Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2023Mathilde Provansal, Artistes mais...

Mathilde Provansal, Artistes mais femmes. Une enquête sociologique dans l’art contemporain

Gloria Guirao Soro
Artistes mais femmes
Mathilde Provansal, Artistes mais femmes. Une enquête sociologique dans l'art contemporain, Lyon, ENS Éditions, coll. « Perspectives genre », 2023, 286 p., Préface de Christine Détrez, ISBN : 979-10-362-0637-5.
Haut de page

Texte intégral

1En France, comme en Allemagne, au Royaume-Uni ou en Espagne, les femmes sont majoritaires dans l’enseignement supérieur artistique. Elles sont cependant moins visibles dans l’art contemporain : leur travail fait moins souvent l’objet d’expositions individuelles, que ce soit en galerie ou en institution (musée, centre d’art), et se vend moins que celui de leurs pairs masculins. Mathilde Provansal analyse ce paradoxe en s’intéressant aux processus défavorables au développement des carrières artistiques féminines, qui s’accumulent dès le début, avec l’entrée à l’école d’art. Tiré d’un travail de recherche doctorale, cet ouvrage propose une explication des différences genrées de réussite artistique à partir d’un focus sur les aspects organisationnels de la formation, la socialisation de genre et la division sexuée du travail dans l’art contemporain.

2L’ouvrage présente une étude sur les parcours des diplômé.es d’une prestigieuse école d’art française, pseudonymisée en tant qu’« École d’Arts Plastiques ». Le focus mis sur cette école permet de neutraliser certaines variables, notamment le prestige du diplôme, pour mieux rendre compte du poids du genre dans l’accès à la reconnaissance artistique. L’école devient ainsi un objet d’étude. À travers la mobilisation d’un ensemble de méthodes (observation, entretiens, travail d’archive, traitement statistique), l’autrice analyse plusieurs dimensions qui permettent d’expliquer la réussite différenciée des diplômés et des diplômées de l’EAP : le concours d’entrée, la composition sociale du corps enseignant et étudiant, les pratiques pédagogiques, l’insertion dans l’art contemporain après la formation, tout en explicitant les obstacles que rencontrent les femmes et les ressources sur lesquelles elles peuvent s’appuyer pour faire avancer leur carrière artistique.

3La démonstration est organisée en sept chapitres qui suivent, de façon chronologique, le parcours des diplômé.es de l’EAP. Cette organisation par étape renvoie également à une tentative pour articuler les processus micro (l’admission et la formation au sein de l’EAP) et des structures plus macro (le marché de l’art et les classements de visibilité) qui configurent les carrières artistiques féminines. Après une introduction qui explicite la problématique à l’aide de repères théoriques et statistiques sur les différences genrées d’accès à la visibilité et à la professionnalisation dans l’art contemporain, les quatre premiers chapitres s’intéressent à l’étape de formation des artistes. Tout d’abord sont présentés le recrutement des étudiant.es de l’EAP dans une perspective historique et la population de l’école aujourd’hui. L’attention se focalise dans le chapitre suivant sur les voies d’entrée à l’école et, plus précisément, le concours d’admission en première année, dont l’autrice a pu observer le déroulement, notamment l’épreuve d’entretien oral et les délibérations du jury. Le troisième chapitre est consacré aux aspects genrés des critères de sélection de ce concours, dont la « personnalité » des candidat.es et « l’authenticité » de leur travail artistique. En effet, la « personnalisation » de la création (p. 75) permet de focaliser l’attention sur des traits de caractère, éléments de la biographie ou motivations plutôt que sur le dossier de candidature, ce qui ouvre la voie d’une évaluation des candidat.es à l’aune de stéréotypes de genre. Il est ensuite question de l’accès aux « règles de l’art » dans le cadre de la formation artistique. La démonstration tourne autour des pratiques pédagogiques au sein de l’école, des rapports entre les étudiant.es et avec le corps enseignant, ainsi que des différences genrées de professionnalisation à la fin du parcours scolaire.

4Les trois derniers chapitres sont consacrés au développement de la carrière artistique après le diplôme. En premier lieu, l’autrice interroge la place occupée par le diplôme dans la construction de la réputation dans l’art contemporain, qui est l’un des critères de qualité du travail artistique, à l’aide de données issues du classement Artfacts de visibilité des artistes. En second lieu, le focus est mis sur les différences genrées de gestion de la carrière artistique et les stéréotypes sexués qui pèsent sur les carrières féminines, ainsi que sur le rôle du réseau dans le développement professionnel des femmes. Finalement, le dernier chapitre s’intéresse aux politiques publiques de soutien à la culture en France et à leur effet dans la réduction des inégalités de genre dans l’art contemporain.

5Les processus observés ont permis à Mathilde Provansal d’identifier quatre mécanismes qui sont défavorables au développement des carrières féminines dans l’art contemporain. Le premier est la prégnance de stéréotypes sexués dans les milieux artistiques. Ceux-ci ont un effet dès le début de la carrière qui est visible dans la procédure de recrutement des étudiant.es à l’EAP, et, au-delà de l’étape de formation, dans la valorisation de leur travail et la construction de la réputation. Ensuite, les carrières féminines se heurtent à « l’hétérosexualisation » (p. 126) des femmes, c’est-à-dire leur sexualisation dans un cadre hétéronormatif. Les rapports de séduction jouent ainsi un rôle dès le recrutement, dans les relations pédagogiques et aussi avec les intermédiaires de l’art contemporain. Pour les femmes, jouer sur la séduction peut être mal vu, mais « fermer leur pouvoir de séduction » (p. 177) peut également représenter une difficulté supplémentaire à accéder à certains espaces de visibilité. Les stéréotypes liés à la maternité constituent le troisième mécanisme de discrimination des femmes dans l’art contemporain et cela même avant que les artistes deviennent éventuellement mères. La maternité est explicitement déconseillée lors du passage par l’école, les femmes reçoivent moins de soutien des enseignant.es et, plus tard, des intermédiaires parce que le soupçon de la maternité pèse sur leurs possibilités de réussite. Enfin, la socialisation de genre explique les comportements différents des femmes et des hommes dans une même situation, marquée néanmoins par l’« hégémonie du masculin » (p. 121-126). Les interactions observées montrent comment les différences sont naturalisées quand il est question de l’« authenticité » de la démarche artistique, du « sens du placement » des étudiant.es à l’école et après le diplôme, du talent et des attitudes de compétition ou entrepreneuriales qui sont censées favoriser le développement d’une carrière dans l’art contemporain.

6L’étude des parcours des diplômé.es de l’EAP fait ressortir le rôle de certaines ressources dans l’insertion des femmes dans l’art contemporain. En premier lieu, la formation, qui, bien qu’elle ne constitue pas un droit d’entrée dans la carrière artistique, apparait cependant comme un facteur positif dans l’accès à la visibilité sociale des femmes artistes et de leur travail. L’analyse des données Artfacts sur les artistes français.es montre qu’à un degré de visibilité égal, la population d’artistes diplômé.es de l’EAP est plus féminisée que celle des artistes ayant fréquenté d’autres écoles. Les appuis masculins sont une autre ressource permettant de contrecarrer les mécanismes de discrimination des femmes. En effet, s’associer à des hommes artistes ou intermédiaires facilite l’accès à des cercles autrement fermés aux femmes, ainsi qu’à des informations utiles pour le développement du travail et de la carrière artistique. Le couple hétérosexuel, notamment, peut contribuer à désexualiser les relations avec l’entourage professionnel des femmes, au sein de l’école et au-delà. En troisième lieu, une origine sociale favorisée peut servir à compenser les désavantages liés au genre, spécialement si cette origine sociale est accompagnée d’une proximité avec les milieux artistiques. La mobilité géographique, y compris à l’international, semble avoir un effet positif dans les carrières féminines. L’accès à la mobilité s’appuie souvent sur des bourses pour lesquelles les artistes sont sélectionné.es sur dossier, généralement par des commissions formées par des pairs ou des spécialistes. Ces dispositifs constituent donc des opportunités de visibilité du travail artistique et peuvent ouvrir l’accès à d’autres réseaux professionnels. La cinquième ressource identifiée est les politiques culturelles favorables à l’égalité entre hommes et femmes. Dans l’art contemporain, où la réputation se construit à l’articulation de l’institution et du marché, être reconnu.e par les institutions (musées, centres d’art, collections publiques) contribue à la visibilité et peut aider à compenser une moindre présence dans l’espace commercial de l’art contemporain.

7Cet ouvrage présente une étude très intéressante qui allie la sociologie du genre, la sociologie de l’éducation et la sociologie de l’art, avec des contributions issues de l’étude des professions artistiques, de la valeur de l’art et des pratiques de classement. La thèse défendue repose sur l’analyse approfondie, combinant différentes techniques, de données très riches, recueillies lors de l’enquête de terrain. La description du déroulement des épreuves d’admission de l’EAP et des délibérations du jury est spécialement intéressante. Celle-ci, sans entrer dans le détail des propositions artistiques du dossier de chaque candidat.e, apporte une compréhension très fine du rôle des stéréotypes sexués dans la valorisation du travail et des compétences artistiques des femmes, ainsi que de leur « personnalité ». La sensibilité ou la délicatesse sont, par exemple, appréciées comme traits de personnalité chez les candidates, alors que l’humour ou le goût de la pratique sportive sont plus souvent valorisés chez les candidats. Également, la prise du classement Artfacts comme base de données permet d’objectiver les inégalités sexuées dans l’accès à la visibilité des femmes et de leur travail artistique sans prendre en compte le type de production (style, techniques, genre).

8Le parti pris d’étudier une seule institution de formation supérieure est audacieux, tant il permet d’étudier l’effet du genre dans la carrière artistique « toutes choses égales par ailleurs ». Cependant, l’école choisie comme cas d’étude occupe une position très centrale dans la scène artistique française ; elle est aussi très prestigieuse à l’étranger, et sa population étudiante est peu diverse en termes d’origine sociale et d’appartenance ethnoraciale, ce qui contribue à faire ressortir l’effet du genre. Une ouverture intéressante consisterait à élargir l’étude pour inclure d’autres institutions de formation supérieure artistique moins centrales, du point de vue géographique mais aussi de leur prestige, ainsi qu’avec des procédures de recrutement et des pratiques pédagogiques différentes. L’ouvrage de Mathilde Provansal présente une contribution importante à l’étude des inégalités sociales, notamment celles liées au genre, dans l’art contemporain. Son contenu, ainsi que le style de rédaction et l’inclusion de nombreux encadrés qui clarifient et approfondissent certains sujets, en font une lecture intéressante pour chercheur.ses, artistes et intermédiaires de l’art, ainsi qu’enseignant.es et décideur.ses politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gloria Guirao Soro, « Mathilde Provansal, Artistes mais femmes. Une enquête sociologique dans l’art contemporain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 novembre 2023, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/62759 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.62759

Haut de page

Rédacteur

Gloria Guirao Soro

Docteure en sociologie (Université Paris 8 – Universitat de Barcelona), membre du CRESPPA-LabToP et du CECUPS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search