Navigation – Plan du site

Xavier Pons, L'évaluation des politiques éducatives

François Le Morvan
L'évaluation des politiques éducatives
Xavier Pons, L'évaluation des politiques éducatives, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2011, ISBN : 9782130580850.
Haut de page

Texte intégral

1Quand on chronique un film, il faut avant tout éviter d'en révéler la fin. Dans le cas du livre de Xavier Pons, il s'agit au contraire d'une condition nécessaire à la compréhension de l'intérêt de l'ouvrage. C'est en effet dans sa conclusion que l'auteur explicite pleinement la thèse qui sous-tend son travail : l'évaluation des politiques éducatives, que nous cherchons en vain au cours de l'ouvrage, ne serait qu'un mot, un outil que les acteurs « mobilisent pour suggérer un changement souhaitable de leurs pratiques (…) sans pour autant être toujours capables de précisément définir le contenu de cet outil ». La référence à l'évaluation a ainsi pu rythmer le discours sur les politiques éducatives durant plus de trente années sans jamais qu'un sens précis ne lui ait été assigné.

2L'histoire de l'évaluation témoigne de cette incertitude. Les années 1970 sont un tournant puisqu'elles voient se développer les premières enquêtes sur les effets d'innovations pédagogiques dans certains collèges. Entre 1974 et 1976 se tient la première évaluation massive des acquis des élèves en français et en mathématiques en fin de cinquième. Ce développement de l'évaluation des politiques éducatives ne peut toutefois faire l'objet d'une histoire linéaire. Il provient d'une pluralité de facteurs (création du collège unique, politique de rationalisation des choix budgétaires, intérêt des statisticiens du ministère, …) et se développe sous des formes et dans des directions variées. L'évaluation est souvent perçue comme secondaire par des acteurs qui lui préexistent. Ces derniers produisent diverses évaluations en fonction de leurs compétences propres, sans réel souci d'harmonisation et de réponses à une commande étatique. Les Inspections générales s'écartent dans les années 1990 du simple contrôle de conformité (c'est à dire de la vérification du respect des lois et des règlements) mais intègrent inégalement l'évaluation à leurs pratiques; la DEP (Direction de l'Évaluation et de la Prospective, créée en 1987) mène un travail quantitatif souvent très descriptif; la Cour des comptes, certains rectorats, l'OCDE (au travers de l'enquête Pisa), ou plus tardivement l'Inspection Générale des Finances produisent des connaissances (souvent statistiques) et des jugements sur le fonctionnement du système éducatif.

3Pour toutes ces raisons, l'évaluation a eu un impact modéré et souvent difficile à mettre en évidence. Les décisions politiques se réfèrent rarement aux multiples évaluations existantes et ne les prennent pas toujours en compte. « Ainsi, le redoublement n'a jamais été officiellement remis en cause par les décideurs malgré une relative convergence depuis le début des années 1980 des évaluations sur ses effets négatifs pour les élèves ». Les évaluations permettent l'existence d'un espace de communication entre acteurs du système éducatif mais ne sont donc pas une véritable source d'inspiration pour les politiques publiques.

4Il faut dire que peu de pays ont mis l'évaluation « au cœur d'un changement de régulation de leur système éducatif ». La France occupe en Europe une situation intermédiaire, tant par l'ancienneté de l'évaluation que par l'importance qui lui est conférée. Une grande importance est accordée à la mesure de la performance des élèves, mais sans déboucher pour autant sur une évaluation standardisée et systématique. Les évaluations menées chaque année sont diagnostiques, vouées à soutenir la pratique enseignante; et non pas destinées au pilotage. La publication des résultats par établissement est ainsi interdite alors qu'elle est un élément central de la stratégie des établissements britanniques. Le recours à la définition d'objectifs chiffrés et l'évaluation régulière des établissements ne sont que peu des pratiques françaises. Ainsi selon l'auteur, la France, historiquement orientée vers le contrôle de conformité, ne peut être décrite dans le domaine éducatif comme un État évaluateur, c'est à dire « un État dans lequel la cohérence des politiques publiques (ici les politiques éducatives) est garantie par l'évaluation continue, codifiée et corrective d'objectifs communs précis et élaborés par l'État en concertation avec ses partenaires ».

5Xavier Pons s'oppose donc aux thèses qui voient dans l'évaluation des politiques éducatives l'instrument d'une marchandisation de l'école ou l'illustration des développements de la Nouvelle Gestion Publique. En effet, il n'existe pas de réel marché scolaire au sens économique du terme (poids des contraintes administratives, forte imperfection de l'information) et l'esprit managérial semble avoir plus pénétré les discours réformateurs que les pratiques. L'évaluation des politiques éducatives reste donc cet « idiome réformateur » à la réalité difficilement saisissable.

6Ce dernier élément propre au sujet étudié fait à la fois l'intérêt et la limite principale du livre de X. Pons. Celui-ci n'est pas un manuel sur l'évaluation d'une politique, ce que la collection pourrait laisser entendre. Il ne permet pas de saisir une histoire ou une cohérence de l'évaluation des politiques éducatives et n'en propose pas une vision unifiée. Il montre que celles-ci ne correspondent en revanche pas à la façon dont elles sont décrites et se décrivent habituellement. Cet ouvrage, issu de la thèse de l'auteur, est donc plus un enrichissement des connaissances en sociologie de l'action publique qu'une synthèse mobilisable pour quiconque s'intéresse spécifiquement aux politiques éducatives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Le Morvan, « Xavier Pons, L'évaluation des politiques éducatives », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 02 septembre 2011, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6230

Haut de page

Rédacteur

François Le Morvan

Agrégé de Sciences économiques et sociales, doctorant en sociologie à l'Université de Rouen

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page