Navigation – Plan du site

« L'ère numérique. Un nouvel âge pour le développement culturel territorial », L'Observatoire. La revue des politiques culturelles, n° 37 Hiver 2010

Boris Urbas
L'ère numérique
« L'ère numérique. Un nouvel âge pour le développement culturel territorial », L'Observatoire. La revue des politiques culturelles, n°37, Hiver 2010, Grenoble.
Haut de page

Texte intégral

1Les mutations associées aux Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) dans le monde de la culture suscitent d’abondantes productions d'observateurs. C’est sous l'angle de la territorialité que la revue de l'Observatoire des Politiques Culturelles1 nous convie à une multiplicité de regards dans un dossier coordonné par Michel Kneubühler, Lisa Pignot et l’agence le Hub. La rédaction s’interroge sur les potentialités des TIC en tant que levier pour les politiques culturelles du local au global, sur leur impact sur les pratiques culturelles et les modalités de cohabitation des formes numériques avec les pratiques existantes, et sur la transformation des formes artistiques dans la création et le patrimoine. Chercheurs et acteurs s'efforcent d'y répondre au travers d'articles de fond et d'interviews, de retours d’expériences (parfois agrémentés d’encadrés) et de présentations de projets.

2L'éditorial de Jean-Pierre Saez réaffirme que le numérique aujourd’hui « est un fait » et pointe la nécessité de « tout autant lutter contre la fracture numérique que contre la très insidieuse fracture cognitive ». Invoquant les travaux d’Yves Citton, il considère que ce rôle politique en termes d’outils d’éducation et de formation des usagers doit s’appuyer sur une culture des humanités.

3L'approche sociologique d’Olivier Donnat ouvre le dossier en se référant aux données quantitatives de l'enquête du DEPS sur les pratiques culturelles des Français2. Selon l’auteur, la révolution numérique instaure une rupture avec l'équation « une activité = 1 support ou 1 média +1 lieu » embrassant l'ensemble des secteurs concernés. L'analyse, rompant notamment avec le préjugé selon lequel l'augmentation du nombre de connexions affaiblirait la « culture de sortie », relativise l’effet présupposé négatif du développement des TIC sur des activités classiques et préexistantes, mettant l’accent sur le fait que les changements les plus importants sont générationnels et plus profonds. Les plus jeunes consacrent par exemple moins de temps aux médias généralistes et aux institutions culturelles, privilégiant majoritairement la culture anglo-saxonne.

4Marc Le Glatin propose une réflexion s’appuyant sur les controverses autour du piratage et les valeurs attribuées au culturel et à l’artistique. Constatant l’expansion des dispositifs participatifs, il plaide pour une forme spécifique d’éducation aux médias contributifs, accompagnant un dépassement des logiques de diffusion de l’industrie culturelle.

5Françoise Benhamou se penche sur l’économie du livre numérique. Des possibilités techniques nouvelles touchent l’objet livre : les nouveaux services rendus possibles par la dématérialisation (hypertexte, compléments multimédias) ou l'opportunité pour les produits de niche d’élargir potentiellement le public touché, par opposition au modèle de la librairie traditionnelle. Le livre reste historiquement attaché à l’enjeu de la circulation des savoirs, et dans ce domaine les TIC ouvrent des potentialités importantes dans la lutte contre les inégalités d'accès, l'illettrisme. Ces dernières trouvent leurs limites dans des pratiques industrielles, comme le « verrouillage des consommateurs », objet d’incertitude parmi d’autres dans un marché encore « non-stabilisé ».

6La question incontournable de la gouvernance à l’épreuve des TICS est ensuite explorée : en décrivant par exemple le programme européen living-labs, Bruno Caillet s’intéresse aux possibilités des TIC en termes d'expérimentations de méthodes via le concept d'intelligence territoriale. Ses propres constats sur la situation française l’incitent à interpeller le politique avec des recommandations ambitieuses remettant en cause les frontières et modes d’organisation traditionnels.

7La réflexion sur la gouvernance est prolongée par le Grand Lyon et sa direction de la prospective et du dialogue public (entretien avec Jean-Loup Molin), percevant localement la culture comme un « champ d'action privilégié » des TIC. Le rôle des politiques culturelles est questionné dans ces nouveaux déploiements, dans la participation aux processus décisionnels et la délibération publique, par exemple autour de thématiques culturelles et d'imaginaires partagés - la soie, la chimie – et qui peuvent être nourris par l'acteur public territorial.

8Kafui Kpodéhoun prend le parti en invoquant les théories sociologiques et urbanistiques, de considérer les TIC comme contributives d'une production de l’urbanité, par une « triple médiation » : technique, sensible et poétique.

9Jean-François Chaintreau du Ministère de la Culture et de la Communication revient sur l’éducation artistique avec le lancement du portail histoire des arts3, mais aussi sur les relations avec des acteurs des industries culturelles comme Google, illustrant la volonté d’instaurer d’un « espace public numérique, notamment culturel » « au sein de l’espace numérique commercial ».

10Jean-Paul Fourmentraux approche les mutations de la création artistique, sous l'angle actuel de l’institutionnalisation de la « recherche en art » dans l'enseignement artistique dans le cadre de la réforme LMD et de la refonte du Diplôme national supérieur d'expression plastique, et pouvant être envisagée comme « dissociation du faire et de l'analyse du faire », notamment par l'exploration et la traduction technique dans les TIC. L’auteur présente deux dispositifs de soutien à l'innovation, le Dispositif pour la Création artistique Multimédia (DICRéAM) et le réseau Recherche et Innovation en Audiovisuel et Multimédia (RIAM), tous deux invitant à l'innovation dans le domaine de la création, de la recherche et de l'enseignement en plaçant les relations des artistes avec l'industrie multimédia au premier plan.

11Un entretien avec Antoine Conjard accompagné d’un encadré synoptique permet de découvrir l’atelier Art Sciences4 issu d’une rencontre entre la scène nationale de Meylan (38) et le CEA de Grenoble. L’atelier s’inscrit dans une démarche locale avec les nombreux acteurs scientifiques et techniques existants et propose des résidences associant artistes et scientifiques, concrétisées lors des « Rencontres-i ». Une collaboration avec la Casemate (CCSTI de Grenoble)5, a permis par exemple la réalisation de l’exposition « les mécaniques poétiques d’EZ3kiel ».

12L’entretien avec Philippe Brzezanski évoque les travaux de l’agence « le Hub »6, forte de nombreux projets et partenariats, et introduit le concept de « design relationnel » englobant concepts et expérimentations autour de systèmes d’informations consacrées à la sociabilité.

13René Barsalo présente la Société des Arts Technologiques7, créée à Montréal il y a 15 ans, qui stimule l’exploration et l’esprit critique en organisant des événements autour d’artistes « technologues » et de leur création numérique. La SAT est porteuse de réalisations d’ampleur comme un logiciel de télé présence de mise en réseau d’ateliers, ou encore une salle dédiée aux technologies immersives.

14Xavier Galaup aborde les transformations opérées dans le domaine de la lecture publique, et les représentations de la médiathèque comme lieu, à l’heure du tout numérique. L’auteur rappelle à ce titre l’importance du besoin de médiation : l’illusion du « tout est sur internet » ne peut occulter le fait que les médiathèques restent des lieux fréquentés et appréciés, dont les acteurs deviennent des intermédiaires « entre l’usager, l’information et le contenu ». Les bibliothèques de l’ère numérique s’inscrivent sur un territoire donné par exemple en se rapprochant de l’animation, et dans une mise en réseau, tout en conservant un lien intelligible avec les collections physiques.

15Géraldine Bulckaen apporte son retour d’expérience sur la bibliothèque numérique de Roubaix8 regroupant les ressources de plusieurs structures patrimoniales de la ville - bibliothèque, musée, conservatoire - notamment autour du passé industriel du territoire. L’outil au-delà de son utilisation par les usagers locaux permet de rayonner en dehors du territoire. Une étude des publics a permis d’intégrer la connaissance des visiteurs et de leurs usages.

16Le sociologue Dominique Cardon nuance également les tableaux idylliques et déterministes. Constatant empiriquement que les TIC permettent déjà et surtout « de prolonger, d'intensifier et aussi de transformer des formes d'échanges et de sociabilités qui leur préexistaient », il fait le point sur les débats en présentant les principales interprétations des redistributions en cours : la lecture républicaine, l’empowerment, la vision bio politique et la pollinisation.

17René Balme, maire de Grigny labellisée « ville internet » revendique une filiation avec l’éducation populaire dans le cadre de l’animation de la M@ison de Grigny, avec l’aide du Grand Lyon, dans le but de lutter contre la fracture du numérique et de promouvoir le logiciel libre, en affirmant par ailleurs leur présence sur les réseaux sociaux. L’entretien est complété par un encadré décrivant la loi Pintat de 2009 visant à améliorer la couverture des réseaux numériques sur le territoire.

18Olivier Thuillas du Centre Régional du Livre de la région Limousin présente « Géoculture », système de cartographie en ligne, dont le but est de valoriser le paysage limousin par des entrées artistiques9. Les cartes sont interfacées à une base d’extraits de textes littéraires, de reproductions, des photographies, de contenus ethnologiques portant sur la région. Un cofinancement territorial, national et européen et une collaboration avec le laboratoire de Géographie de l’Université de Limoges ont permis la mise en place d’un portail web, et d’une suite d’applications pour terminaux mobiles. La difficulté consistant à répondre à un esprit de valorisation tout en conservant l’ouverture aux formes d’expression contemporaines, ou à la contribution des usagers.

19En conclusion il s’agit d’un éventail d’articles riche et pertinent pour des étudiants, chercheurs ou professionnels du secteur culturel et des TIC (le dossier étant complété par une bibliographie et le signalement d'ouvrages sur les thématiques chères à la revue).

20Les retours d’expérience détaillés sur des projets culturels présentent l’intérêt de contextualiser les TIC dans l’existant et l’appui des réseaux humains dans les territoires, en ne se limitant pas à la thématique de l’innovation et/ou aux seules grandes structures et projets parisiens. Ils complètent les éclairages plus théoriques aux approches sectorielles dévoilant certains des intérêts spécifiques. Le dossier apporte dans ce sens à la fois un état des lieux et une série de points de vue sur ces enjeux, ainsi que quelques préconisations, pointant par exemple les besoins humains entraînés par la présence des TIC dans le quotidien des métiers, des politiques et des pratiques culturels : la nécessité de formation et de médiation, la nécessité de repenser l’urbanité ou d’appréhender différemment l’histoire des territoires par exemple.

21Dans certaines contributions constatons enfin que les limites des potentialités des TIC semblent parfois occultées par l’enthousiasme à l’égard du modèle de la contribution et de la participation. Ces possibilités concrètes liées au développement des TIC dans le champ culturel ne se saisissent qu’en prenant en compte l’imbrication complexe des aspects économiques, communicationnels et sociaux, ce que suggèrent des travaux de recherche10.

Haut de page

Notes

1  http://www.observatoire-culture.net/index.php?id=1

2  Olivier Donnat, Les pratiques culturelles des français à l’ère numérique : Enquête 2008. Paris, Editions La Découverte, 2009.

3  http://www.histoiredesarts.culture.fr/

4  http://www.atelier-arts-sciences.eu/

5  http://www.ccsti-grenoble.org/

6  http://www.lehub-agence.com/

7  http://www.sat.qc.ca/

8  http://www.bn-r.fr/

9  http://geo.culture-en-limousin.fr/

10  Voir Serge Proulx, « La puissance d’agir d’une culture de la contribution face à l’emprise d’un capitalisme informationnel. Premières réflexions ». Revue du Mauss permanente. 2011 [en ligne]. http://www.journaldumauss.net/spip.php?article825

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Urbas, « « L'ère numérique. Un nouvel âge pour le développement culturel territorial », L'Observatoire. La revue des politiques culturelles, n° 37 Hiver 2010 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 08 septembre 2011, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6272

Haut de page

Rédacteur

Boris Urbas

Doctorant en Sciences de l'Information et de la Communication à l'Université de Bourgogne, membre du laboratoire CIMEOS EA 4 177

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page