopage. De sorte que ce qui est considéré comme une pratique dopante à un moment donné peut ne plus l'être à un autre moment, rendant du même coup très aléatoire et relative la stigmatisation des sportifs.

  • 3  Chevalier, Vérène, 1996, "Une population de pratiquants sportifs et leurs parcours : les cavaliers (...)

3Les choses ne passent pas comme ça d'autre part, parce que la pratique du dopage vient indissociablement s'encastrer dans la carrière sportive selon une temporalité progressive et graduelle. C'est là le point nodal de la thèse des auteurs qui mettent en parallèle les différentes séquences qui jalonnent la vie sportive et celles qui définissent l'usage de la pharmacopée en mobilisant la notion de carrière chère à la sociologie américaine. Après avoir séquencé la carrière des cyclistes en cinq étapes selon une démarche analogue à celle de Vérène Chevalier pour décrire les carrières de cavaliers3, ils mettent en évidence l'existence propre d'une carrière pharmacologique, qui ne commence nullement avec le recours au dopage mais avec l'absorption de produits parfaitement licites tels que vitamines et autres sels minéraux à des fins de récupération physique. Une seconde étape, tout aussi licite, est franchie quand l'absorption de ces mêmes produits doit se faire par voie injectable pour en améliorer encore plus l'efficience. Ici, l'usage de la seringue, non répréhensible en soi, marque bien un passage à l'acte important dans la démarche globale. Selon une graduation étroitement corrélée avec la montée en puissance du niveau d'exigence sportif, les cyclistes finissent ainsi par se doper effectivement sans qu'il soit possible d'affirmer à quel moment les choses sont vécues comment étant illégales.

4Bien que très éclairant sur le processus de dopage, l'ouvrage laisse néanmoins dans l'ombre certaines questions relatives à l'usage même de la notion de carrière, qui conduit dans certains cas, à faire complètement abstraction de l'espace social dans laquelle cette carrière se déroule. Ainsi Damien, Bertrand, Hervé, etc., tous ces cyclistes sollicités pour l'enquête ne sont socialement situés par leur milieu d'origine qu'en annexe comme si l'origine sociale n'était pas une variable véritablement déterminante. Il est pourtant extrêmement fréquent que les cyclistes fassent explicitement référence au monde ouvrier, à l'image de Cédric Vasseur, président des Cyclistes professionnels associés, qui déclarait encore récemment pour l'Humanité (du 26 juillet 2008) que « dans le cyclisme aussi, il y a des ouvriers ».

  • 4  Pierru, Emmanuel, and Alexis Spire, 2008, "Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles", Re (...)

5Par comparaison, on n’a encore jamais vu les tennismen professionnels se qualifier de la sorte. On peut alors regretter que les auteurs ne discutent pas plus frontalement des rapports de classes qui sont au fondement de la pratique cycliste et qui laissent supposer que les coureurs ne sont pas nécessairement dotés de toutes les armes qui leur permettraient de mieux contrôler leurs conditions de travail. Les multiples extraits d’entretien qui jalonnent le texte parfois de manière répétitive (un même extrait d’entretien a pu être utilisé jusqu’à trois fois), ne sont quasiment jamais rapportés à la trajectoire sociale des coureurs ni à leur origine socioprofessionnelle. Mais comme l’ont noté Emmanuel Pierru et Alix Spire, les analyses en termes de catégories socioprofessionnelles semblent être à leur crépuscule4 et la mise au jour des rapports de domination dans lesquels sont pris les cyclistes reste partiellement éludée au profit d’une lecture interne cantonnée au seul groupe des coureurs sans que soit réellement pensée l’intervention de l’encadrement (exceptée celle des médecins) parfaitement prégnante dans le milieu. On ne peut cependant guère imaginer qu’être d’origine ouvrière et soi-même ouvrier dans le monde cycliste ne soit pas déterminant dans l’emprise que les dirigeants parviennent perpétuellement à exercer sur les coureurs pour obtenir toujours plus de performance...

Haut de page

Notes

1  Becker, Howard Saul, 1985, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris : Métailié

2  Sallé, Loic, 2004, "Le gouvernement du dopage en France. Entre pouvoirs publics, acteurs sportifs et médecins. La production de la loi de 1999 comme illustration", Staps, Université de Rouen, Rouen

3  Chevalier, Vérène, 1996, "Une population de pratiquants sportifs et leurs parcours : les cavaliers titulaires d’une licence", Population (3) : 573-608.

4  Pierru, Emmanuel, and Alexis Spire, 2008, "Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles", Revue française de science politique, 58 (3) : 457-481

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Fleuriel, « Christophe Brissonneau, Olivier Aubel, Fabien Ohl, L'épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 03 août 2008, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/623

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Fleuriel

Maître de conférences en sociologie à la faculté des sciences du sport de l’Université de Lille 2 et membre du Centre d’Etudes et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales (CERAPS -UMR CNRS 8026)/Université de Lille 2

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page