Navigation – Plan du site

Michaël Moreau, Aurore Gorius, Les gourous de la com'. Trente ans de manipulations politiques et économiques

Franck Bousquet
Les gourous de la com'
Michaël Moreau, Aurore Gorius, Les gourous de la com'. Trente ans de manipulations politiques et économiques, La Découverte, coll. « cahiers libres », 2011, 311 p., EAN : 9782707164889.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage, dont l’ambition est de rendre compte de la construction de l’influence des experts en communication dans les sphères économiques et politiques de la société française depuis les années soixante-dix, se structure en trois parties : une première centrée sur l’origine des agences françaises et le parcours de ceux qui les dirigent, une seconde qui relate, à partir d’exemples, le rôle des communicants dans des événements récents ayant concerné les grandes entreprises et une troisième qui souligne et personnifie le recours à la communication des hommes politiques.

2Dans la première partie, les auteurs insistent sur la façon dont quelques fondateurs d’agences se sont imposés comme des figures jouant un rôle majeur dans la société française, d’abord en conseillant les dirigeants des grandes entreprises, puis en investissant le champ politique. Ces portraits sont convaincants même si l’ensemble n’explique pas vraiment pourquoi la communication est devenue une nécessité systémique pour les structures et les personnes et s’ils construisent une vision de l’histoire donnant une place centrale aux destins individuels. Des références aux « Relations Publiques généralisées » et à Bernard Miège ou Yves de la Haye initiateurs de cette notion aurait par exemple permis à cette partie de prendre une autre dimension, moins centrée sur l’anecdote.

3La seconde partie relate, à travers quelques exemples très documentés, le rôle tenu par les conseillers en communication dans les batailles industrielles françaises de la dernière décennie ainsi que dans la formation des dirigeants d’entreprises ou des hommes politiques. Cette partie est particulièrement réussie dans sa description du métier de communicant comme agent d’influence et de lobbying. Les auteurs montrent remarquablement que le relationnel et le carnet d’adresse sont des éléments indispensables à l‘efficacité d’une grande agence de communication.

4Enfin la troisième partie s’intéresse aux communicants qui entourent les politiques et aux pratiques de ces derniers. Bien documentée, fourmillante d’exemples, cette partie ne dévoilera rien à un lecteur régulier de la presse d’information générale, mais elle a le mérite d’insister sur une proximité très ennuyeuse d’un point de vue démocratique entre les communicants, les hommes politiques, les journalistes et les dirigeants de grande entreprise en matérialisant par des exemples la très grande porosité des frontières entre ces milieux.

  • 1  F. Martel, 2010, Mainstream, Flammarion, Paris.
  • 2  H. Hamon, P. Rotman, 1987, Génération, Seuil, Paris.

5Très documentée, nourrie par un grand nombre d’entretiens, cette enquête journalistique pourrait ainsi se rapprocher du travail de F. Martel sur l’industrie de la culture1 mais malheureusement les dimensions systémiques et internationales sont oubliées au profit d’un regard volontiers normatif. L’accent mis sur les trajectoires individuelles pourrait aussi rapprocher cet ouvrage de ceux de H. Hamon et P. Rotman2, mais là encore il manque de la continuité et une mise en réseau des trajectoires qui seules permettraient de dépasser le stade de l’anecdotique.

6Reste que ce travail propose deux apports principaux : d’une part, il montre que le rôle de la communication, en particulier celui des agences est aussi un travail d’influence, de lobbying (même si l’ouvrage aurait gagné en clarté en définissant clairement ce qui relève de la communication et ce qui relève du lobbying), ensuite, il rend aussi très bien compte du nombre restreint d’intervenants dans le cas des agences françaises et surtout de leur proximité avec la classe politique, le monde médiatique et celui des grandes entreprises. Le constat et la description des nombreuses passerelles entre ces quatre sphères renforcent alors certaines dénonciations de la connivence et de la fermeture du cercle des élites en France.

7Dans l’ensemble c’est donc un ouvrage qui, en insistant sur les hommes, leurs parcours et leurs places dans les sphères dirigeantes de la société française, donne des clés intéressantes pour interpréter la couverture médiatique de certains événements. C’est en outre en mettant l’accent sur l’influence des communicants sur les journalistes et sur la confusion qui peut exister entre ces deux métiers, y compris au niveau de la direction de certains grands médias (TF1 en particulier), qu’il est le plus convaincant.

8Par conséquent cette enquête journalistique est à retenir pour ses portraits de communicants, ses nombreuses anecdotes documentées et sa façon de donner des clés de compréhension du déroulement médiatique et politique de certains événements de l’histoire récente (Fusion GDF-Suez ; réaction la tempête de 1999 par EDF…).

Haut de page

Notes

1  F. Martel, 2010, Mainstream, Flammarion, Paris.

2  H. Hamon, P. Rotman, 1987, Génération, Seuil, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Bousquet, « Michaël Moreau, Aurore Gorius, Les gourous de la com'. Trente ans de manipulations politiques et économiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 05 septembre 2011, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6250

Haut de page

Rédacteur

Franck Bousquet

Université Toulouse 3, LERASS, MEDIAPOLIS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page